Viens vivre ton aventure Bleach!
 

Partagez|

Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Dim 1 Mai - 20:49

Un bruit grossier. Celui d'une paille aspirant le fond d'un gobelet : un peu d'air, un peu de boisson. Et au vu du packaging de l'objet, sans doute était-ce un milkshake ou un soda, ce genre de truc venus des tout puissants États-Unis. Enfin, votre - ancien - Capitaine préféré n'avait pas poussé sa réflexion jusque là, ses mauvaises habitudes lui venant moins du Bronx que du 78ème District du Rukongai. Mais c'est quelque part rassurant de voir que malgré tout le temps qui s'est écoulé, il n'a pas changé - ou presque pas. Le voilà déambulant, avec sa démarche balourde dans son corps d'ado pré-pubère, dans les rues de Karakura, regards aguicheurs et intéressés sous sa grosse paire de lunettes noires. Un vrai caïd.

La bataille de Karakura avait vu son dénouement pointer il y a de cela deux jours. En ce bas monde, personne ne s'en souciait, juste parce que personne n'en savait rien. Les humains n'avaient rien quitté de leur petite vie tranquille, on peut même dire qu'ils n'avait pas idée que leur destin et celui de leur ville tout entière s'était joué de façon aussi serrée qu'une paire de jambes dans un legging - ce genre de pantalon que le Nigga Samurai venait de découvrir et qui le rendait fou. Quelque part, c'était une bonne chose, cette discrétion. Ça voulait dire que des gens hauts placés, et d'autres un peu moins, avaient bien fait leur sale boulot, et avaient tout mis en œuvre pour que ce qui a toujours été invisible aux yeux de l'humanité le reste un peu plus longtemps. Pour Seiji, c'était un vrai mystère que l'Homme. Une espèce qui évolue en toute ignorance, qui meurt parfois sans savoir pourquoi et qui rejoins un monde qui jusque là n'avait sa place que dans les livres. Alors forcément, ça lui fera toujours bizarre lui, l'ex trancheur de Hollow à temps plein, de ne pas voir la panique s'installer quand un de ces prédateur débarque au milieu d'une foule humaine.

Mais y avait aussi de drôle de zigotos n'ayant rien d'humain dans cette ville. Prenez le lui, et ses autres compères. Les Vizards ! Jamais créature aussi dangereuse n'avait trouvé sa place dans le doux foyer d'une race aussi "faible" que celle-ci. Oui je dis "faible" car les exceptions existent. Quand on croit avoir décimé tout un clan d'exorciseurs/vengeurs/quincys et que du jour au lendemain (un siècle plus tard en fait) on découvre qu'il en zone un peu partout... eh bien quand ça arrive, on met certains mots entre guillemets, comme le mot "faible" pour parler des humains. En fait, jusqu’à aujourd'hui, il n'avait pas eut beaucoup de chance avec les Quincys qu'il avait rencontré - je vous spoil un peu, il va en rencontrer une ravissante d'ici quelques lignes. Non pas qu'il ne les appréciait pas, c'était même plutôt l'inverse, lui qui a toujours trouvé que leurs techniques de combat étaient "classe". Et ça ne venait pas non plus du fait qu'il avait le mauvais rôle, ayant tout bonnement refusé de participer au génocide des intéressés. Non en fait, il n'avait vraiment pas eut de peau. Jusqu'à aujourd'hui.

J'en reviens donc à la demi-portion errant. Qu'est-ce que Seiji Itô pouvait bien foutre, à 17 heures 37 précisément dans des rues plus que douteuses de la ville, sirotant - raclant serait plus exacte - le fond de son gobelet de manière si peu gracieuse? Pour vous dire la vérité, il aurait bien mis la main sur un Shinigami ou deux, voire même sur môssieur Urahara Bob Kisuke s'il avait bien voulut pointer le bout de son nez, juste histoire de connaître les derniers potins de l'affaire Aizen. Vu la tronche du coucher de soleil idyllique et l'état plutôt potable de la métropole, il y avait fort à parier que le Hogyoku n'avait pas eut l'effet escompté, et que le père Yamamoto et sa troupe de cirque avait foutu une trempe mémorable aux immigrés du Hueco Mundo. C'est à dire que circuler aussi facilement d'un monde à l'autre, alors que ses hauts fonctionnaires de la logistique Kidô en sont encore à le faire passer par des couloirs reliant les univers les uns aux autres, ça a du le mettre en rogne. Mais plus sérieusement, qu'en était-il vraiment de celui qui jadis le transforma à jamais? Combien de frères d'armes les Shinigamis avaient dut pleurer? Les Arrancars avaient-ils sonner la retraire ou le conflit était-il définitivement terminé?

