Viens vivre ton aventure Bleach!
 

Partagez|

Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Lun 25 Avr - 19:29

Une journée ...

Une journée séparait celle-ci de la réunion des Capitaines. Nao' avait confirmation, par Kiwiha, que la réunion de son officialisation, et celles des autres Capitaines, aurait lieu. Elle était ... un peu stressée, à dire vrai. Pourquoi ? Elle avait essayé de tirer les vers du nez du Commandant. Mais il s'était refusé à lui dire ce qui se passerait, lors de cette réunion. Il savait, pourtant, qu'elle n'aimait pas les surprises. Mais il n'avait rien dit et s'était fait un grand plaisir à garder le secret, malgré les supplications de la belle, et malgré la tentation aussi. Car oui, elle avait tenté de le soudoyer par des baisers, des câlins, des choses et d'autres quoi, j'ai pas besoin de vous faire un dessin. Mais malgré cela, surprise avant tout. Nao' était un peu déçue qu'il ne lui avait pas dit ce qu'elle voulait savoir. Mais elle avait essayé. Ca n'avait pas marché. La prochaine fois, elle augmenterait les enchères et abatterait d'autres cartes.

Quoi qu'il en soit, Nao' était stressée. Stressée par que le jour suivant, elle entrerait en jeu en tant que Capitaine de la 2nd Division. Et c'était pas n'importe quoi. C'était pas comme si elle sortait diplômée. Nan, c'était bien plus important, que vous ou moi. C'était du sérieux quoi ! Et notre petite Nao' avait besoin d'évacuer son stress. Manquerait plus qu'elle tombe malade ou bien qu'elle fasse une grossesse nerveuse à cause de tout ce stress ! Ca serait bien dommage, parce que son joli minois en serait affecté.

Mais bon, revenons à nos moutons. Nao' avait besoin de décompresser. Et quoi de mieux que de boire, ou bien de manger avec des amis ? Hein ? Ca permettrait de rigoler un bon coup. A qui elle pensait ? A Salem ... Parce qu'elle l'aimait bien, ce vieux frippon, même s'il avait toujours, de temps en temps, quelques mains baladeuses qu'elle se devait de taper. Et puis, avec Al' dans les parages, y'avait toujours une bonne ambiance ... Surtout quand ils étaient tous les deux bourrés, qu'ils montaient sur la table et qu'ils dansaient le tamouré ... Bin quoi ? Vous les avez jamais vus faire ? Heureusement d'ailleurs parce que vous en rigoleriez encore ... Sauf, bien sûr, quand la table était pas vraiment stable et qu'ils finissaient tous les deux au sol, avec un sourire béa sur le visage, comme s'ils venaient de voir un truc extraordinaire, hors du commun, qui roxxait quoi ... Bah oui ... Niveau fête, Al' savait y faire. Enfin, façon de parler. Et Nao' savait aussi y faire. Fallait pas croire qu'elle était une petite fille sage ... Surtout quand elle avait quelques bouteilles dans le nez ... Ca faisait des dégâts.

Donc, Al', pour s'marrer un peu. Mais aussi Misaki. Pourquoi Misa ? Tout simplement parce que Nao' avait promis à son collègue qu'elle lui présenterait sa vieille amie. Enfin, vieille, façon de parler, puisque Misa devait avoir à peu près le même âge que Nao'. Mais elles se connaissaient depuis longtemps quoi. Et puis ... Et puis fallait aussi qu'elles discutent de ce qui s'était passé, la dernière fois, lorsque Nao' avait subitement quitté Misa et Kiwiha, toute chamboulée, toute chose. Non pas qu'elle devait forcément une explication à Misa ... Mais elle ne voulait pas non plus ébruiter cette affaire quoi. Et puis, c'était toujours agréable de parler avec Misaki, de choses et d'autres. Nao' aurait le temps de la questionner un peu plus de son long exil sur Terre, des gens qu'elle avait pu côtoyer, et tout ça.

Voilà pourquoi donc Nao' les avait invités tous les deux. Pour les présenter l'un à l'autre en tenant une promesse faite à un ami. Mais aussi pour discuter avec Misaki. Et passer un bon moment, surtout. Oh oui, elle aurait pu aussi inviter Kiwiha. Seulement, ça aurait été déplacé. Et même s'il affectionnait beaucoup Nao', pour le moment, leur relation devait rester secrète. Et ça aurait pu paraître un peu louche qu'il se pointe. Bien évidemment, Kiwiha pouvait toujours venir par surprise, histoire de voir ce que faisaient trois de ses Capitaines dans une taverne, mais bon.

Nao' se retrouvait donc au Rukongaï, dans sa taverne préférée. Enfin, celle de Al', surtout, qui allait mettre son temps à profit pour draguer Maria, encore une fois. Elle était la première arrivée. Elle s'installa à une table, attendant ses deux amis. Sans aucun doute que Al' arriverait en dernier, surtout s'il croulait sous la paperasse. Ca lui laisserait le temps de discuter un peu avec Misaki en attendant.


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Mar 26 Avr - 6:53

Un jour. Une pauvre journée plutôt éprouvante pour la jeune femme. Misaki avait pris ses fonctions la veille, les difficultés étaient moindre que ce qu’elle avait imaginé en premier lieu ; évidemment, les avis étaient partagés et tout n’était pas rose mais c’était plutôt tranquille pour le moment. D’ailleurs, depuis son intronisation, la nouvelle capitaine avait eu surtout à rattraper le retard de paperasse pendant que ses hommes s’adonnaient à leur mission quotidienne. Les habitudes aidaient à la sérénité des troupes. Peu de personnes dérangeaient la shinigami, et pour le moment, elle préférait laisser les choses telles quel ; les changements et adaptations surviendraient bien assez tôt. Misa enchaînait les documents, les parcourant assidument avant de les classer à sa manière ; ses réflexes de lieutenant revinrent très vite, et lui permirent d’être assez efficace dans son travail. D’ailleurs un léger sourire amusé apparut durant cette petite période de nostalgie. Ainsi se passa cette première journée, à la fin de laquelle, Misaki s’endormit sur son bureau au milieu des documents… La position ne fut pas très confortable, mais le sommeil très réparateur et relaxant malgré  tout.
 
Le lendemain matin, la jeune femme fut réveillée en sursaut par des coups sur la porte de son bureau ; elle reconnut la voix de son cinquième siège, et s’étendit avant de l’autoriser à entrer. Encore un peu endormie, les yeux ayant du mal à s’ouvrir complètement, la jeune femme tenta de déchiffrer les paroles rapides et incompréhensibles de son officier ; après quelques minutes, et surtout beaucoup de concentration, la capitaine comprit qu’une bagarre se déroulait entre des hommes de sa division… Sans hésiter, la jeune femme s’élança à leur rencontre, suivie de près par son subordonné. Sur place, l’objet de la dispute fut clair dans la mesure où les deux hommes hurlaient suffisamment fort pour attrouper tout le Seireitei ; ils se disputaient à cause de leur nouveau supérieur. Finalement certains approuvaient la présence et acceptaient l’autorité de l’ancienne exilée… son physique devait peser dans la balance, mais c’était assez gratifiant d’avoir du soutien. D’une voix calme et sereine, la shinigami tenta de calmer les choses. La réponse de ses hommes fut brutale et surtout offensante pour l’intéressée ; la colère lui monta doucement aux oreilles, qui devinrent rouge. Baissant le regard vers le sol, son regard dissimulé derrière sa frange, un sourire effrayant s’afficha et transforma l’expression du visage du capitaine de manière effrayante.

 
_ « J’ai dit ça suffit maintenant » dit-elle d’une voix froide et très autoritaire.
 
Son aura avait radicalement changée, puisqu’un vide s’était créé autour d’elle ; son envie de tuer et sa colère avait sûrement du libéré son réiatsu. Au moment où sa phrase fut prononcée, une toile d’électricité emprisonna les deux bagarreurs et les cloua sur place, dans la mesure où chaque mouvement entraînait une violente décharge dans leur corps. Le regard froid et assassin de la capitaine calma définitivement les ardeurs des deux hommes, ainsi que celles des autres autour d’elle. D’un geste, elle fit disparaître la toile et indiqua d’un signe de tête la reprise des activités quotidiennes. Elle en fit de même en soupirant longuement et profondément. Une fois de retour dans son bureau, Misaki reçut l’invitation de son amie Naoya ; c’était l’échappatoire salvatrice qu’elle attendait. Elle se contenta de laisser un message sur la porte du bureau – « Je serais de retour dans la journée. Que personne n’entre » -, et se rendit au rukongaï en quelques shunpos. Ce n’était pas très difficile d’avoir des indications sur le lieu de rendez-vous. Elle entra dans l’auberge, et trouva rapidement Nao déjà installée attendant ses invités.

 
_ « Heureuse de te revoir Nao. Je suppose que tu sais à présent pourquoi nous avons été interrompus hier… Me voilà nouveau capitaine comme toi.  »
 
Elle avait parlé tout en installant à côté de son amie, et se détendit tout en le faisant évacuant la colère présente quelques minutes auparavant. Ces hommes alors. Puis c’était quoi cette manière de dire qu’une femme n’avait pas le droit d’intervenir dans des problèmes d’hommes… Soupirant profondément à nouveau, Misaki releva le visage vers son amie et afficha un véritable sourire sincère et franc, chassant ainsi ce léger problème ; elle reprit alors la parole sur un ton plus doux moins cinglant que précédemment.
 
_ « Excuse moi. J’ai eu un petit souci juste avant de venir. Bonjour, comment vas-tu ? Merci pour l’invitation, mais je n’ai pas très bien compris la totalité du message. » Enfonçant légèrement la tête dans ses épaules, et arborant une légère expression de honte, Misaki continua « En fait, je t’avoue ne pas l’avoir lu en entier tellement j’étais heureuse de pouvoir te revoir aussi rapidement, et surtout en profiter pour m’échapper légèrement de ma division. »
 
Misaki sourit chaleureusement à son amie, et s’installa plus confortablement. Elle était réellement heureuse de se trouver ici, et de faire une petite pause après cette dure journée ; distraitement, la shinigami posa son menton dans la paume de sa main, et posa son coude sur la table, en observant attentivement Nao attendant sa réponse et ses explications… En y pensant, la capitaine  allait devoir être vigilante ; l’alcool n’était pas forcément son meilleur ami. La dernière fois qu’elle avait bue, elle avait entamé un petit str… Misaki fut incapable de prononcer le mot même en pensée, et ne put s’empêcher de rougir légèrement à cette pensée…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Mar 26 Avr - 16:10

En attendant ses collègues, et amis, Nao' avait commandé un thé. Oui, un thé. C'était pas du saké, encore moins de l'alcool, mais elle n'était pas vraiment là pour s'ennivrer non plus. Enfin ... Avec la venue de Al', pas sûre que ça ne se termine pas avec quelques bouteilles d'alcool mais bon. Pour le moment, il n'était pas là, et Nao' commencerait avec du thé. La jeune femme avait pris place à une table et elle avait passé ses mains sur son visage. Tout ceci ... tout ceci la stressait. Peut-être que si Kiwiha avait lâché le morceau, ou du moins, dit approximativement ce qui pouvait l'attendre, elle flipperait moins. Mais là, elle flippait grave. C'était un truc de fou. Qui sait ? Qui sait ce qui allait se passer ? Les anciens Capitaines, oui, ils savaient comment se passait une réunion. Quand elle était à la Huitième, elle avait eu vent de ces quelques réunions de part son Capitaine. Mais jamais, oh jamais, elle n'avait posé de questions là-dessus. Elle aurait dû d'ailleurs.

Ses mains sur son visage, Nao' ne remarqua pas tout de suite que Misaki était rentrée dans l'auberge. Mais quand elle entendit sa voix, elle redressa la tête, tout sourire, l'air de rien quoi. Elle était contente de la revoir. Nao' aussi d'ailleurs. Sans plus de détour, Misaki lui annonça que Kiwiha l'avait officiellement nommée Capitaine ... Enfin, plutôt officieusement puisque la réunion aurait lieu le jour suivant. Nao' eut un nouveau sourire.

"Oui, mais j'en avais pas eu la confirmation."

Misaki avait pris place à côté de sa veille amie.

"Tu sais ... Quand j'ai vu arriver le Commandant avec son escorte, j'ai eu peur sur le coup. Peur qu'au final il soit revenu sur sa promesse. Mais j'suis ravie de m'être trompée."

Mais la honte ... La honte que Nao' avait eu ... Honteuse d'avoir osé douter de sa parole, de l'avoir remise en cause, de ne pas lui avoir fait confiance. Elle s'en voulait terriblement. Et quand bien même ils n'auraient pas été amants. Quand bien même ils auraient repris leur ancienne relation, là où elle était, celle d'élève et de professeur, Nao' aurait, sans doute, réagi de la même manière. Quoi que, elle ne le saurait probablement jamais mais bon. La Shinigami porta à ses lèvres sa tasse de thé pendant que la serveuse revenait près de la table, histoire de voir si Misaki voulait boire quelque chose. Celle-ci s'excusa d'ailleurs, lui demandant comment elle allait. Elle ajouta aussi que ... Elle n'avait pas compris tout le message. Mais bon, Misaki n'avait pas hésité à dire qu'elle ne l'avait pas lu entièrement. Parce qu'elle attendait le moment opportun, en quelque sorte, pour sortir de sa Division et s'oxygéner l'esprit. Nao' eut un petit rire.

"On manque de convenance ... Je vais bien, et toi ?"

Elle reposa sa tasse de thé sur la table.

"En fait, avec la réunion des Capitaines de demain, j'avais besoin de respirer un peu. Et puis, j'me suis dit qu'on pourrait en profiter pour discuter ... Et j'ai aussi un de mes amis, Capitaine tout juste promu, lui aussi, qui voudrait te rencontrer."

Nao' marqua une pause avant de reprendre.

"Et j'ai préféré prendre les devants en vous faisant vous rencontrer. Parce qu'il est du genre à fouiner. Il serait même capable de t'espionner pendant que tu es aux bains. Donc, au lieu qu'il essaie de s'y casser les dents, autant faire les présentations officiellement, d'une certaine manière."

Sans aucun doute que ce pauvre Al' se ferait, encore et toujours, rembarrer. Ce n'était pas un mauvais bougre, un mauvais garçon mais bon, ces petites manies étranges pouvaient en énerver plus d'un. Et puis ... Maintenant qu'il était Capitaine, fallait qu'il arrête ses petites investigations. Si ça se savait et qu'on le prenait sur le fait, on le traiterait de Capitaine pervers.