Et tandis qu'il cherchait d'autres questions sans réponses, Seiji put se ravir d'une chose : rien n'avait vraiment changé. Le déclencheur d'un tel constat? Sans doute ce Hollow hideux se dressant sur son chemin au détour d'une ruelle peu accueillante. Un gros monstre avec de grandes dents carrés, un long nez et une langue à en faire pâlir un caméléon. Un vocabulaire moins riche que cette description, puisqu'il était tout juste bon à répéter « Tu es appétissant... » ou « J'ai faim... ». A bien y réfléchir, l'association de ces deux phrases répétées sans cesse laissait présager que ledit Hollow avait en tête de dévorer le Nigga Samurai, qui pris tout de même la peine de jeter son gobelet un peu plus loin, mais prenant soin de garder - judicieusement - la paille entre ses lèvres. Son sabre, bien qu'assez inutile, était bien dans son dos. C'était rassurant de se dire que si quelqu'un doué de visions spirituelles passait par là, il ou elle jugerait cette arme comme étant un Zanpakutô, chose complètement fausse. Finalement, s'ils laissaient n'importe quel bouse du HM traîner dans le coin, c'est qu'ils devait être sacrément confiants - ou bourrés après avoir fêté leur victoire au Saké - au Seireitei.

    « J'ai faim... tu es appétissant... »

    « Yo. Pas cool, nigga... »


Mais vous ne l'avez sans doute pas oubliée, la Quincy dont je parlais un peu plus haut, hein? Et bien, à cet instant T, le Vizard n'a aucunement idée qu'elle est une Quincy, mais tout ce qu'il sait, c'est qu'une autre pression spirituelle au-dessus de la moyenne vient d'arriver, et que tout ce qu'il espère, c'est qu'elle aura moins la flemme que lui d'envoyer le nouveau copain qu'il s'est fait au tapis...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♥ So Cute, So Sexy ♥.: Just perfect :.
♥ So Cute, So Sexy ♥
.: Just perfect :.



Messages : 111
Date d'inscription : 25/03/2011

JDR
Niveau:
23/100  (23/100)
Expérience:
240/250  (240/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Lun 2 Mai - 13:39

Lunettes de soleil sur le nez, Yukiko était assise à une table, sur la terrasse d'un restaurant. La tête était légèrement balancée en arrière, comme si elle cherchait à détendre son cou, ou quelque chose dans le genre. De temps à autre, même, elle penchait la tête vers la droite, ou vers la gauche. Non pas pour tenter de faire craquer son cou, mais c'était plutôt histoire de vérifier si tout allait bien. Elle dormait mal ces derniers jours. Et elle avait l'impression que son matelas était plutôt dur ... Ouais, ouais, ça faisait déjà quelques jours qu'elle était à Karakura et pourtant, elle ne s'était pas encore habituée à sa nouvelle vie. Trop de mouvement dans la ville, trop de pression spirituelle ici ou là ... Trop de tout quoi ... Trop d'entraînement aussi ? Peut-être, mais elle savait que c'était pour son bien. Après tout, comme le lui répétait Kisuke, plus elle s'entraînerait, mieux elle pourrait se défendre toute seule. C'était déjà le cas pour quelques Hollow de bas étage qui n'étaient pas trop balèzes. Mais pour des bestioles plus fortes, et bin, sans aucun doute que ça serait très compliqué pour elle. Ouais, pour sûr ...

Yukiko passa l'une de ses mains contre son front tandis que l'autre entourait sa tasse de thé qu'elle porta à ses lèvres. Terminant sa boisson, elle se leva et rentra dans le restaurant, sans pour autant enlever ses lunettes, histoire de payer sa note. Oui, oui, elle aurait pu attendre que le serveur pointe le bout de son nez mais bon, c'était plus rapide, d'une certaine manière. La voilà donc quittant le bâtiment avec ses petites courses. Oui, oui, elle avait été faire un peu de shopping au centre commercial. Genre, pour acheter des fringues plus décontractés. Enfin, façon de parler. Disons qu'elle avait envie de renouveler sa garde robe, ou du moins, une partie. Et puis, selon elle, le shopping, c'était un bon moyen pour déstresser, pour penser à autre chose. Alors, voilà pourquoi qu'avant le restaurant, elle s'était rendue au centre commercial. Elle avait fait une séance essayage de chaussures, mais n'avait porté son choix sur aucune d'entre elles. Oui, Yukiko aimait bien les chaussures. Néanmoins, son armoire était pleine et elle n'avait pas besoin d'une nouvelle paire. Pas tout de suite du moins. Dans les jours ou les semaines suivantes peut-être, qui sait ?

Yukiko avait quitté le premier magasin et s'était rendue dans un second avec tout plein de fringues. Elle avait essayé un peu de tout : vestes, débardeurs, jolies tuniques, robes, jupes, pantalons. Brèfle, elle avait passé deux ou trois heures dans le magasin avant d'en ressortir avec deux trois sacs ... Et un chapeau. Un joli chapeau. Bon, il ressemblait pas à celui de Bob-san, mais il était marrant aussi. Une sorte de capeline, couleur paille, mais pas trop grande. Mouais, les chapeaux, c'était son truc aussi. Surtout quand elle était petite. Elle avait tout une armoire remplie de chapeaux, de bobs, de bérets, enfin, de tout quoi. A chaque fois qu'elle allait dans un magasin avec sa mère, la petite Yukiko lui en demandait un. Et jamais, oh jamais, sa mère ne le lui avait refusé. Yukiko avait perdu un peu cette manie ... Du moins, depuis que Keiko était morte. C'était le truc de fifille et sa maman. Et puis, faut bien que les choses changent, non ?

Quoi qu'il en soit, lunettes sur les yeux, chapeau sur la tête, sac à main dans l'un de ses sacs qui contenait ses fringues, la jeune Quincy marchait tranquillement, écouteurs sur ses oreilles aussi d'ailleurs. Son Ipod était rangé dans l'une des poches de sa veste. On ne voyait que les écouteurs dépasser, rien de plus, rien de moins. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle n'était pas alerte. Elle savait bien que les petits voyous traînaient ici ou là et qu'ils n'hésiteraient pas à lui faucher ce qu'ils pouvaient, histoire de revendre tout ça et de se faire un peu de blé.

Continuant sa marche comme si de rien n'était, elle tourna dans une ruelle. Yukiko savait que ce coin n'était pas des meilleurs, mais c'était le plus court chemin qui la ramènerait directement, ou presque, chez elle. Non pas qu'elle ne pourrait faire un détour, mais elle n'en avait pas vraiment l'envie ... Elle aurait dû. Parce qu'à peine elle eut mis le pied dans cette ruelle, la jeune Quincy eut une sensation bizarre, étrange ... Enfin, bizarre, façon de parler, parce que ce n'était pas la première fois qu'elle avait cette sensation. Yukiko porta l'une de ses mains à ses oreilles, histoire d'enlever ses écouteurs. Elle rangea même ses lunettes de soleil dans l'une de ses poches. Un Hollow ... Y'avait un Hollow dans les parages ... Ainsi qu'un autre être spirituel qu'elle avait beaucoup de mal à identifier. Yukiko ne comprenait pas trop. C'était bizarre quoi.

Elle aurait pu passer son chemin, faire comme si de rien n'était. Sauf que ... Sauf qu'elle ne pouvait pas vraiment le faire, non ? Une voix s'éleva dans la ruelle. Apparemment, l'affreuse bestiole avait faim. Et il avait envie de dévorer un type qui était plutôt petit. De dos, on aurait dit un enfant, ou presque, mais elle n'aurait su réellement le dire. Après tout, y'avait plein de choses bizarres. Et dire que l'autre jour, elle aussi faisait face à une bestiole qui lui disait qu'elle était apétissante.

*Font ch*** ces bestioles ...*

Ouais, où qu'elle aille, la plupart du temps, ça se finissait avec une rencontre de ce type : une saloperie de bestiole qui avait envie de bouffer quelqu'un d'autre. La bestiole ne l'avait pas encore vue ... Avec un peu de chance, Yukiko aurait l'effet de surprise. Elle porta la main à l'une de ses poches, la plus haute qui se situait sur sa veste, et en sortit une capsule. C'était pas là la meilleure de ses techniques. Et sans aucun doute qu'il lui resterait encore pas mal de choses à apprendre. Mais néanmoins, ça permettrait de découper le Hollow, du moins, s'il n'esquivait pas. Sans rien dire, Yukiko lança la capsule en direction de l'affreuse bête. Une poutre se forma alors, défonçant, ou pas, le Hollow. Elle n'avait pas attendu de voir ce qui allait se passer pour faire apparaîre son arc et décocher deux trois flèches, au cas où l'affreuse bestiole aurait esquivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Lun 2 Mai - 14:37