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Jeu 28 Avr - 14:42

La journée débuta très mal. Misaki était courbaturée d’avoir dormi sur son bureau, et on la réveillait pour une dispute entre shinigami ; ces derniers n’étaient pas d’accord sur leur avis la concernant, et évidemment son apparence entrait spécialement en ligne de compte. Comme à son habitude, la jeune femme avait réglé ce problème de manière diplomatique et calme ; elle avait tout simplement utilisé son shikai pour les bloquer sur place et les mettre au défi de la contredire. Cette simple réaction allait l’aider à s’intégrer ultérieurement et à se faire respecter, mais sur le moment, elle avait surtout été très énervée et exaspérée par ces comportements puérils. De retour à son bureau, la jeune femme avait trouvé une invitation de Nao ; sans la lire en entier, elle était partie directement la rejoindre. Trouver l’endroit en question c’était avéré très simple, surtout quand on est une jolie femme et qu’on porte un haori blanc. Entrant dans le café, un peu brutalement, la capitaine avait repéré son amie immédiatement, difficile de passer inaperçu avec un tel réiatsu. De but en blanc, elle démarra avec une évidence puis s’installa ; pourtant rapidement, elle redevint la Misa habituelle, amicale et discrète.
 
Observant les alentours, Misaki se rappela quelques souvenirs gênant de la dernière fois où elle avait bu un peu plus que de raisons ; elle se jura cette fois de ne plus se laisser prendre. La jeune femme se reprit et se contenta d’opiner d’un signe de tête compréhensif… Elle ne comprenait que trop la réaction de Naoya, puisqu’elle-même avait douté des intentions du commandant en chef. S’excusant de son entrée fracassante, de son point de vue, la capitaine se contenta de fournir une explication sommaire ; et elle entama une discussion plus normale, mais surtout s’intéressa au but de cette rencontre. De sa lecture en diagonale, l’ancienne exilée avait compris qu’ils allaient être plusieurs ; cependant, elle ignorait le nombre et surtout l’identité des futurs invités. La shinigami indiqua un thé à la serveuse, pour suivre son amie et surtout pour éviter la honte de sa dernière beuverie ; cette pensée la fit d’ailleurs rougir légèrement. D’abord attentive, Misa fut ensuite dubitative devant les paroles de son amie… pourquoi prendre les devant pour présenter quelqu’un ? Comment ne pas être méfiante à l’égard de cet inconnu après cette formulation ?

 
_ «  Tu commences à me faire peur là… Il a quoi de spécial ce personnage ? Pourquoi s’y casserait-il les dents ? C’est sûr que si il vient dans mon bain, il va le sentir passer, mais je ne pense qu’un capitaine s’abaisserait à ça »
 
Avec insistance, Misaki fixa Naoya en attente d’une réponse claire. Puis rapidement, la jeune femme se souvint de certains petits incidents du temps où elle était lieutenante, avec des hommes de sa division qui avaient tenté de la toucher ; ces derniers avaient pu expérimenter la force et la violence de la jeune femme. En effet, depuis qu’elle avait retrouvé une partie de sa mémoire, Misa ne supportait que très peu le contact physiques avec les hommes, sans pouvoir se l’expliquer réellement pour le moment. Avec un peu de recul, et une certaine appréhension dans les yeux, la capitaine reprit la parole ignorant totalement les précédentes paroles de son amie.
 
_ « Me dis pas que c’est encore l’un de ces bonhommes à la main baladeuse… »
 
Misaki avait attrapé le bras de son amie tout en posant la question, et serrait avec une certaine force ce dernier en attendant la réponse. L’exilée supportait très bien la présence des hommes, tant qu’il gardait une distance convenable avec elle ; cette dernière était décidée par l’intéressée en fonction de son vis-à-vis. Pourtant en combat, la jeune femme n’hésitait pas à foncer dans le tas et parfois même se coller à ses adversaires pour profiter au mieux de leur faiblesse et les abattre au plus vite. Pour le moment, l’inquiétude se lisait sur les traits et dans les yeux de Misaki qui suppliait du regard son amie d’infirmer ses doutes… Elle était consciente que Nao ne laisserait personne lui faire du mal, mais la peur était une chose irraisonnée. Brièvement, et régulièrement, la jeune femme lançait des regards assassins aux alentours.
 
_ « Tu le laisses pas m’approcher si c’est le cas… Tu souhaites vraiment que je reste et que je le rencontre ? »
 
En une fraction de seconde, devant les regards interrogateurs et surpris des serveuses, Misaki reprenait son calme, ou en tout cas tentait de le faire au mieux. Elle aimait beaucoup Nao, et ferait tout pour faire plaisir à son amie même aller contre ses envies. Relâchant son étreinte du bras de la capitaine de la seconde division, la shinigami l’observa la suppliant encore du regard de l’autoriser à partir.
 
[ hrp : désolé petit délire perso… j’espère que ça gêne pas sinon je change ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Ven 29 Avr - 9:09

Bientôt le sacre. Un sacre qu’il attendait depuis un bon bout de temps maintenant. Il allait être officiellement et non officieusement, le nouveau capitaine de la neuvième division. Tous comme ses nouveaux collègues qu’il ne connaissait même pas encore. Ca avait l’air un peu lointain, mais dire que c’était demain seulement. Juste demain. Encore quelques heures et c’était bon. Lui frémissait presque d’impatience. Le boulot qui l’avait assaillit ces derniers temps n’avait pas encore fini de le traumatiser. Et il était vraiment temps. Temps de pouvoir équilibrer son nouvel emploi du temps, histoire qu’il profite plus de ses petites récréations. Notamment avec sa nouvelle conquête. Il sentait toujours son odeur l’envahir chaleureusement, alors qu’il était présentement entrain de classer les dernières paperasses administratives qui concernait l’ex capitaine Tõsen. D’ailleurs, il ne pensait presque plus à son boulot puisqu’il était dans la pénombre de son bureau, entrain de rêvasser tranquillement. Sa bouche s’était ouverte en un grand ô pendant que sa bave coulait lamentablement sur quelques uns de ses papiers. Pour peu, n’importe quel siège qui pénétrerait son bureau, l’aurait prit pour un vrai déréglé mental qui n’avait pas encore fini de faire des siennes. Mais cette femme… Elle était tellement… Tellement enivrante dans son genre qu’il ne pouvait penser à autres choses là. Salem eut quelques secondes plus tard, l’idée de la faire venir de son bureau, histoire de se blottir contre elle ; quoique cela fasse trop bébé gâté et il n’avait pas envie de la perturber dans son boulot de troisième siège, tout en sachant surtout qu’elle prenait « gros », le boulot d’Hisagi. Il avait voulu prétexter le fait d’inspecter ses travaux, mais il n’avait pas non plus envie de paraitre lourd. Dur dur d’affectionner quelqu’un, vous savez. Il avait beau se chercher quelconque excuses comme le sexe ou que sais-je encore, mais les faits étaient là : Alh’ était amoureux !

Et c’est bien la première que ce truc lui arrivait, lui qui ne savait se comporter, qu’en gros poisson pas forcement facile à choper dans les mailles d’un filet féminin. Une belle prise qu’on se targuerait d’avoir capturé, tant il ne voyait qu’aucun autre intérêt que celui de l’assouvissement de ses divers plaisirs, lorsqu’on faisait allusion à la gente féminine. Oui oui. Rares étaient les femmes qui pouvaient affirmer qu’elles étaient ses amies. Car il n’avait pas cette notion d’amitié avec les femmes. Pour lui, elles n’étaient bonnes qu’à faire le ménage, la cuisine et… l’amour. Sa vision des choses était certes limitée, mais c’était comme ça avec lui et pas autrement. Un vrai macho dans l’âme qui se faisait passer pour romantique quand il était à l’affut. Il n’était pas et il n’est pas hypocrite, loin de là. Seulement, lui savait retourner sa veste quand il le fallait, questions dragues. C’était tout un art. Un art où il excellait plus ou moins, vu son tableau de chasse agrémentée d’une centaine de noms et prénoms, toutes classes sociales confondues. La classe n’est ce pas ? Seulement, elle, la jeune Nier, était arrivée à bousculer tout ça en un claquement de doigt. Et toute seule, je ne vous dis pas. Quand il y repensait encore, il lui arrivait d’avoir quelques fous rires, lui, tout seul. Halala… Il y avait aussi les quelques exceptions qui confirmaient la règle, à savoir les filles de sa famille. L’on ne pouvait faire l’amour à sa sœur ou a sa mère. Oui il avait cette image machiste des femmes. Mais oui, il savait respecter le code de l’éthique. Il y avait aussi la Naoya. Une autre folle qui avait réussit à gagner l’amitié du malabar. Un phénomène à part quoi. Mis à part ces femmes, l’extérieur quand il remplissait les critères, « ses critères », pouvait être passible d’être considéré comme étant une proie. En quelques mots seulement, les autres femmes toutes belles et toutes fraiches ne servaient qu’à une seule chose : Satisfaire sa libido…

Mais ça, c’était le temps d’avant, qui paraissait si lointain, alors qu’il n’était que tout proche là. Maintenant, il pouvait le dire haut et fort : Les femmes étaient ses amies, ses confidentes et non des morceaux de viandes sur lesquelles il devait se jeter à la manière d’un chien enragé, dont les babines imprégnées de bave, en disait long sur son état. Maintenant, il était cool. Tellement cool, qu’il allait écourter ce travail chiant, histoire d’aller seulement faire ami-ami avec une fille à l’exubérance mammaire. Histoire de se prouver qu’il le pouvait, qu’il allait y arriver. L’excuse pour pas bosser. La fainéantise le rendait très intelligent dis donc. Mais alors qu’il rangeait ses dossiers, ses yeux glissèrent sur une forme anormale posée sur sa table. C’était quoi ça ? Une missive ? Avec le cachet de la deuxième division inscrit dessus ? La Naoya ? Curieux ! Il n’avait pas vu cette lettre. Sans doute quelqu’un qui était venu la déposer là, alors qu’il effectuait sa grasse matinée. Et dire qu’il allait se lever dans les secondes qui allaient suivre, sans voir ce truc. Sa fainéantise et son étourdissement le perdraient un jour surement. S’enquérant alors du message, quelle ne fut alors pas sa joie que d’y voir un contenu des plus réjouissants. Il n’avait pas tout lu, mais le mot « bar » avait suffit à l’enchanter. Surtout en compagnie d’une belle femme ! Avec un bon bonnet C ! Le test qu’il fallait, pour le conforter dans sa situation d’homme sérieux et fiancé. De plus elles étaient capitaines et entre capitaines, il fallait un minimum de contenance, de prestance. Demain était le grand jour et faire bonne impression était s’assurer de bonnes relations pour l’équilibre notable des mondes. Une pensée altruiste, alors que torse-nu, il ne faisait qu’enfiler son shihakusho sans manches, l’air débrayé ; Laissant donc le loisir à ses femmes de pouvoir se rincer l’œil sur ses tablettes de chocolats au lait…

Les quelques shunpos qui suivirent sur les toitures du Seireitei était… revigorants. Salem prenait de grosses bouffées d’air et son ton soucieux devant les archives du renégat, avait laissé place à une sérénité implacable. Son petit sourire s’afficha alors, quand il traversa la porte ouest. Il était maintenant très proche de sa destination. Quoique en retard, ce qui ne se faisait malheureusement pas. Mais alors qu’il allait rentrer dans le bar, survint une petite frappe –C’est vite dit, quand on voyait qu’il valait la corpulence de Salem- qui s’était mépris à son égard, vu l’absence de son haori sur ses épaules, qu’il n’avait pas jugé utile de porter. Sans ménagements donc, l’héritier des Fenyang ne lui flanqua qu’une bonne pichenette sur le front, avant qu’il ne valse à l’intérieur du bar en questions, et qu’il ne fracasse une table dans un bruit sourd. « Toutes mes excuses, messieurs, dames… » Il était rentré dans le bar, un œil fermé, tandis que sa main grattait sa chevelure. Maintenant que toute l’assistance le regardait ou presque, il soupira en laissant s’échapper le gros salopard qui avait voulu s’échapper et fit un gros sourire à Jo, le barman qu’il affectionnait tant… « Mais fais pas cette tête là ! J’te rembourserais avec intérêt, tu l’sais ! » Ses bras musclées remuaient dans tous les sens, histoire de lui montrer sa sincérité. Mais alors qu’il repartait derrière son comptoir, l’air un peu rassuré, Salem tourna sa tête vers sa place habituelle et vit Naoya Ses pas le faufilèrent entre les quelques tables occupées, avant qu’il n’atteigne le lieu même. « Tu m’excuseras mais je n’avais pas vite su que tu av… Arreuh ?! » Roulement de tambours ! Revirement dramatique de la situation. Alors qu’il voulait s’excuser du retard pris, ses yeux avaient malencontreusement glissé sur de gros seins. Puis ils avaient fini par remonter sur un minois qu’il ne connaissait que de photo… Avant qu’il ne se plante entièrement comme un piquet… bouche ouverte, entrain d’observer la beauté sulfureuse aux côtés de Naoya… Qui était prévue dans le rendez-vous ?! C’est dans ce genre de situation qu’il voulait se donner une claque, parce qu’il n’avait pas prit la peine de tout lire…

Mon Dieu… C’était troooooooooooop une bombe !

• Vous êtes… Si ravissante…

En quelques secondes seulement, Alh’ était sur un genou, devant la supposée nouvelle capitaine, entrain de la regarder de façons intenses, après lui avoir rapidement effectué un baisemain, main gracile qu’il gardait dans ses propres mains. Et plus galant que lui sur le moment tu mourrais… Manquait plus que la rose à la bouche et c’était parfait…

Comme quoi, on ne changeait pas les vielles habitudes du jour au lendemain…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Sam 30 Avr - 16:20

Nao' avait dévoilé le but de leur présence. Néanmoins, elle avait remarqué que sa chère amie palissait de minutes en minutes. Comme si ... comme si Nao' avait dit quelque chose qu'il ne fallait pas, ou un truc dans le genre. Aussitôt, ou presque, Misaki lui posa des questions. Ou du moins, avant cela, elle n'avait pas hésité à lui dire qu'elle lui faisait peur. Peur ? Peur de quoi ? Nan, Nao' n'était pas folle, et non, elle ne cherchait pas non plus à lui faire peur. Ce n'était pas son style d'ailleurs. Misaki lui posa d'autres questions, du genre, qui il pouvait être, pourquoi il finirait par se péter les dents, des trucs dans le genre. Elle se hasarda même à dire que s'il venait dans son bain, Al' le sentirait passer ... Mouais, Misaki marquait un point.