Voilà. C'est exactement ce genre de situation qui faisait qu'être un humain lambda était une tentation rentrée dans le top 10 des tentations du Nigga Samurai - en fait il tient un top 10 pour à peu prêt tout ce qui existe, peurs, boissons, sous-vêtements... Seiji se retrouvait maintenant entre un projectile fendant l'air et un abominable esprit masqué. Non pas que le premier le vise spécialement, ni qu'il y ait à douter de sa trajectoire, mais disons que pour ce genre de concept, le Vizard était assez anxieux de nature. L'idée même qu'il puisse finir dans l'estomac d'un Hollow ou explosé par la charmante technique d'une charmante jeune femme ne rentrait dans aucun de ses top 10, ce qui révélait une vérité certaine : il était dans un sacré merdier.

    « Yo? »


Sur ce mot, déclinable en une infinie possibilité de traductions dont je vous épargnerais, le gamin d'apparence fit un premier bond le propulsant sans doute possible à une dizaine de mètres du sol, qu'il combla par une magnifique pirouette, bien qu'inutile. Dans le même temps, l'attaque de la demoiselle se révéla inopérante par le simple fait que le gros bonhomme visé semblait jouir d'une vitesse qu'ils nous avait caché. Le petit cachotier ! Et tandis que Seiji se laissait retomber au sol, l'explosion du à la technique citée ci-dessus laissa quelques hurlements s'échapper du parc non loin de là. Une fois les deux pieds à terre, l'ancien Capitaine entama alors son jeu préféré : qui suis-je? Brève explication des règles : le but étant de ne pas révéler son identité, ressort gagnant celui qui, par exemple, alors qu'il est possession de sérieux arguments pouvant renvoyer ce monstre d'où il vient, se contente de jouer les imbéciles en dégainant son sabre aussi misérable qu'utile contre une créature de ce genre. Une pratique qui relève du masochisme le plus malsain qui soit. Fonçant alors sur la bête qui semblait plutôt satisfaite de son esquive, le Vizard lui asséna un "violent" coup de katana, qui ne lui fit ni chaud... ni froid.

    « Yo? »


D'humeur toute aussi joueuse, le Hollow se contenta d'enrouler sa langue autour du Nigga Samurai, plutôt en mauvaise posture. Bien déterminé à profiter de son repas, la bestiole eut l'ingénieuse idée de d'abord se débarrasser de la Quincy - pour ensuite la manger. Son appartenance à ce clan, Seiji la remarqua quand il leva les yeux vers celle qui tentait de le sauver, prête à décocher une de ses précieuses flèches. Malgré une situation assez inconfortable, l'exilé jugea bon de noter qu'il avait toujours trouvé, qu'il trouvait toujours et qu'il trouverais toujours cette technique d'une classe inégalable. S'il en réchappait, son premier réflexe serait de mettre, dans son top 10 des pouvoirs qu'il n'aura jamais : "Pouvoir créer un arc fait d’énergie spirituelle et balancer des flèches sur le coin de la tronche des Hollow". La fumée qui s'était élevé suite à l'explosion disparaissait peu à peu pour laisser découvrir de façon complète la jeune combattante, qui avait fière allure. Et, alors que tout semblait perdu, l'imprévisible se produisit : les problèmes défilaient les uns à la suite des autres ! En effet, le Hollow semblait capable, par un orifice situé dans son dos, de donner naissance à des "mini-lui" tout aussi affamés.

Trois de ces petits monstres foncèrent alors sur la belle, bien décidés à défendre leur pôpa, et le menu qu'il leur avait dégoté. Dans un élan de sagesse et de bonté envers lui-même et la dame, Seiji jugea alors que si elle était occupée avec les gosses de monsieur, ça voulait dire qu'il y avait aussi une mère qui n'allait pas tarder à rappliquer elle n'y verrait sans doute que du feu s'il se libérais lui-même de l'étreinte le condamnant à finir dévoré. Dans un murmure inaudible, il déclara « Virevolte, Teikoku no Hokori... » à la suite de quoi son ravissant piercing à l'oreille droite s’évapora dans l'air. L'instant d'après, un fin nuage de poussière brillant tranchait la fameuse langue en deux, laissant alors notre bon ami se libérer une fois par terre, enveloppé là-dedans ! Le cri de douleur qui s'en suivit était assez effroyable tant le Hollow agonisait - il en rajoutait même un peu. Ni une ni deux, le fameux, le magnifique, le divin cumulus de poussière scintillante transperça l'abomination dans une effusion de sang noire morbide, avant de le trancher net au niveau de la "tête", scellant ce qui lui restait de destin. Sans plus attendre, l'amas poussiéreux revint à l'oreille de son propriétaire, reformant un joli anneau. Puis le soucis du détail et du jeu de notre protagoniste le rattrapa, et il accourra ramasser sa vieille épée toute moisie, pour l’entacher de sang. Avec un peu de chance, la Quincy n'aurait rien vu à la scène, et succomberait au subterfuge la laissant croire que c'est le vieux sabre tout pourri qui a tranché la bête !