Nao' resta pensive durant quelques instants. Toutes les fois où ce cher Salem avait tenté de la conquérir. Bien des fois il s'était pété le nez contre une porte. Et bien des fois elle lui avait fait saigner le nez. Sauf, bien sûr, quand tous les deux avaient quelques bouteilles de trop dans le gosier. Parce que là, généralement, ça se terminait bien pour ce cher Salem. Ca semblait ... si loin tout ça, comme si c'était dans une autre époque, ou une autre vie. Enfin, c'était difficile à expliquer. C'était ... C'était le bon temps, enfin, façon de parler. Cette période de leur vie, ou du moins, de la vie de Nao' n'était pas si mal en soi, surtout qu'elle avait retrouvé Kiwiha, et ça, ça lui importait le plus. Néanmoins, par le passé, elle avait beaucoup moins de responsabilités. Elle suivait les ordres, point barre, obéissait ou se faisait taper sur les doigts quand elle ne faisait pas ce qu'on lui demandait. Elle était, en quelque sorte, plus libre de ses mouvements. Et elle faisait ce qu'elle souhaitait ... Là, avec le Capitanat, ça allait devenir différent. Ou du moins, c'était ce que la Shinigami se disait. Tout serait différent : son statut, les regards qui se poseraient sur elle ... Même sa relation avec Kiwiha était déjà différente, du fait qu'ils étaient passés à un stade supérieur. Stade qu'elle n'aurait jamais imaginé franchir d'ailleurs. Dans ses rêves les plus fous, si, mais autrement ... Comme quoi, parfois, les songes rejoignent la réalité. C'est rare, mais ça arrive quand même.

"Ne t'inquiète pas Misaki. Il est très gentil et ..."

Misa l'avait coupée dans ses paroles en lui attrapant le bras comme si ... comme si c'était un truc tout mou. Nao' en avait presque mal. Elle ne se souvenait pas que son amie avait si peur des hommes ! Quoi que ... A dire vrai, elles n'en avaient jamais parlé. Du moins, pas que Nao' se souvienne. Les hommes n'avaient jamais été un sujet dont elles avaient discuté. Faudrait peut-être qu'elles en parlent ... Et qu'elles creusent ensemble ce sujet. Ca ferait peut-être le plus grand bien à Misaki. Quoi qu'il en soit, elle serait toujours fortement le bras de Nao'. Cherchait-elle à le briser ? Nan, bien sûr que non. Mais Nao' en vint à se demander si Misaki se rendait compte de sa force. Probablement pas. Là, elle était stressée comme c'était pas permis. Elle avait une peur monstrueuse. Histoire de la rassurer un peu, Nao' posa sa main libre sur la main qui l'empoignait.

"Hé, Misa, ça va aller. D'accord ? Tu sais très bien que je ne cherche pas à te faire du mal. Ca se passera bien."

Et là, Misaki qui lui annonçait qu'elle préférerait partir, bien loin, rentrer dans sa division. Nao' voyait très bien qu'elle ne voulait pas rester, que c'était même un supplice pour elle que de rester.

"Tu sais très bien que si tu veux partir, je ne te retiendrai pas."

Nao' n'irait pas contre ses envies. Si Misa voulait partir, et bien, qu'elle le fasse. Si elle voulait rester et tenter d'affronter sa peur, Nao' serait là pour l'aider. D'ailleurs, même, elle n'hésita pas à le lui dire. Sauf que ... Sauf que voilà qu'un guignol déboulait dans le bar, ou bien, plutôt qu'il avait volé à l'intérieur du bar en s'écroulant sur une table. Nao' avait tourné la tête, histoire de voir ce qui venait de se passer. Le type était dans les choux, ou du moins, il devait voir des étoiles. Et voilà que ce cher Al' pénétrait dans le bar comme si de rien n'était, s'excusant pour la gêne occasionnée. Nao' secoua légèrement la tête. Ah bah ... Ca donnait une raison de plus à Misa de le craindre. Enfin, pas que lui spécialement, mais tous les mecs.

"Ah la la ... Al' ..."

Mouaip ... fallait qu'il fasse gaffe quand même. C'était pas sérieux tout ça pour un Capitaine, du moins, c'était ce que se disait Nao'. Quelques excuses de Al' pour Jo, du moins, pour le fait qu'il avait pété sa table. Et quelques secondes plus tard, le voilà près de la table de Nao' et Misaki. D'ailleurs, il s'excusa à nouveau, déblattant une phrase que Nao' avait eu beaucoup de mal à comprendre. Sauf que ses yeux se posèrent sur Misaki, et là, c'était comme un électrochoc ... Comme s'il avait perdu sa langue.

"Al', voici mon amie Misaki, mais je te conseillerai ..."

Trop tard ... Il lui avait fait un baisemain. Ou tenté du moins. Parce que vu sa peur irraisonnée d'il y avait peu de temps, Misaki allait, sans aucun doute, l'envoyer sur la lune, ou quelque chose dans le genre ... Ou même se planquer derrière Nao' parce qu'elle avait peur du grand type.


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Dim 1 Mai - 12:28

Venue pour se détendre, les choses prenaient la tournure inverses. Naoya commençait à inquiéter Misaki par ses paroles énigmatique concernant son autre invité ; il semblait que ce soit un homme peu respectueux des bonnes manières, et assez bourru dans sa méthode de drague. Que des choses que la jeune femme ne supportait plus. Sa vie sur Terre avait ravivé quelques souvenirs de sa vie passée, et exacerbé son aversion pour les hommes. En réalité, elle supportait leur présence et la vivait bien lorsqu'il se comportait en gentleman et ne tentait pas de la toucher sans son autorisation... Ajoutons à cela les émotions de ces derniers jours couplé au manque de sommeil, et vous avez une jeune femme au bord de la crise de nerf. D'ailleurs dans sa panique, l'ancienne exilée agrippa le bras de son amie et le sera très fort sans réellement s'en rendre compte. Ses questions étaient erratiques, et n'attendaient pas réellement de réponse. Les regards portaient sur la jeune femme l'amenait à tenter de reprendre un peu son calme ; sa respiration se fit plus profonde et lente afin de quitter cet état de panique. Un sourire forcé s'afficha sur le visage de la capitaine en observant Naoya, elle tentait de la rassurer ; il fallait qu'elle passe outre son aversion, surtout si l'autre était aussi un capitaine.

Pourquoi réagissait-elle comme ça d'ailleurs? La réponse était plus complexe qu'en apparence, et la jeune femme commençait à en apercevoir les méandres. Même si quelques réponses se profilaient à l'horizon, Misaki ne pouvait garder son calme à l'idée d'avoir un dragueur lourd, qui tenterait de la toucher, à côté d'elle. Acquiesçant d'un signe de tête, l'ancienne exilée afficha un sourire gêné à l'attention de son amie et se prépara à se lever en prenant la parole.


_ " Je ne pense pas être prête aujourd'hui pour rencontrer ton ami. Peut être un autre jour. Ne t'inquiètes pas, je tenterais de t'expliquer ce qu'il se passe... Quand je serais moins fragile nerveusement, et plus reposée. "

Malgré tout, Misaki n'eut pas le temps de quitter sa place. Un homme traversa la salle, et stoppa son mouvement. Comme toutes les personnes présentent dans la pièce, la capitaine de la troisième division observait la scène avec attention afin de comprendre ce qu'il se passait ; d'ailleurs, par réflexe, sa main s'était posée sur la garde son zanpakutô. Durant quelques instants, la jeune femme oublia sa peur du futur invité de Nao et se concentra sur l'homme entrant dans le bar ; sa carrure était imposante, et son attitude nonchalante lui rappelait Shunsui. Misa tourna la tête vers Nao lorsqu'elle semblait réagir à la présence de cet homme. Ainsi cela devait être lui son invité, à première, le shinigami ne semblait pas très dangereux ni très pervers. D'un oeil soupçonneux, la shinigami observait le nouvel entrant et suivit chacun de ses gestes et déplacement. Méfiante, et prête à dégainer à tout moment, Misaki tentait de rester calme pour le moment.

Etonnamment, la perspective d'un combat semblait la calmer un peu et lui faire retrouver ses esprits. L'homme tenta de bredouille des excuses pour son retard, enfin c'est ce que crut comprendre Misaki, pendant que Naoya faisait les présentations et tenta de prévenir le nouvel arrivant de faire preuve de prudence avec la capitaine de troisième division. L'avertissement arriva trop tard malheureusement. Le regard lubrique du capitaine de la neuvième division se posa sur la poitrine généreuse de Misaki, ce qui sembla chambouler totalement le shinigami. En quelques instants, il était à genou devant la capitaine de la troisième division, lui faisant un baise main avant de maintenir la main de Misa dans la sienne, et la fixant intensément.


** Rapide **

Ce fut la première pensée de Misaki. Puis l'intéressée se rendit compte du contact avec l'homme, et elle craqua en une faction de seconde. La capitaine de la troisième division retira sa main rapidement et sans ménagement puis se redressa dans le même élan en reculant de quelques pas, renversant sa chaise par la même occasion. Un regard froid et haineux se posa sur le capitaine de la neuvième division. Comment pouvait-il oser lui prendre la main sans sa permission ? Lui toucher la peau de ses lèvre ? Et la fixer ainsi aussi impunément ? Toutes ces questions ne trouveraient pas de réponse dans l'immédiat. Sur un ton sec et froid, Misaki prononça un seul mot.

_ " Bankai "

A ces mots, une puissante énergie émergea de la jeune femme et assomma toutes les personnes présentes dans la pièce, faisant vibrer les vitres et les verres sur les tables. Un petit vent s'était levé au niveau des pieds de la jeune femme, et découpait minutieusement et en petits morceaux la chaise et les pieds de la table entrant dans son champ d'action. Le regard froid de Misaki se posa sur le capitaine de la neuvième division, et immobile, elle s'apprêtait à attaquer son homologue pour l'affront qu'il venait de lui faire. Intérieurement, la capitaine de la troisième division savait que son attitude était disproportionnée, mais elle avait craqué... Le tourbillon autour de ses pieds augmentait petit à petit transformant le mobilier autour d'elle en petit bois pour un barbecue. La seule personne capable de calmer Misaki avant le drame était Naoya, si elle trouvait les mots juste pour rassurer son amie... L'ancienne exilée était dans un état second pour le moment, et était capable de détruire le quartier entier pour faire payer ce geste, finalement innocent.

[ hrp : c'est un gros délire... elle se calmera très vite. Si ça gêne, dites le je changerais ça ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Dim 1 Mai - 23:06

Salem n’avait pas vraiment fait attention aux dires de Naoya. En fait, il ne l’avait même pas écouté pour ainsi dire. Plutôt obnubilé par la beauté frappante de la nouvelle recrue du capitaine commandant. Pour une canon, c’en était vraiment une. Sa chevelure cachait l’un de ses yeux. Serait-elle borgne ou autre choses de ce genre ? Oh bien sur, tout ceci ne ternissait en rien sa beauté époustouflante qui faisait vite de faire fondre notre protagoniste. Surtout qu’on pouvait aisément remarquer sa poitrine volumineuse qui pouvait faire craquer plus d’un. Dont lui quoi, putain ! Encore un peu et il plongeait sa tête dedans. Mais patience était de mise. Rectification ! Retenue plutôt. En une fraction de secondes, il se rappela de la résolution qu’il se devait de respecter chaque jour. Il était maintenant un territoire occupé, si l’on peut dire ainsi. Un territoire occupé, ouais… C’est dans ces moments là qu’il remarquait combien la liberté était énormément précieuse. Mais ce n’était pas si mal d’être casé hein. Ca avait même du bon quelques fois. Dorénavant qu’il avait ce qu’il fallait dans sa division, le capitaine n’avait plus besoin de dépenser son argent dans les bordels du Rukongaï. Remarquez, cela ternirait moins sa réputation déjà pas trop propre. Il y avait de tout ça quoi. Mais il ne fallait pas se méprendre. Ce n’était parce qu’il était occupé qu’il ne pouvait pas se montrer un tant soit peu galant quoi. La galanterie, c’est le bien. Il n’y avait presque rien de mieux que cela dans la vie magnifique d’un pervers de sa trempe. Et même que sa cibl… Heu non… La femme a qui il avait fait un baisemain, semblait toute chamboulée. Elle était pantoise sur le moment. Cet air allait faire rire Salem si et seulement si elle n’avait pas retiré sa main de manière véhémente, comme si son collègue sentait le bouc ou comme s’il avait de la peste. Ce qui n’était point véritable je vous rassure. Mais l’ébauche du sourire qu’il voulait afficher s’évanouit quand il la vit dégainer son trancheur d’âme après avoir reculé de quelques pas. Pas possible… Non… Elle n’allait quand même pas faire ça…

• Bankai

Ce seul mot suffit à faire écarquiller les yeux de Salem avec effroi, avant qu’il ne se décide instinctivement à faire deux trois bonds en arrières. L’énergie spirituelle de la nouvelle capitaine ainsi que la lueur qui la recouvraient se multipliaient, au point qu’il se protégea un moment la face à l’aide de son avant bras. Il eut des éclats de verres qui se brisaient ainsi que des objets qui s’envolèrent de tous parts. D’ailleurs, il n’entendait aucun cri autour de lui. Risquant un coup d’œil furtif, Salem se rappela un poil trop tard que les âmes du rukongaï étaient trop chétives, ne pouvant donc pas supporter une telle masse de réiatsu contenu dans une pièce aussi restreinte. D’ailleurs, encore un peu et la taverne de Jo s’écroulait… Tout ça par sa faute. Mais en même temps, jamais au grand jamais une fille n’avait réagit aussi négativement à ses actes. Ce n’était pas comme si un baisemain était si malsain en soit, ou même trop osée pour une femme de sa trempe. Il ne l’avait même pas tripoté. Au pire, elle aurait pu l’ignorer, l’insulter ou encore lui donner une baffe, mais au point de dégainer son bankai comme Lucky Luke le faisait avec son colt, c’était alors insensée. Oui, très insensée de sa part. Pour très peu, cette femme s’emportait. Il n’avait certes pas eu raison de lui embrasser simplement la main, mais vous appeliez ça une capitaine vous ? Un capitaine, c’était tout d’abord le calme plein, l’analyse, l’exemple qu’on devait suivre et non la force brute qui se devait de taper même sur ses collègues pour une situation aussi bénigne, insignifiante, triviale. Là, faut dire qu’elle baissait énormément dans l’estime de Salem. Il n’était sans doute pas un exemple à suivre vu son caractère flemmard et pervers qu’on assimilait très facilement au capitaine Kyouraku, mais il savait se contenir lorsque danger il y avait. Le bankai dans un autre temps ne devait être qu’un joker et non un instrument qu’on se targuerait d’utiliser juste parce qu’on l’avait… Sur le coup, elle ne valait pas son grade c’était certain. Son long séjour à la ville de Karakura l’avait-elle lobotomisé ? Probable… Avec ce qu’il voyait là… Malheureusement…

• C’est vraiment dommage… disait-il en se penchant soudainement vers quelque chose d’intéressant sur le sol, alors qu’elle était sur le point de le tuer… Au moins ça s’ra ma dernière bouteille. « Je n’ai jamais frappé de femme, alors, c’pas maintenant que je vais commencer. Si ça vous fait plaisir, butez-moi… »

Et puis, parmi les décombres humains et matériels, Salem s’était soudainement assis en tailleur, bouteille de saké à la main. Une bouteille intacte qui n’avait pas été touché lors de cette décharge virulente d’énergie spirituelle. C’était le fun. Il pouvait faire une dernière prière sur l’un de ses péchés mignons. Trop cool quoi. Combien de personnes dans ce monde avait cette chance, hein ? Souriant donc, alors que le réiatsu de collègue était étouffant, oppressant et que les émanations de son bankai faisaient vibrer tout un tas de choses, Salem d’une main habile voir complètement experte, put déboucher la bouteille sans problèmes, avant de narguer la mort qui le guettait tout en buvant au goulot. Il ne le faisait pas exprès, oh que non. C’est juste qu’il avait des principes, des crédos bien à lui. Et parmi eux, ne jamais taper une femme qu’elle que soit sa bêtise –Le cas des arrancars féminines mis à part-. La femme, c’était la vie, c’était son tout, c’était sa divinité. L’héritier des Fenyang avait beau être pitre, saltimbanque et tout ce que vous imaginez d’autres, mais jamais violent avec les femmes, pour ne pas dire en général. Même s’il avait été turbulent dans son enfance, Alh’ ne pouvait pas oublier les certaines valeurs qu’on lui avait appris pour cette vie des plus difficiles. Et s’il ne pouvait oublier une chose même après le passage d’une quelconque maladie de ce genre, « c’est qu’on ne frappait pas les donzelles, même les plus laides. » Quitte à en crever comme un chien pourri sur les pavés glacés d’une quelconque ruelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Lun 2 Mai - 14:51

Quelques minutes avant l'arrivée de Al'.

Misa avait adressé un léger sourire en direction de Nao'. A dire vrai, elle était gênée de partir de la sorte. Mais elle n'était pas capable ... Non, pas capable d'affronter Al' pour le moment. Le pire, c'est Nao' voulait simplement lui présenter un de ses amis, rien de plus. Elle n'escomptait pas les caser ensemble. Elle voulait juste les présenter, sans arrière pensée, sans rien d'autre. Mais Misaki avait besoin de repos. Elle avait besoin de se calmer les nerfs avant de faire un pas en direction du gouffre et de se lancer dans l'inconnu. Nao' comprenait qu'elle avait besoin de temps, même si elle se posait beaucoup de questions. Qu'est-ce qu'il lui était arrivée pour qu'elle agisse de la sorte ? Nao' aurait bien aimé savoir. Mais ce n'était pas vraiment le bon moment pour parler de tout cela.

"D'accord, repose-toi, c'est le plus important."

Mais ce fut à ce moment que Al' débarqua. Enfin, pas lui en premier, mais le pauvre gars qui avait appris à voler pour je ne sais quelle raison. Aussitôt, ou presque, Nao' eut comme une appréhension, se demandant si elle avait bien fait de les réunir tous les deux, et surtout, si elle n'aurait pas dû remettre cette entrevue à plus tard. Mais c'était trop tard, en quelque sorte. Misaki était là, Al' venait d'arriver. Donc, en quelque sorte, c'était reculer pour mieux sauter. Elle fit donc les présentations ... Et tenta de prévenir Al' qu'il devait y aller doucement, mollo, avec Misaki. Mais elle n'en eut pas vraiment le temps. Car voilà qu'il venait de lui faire un baise-main. Et à la seconde d'après, l'ancienne exilée eut une réaction... Plus que démesurée.

Pour commencer, Misaki avait récupéré sa main, un peu comme si Al' était un pestiféré, ou quelque chise dans le genre. Et suite à cela, elle avait dégainé son Zanpakutoh et prononcé un mot. Un mot que Nao' avait tenté d'empêcher qu'elle prononce.

"Misaki ! Attends !"

Nao' s'était levée d'un bon, ou presque. Mais c'était trop tard. La nouvelle Capitaine avait usé de son Bankai. Les pauvres âmes présentes dans la taverne s'étaient effondrées, à cause de la trop grande pression spirituelle. Mais Nao' ne s'inquiétait pas pour ça. Du moins, pas uniquement que pour cela. Pourquoi ? A cause de ce Reiatsu, la taverne pouvait risquer de s'effondrer, de tomber en miettes, et là, ça provoquerait bien plus de dégâts. Al', quant à lui, joua la carte de la désinvolture. Il s'était baissé, avait récupéré une bouteille de saké qui traînait là, et la déboucha, histoire de se boire un bon petit coup avant d'attendre patiemment je ne sais quoi. Il n'avait jamais tapé de fille, et ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer. A Nao' donc de résoudre la situation, du moins, si elle y parvenait. Elle appréciait Al', malgré ses airs de drageur, de charmeur. Elle avait appris à vivre avec, elle savait comment se comporter avec lui et tout cela. Ils se connaissaient depuis pas mal de temps déjà. Si les places avaient été inversées, s'il s'était retrouvé à la place de Misa, peut-être qu'elle aurait pu trouver les mots justes, ou les bons gestes pour le calmer.

Mais Misaki ... Ca faisait tellement longtemps qu'elles ne s'étaient points vues ... Peut-être ... qu'elle ne saurait pas comment l'arrêter. Mais Nao' devait essayer. Elle ne devait pas baisser les bras avant d'avoir essayé. Car après tout, elle serait bientôt Capitaine officiellement. Et elle se devrait de résoudre des situations de ce genre pacifiquement ... Ou en usant de la force. Mais elle préférait le faire pacifiquement. Dans un certain sens, elle voulait résoudre ce problème ... Avant que Kiwiha n'ait vent de l'affaire et qu'il vienne jusque là. Car sans aucun doute qu'il se demanderait pourquoi l'un de ses Capitaines avait usé de son Bankai. Et franchement, rien que lui expliquer tout ceci, ça lui filait la jaunisse. Lentement, prudemment, Nao' se rapprocha de son amie. Et d'une voix douce, calme et qui se voulait rassurante, elle lui parla.

"Misaki ... Ecoute-moi, regarde-moi. Je t'en prie, arrête. Je ... je ne sais pas ce qui a pu se passer sur Terre. Je ne sais pas pourquoi tu réagis ainsi."

Nao' était face à elle, interposée entre Misaki et Al'. Peut-être que ... Peut-être que si elle le défendait, peut-être que si elle montrait à Misa qu'elle était prête à se prendre les coups à la place de Al', ça la ferait réagir ? Qui sait ... Nao' savait que Salem avait un bon fond. C'était pas un mauvais garçon. Elle l'appréciait, beaucoup, et elle ne pouvait pas le laisser se faire dégommer sans lever le petit doigt, même si elle se doutait qu'il finirait par réagir à un moment ou à un autre.

"Mais je sais que ce n'est pas le moment opportun d'en parler. Et je sais aussi que tu ne cherches pas à me blesser, moi, ou toute autre âme étant ici, parmi nous."

Nao' la regardait dans les yeux, cherchant la petite lueur qui lui ferait comprendre que son amie l'avait écoutée, entendue.

"Alors, je t'en prie ... Annule ton Bankai et rengaine ton Zanpakutoh ... avant que quelqu'un ne soit blessé. Al' a peut-être un comportement que tu qualifierais d'étrange, mais ce n'est pas un mauvais bougre. Fais-moi confiance."

Avait-elle réussi ? Avait-elle réussi à convaincre Misaki de cesser cette folie avant que les choses ne dégénérent ? De toute manière, même si l'ancienne exilée ne baissait pas son arme, Nao' la lui ferait baiser, d'une manière, ou d'une autre. Que ça soit par un Kidô, ou par autre chose.


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Dim 3 Juil - 8:43

Juste un baisemain. Juste cela. C’est dire comment la nouvelle capitaine était coincée du cul, vraiment. Pour s’enflammer aussi vite, fallait quand même le faire quoi. Aussi s’en foutait-il d’une manière ou d’une autre. Déjà qu’elle était exilée, elle ajoutait à son dossier calamiteux de shinigami, le manque flagrant de calme. S’il savait depuis fort longtemps qu’il s’agissait d’une misandre, Salem ne se serait sans doute pas pointé ici, quand bien même la présence de Naoya était importante. Et c’était un fait. Qu’avait donc en tête le nouveau commandant en chargé du gotei 13 pour recruter une personne pareille ? Certes elle était vraiment belle et Salem était très mal placé pour le nier, vu comment il avait louché sa poitrine qui défiait les lois de la pesanteur. Mais n’y avait-il pas d’autres éléments encore plus talentueux que lui-même ? Une très bonne question qu’il ne cessait actuellement de se poser, alors qu’il était en passe de crever ? Ouais, c’est presque illogique, mais avec l’héritier des Fenyang, tout était possible. Alors qu’il comptait continuer de boire sa trouvaille, il vit Nao’ s’interposer entre les deux capitaines. Médiatrice dans toute l’histoire ? Il aurait presque du s’en douter. La cap’ de la seconde division était quelqu’un de brave, vraiment. Un personne sur qui on pouvait compter et comme toujours, elle ne faillait pas à sa réputation de femme au grand cœur. Finalement, la rencontre prenait une toute autre tournure. Si la supposée Misaki venait à ne pas écouter la voix de la raison au point de finir par brutaliser Nao’ dans son élan meurtrier, là, elle allait payer très très cher. M’enfin, c’était à voir tout ça. Sinon que comiquement, les yeux fermés et les joues presque rougies, le capitaine de la neuvième division hochait sa tête en guise d’approbation à chaque dire de Nao’. Mais les choses, elles, ne se passèrent pas comme prévues. C’était certes moins pire que la dégaine direct du Bankai, mais ça partait en couilles et à sens unique. Personnellement, Salem venait de déconsidérer cette personne. Et les relations futures entres eux, promettaient fortement. Pas dans le bon sens malheureusement.

• NE ME FAIS PLUS JAMAIS RENCONTRER CE GENRE DE PERSONNES, NAOYA !

Waouw ! C’était quoi ça maintenant ? Une crise aigue de femmes qui ne supportait pas les hommes ? On l’avait déjà violé ou quoi ? Parce que pour faire tout un plat à cause d’un simple baiser qui n’était même pas mal placé, la donzelle aux belles formes avait fini par craquer et à verser dans les sanglots. Elle annula son Bankai par la suite et ne demanda pas son reste, l’avant bras cachant son visage en pleurs. Salem pour sa part restait un peu nonchalant et tourna sa tête pour accompagner sa course maladroite par son regard. Il avait même enfoncé un de ses doigts dans une narine qu’il curait grassement. Il l’observa jusqu’à ce qu’elle finit par disparaitre d’un shunpo et le calme se réinstalla dans la taverne morte. Là, c’était fort. Comme quoi, rester dans sa division avait du bon parfois. Il aurait du il aurait du. Même si sa conduite était un peu à déplorer pour le grand satyre qu’il était. Oui, il avait sa part de fautes, et oui, il le reconnaissait sans mal. Mais bon… Pour lui, c’était vraiment une première. Encore une gifle, ça aurait été préférable, mais au point de vouloir le buter pour ça, c’était… Surprenant quoi. Bref, intérieurement, il radotait presque et le silence, lui, il devenait pratiquement pesant. D’une traite donc, il vida la bouteille qui lui avait gratuitement été offerte par la force des choses avant de relever sa grosse carcasse. Il se sentait lourd et la seule chose qui lui venait à l’esprit, c’était de se casser de ce coin qui brusquement après tant d’années de fréquentations, lui paraissait hostile. Indirectement, Salem avait été coupable de l’effondrement de toutes ces personnes innocentes ici présentes, qui n’avaient rien demandé. Il soupira grandement, sans même essayer de cacher son air véritablement blasé. De plus, à l’égard de Naoya qui avait juste voulu favoriser et tisser des liens inébranlables entre deux nouveaux capitaines, il se sentait un peu honteux. C’était bien la première fois qu’il faisait face à une situation pareille. Et d’une manière ou d’une autre, elle était particulièrement troublante.

• Désolé.

C’était tout ce qu’il avait pu inventer. Pour tout vous dire, c’était le seul mot qui par reflexe, était sorti de sa bouche. Il s’en voulait vraiment le gars. Et il soupira une deuxième fois. Lui aussi aurait pu fuir d’un shunpo rapide et tout. Mais aurait-il pu lui faire face un jour, à elle, son amie de presque toujours ? Grattant sa chevelure d’un air de gène, il se pencha vers le corps inerte d’un quidam, avant de vérifier son pouls au niveau du cou. Rien de grave à signaler. Ils étaient juste tous assommés. Comme quoi, elle en avait grave dans le ventre cette Misaki. Pas étonnant d’un côté que le big boss l’ait gracié récemment. Et puis son bankai, il était réellement impressionnant. Cela lui faisait presque rappeler qu’il n’avait pas dégainé le sien depuis des années, mine de rien. Mais là n’était pas le plus important pour le moment. Jetant un regard en biais à Naoya, il demeura dans son mutisme et s’avança entre les tables en commençant à faire du nettoyage. La moindre des choses était de rendre le coin on ne peut plus présentable. Mais ses yeux tombèrent par inadvertance sur le corps de l’ex-shinigami devenu à présent barman. Lui aussi avait été assommé par la force impressionnante du bankai précédent. A croire qu’il avait perdu de la force. Soupirant, il déposa dans un coin, les quelques débris qu’il avait collecté avant de s’approcher de lui. Il enjamba sa masse et s’enfonça dans la salle adjacente avant d’en ressortir quelques secondes après, avec une bouteille pleine d’eau. Sans crier garde, il le renversa carrément sur la face du vieux qui se réveilla instantanément en sursaut. Le temps qu’il demande ce qui s’était passé, Alh’ lui passa un verre d’alcool de la table d’à côté, qu’il avala volontiers tout de suite, histoire de se remettre un peu les idées en place. Pendant ce temps, Salem avait pour sa part, réajusté son haori et s’était retourné vers Naoya, l’air plus ou moins troublé, malgré le sourire qu’il se forçait d’afficher poliment. Il lui devait au moins bien ça, après ce qu’avait fait sa soit disant camarade… M’enfin…

• Alors… Qu’est ce qu’on fait maintenant ? On repart dans nos divisions respectives, ou on se bourre la gueule après avoir aidés ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Dim 3 Juil - 13:29



Incroyable !