...

Voilà ce qu'il avait oublié : la fille. Sans plus attendre, il se tourna dans sa direction, voir où elle en était avec les machins... les trucs, en priant le bon Dieu pour la voir en désintégrer au moins un avec ses flèches.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♥ So Cute, So Sexy ♥.: Just perfect :.
♥ So Cute, So Sexy ♥
.: Just perfect :.



Messages : 111
Date d'inscription : 25/03/2011

JDR
Niveau:
23/100  (23/100)
Expérience:
240/250  (240/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Lun 2 Mai - 18:22

L'espèce de sale m**** !

L'enfoiré ! Il avait évité son attaque comme si de rien n'était, comme si ... Comme si ... Rhaa, la pauvre Yukiko en perdait son latin ... Ou, en l'occurence, son japonais, lançant quelques insultes à l'intention du Hollow. Apparemment, il avait pas envie de claquer tout de suite, ce qui n'était pas du goût de la demoiselle. Elle serait obligée de le combattre avec toutes les armes qu'elle avait en main, ou presque, histoire de mettre fin à sa misérable existence. Sauf si le curieux individu se décidait à lui faire lui-même sa fête. D'ailleurs, il prononça un petit Yo. Yo quoi ? Salut, tu vas bien ? OU un truc dans le genre ? Elle n'aurait su le dire.

Quoi qu'il en soit, le Hollow avait évité l'attaque ... Et le jeune pareil, du moins, il avait évité la poutre. Ouais, ça aurait été dommage si elle l'avait touché. Mais bon, ce n'était pas le cas, et elle ne l'avait pas visé non plus. Aucune crainte là-dessus. C'était la précision à l'état pur, ou presque. Elle secoua quelque peu la tête. Le fourbe, il était rapide ... D'accord, d'accord ... Il voulait jouer à la rapidité ? Elle pourrait aussi jouer avec lui ... Pas trop longtemps non plus, elle avait pas que ça à faire. Fallait qu'elle rentre ranger ses nouvelles emplettes. Le petit homme, ou l'enfant, difficile à dire, à déterminer, s'était élancé en direction du Hollow avec son Katana. Voulait-il tenter de le trancher, ou un truc dans le genre ? Peut-être, peut-être pas. Quoi qu'il en soit, il prononça un nouveau Yo ... Avant que l'affreux monstre ne se décide d'enrouler sa langue autour de sa cible. Ah ... Dégueu ...

"Eurk ..."

Yukiko était contente que ça ne soit pas elle, entre sa langue dégueulasse, visqueuse et remplie de bave. Pour peu, ça lui donnerait presque envie de gerber ! Ouais, c'était vraiment dégueulasse ... Et sa bave qui pendait ... Et se répendait au sol. Brrrr ... La Quincy secoua la tête dans tous les sens, préférant éviter de penser à cela. Ca aurait pu s'arrêter là dans le horrible ... Sauf que le dos de la créature s'écarta quelque peu, comme si y'avait un zip qu'on venait d'ouvrir, ou un truc dans le genre. Et là, bam, surprise ! Des petits Hollow ressemblant au plus grand. Des petits qui s'approchaient de la Quincy avec leur langue baveuse, visqueuse et dégueulasse.

"Ah non, hein, barrez vous !"

Yukiko avait reculé de quelques pas, du fait qu'elle se trouvait un peu trop proche de ses affreuses créatures. Manquerait plus que l'une d'entre elle ne tente de la choper avec une de ses langues dégueulasses. D'ailleurs, sans détour, une première flèche avait fusé, éventrant, de part en part, la première bestiole qui était trop proche. Avec un peu de chance, ça aurait pu faire reculer les deux autres. Mais non, que neni. Ils s'avançaient quand même, comme des petits diables, prêts à lui sauter à la gorge et à tenter de la bouffer.