C'était un truc de malade. Jamais, oh combien jamais, elle n'aurait pensé que la situation déraperait autant. A croire que son amitié avec Misaki avait pris un coup dans l'aile après tous ces siècles. Elle qui pensait connaître la Capitaine de la Troisième Division ... Et bien, celle-ci avait malheureusement bien changé depuis le temps. Que lui était-il arrivé pour qu'elle agisse ainsi ? Pourquoi ... Pourquoi un simple baisemain l'avait-elle mis dans tous ces états ? Pourtant ... Elle ne semblait pas mal à l'aise lorsqu'elles avaient croisé Kiwiha et ses hommes dans la rue. Etait-ce à cause de la faible proximité entre Alheïri et elle ? Y avait-il autre chose que Nao' ne savait pas ? Lui cachait-elle des choses ? Avaient-ils pu se rencontrer par le plus grand des hasards, ici ou là, et leur rencontre s'était mal terminée ? Nao' ne savait pas quoi penser de tout cela. Et pourtant, elle savait qu'elle ne pouvait pas les laisser se battre tous les deux. Voilà pourquoi elle s'était interposée entre Al' et Misaki. Elle était face à celle qu'elle pensait être son amie, la regardant, essayant de lui faire changer d'avis. Mais elle avait peur que tout ce qu'elle puisse lui dire tombe dans les oreilles d'une sourde.

"Je t'en prie Misaki ... Abaisse ton arme."

Et dire ... Et dire que c'était de sa faute. Si ... Si elle n'avait pas organisé cette rencontre, rien ne se serait produit. Les pauvres âmes ne se seraient pas effondrés à cause de la pression spirituelle. Il n'y aurait pas eu des verres ou des bouteilles de cassées. Et la taverne n'aurait pas tremblé durant quelques instants. Elle aurait mieux fait de s'abstenir. Oui, Nao' aurait mieux fait de le faire. Mais comment aurait-elle pu prévoir les réactions de Misaki ? Elle n'avait rien voulu de tout cela. Et mine de, le fait que la situation dégénère ... la chagrinait.

Nao' aurait aimé savoir pourquoi une telle réaction, ce qui avait bien pu lui arriver. Une mauvaise rencontre dont elle n'avait pas pu lui parler ? Probablement ... Peut-être que c'était ça à l'origine qui l'avait fait péter un câble. Nao' aussi avait vécu de mauvaises choses, quand elle était encore humaine et qu'elle baignait dans son sang parce qu'on était en train de la tuer. La poignarder, ça n'avait pas suffit. Il avait fallu que ses meurtriers lui passent dessus. Et pourtant, elle aurait eu des raisons de s'méfier des hommes. Et c'était pas le cas. Parce qu'elle savait faire la part des choses peut-être. Ou parce que tout ceci était bien loin derrière elle et qu'elle avait fini par ne plus y penser, ne plus y accorder de l'importance.

Quoi qu'il en soit, Misaki était en colère, folle de rage. Elle avait hurlé sur Nao' pour qu'elle ne lui refasse jamais un coup pareil ! Et elle s'en était allée, en pleurant, sans demander son reste. Les plantant là tous les deux. Nao' prit une lente inspiration. Elle avait baissé la tête durant quelques instants et avait soupiré, tout en la secouant quelque peu. Elle avait passé une main sur son front, sur son visage. C'était vraiment incroyable. Un truc de dingue. Elle voulait avoir le fin mot de cette histoire. Mais elle doutait que de se lancer à la poursuite de Misaki serait une bonne idée. Difficile de ne pas se coller des gifles après un truc pareil ! Al' s'était levé après avoir fini sa bouteille pour s'excuser. C'était pas de son fait.

"C'est pas de ta faute. C'est de la mienne. J'crois que j'aurais pas dû ..." avait-elle dit d'une voix triste.

Oui ... Elle aurait pas dû les emmener tous les deux dans la même pièce. Pas tant qu'il y aurait pas vraiment eu de présentations officielles. Nao' aurait peut-être du attendre la nomination officielle des Capitaines. Ca aurait, probablement, arrondi les angles. Et sans aucun doute que cette rencontre n'aurait pas connu un tel dénouement. Qu'est-ce qu'elle s'en voulait ! Pour preuve, une larme avait perlé le long de son joli visage pour venir s'écraser au sol. La dernière fois qu'une larme avait suivi ce chemin ? Y'avait de ça longtemps, très longtemps. Pour dire que ça lui avait fait quelque chose.

Nao' resta plantée quelques instants comme ça, sans rien faire, sans rien dire, tandis que Al' s'occupait des âmes, histoire de voir si tout allait bien pour elles. Il mettait aussi un peu d'ordre, et avait réveillé le tavernier en lui jetant de l'eau dessus. Et puis, il revint auprès d'elle, lui posant une question. Que faire ?

"J'crois que j'ai besoin d'un verre ... Même plusieurs."

J'crois même qu'une bouteille suffirait pas pour effacer, gommer ce qui venait de se passer.


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Sam 16 Juil - 12:29

Je pense bien que depuis que j’avais fait sa connaissance, c’était la première fois que je voyais Naoya dans cet état. Dépitée, découragée, on était loin de la jeune femme chaleureuse qui n’avait aucun mal à sourire à tout le monde, toujours débordante de bonne humeur. Bien qu’elle ne m’ait pas attribué la faute, je me sentais faiblir sous le poids d’une très grosse culpabilité. Je n’aurais pas, du me répétais-je sans cesse, je n’aurais pas du. Et pourtant, c’était arrivé inévitablement et ça compromettait gravement les relations du trio que nous avions formé en l’espace de quelques pauvres secondes seulement. Soupirant, je la regardais toujours sans plus rien dire, pas tellement étonné par la réponse qu’elle m’avait donné. Boire. C’était tout ce qu’il nous restait le temps de s’assurer que les autres personnes qui s’étaient effondrés sous le poids du bankai reprennent conscience. Si les habitants du Rukongaï avaient leur mot à dire, quel ne serait donc pas le scandale qui en découlerait. Nao’ et moi, on aurait rien à se reprocher ou tout du moins, Naoya seulement. Moi, c’était autre chose. C’était par mes lèvres que la fameuse capitaine de la troisième division, sans raisons, déclencha son Bankai. Et d’une manière ou d’une autre, j’étais un peu dans la mouise. Du moins, psychologiquement. Mon poste, je ne le risquais certainement pas, mais bon… Après…

• J’pense bien qu’il va falloir doser quand même. Ne me prends pas aux mots. Tu risques d’oublier demain.

Demain, demain. Demain, c’était le grand jour. La cérémonie d’investiture des capitaines récemment promus. Un jour que j’attendais depuis maintenant un très bon moment. Inutile de vous parler de mon empressement. Mais disons que ledit empressement, il semblait s’estomper petit à petit. Car plus les secondes s’égrenaient et plus j’appréhendais l’arrivée du sujet aux oreilles du capitaine-commandant que je respectais énormément. C’est vous dire que malgré mon attitude nonchalante et désinvolte habituelle, je respectais mon supérieur à un tel point que le décevoir, je n’avais pas envie. Le jour que j’attendais en gros, j’commençais pleinement à le redouter. Et d’une manière, ça me faisait chier grave. J’étais partagé entre me bourrer pleinement la gueule et me modérer en essayant tant bien que mal de noyer ce précédent incident qui relevait plus d’une bêtise que d’un malentendu. Parce que pour s’énerver à cause d’un tout petit baisemain, c’était trop. J’avoue que je fais ma petite fixette dessus mais c’est aucun doute un moment que je n’aurais jamais voulu passer. Une première. D’un mouvement plus ou moins las, je me mettais à gratter ma chevelure, de gêne. Je n’arrivais plus à appuyer le regard de Naoya. Comme si elle m’était étrangère. Et pourtant, je dus me faire pleinement violence pour l’approcher comme je l’avais rapidement fait…

• Viens par là...

J’avais contourné sa personne, avant de la pousser loin de la table qu’elle occupait précédemment avec la capitaine de la troisième division, au plutôt la folle furieuse. Vers une table proche d’une fenêtre qui aérait formidablement, je fis pression sur ses épaules pour qu’elle pose ses fesses à terre. Si j’étais chamboulé, je n’imaginais même pas les états d’âmes de cette jeune femme qui me faisait de la peine. En effet, moi encore, ça allait, étant donné que je ne connaissais pas cette femme, mais elle… M’enfin bref, vous voyez un peu le genre et je ne vais pas non plus vous faire tout un dessin. Lorsque je m’étais assuré qu’elle était tranquille dans le coin, je me retournais vers le centre de la taverne où les plus costauds commençaient à reprendre honorablement connaissance. Le vieux Jo malgré l’alcool était toujours aussi sonné. Un peu désolé pour tout ceci, mes pas se faufilèrent entre les tables basses et me guidèrent une énième fois vers lui. Sans mal, j’avais réussis à soulever son corps massif, avant de l’envoyer lentement dans l’autre pièce où je le déposais à même le sol ; connaissant le coin comme ma poche, pour ma familiarité avec le barman et mes multiples venus ici. Après quoi je revins à son comptoir où je dégotais trois, quatre bouteilles d’alcool sous des soupirs qui traduisaient des réveils et des maux de tête. Le mieux était de passer inaperçu, ce pourquoi j’avais vite fait de rejoindre Nao’…

• A la tienne !

A peine l’avais-je rejoins, à peine avais-je déposé les bouteilles que j’en débouchais une illico-presto sans même m’asseoir. Rapidement, j’l’avais entamé avant de la vider au goulot sous le regard médusé de certaines personnes qui avaient repris connaissance. Étant perdus vu qu’ils ne comprenaient rien à la situation, il était pour ainsi dire, normal de les voir ainsi. Après avoir fini la bouteille que je lâchais au sol, je fis prit d’un violent hoquet sous le bruit du verre qui manqua de se briser. La bouteille roula donc plus loin, miraculeusement intact. J’avais fini pour ma part après ce malencontreux hoquet, par verser dans un sourire, alors des filets de saké coulaient aux commissures de mes lèvres étirés. Pour peu, j’aurais fini par chialer comme une madeleine alors que je n’avais pas de bonnes raisons de le faire. Mais si moi, l’homme, venait à pleurer, quand serait-il de la femme en face de moi ? Le mieux était donc de me contenir ce que je réussis avec brio sans porter ne serait ce qu’un seul regard à la femme qui me faisait face. Oui je la fuyais et oui, j’avais des raisons de fuir. Récupérant une autre bouteille, je me mettais à la décapsuler comme si ma vie en dépendait. D’une certaine manière, j’avais mon cœur engendrait un amalgame de rage et de tristesse. Tss… Maudite veille de consécration. Dire qu’elle devait normalement être joyeuse. Et bien, c’était raté…

• Dis moi… Tu savais qu’elle craignait autant les garçons ?

J’espère que non. Sinon…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Sam 16 Juil - 19:04

T'inquiète pas ^^ J'ai été surprise au départ, mais ça rend bien Smile

Nao' avait pris une lente inspiration. Elle n'en revenait pas de ce qui venait de se passer. Jamais ... Oh combien jamais elle n'aurait pensé que Misaki aurait eu une telle réaction face à un unique baisemain. Elle se demandait quelle mouche l'avait piquée. Pourquoi ... Pourquoi une telle peur irraisonnée des hommes ? Si Misaki lui en avait parlé plus tôt, et bien ... Nao' n'aurait pas invité Al'. Ou du moins, elle lui aurait demandé de se tenir convenablement, de ne pas l'approcher ... Quoi que ... Après tout, Al' n'était pas à blâmer. Il n'avait rien fait. Juste un petit baisemain et Misaki avait pris la mouche, libérant sa pression spirituelle et assommant toutes les pauvres âmes qui étaient dans les environs. Nao' était, sérieusement, en train de se remettre en question. Elle cherchait ... Elle cherchait ce qui avait pu lui passer dans sa petite tête pour qu'elle réagisse ainsi. Mais qu'importe les questions qu'elle pouvait se poser, la toute jeune Capitaine n'aurait pas de réponse si elle restait loin de Misaki. Elle pouvait faire comme si elle s'en foutait, comme si ça ne l'intéressait pas. Mais ce n'était pas le cas. Nao' ne pouvait pas faire comme si rien ne s'était passé. Elle ne pouvait pas balayer tout ça d'un revers de main. C'était pas possible. Ou du moins, pas si elle se prenait une bonne cuite qui lui permettrait d'oublier tout ce fâcheux incident.

En parlant de boire, Al' lui avait dit qu'il faudrait doser l'alcool. Car sinon, elle risquait tout d'oublier. Et alors ? Qu'est-ce que ça ferait si elle oubliait cet incident ? Pas grand chose. Il était encore tôt dans l'aprem. S'ils buvaient trop, ils avaient le temps de cuver, et de passer la nuit, et de retrouver leurs esprits pour la cérémonie. Ouais, ouais. Et puis, Nao' pouvait boire et boire, et boire, même si elle était complètement bourrée, le matin, elle arrivait toujours à être fraîche. Comme si elle n'avait rien bu. Non pas qu'elle ne connaissait pas les gueules de bois. Mais elle cachait bien son jeu, en quelque sorte.

"T'inquiète pas pour demain ... Il est encore tôt ..."

Tôt pour s'bourrer la gueule comme c'était pas parmis. Bah ... Au moins, elle serait ... complètement ivre, ou pas, ça dépendait de combien de bouteilles elle allait s'enfiler avec Al'. Et ils rigoleraient comme deux gamins et parleraient, sans aucun doute, du bon vieux temps en s'marrant. Brèfle, l'idéal pour passer et oublier cette journée pourrie, en quelque sorte. Ah là là ... Nao' aurait su ça ... Elle aurait évité de réunir les deux Capitaines à la taverne. Elle l'aurait fait ailleurs, dans un endroit sans âme, histoire de ne pas risquer de les blesser.

Mais comment ... Comment aurait-elle pu savoir ce qui aurait pu se produire ? Hein ? Comment ! C'était pas marqué sur le front de Misaki qu'elle avait une peur des hommes ! Et face à Kiwiha et ses hommes, elle n'avait pas bronché ! Nao' soupira à plusieurs reprises, tout en hochant la tête. Elle ne comprenait pas ... Elle ne voyait pas pourquoi une réaction d'une telle violence. Elle l'aurait giflé, passe encore ... Et encore, ce pauvre Al' n'avait rien fait de répréhensible. Juste un petit baisemain. Un truc de rien du tout ! Toutes les fois où Al' l'avait charmée et lui avait fait plus qu'un baisemain. C'était à ne rien y comprendre, pour sûr !

Le futur Capitaine s'était approché de Nao', l'enjoignant à le suivre. Il l'avait guidée jusque vers une table, près de la fenêtre, et avait fait pression sur ses épaules pour qu'elle pose son cul par terre. Ouais ... C'était mieux d'être par terre que sur une chaise. Parce que s'ils buvaient comme par le passé à en boire jusqu'à plus soif, et bien, tôt ou tard, ils finiraient par être par terre. Alors, autant ... autant se retrouver directement par terre. C'était plus simple, en quelque sorte.

Combien de temps Al' s'éloigna de Nao' ? Elle ne sut pas trop. C'était comme si le temps était suspendu, ou presque. Comme si plus rien n'existait, plus rien du tout. Au bout de quelques instants, tandis qu'elle fixait le sol, Nao' vit les pieds de Al' qui étaient face à elle. Elle redressa alors la tête, sortant de sa torpeur, tandis qu'il déposait les quatre bouteilles qu'il avait récupéré. Deux chacun ... Arriverait-elle à s'enfiler une bouteille à elle toute seule ? Oh ... Elle l'avait fait bien souvent par le passé. Nao' avait donc pris une bouteille et avait enlevé le bouchon, tandis que Al' était déjà en train de se l'enfiler.

"A la tienne mon vieux !"

Nao' avait levé la bouteille vers son ami, comme pour trinquer, même s'ils ne le faisaient pas véritablement. Par la suite, hop, elle posa le goulot de la bouteille contre ses lèvres et commença à boire. Bon, sans aucun doute qu'elle ne pourrait pas tout boire d'un coup cul sec, comme ce cher Al' qui était encore debout et qui buvait comme un trou. Monsieur avait la descente facile, contrairement à elle. Mais sur le long terme, elle finirait bien par le rejoindre, en quelque sorte. Il avait lâché la bouteille qui avait roulé au sol, tandis que Nao' avait fait une petite pause tout de même, avant de reprendre. Al' en était venu à lui poser une question. Elle avait penché la tête sur le côté et s'était arrêtée de boire durant quelques instants.

"Pose-toi donc, tu vas finir par me donner le tournis."

Ouais, d'accord, ça n'avait rien à voir avec ce qu'il venait de lui demander, mais bon. Avant de répondre, Nao' reprit une nouvelle gorgée et secoua la tête quelque peu. Après qu'il se soit assis, ou pas, elle le regarda durant quelques instants.

"Non, elle m'en avait pas parlé. Quand j'lui ai dit que t'allais venir, elle a légèrement viré au vert, mais je sais pas pourquoi."

Nouvelle gorgée.

"Ca faisait longtemps que je l'avait pas vu ... Enfin, pas avant de notre rencontre de l'autre jour. Il lui est peut-être arrivé quelques bricoles sur Terre ..."

Ca ne pouvait être que ça. Car qu'est-ce que ça pourrait être d'autre ? Nao' ne voyait pas.

"Bricoles ou pas ... C'est pas une raison pour avoir une peur irraisonnée de la sorte ... J'en ai connu des vertes et des pas mûres pendant que j'agonisais, juste avant de mourir. Et c'est pas pour autant que j'ai peur de toi ou bien des mecs."

Et puis, comment avoir peur d'un gros nounours comme Al' ? Enfin, c'était pas un nounours mais bon, Nao' l'avait toujours appréciée, même si sa vie d'humaine était loin d'être rose.


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Dim 31 Juil - 12:21

• Manquerait plus que t’ai peur de moi en effet…

Ses dires lui avaient arraché un semblant de sourire. Une mauvaise étape qu’ils se devaient de passer en bons adultes. D’ailleurs, je crois bien que je n’avais plus la tête à penser à l’autre fille là… C’était quoi son nom déjà ? Bwarf… Je l’avais déjà oublié. Honte moi ! Et puis bof, j’entendrais son nom une nouvelle fois. De la ouche de Nao’, ou même dans la réunion que nous allions effectuer. A voir… Pourtant, elle était très marquante comme meuf. Pas du genre à oublier de sitôt. Ca avait été dans un pieu, j’aurais apprécié, mais gueuler pour je ne sais quoi, ça faisait quand même tache. Pas d’bol pour moi, finalement. Mon semblant de sourire s’élargissait sans même que je ne comprenne vraiment pourquoi. Sourire faussement béat. Bête si l’on peut dire ainsi. Peut être que ce dénouement n’était pas si mal. Puisque j’étais finalement en bonne compagnie, hey ! Naoya, elle était cool. Et plaisante à reluquer par-dessus le marché. Hohé hohé… A quoi suis-je soudainement entrain de penser ? faudrait pas oublier qui était son homme quand même. Ouaip’, fallait pas. D’ailleurs, il en était de même pour ma nouvelle fiancée… Même si j’avais beau forcer… Mes yeux plongeaient totalement et ouvertement vers la poitrine bien charnue de la capitaine de la deuxième division. Ni trop grosse, ni trop petite. Le juste parfait pour me provoquer une très grosse trique. Digne d’un étalon, j’vous jure. Heeey ! N’essayez même pas de regarder au bas de la table ! J’pense bien que vous fuirez… Ou peut être pas, va savoir ! Dans tous les cas, les circonstances avaient engendré en moi, l’envie de mater la fille qui s’trouait devant moi et ce, sans une seule once de pudeur. C’était pourtant pas le moment hein… Non non non… Dire que j’osais même pas soutenir son regard il y a seulement quelques minutes… J’étais… Pathétique…

• Et même s’il est encore tôt, j’insiste quand même ! Si on se bourre la gueule, ça sera… BLUUURPP… Pas beau à voir…

Purée… Qu’est ce que je nous fais là ? Sans avoir pu le retenir, j’avais bruyamment émit un gros rot bien gras. De quoi me faire rougir comme une tomate avec le mot honte en or, au dessus de ma tête. Qu’est ce que je foutais, vraiment… ? M’empoignant le visage, je déposais ma deuxième bouteille, avant de me caresser la chevelure, d’un air un peu las. Une sale journée. Rien qu’une sale journée. De quoi avais-je le plus envie, là… ? Me saouler ? Faire l’amour ? Rétablir mon honneur que l’autre pouffiasse avait sali ? J’crois bien que si je pouvais faire les trois choses en même temps, j’retrouvais bien vite ma forme habituelle. J’avais fini de soupirer. Je me sentais sale, faible, envieux, honteux… J’étais tout… Tout sauf Salem. LE Salem. De quoi me foutre mal dans peau. Tant qu’à faire, j’pouvais peut être me bourrer la gueule comme un malade ou comme un ivrogne de rue. J’élirais domicile dans un caniveau crasse et pestilentiel, comme ces cons d’humains dans la ville de Karakura. Ouais… C’était ce qu’il me fallait. Parce que pour ainsi dire, j’étais dépité, vraiment. Et ça me faisait presque chier dans tous les sens du terme. Aussi, commençais-je à vider ma deuxième bouteille au goulot. Les autres clients qui avaient vu nos haoris et qui avaient une peur bleue de finir une nouvelle fois assommés se hâtèrent de quitter les lieux sans se faire prier. Au final, il ne restait plus que Naoya et moi dans une salle close, étant donné que le dernier des fuyants avait fermé instinctivement la porte derrière lui. Le vieux Jo devait être toujours entrain de récupérer dans l’autre coin. Seules les lumières tamisés donnaient un semblant de luminosité dans la pièce sombre. L’alcool me montait à la tête, plus vite que d’habitude et mes joues s’empourprèrent… Je crois bien que…

• T’es bien plus belle qu’avant toi… t’as pris des formes…

J'étais saoulé ! Incroyable mais vrai. Et pourtant, et pourtant. J’étais complètement déconnecté de la réalité. Les dures réalités d’avoir échappé à une mort certaine, et d’avoir violement été repoussé par une belle femme, étaient bien trop forte pour moi ; moi qui faisait pourtant primer gentille et douceur partout où j'passais. Je n’aimais pas la méchanceté gratuite. Oh que non ! Mais quand elle venait d’une belle femme, cela me décontenançait totalement. Tous ces faits donc avaient aidé les deux bouteilles que j’avais enfilées de me rendre saoul. Cet état me rendait malheureusement plus vicieux qu’autre chose. Je ne titubais pas. Je ne chantais pas à tue tête ou quelque chose de ce genre ; un peu comme ces saoulards qu’on voyait un peu partout. Je devenais plus vicieux. Je pense bien que mes tendances refoulées explosaient quand j’atteignais ce stade. Stade qui me gagnait pourtant rarement et même malgré un casier vidé. J’avais été vulnérable. L’alcool aura profité de ma vulnérabilité. Pas la peine de vous faire tout un dessin. Et donc, j’avais commencé à faire un sourire, très beau, mais plus ou moins lascif. L’ambiance était un peu tendancieuse à mon gout et mes yeux brillaient d’une lueur salace, plongé dans le décolleté de Naoya. Ils remontèrent jusqu’à sa bouche carmine et là, mon sang ne fit qu’un tour. Sans crier garde, j’avais bondi sur elle en renversant les bouteilles sur la table, et l’avait plaqué au sol. De toute ma masse je la surplombais, les mains sur ses avant-bras que je plaquais fermement au sol. Elle avait beau avoir un réiatsu supérieur au mien, mais il n’en demeurait pas moins que j’étais un homme à la force plus avantageuse. La position explicite dans cette obscurité lui faisait sentir mon envie très présente. Pour peu, j’aurais capturé ses lèvres, mais reprenant un peu conscience de la bêtise que je faisais et que je n’allais plus contrôler très longtemps, je lui susurrais doucement à l’oreille…

• Tapes moi… Butes moi… Fais quelque chose, mais ne pleures surtout pas…

Ou sinon, je risque de commettre l’irréparable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Mar 2 Aoû - 19:45

Comment... Comment Nao' aurait-elle pu avoir peur de ce cher Salem ? Après tout, ça faisait un moment qu'ils se connaissaient. Et elle l'avait déjà vu sous toutes ses coutures. Et c'était l'un de ses amis. Combien de fois ils s'étaient retrouvés à la taverne du coin pour pour un coup, se beurrer la gueule jusqu'à ce qu'ils ne puissent faire deux pas sans tomber ou bien se payer un meuble ? Hein ? Combien de fois ça leur était arrivé ? Et bien ... Sûrement que ça dépassait les dix doigts des deux mains réunies. Oui, sûrement. Donc, le jour où Nao' aurait pu de son gros nounours ... Bin, c'était sans aucun doute pas demain la veille. Et puis, il était toujours adorable avec elle. Donc, pas de quoi d'avoir des craintes à son sujet, non ?

Ce qui l'ennuyait le plus, là, dans l'immédiat, c'était ... c'était la manière dont cette entrevue s'était déroulée. Elle aurait peut-être dû ... Oui, peut-être qu'elle aurait dû reparler à Misaki avant. Peut-être qu'elles auraient dû se voir toutes les deux, pour évoquer le bon vieux temps. Nao' lui aurait demandé si elle était d'accord pour rencontrer ses collègues avant l'officialisation. Et à partir de là, la jeune femme aurait avisé. Peut-être ... que finalement, oui ... Sans aucun doute qu'elle serait revenue sur sa promesse. Elle n'était pas du genre à faire des promesses et au final, ne pas les respecter. Mais ça aurait été bien mieux. Parce que les pauvres âmes ne se seraient pas évanouies à cause de la pression spirituelle. comme quoi, parfois, on pense faire son mieux. On pense que c'est la meilleure des choses. Mais tout part en l'air.

Nao' avait baissé la tête durant quelques instants. Ah la la ... Dans quel état elle était ! D'habitude, elle ne s'apitoyait pas autant sur son sort, ou sur ce qui venait de se produire. Mais là ... Là, c'était comme si elle avait été vidée de ses forces, ou quelque chose dans le genre. Et l'alcool n'arrangeait pas vraiment les choses. Non, ça l'emmenait juste sur un petit nuage, là haut, bien loin. Loin de tout, loin des problèmes, loin de ce qui venait de se passer. La jeune Capitaine leva le bras, tenant la bouteille par le goulot, enfin, pas le goulot à proprement dit, un peu plus bas. Elle amena la bouteille à ses lèvres. Et hop, la voilà buvant une grosse gorgée. Elle savait bien que l'alcool n'allait pas l'aider à oublier tout ça mais bon, ça lui éviterait de penser à tout ce qui venait de se passer, un peu par sa faute.

Salem en était venu à réagir sur ce qu'elle venait de lui dire, du fait que c'était pas bien grave s'ils se retrouvaient complètement bourrés sans pouvoir faire deux ou trois pas. Mais lui semblait vouloir rester raisonnable. Bah, de toute manière, il avait une plus grande corpulence qu'elle. Donc, nul doute qu'elle serait complètement cuite bien avant lui. Ouais, c'était même plus que certain d'ailleurs. Quoi que, dans l'immédiat, il s'était déjà enfilé deux bouteilles. Et Nao' n'avait même pas encore fini sa bouteille, sa première. Donc, elle avait encore un peu d'avance.

"Beau ou pas beau à voir ... Dans l'immédiat ... Je n'ai qu'une envie ... Oublier tout ce qui vient de se passer."

Elle l'oublierait dans l'immédiat si elle se bourrait la gueule. Mais le lendemain, et bien ... Elle aurait la gueule de bois. Et peut-être que tout resurgirait. Oui, l'alcool n'était pas la meilleure des solutions mais bon, dans l'immédiat, elle ne voyait rien d'autre qui pourrait apaiser toute la peine qu'elle avait. Sauf faire quelques folies, mais c'était pas bien. Vraiment pas bien. Donc, elle allait s'abstenir de faire des folies. Sauf si elle était complétement bourrée et qu'elle ne se contrôlait plus. Mais bon, Nao' allait tout faire pour ne pas en arriver là. Le ferait-elle vraiment ? Bonne question.

Elle avait enfoui une nouvelle fois son visage dans ses mains. Mon dieu ... Qu'est-ce qu'elle s'en voulait pour tout ça ! Elle n'arrêtait pas de se remettre en question. Et pourtant, ce n'était pas de sa faute, non ? Quand bien même Al' lui dirait que ce n'était pas de sa faute, qu'elle n'y était pour rien, pas sûre que ça la rassurerait réellement. Nao' ne savait pas ... Non, elle ne savait pas ce qu'il fallait lui dire, ou bien faire, pour qu'elle oublie ce mauvais incident. Peut-être que ça passerait tout seul ? Peut-être que ça irait mieux au fil du temps ? Peut-être qu'elle ne devait pas s'en inquiéter, ou du moins, faire comme si de rien ne s'était passé.

Ses joues avaient quelque peu commencé à rosir. Pas beaucoup, mais un peu. Elle avait redressé sa tête, portant le goulot de la bouteille à sa bouche. Et hop, encore une nouvelle gorgée. Sauf que cette fois-ci, y'avait plus de saké dans sa bouteille. Oh, elle venait de la finir. Pas grave. Elle en avait une autre, juste devant elle, qui n'attendait qu'une chose : se faire boire. Alors, Nao' avait posé la bouteille sur le côté et avait attrapé la seconde. Tirant quelque peu la langue, la voilà débouchant la bouteille. Elle était sur le point de la porter à sa bouche, mais Salem l'avait tirée de son entreprise, pour ainsi dire. Il l'avait complimentée sur son physique. Ou c'était une manière détournée de la draguer ... Ou peut-être l'alcool.

"Oh ... Tu crois ?"

Elle avait levé un sourcil interrogateur.

"Je sais pas ... J'me vois tous les jours dans le miroir. Je ne peux pas vraiment me rendre contre par moi même de ces changements."

Le Capitaine souriait. Un de ses sourires que l'alcool vous fait faire. Un grand sourire, à s'en décocher la mâchoire, ou presque. Il avait le teint légèrement plus rouge que d'habitude, signe que l'alcool lui était monté à la tête. Bah, c'était pas mieux pour elle. Ses joues rosissaient de plus en plus. Ah la la ... Et dire qu'elle n'avait bu qu'une bouteille ! Mais bon, Nao' était plus petite, moins corpulente que lui. De ce fait, l'alcool circulait plus vite dans son sang puisqu'il avait moins de chemin à faire.

Et là, hop, sans crier gare, sans s'y être vraiment attendue, Al' s'était jeté sur elle. Nao' n'avait pas vraiment eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Elle s'était retrouvée plaquée au sol, sous son ami. Difficile pour elle de se dégager. Niveau Reiatsu, elle était plus forte que lui. Ca, c'était indéniable. Niveau force pure, il la dépassait. Et de loin. Après tout, c'était un homme avec une corpulence plutôt massive. Et elle était plutôt une frêle brebis. Ils étaient proches l'un de l'autre. Peut-être un peu trop. M'enfin, c'est pas comme si cette configuration n'avait jamais eu lieu. C'est pas comme s'ils n'avaient jamais terminé dans le même lit après une soirée un peu trop arrosée ... Même quand ils étaient sobres, d'ailleurs, ça leur était arrivé à quelques reprises par le passé. Mais l'un comme l'autre avait, pour ainsi dire, trouvé chaussure à leur pied. Pouvaient-ils s'aventurer tous les deux sur cette route plus que dangereuse ? Peut-être, peut-être pas.

Salem en était venu à lui susurrer, à lui murmurer quelques mots dans le creux de l'oreille. Qu'elle le frappe, qu'elle le tue. Peu importe. La seule chose qu'il ne voulait pas qu'elle fasse, c'était pleurer. Pleurer par rapport à quoi ? Par rapport au fait qu'elle avait eu faux sur toute la ligne ? Qu'elle n'était pas arrivée à présenter, l'un à l'autre, ses deux amis ? Ou pleurer par rapport au fait qu'il venait de lui sauter dessus et de la plaquer au sol. Elle pourrait ... oui, Nao' pourrait pleurer si c'était la première hypothèse. Mais pas pour la seconde.

"Pourquoi ... Pourquoi je pleurerais ?"

De ses jolis petits yeux bleus, elle le fixait. Les yeux dans les yeux. Elle n'avait pas peur. Elle n'allait pas pleurer. Elle ne pouvait pas non plus le taper. Encore fallait-il qu'elle puisse le faire. Car en ce moment, elle était comme sa prisonnière. Ou presque. Elle était enserrée tout contre lui. L'alcool ... N'aidait pas vraiment à arrondir les angles. Braver l'interdit ... Oserait-elle ?

"Je... Hmmm ..."

Oui ? Quoi ? Parle ! Mais peut-être qu'elle n'arrivait pas à trouver les mots, les phrases. Peut-être qu'elle ne savait pas quoi lui dire, pas quoi lui répondre. Pas quoi faire. Si ... Tout son être, dans l'immédiat, lui disait de ne faire qu'une seule chose. Venir capturer ses lèvres. Ses si délicieuses lèvres qu'elle avait eu l'occasion de parcourir à quelques reprises. Mais sa raison, la faible petite lueur de sobrieté dans sa tête, lui disait de ne rien faire, de le repousser, de se dégager, de s'éloigner de lui afin de ne pas commettre un impair. Nao' le connaissait depuis moins longtemps que Kiwiha. Néanmoins, elle était bien plus proche de Salem que du commandant. Pourquoi ? Parce qu'il était parti près d'un siècle. Il était parti, sans se retourner, sans lui dire où il allait réellement. Sans savoir si elle allait le revoir un jour, s'il allait revenir auprès d'elle. Et après un siècle, il était enfin revenu. Elle avait attendu longtemps. Si longtemps. Ses sentiments avaient explosé lorsqu'ils s'étaient retrouvés. Mais si ... S'ils s'étaient trompés ?

Nao' ne savait pas quoi faire. Elle était comme perdue, partagée entre ses sentiments. Elle aurait dû rester sobre. Elle n'aurait pas dû prendre ses bouteilles et les boire. Elle n'aurait pas dû venir là. Et si elle lâchait prise ? Et si elle laissait parler son coeur et pas sa tête ? D'accord, il pouvait lui suggérer de faire une bêtise ... Partagée ... Partagée elle était. Que faire ? Que dire ... Ses joues étaient de plus en plus rosées du fait de l'alcool.

"Ecoute ... Je ne sais pas ... si ... c'est ... une bonne ... idée ..."

Sûrement même que c'en était une mauvaise d'ailleurs. Quitte à faire une bêtise, hein, autant la faire, non ? Comme ça, ils passeraient à autre chose. Quoi qu'il en soit, Nao' se faisait violence pour éviter de rapprocher son viszage du sien. Pour tenter de se dégager de là. Mais rien ... Elle n'en avait rien fait. Et finalement, elle avait cédé. Et l'avait embrassé. S'était-elle fourrée dans un bourbier pas possible ? Qui sait ?

Oh flûte ! Désolée, j'le voyais pas si long O_o
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Sam 20 Aoû - 20:48

    Putain de bordel de merde ! Pourquoi j’avais fait ça, pourquoi ? Il aura suffit d’un grand désarroi, de deux petites bouteilles de rien du tout et patatras ! Ca… Ca ! Cette connerie ! Comment osais-je ?! Comment pouvais-je ? ! Toutes les résolutions que je prenais pour me tenir à carreau étaient vaines ? Devaient-elles forcement aboutir aux échecs ? Putain… Putain… Et le pire dans tout ça, c’est qu’elle a fini par succomber, par m’embrasser... J’avoue que ses lèvres collées aux miennes n’étaient pas déplaisantes ; loin de la même puisque ce moment me rappelait les soirées chaudes que nous avions connus ensemble ; Mais j’étais tout d’un coup taraudé par le remord qui me gagnait très rapidement comme une poussière d’harmattan en plein Sahara. Ce n’était en aucun cas la faute de Naoya. C’était tout simplement la mienne. La force des choses et mon charisme auront joué gros dans la connerie que je lui ai fait faire. Tout était de ma faute. Et puis, j’avais bien trop de respect pour elle… Pour son amant qu’elle avait retrouvé depuis quelques temps maintenant. Avais-je le droit de m’immiscer dans leur idylle ? Certainement pas. Un pauvre morpion comme moi n’y avait pas le droit. Et même si je l’avais, était-ce une raison vraiment valable ? N’avais-je pas moi aussi rencontré dernièrement l’élue de mon cœur… ? Nier… Nier… Par ce simple geste, je la trompais déjà et loin de moi cette envie malsaine que de la tromper en âme et conscience. Pour faire bonne figure, je rejetais intérieurement la faute sur l’alcool que j’avais ingurgité et quand bien même, je continuais à embrasser cette femme sous mon poids qui, ma foi, arrivait toujours à déformer horriblement mon froc. C’est fou comme les femmes bien gaulées me faisaient de l’effet… Un beau cul, des seins au galbe parfait et hop quoi…

    C’est pas comme si j’étais en manque, mais force est d’avouer que la Naoya est d’une beauté assez saisissante. Surtout que ses tatouages finissaient de la rendre encore plus attirante. Si nous étions encore célibataires, je l’aurais forniqué sans une seule once de scrupules. Mais là… C’était presque impossible. J’pouvais du tout pas continuer là… Comment le lui faire comprendre d’une manière douce et sans laisser un sentiment de remord au fond d’elle ? Lui parler… Fuir… ? Tout ceci reviendrait au même, d’autant plus que ce que nous venons de vivre avec la nouvelle capitaine de la troisième division nous avait laissé un gout terriblement amer, répugnant. Finalement, qu’avais-je comme option… ? Vraisemblablement, il ne me restait plus qu’à continuer jusqu’à ce qu’elle reprenne ses esprits… Mais ça encore, c’était le plus improbable que de lui parler et fuir. Finalement, les deux dernières options amalgamées ne semblaient pas si mal que ça. Le gout musqué des lèvres de la donzelle, m’enivrait, certes, mais il me fallait stopper ce que j’avais moi-même commencé. Mais bordel, que c’était dur ! Je n’y arrivais pas et je ne pensais même pas y arriver un jour. J’avais l’impression que j’embrassais Nier. Pour moi, Naoya devenait tout simplement un étau de chair. Une chair comme une autre dans laquelle j’allais me complaire et me débarrasser de mes pulsions sexuelles qui me dépravait. Mais, considérer Naoya tel quel était synonyme d’insulte. Aussi avais-je décollé brutalement mes lèvres des siennes, avant de me lever tout aussi brusquement. Le rouge marquant mon visage, je fis mine d’arranger mon haori comme il se devait sans même lui porter ne serait ce qu’un regard, tellement j’avais soudainement honte de ce que j’avais fait. Je jetais quelques billets sur la table basse sur laquelle se trouvaient les bouteilles, avant de bafouiller ces quelques petites excuses véritablement pathétiques…

    • Désolé… Désolé pour tout…

    Je n’avais plus tellement tergiversé car à la minute qui suivit, je disparus complètement du bar par un shunpo très efficace. Mes années à la deuxième division n’avaient pas été vaines, inutiles. Alors que je me trouvais au dehors du local, je m’adossais sur mur, avant de respirer bruyamment, une main sur le cœur et l’autre sur le front. Les yeux fermés et face aux rayons du soleil décroissant, je tentais de reprendre mon souffle face à tout ce qui s’était déroulé. On était passé de rebondissements en rebondissements, de calamité en calamité. Alors que je rouvrais lentement mes yeux, je vis quelques passants du rukongaï m’observer avec toute la curiosité du monde. C’est à ce moment là que je me demandais ce que je foutais toujours ici alors que Naoya pouvait sortir ou aisément sentir ma présence dans le périmètre restreint. Fuir était une belle option. Mais aurais-je le courage de la regarder une nouvelle fois ? Quand bien même j’ai plusieurs fois couché avec elle, notre relation serait-elle toujours intact ? Faut quand même pas oublier que je ne l’avais plus revu depuis un bail. Ce n’était que récemment, dans ce même bar, par coïncidence que nous avions renoués le contact. Contact qui pouvait p’être se fragiliser si je ne faisais pas quelque chose. Et puis fuir, c’était pas digne d’un homme de ma trempe quoi. Non non. Il fallait que je prenne courage et que j’affronte comme un adulte ce qui m’attendait derrière ce mur. Elle n’allait quand même pas me manger. Et je n’allais sans doute pas passer mon temps à fuir si un problème me faisait face, si ? Il fallait que je retourne. Ce que je fis rapidement et sans trop de ménagement. Une fois à l’intérieur, je me précipitais vers elle et l’enlaçait une nouvelle fois dans mes bras avant de l’étreindre, non pas en tant que prétendant, mais bel et bien comme un ami. Un vrai…

    • Désolé… Désolé Nao’ avais-je murmuré tout juste avant de soupirer. Une sale journée… Véritablement…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Mer 24 Aoû - 19:26

Une erreur ... Une grossière erreur.

Sûrement qu'elle était due à l'alcool qui lui montait, petit à petit, à la tête. En même temps ... embrasser Al', c'était pas la première fois que Nao' le faisait. Et parfois, c'était dans des états bien plus pitoyables que maintenant. Et d'autres fois où elle avait la tête sur les épaules. Mais là ... Là, elle n'avait pas totalement ses esprits. Du moins, elle avait quelques flottements.

Mais elle savait ... Oui, Nao' savait au plus profond d'elle-même que c'était une grossière erreur. Après tout, elle était en couple. Enfin, façon de parler. Sa relation avec Kiwiha restait à être définie, encore. Pourquoi ? Ils ne pouvaient pas s'afficher en tant que couple. C'était trop tôt. Avec les on dit et tout ça, c'était, en quelque sorte, dangereux s'ils s'affichaient ensemble. Certains pourraient dire qu'elle n'avait eu sa nomination de Capitaine que parce qu'elle couchait avec lui. Et ce n'était pas pour ça qu'elle avait été nommée. D'ailleurs, ça lui ferait mal qu'on dise qu'elle n'avait eu sa promotion que pour ça. Et sans aucun doute que ça ferait mal aussi à Kiwiha. Voilà pourquoi, d'un commun accord, ils avaient décidé qu'en public, ils seraient plutôt distants l'un envers l'autre. Mais c'était dur ... Très dur d'ailleurs. Dur parce qu'elle avait envie de crier haut et fort qu'elle l'aimait. Mais, ce n'était pas avisé, pour le moment.

Et puis, le Gotei 13 était en train de se remettre d'aplomb, petit à petit. Et Nao' ne voulait pas foutre en l'air tous les efforts du nouveau Commandant en affichant leur amour en public. Les ennemis de la Soul Society pourraient essayer d'en profiter, d'atteindre, par exemple, Nao', rien que pour que Kiwiha change de stratégie, change de politique. Et franchement, Nao' voulait éviter qu'une telle chose arrive, même si c'était dur, très dur.

Faire comme si on est indifférent alors que ce n'est pas du tout le cas, c'est compliqué. La preuve, l'autre jour, quand Kiwiha était venu "cueillir" Misaki afin de lui proposer sa promotion. Kiwiha avait eu des paroles froides envers la toute jeune Capitaine. Mais en même temps, c'était pas pour lui faire du mal. Juste qu'il avait agi avec elle, comme s'il avait agi avec n'importe qui. Et c'était dur ... Difficile à accepter, à digérer. Mais bon, avec le temps, sans aucun doute que Nao' arriverait à jongler entre les deux visages de celui qu'elle aimait. Et elle aussi jonglerait elle-même avec son visage pour en avoir deux : un qui serait totalement indifférent avec Kiwiha, comme si ... comme s'il n'obnubilait pas ses pensées. Et un autre, l'actuel.

Mais revenons-en à nos moutons et sur ce quié tait en train de se passer, là, dans la taverne du bon vieux Jo. Ils s'étaient embrassés. Un de ces vieux baisers qu'ils ne connaissaient que trop bien. Un baiser quelque peu alcoolisé. Ce fut Al' qui reprit ses esprits le plus rapidement, en quelque sorte, puisque finalement, ses lèvres quittèrent celles de la Shinigami et il se redressa, tandis qu'elle était toujours au sol, là. Peut-être qu'il lui fallait un peu de temps pour immerger. Tandis qu'il repositionnait correctement son haori, Nao' avait fini par s'asseoir, non sans mal. Peut-être un peu honteuse, aussi, par ce qui venait de se passer.

Salem en vint à prononcer quatre petits mots avant de prendre la poudre d'escampette. Elle avait levé une main vers lui, comme pour le retenir, mais c'était trop tard, bien trop tard. Sérieusement, quelle journée pourrie ! D'abord cette histoire avec Misaki. Et maintenant, ce baiser avec Al'. C'était la galère. Se pouvait-il qu'elle perde deux amis qui lui étaient chers le jour même ? Non ... Non, impossible, ça ne se pouvait pas. Elle ne voulait même pas y penser d'ailleurs. Non, tout irait bien. Tout finirait par s'arranger.

Nao' baissa la tête durant quelques instants, afin de ramener ses genoux vers son torse et de poser son front contre ses derniers. Vraiment, c'était l'une de ses pires journées. Au bout de quelques instants, elle soupira et finit par redresser la tête. Al' n'était pas bien loin, sans aucun doute. Elle sentait encore son Reiatsu. Si ça se trouvait, il était appuyé contre le mur de la taverne, attendant je ne sais quoi. Le déluge peut-être.

"Allez Nao' ... Faudrait songer à rentrer ... Avant qu'une nouvelle tuile ne te tombe sur le coin de la figure."

On dit jamais deux sans trois mais bon, elle ferait tout pour éviter qu'un troisième truc pas génial arrive. Nao' avait fini par se redresser, tout en réajustant quelque peu son haori. Et puis, ce fut à ce moment là qu'elle sentit le Reiatsu de Salem à nouveau. Elle redressa la tête, il était là, face à elle. Il revint bien vite vers elle pour l'enlacer. Comme un ami cette fois-ci. Surprise, elle avait laissé ses bras le long de son corps. Avant de les placer dans son dos, tout en fermant quelque peu les yeux.

"Désolé de quoi ? C'est pas de ta faute Al' ... C'est pas de ta faute."

C'était de la sienne. Elle n'aurait pas organisé cette "réunion", rien de tout ceci ne se serait produit.

"J'ai voulu ... tenir une promesse ... que je n'aurais peut-être pas du tenir ... Tu m'avais fait promettre de te faire rencontrer mon amie ... J'aurais pas du."

Ouais, elle n'aurait pas du. Mais bon, ce qui était fait ... était fait, en quelque sorte. C'était ainsi, et on n'y pouvait pas grand chose.

"On va ... essayer d'oublier cette mauvaise journée. D'accord ?"

Et surtout, ils allaient devoir décuver un peu avant la réunion super importante du jour suivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Dim 2 Oct - 1:23

    J’lui ai fait promettre ça… Et quand j’y repensais, ça m’dégoutait. J’aurais pas du. J’aurais pas du. J’aurais pas du… Sa phrase n’avait peut être pas cette prétention, mais voilà, maintenant, je me sentais hyper responsable. De tout ce qui arrivait. De tout ce qui nous arrivait. Si j’avais été un dieu, j’aurais complètement supprimé cette journée de nos mémoires, de nos vies… Mais comme je n’étais qu’un simple capitaine de division, je ne pouvais malheureusement plus faire grand-chose. J’avais insisté, elle s’était plié à mes attentes, j’suis venu ici, j’ai couillé comme un salopard. Comme quoi, fallait quelques fois que j’apprenne à me contrôler, à retenir mes sales pulsions sexuelles. J’avais beau me le répéter, mais je n’y arrivais jamais. Comme si j’étais maudit. La faute revenait en grande partie à la capitaine de la troisième division, mais l’élan de culpabilité qui m’atteignait était comme un grand gouffre dans lequel je chutais sans pouvoir me rattraper. J’avais la main tendue dans le vide, vers le haut, espérant grandement un secours, une aide inespérée, même si tout au fond de moi, je savais d’avance, la cause complètement perdue. Chienne de vie ! A croire que haori ne rimait pas forcement avec bonheur, ce que j’avais cru et ce pourquoi j’avais accepté le rôle de conduire la neuvième. C’est dans ce genre de circonstances que je maudissais, que je haïssais réellement la galanterie. Si je ne lui avais pas fait de baisemain, rien de tout cela ne serait arrivée. Rien.... Vraiment.

    • Essayer d’oublier… Si c’était si facile…

    Nao’ faisait des efforts. Moi j’avais peine à en faire. Contrairement aux habitudes, il ne s’agit pas de ma légendaire paresse mais bien d’un abattement ahurissant. Jamais je ne m’étais senti aussi lâche, jamais. Ma fuite n’avait pas arrangé les choses. Bien au contraire. Ici, je me sentais comme une larve, un parasite, un moins que rien, un bon à rien même. Même si j’avais senti les bras de mon ami passer sur mon dos pour accentuer le réconfort que nous nous procurions mutuellement, force était d’avouer que j’avais honte de rester encore contre elle, de sentir sa poitrine contre moi, d’avoir le faciès chatouillé par sa chevelure brune, son souffle chaud contre ma peau. ‘Fin, d’être collé serré façon big love quoi. Mais ne faisais-je pas trop d’idées sur le coup ? Parce que oui, on a déconnés, mais oui, on est comme les autres personnages de ce monde et on a droit à faire des erreurs. D’ailleurs, si on analysait la situation de façon objective, la faute ne revenait ni à Naoya, ni à moi mais bien à l’autre chipie qui avait activé son Bankai pour un rien… M’enfin, c’était passé tout ça et faudrait p’être que je lâche la jeune femme de mes bras maintenant… Il fallait même que je parte. C’était sans doute la solution. Quitter dignement la salle sans fuir à l’aide d’un sale shunpo merdique. Mais avais-je la foi pour ce faire ? Sans doute que oui. Puisque j’avais fini par relâcher Naoya en m’éloignant d’elle de deux trois pas en arrière…

    • Je pense que le mieux serait de couper court à cette entrevue. Rester aggravera le cas. Soit on boira ce qui n’arrangera rien, soit on commettra l’irréparable ce qui serait encore pire…

    La déception est un sentiment fort. Si fort qu’il pouvait nous pousser à commettre des conneries regrettables, irréparables. Et j’étais bien placé pour le savoir. Si on avait fait l’amour, je n’osais pas imaginer les conséquences : La gêne qui aurait peut mettre la puce à l’oreille à beaucoup de personnes. L’envie de retenter l’expérience, parce que j’aimais le sexe. Peut être même un peu trop… Et le plus grave… La foutre irrémédiablement en cloques. Parce qu’il ne manquerait plus que ça quoi… contrairement aux humains, nous on avait pas de préservatifs… C’est vous dire la catastrophe que ça aurait été. Le capitaine commandant m’aurait tout d’abord congédié, avant d’essayer de me bastonner et ci possible me tuer, sans compter Nier qui aurait p’être été la personne qui dans son acte de tuerie, le soutiendrait le plus. Enfin, le pire avait été évité, Dieu merci. De ce fait donc et en bon zig, je parcourais une dernière fois le domaine de Jo avant de tout remettre en place dans le silence le plus total, le temps de donner le temps à Naoya de réagir à ma phrase qui en disait long sur mes objectifs ainsi que mes appréhensions. Une fois le ratissage terminée, je partis vers son comptoir où je me dépouillais de tous mes billets sur moi. C’était beaucoup d’argent pour une compensation certes, mais je lui devais au moins ça. Une fois le geste effectué, je saluais Naoya de la main, non sans ajouter en partant :

    • Vaux mieux que nous partions nous reposer. On se verra demain si tu as l’temps après la cérémonie…

    Hé voilà, c’était pas si dur mon grand ! UN peu regonflé à bloc une fois le seuil de la taverne franchi, je respirais un grand coup d’bol d’air bien frais et réajustait mon haori sur mes épaules. J’aurais été tenté là, maintenant de faire un shunpo mais j’en avais pas eu la force. Surement à cause de tout ce qui s’était passé. Marcher non plus n’était p’être pas si mal finalement. Ouais… Même si plus j’avançais et plus j’me disais que le mieux était de foutre le camp en vitesse. J’connaissais trop la fille. Elle allait peut être vouloir me rappeler et me demander encore pardon, un truc de ce genre. Ou pas. Mais dans tous les cas, prudence était mère de sureté, dicton des humains que j’aimais bien. Donc en deux temps trois mouvements, mon corps avait disparue de la ruelle que j’empruntais. Le voile de mon énergie spirituelle avait aussi disparu. Toute trace de Salem n’était plus. J’allais pioncer jusqu’à demain pour oublier…

    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé] Lun 3 Oct - 18:45

L'erreur est humaine, comme on le dit. Comme quoi, même s'ils étaient des Shinigami, même s'ils étaient morts, ils conservaient, tout de même, une part humaine au plus profond d'eux. Nao' avait voulu tenir sa promesse qu'elle avait faite à l'un de ses meilleurs amis. Si ce n'était son meilleur ami d'ailleurs. Enfin, elle en avait d'autres, comme Kiwiha. Quoi que, sa relation avec Al' n'était pas vraiment la même qu'avec Kiwiha. Avec le commandant, c'était sérieux. Ou du moins, ça le deviendrait forcément au fil du temps. Quoi que, à bien y penser ... Elle avait été intime avec le Capitaine de la 9ème ... Mais il restait quand même un grand ami. Son meilleur ami. Et pour leur bien à tous les deux, il avait su ... se retenir. Ils n'avaient pas fait de bêtises, et c'était pas plus mal. Parce qu'une bêtise de ce genre aurait pu sérieusement compromettre leur avenir à tous les deux.

Même si c'était difficile, compliqué, Nao' allait faire comme si rien ne s'était passé. Elle allait essayer d'oublier cette mauvaise journée et tout ce qui avait pu se passer. Faire comme si de rien n'était. Comme si elle n'était pas venue à la taverne. Comme si elle n'avait pas demandé à Misaki de venir. Brèfle, rayer, sans plus attendre, cette mauvaise journée de sa mémoire, de sa vie.

"Je sais ... C'est pas facile. Mais ce n'est pas en y pensant qu'on finira par oublier."

Ne plus penser, à rien, et se vider l'esprit. Voilà ce qu'ils devaient faire ... Chacun de leur côté, pour éviter des bêtises, ou bien un faux pas. Autant l'éviter, non ? Car qui sait ce qu'il adviendrait si jamais ils le faisaient, ce faux pas. Peut-être qu'ils seraient exclus du Gotei 13, qu'ils perdraient tous leurs amis ... Ou que, cette fois-ci, la culpabilité les rongerait et qu'ils finiraient par ne plus être amis ? Et ça ... Ca serait terrible, vraiment terrible. L'amitié de Salem comptait beacoup pour Naoya. C'était son ami, son meilleur ami, et elle ne voulait pas le perdre pour des conneries. Ce qui s'était passé aujourd'hui ... C'était une connerie, en quelque sorte. Une grosse connerie. Mais elle devait arrêter de s'en faire. Ils devaient aller de l'avant, tout simplement.

Histoire de le réconforter, d'essayer de lui faire oublier tout cela, Naoya s'était rapprochée d'elle et l'avait serré dans ses bras. Tout irait bien mieux. Tout ce qu'ils avaient à faire, c'était le vouloir. Et cette mauvaise journée finirait par se dissiper. Et ils ne s'en souviendraient pas. C'était à espérer. Nao' prit une lente inspiration et au bout de quelques instants, ils se séparèrent. Salem avait été le premier à relâcher cette étreinte en reculant de quelques pas en arrière. Il était temps de partir selon lui. Parce que s'ils restaient, ça aggraverait, sans aucun doute, les choses. Nao' eut un léger hochement de la tête.

"Tu as raison ... Et puis, boire ... en sachant que demain on a une réunion super importante, c'est pas une bonne idée. Manquerait plus qu'on ait pas vraiment les esprits clairs."

Ils pourraient dire ou faire n'importe quoi à cette réunion. Et de ce fait, et bien ... Et bien, ça pourrait être louche. Et certains pourraient alors se demander ce qu'il y avait entre eux deux alors qu'il n'y avait rien. Si ce n'était que de l'amitié. Son coeur, enfin, celui de Nao', était pris. Depuis peu. Elle ne savait pas si ça marcherait entre Kiwiha et elle. Mais elle ferait tout pour que ça marche. Sauf si ça ne collait vraiment pas entre eux deux. Mais à ce moment là, l'un, ou l'autre, finirait bien par le voir, non ?

Quant à Salem ... Elle savait qu'il aimait bien faire la fête. Et boire, beaucoup. Mais elle ne savait pas qu'actuellement, il avait des vues sur quelqu'un. Et elle ne voulait pas que ça foire de part sa faute. Brèfle, tous les deux avaient leur vie, à côté. Peut-être que dans d'autres circonstances, ils auraient pu être ensemble, mais ce n'était pas le cas.

Mais revenons-en à nous moutons. Salem avait donné une compensation à Joe. Ou plutôt, il l'avait laissé sur le comptoir, puisque le tenancier n'était pas derrière son comptoir. Sûrement qu'il était en train de se remettre des émotions, pour sûr. Le capitaine s'était ensuite tourné vers son amie afin de la saluer, tout en lui disant qu'ils pourraient se revoir après la cérémonie.

"Oui. Parce qu'il faudra qu'on termine de voir comment tu redécores ta Division."

Il lui avait demandé un coup de main et elle allait l'aider, comme promis. Nao' lui fit un petit signe de la main, tandis qu'il disparaissait à l'aide d'un Shunpo. Petit soupir de la part de Nao'. Cette journée avait été rude. Sûrement qu'elle irait se détendre dans un bon bain, pour sûr. Quelques minutes après le départ de Salem, Naoya quitta, à son tour, la bâtisse.


Y'a pas de quoi Smile Toujours un plaisir que de RP avec toi. On s'mpote pour la suite ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Un bon moment entre amis [PV : Misaki & Al'] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Sortie entre amis
» Sortie entre amis (suite)
» Petit pari entre amis
» Une sortie entre amis...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach no Kôshin :: Another World :: .: Rukongaï :. :: Junrinan - Zone Ouest-