"Retournez chez votre père !"

Oui, la paix quoi ! Mais non, ils se rapprochaient, petit à petit, passant leur langue hideuse et baveuse sur leur bouche. Pensaient-ils réellement qu'ils allaient se faire la Quincy aussi facilement que cela ? Ils avaient fumé la moquette, pour sûr ! Quoi qu'il en soit, Yukiko lança d'autres flèches, mais les bestioles avaient compris le truc, cette fois-ci, et ils esquivaient les flèches. Enfin, avec un peu de difficulté tout de même, du fait qu'elle était plutôt rapide, et eux pas assez. Rhaa, les petits saligauds ... Ils allaient lui donner du fil à retordre ! Mais bon, un challenge était un challenge, en quelque sorte. Et d'une manière ou d'une autre, elle arriverait à les fumer.

Yukiko utilisa d'autres tubes qui se transformaient en poutre, histoire d'essayer de les dégommer de la sorte. Elle ne savait pas trop si ça fonctionnerait. A dire vrai, non, elle se doutait que ça ne marcherait pas. Disons ... Qu'elle allait essayer de faire diversion, de les faire tomber dans un piège. Bah oui, s'ils se focalisaient tous les deux sur les poutres qui venaient vers eux, avec un peu de chance, ils en oublieraient la Quincy, et elle pourrait les abattre plus facilement ... Ouais, ouais, ça serait pas mal. Donc, voilà les tubes qui se dirigeaient vers les Hollow. Yukiko disparut à l'aide d'un Hirenkyaku. L'une des deux bestioles se fit dégommer par une flèche, du fait que la bestiole était concentrée sur la poutre. L'autre, plus maligne, ou coup de chance, difficile à dire, n'avait pas suivi tout le mouvement et avait bougé dans tous les sens durant quelques instants. Le temps de la sauver de ce premier subterfuge.

"Flûte ..." avait-elle dit avec un léger claquement des doigts.

Mais bon, c'était pas grave. Elle n'en avait pas encore fini avec cette bestiole. Et elle l'aurait, à un moment ou à un autre. Donc, pas de quoi s'affoler en quelque sorte. La voilà donc lançant deux trois autres flèches, histoire de la faire reculer. Mais le Hollow s'approchait, encore et toujours. D'ailleurs, il sortit sa langue gluante et tenta même d'attraper la Quincy par la jambe. Mais raté ... Oui, Yukiko avait reculé juste au bont moment ! Elle l'aurait bien nargué en disant raté mais bon, ça ne se faisait pas. De nouvelles flèches volèrent, fusèrent. Le jeune s'était retourné, mais Yukiko ne l'avait pas vu. Et là, bam, une flèche entre les deux yeux, enfin, ce qui pouvait lui servir de yeux. Bam, il se retrouvait désintégré ... En quelque sorte. Yukiko passa sa main sur son front. Finalement ... Ses entraînements chez Kisuke, c'était pas si mal que tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Lun 2 Mai - 19:12

Le temps que sa nouvelle camarade de jeu finisse son affaire, Seiji avait laissé tout son poids reposer sur son sabre, patientant, là. L'aurait-il aidée? Penses-tu ! Le bougre préférait se rincer l'oeil à la regarder se démener plutôt que d'intervenir. Mais il faut avouer qu'elle se débrouillait plutôt pas mal. Même lui, avec son joujou plein hémoglobine, avait l'air d'un manche à côté de la jeune femme, on ne peut plus habile avec ses flèches. Puis, comme il est du genre vite déconcentré, le Vizard porta son attention à un distributeur de boisson sur le côté. Les aléas du combat semblait l'avoir légèrement entamé, mais le Nigga Samurai s'obstina a appuyer sur le bouton censé lui offrir sa candeur. Le "bip" signalant un disfonctionnement technique de la machine en devenait presque une mélodie. Quelle manque de galanterie quand même : cette nana lui avait malgré tout porté secours. Quoi qu'il en soit, le distributeur ne semblait vraiment pas disposé. Et deux sous de gaspillés. Fucking shit.

Mais la bataille se termina. Comme il l'avait prévu, la Quincy dérouilla les minis Hollows en bonne et due forme. Si le fait d'être coincé dans la langue visqueuse d'un monstre n'était pas une situation aussi critique, sans doute l'aurait-elle laissé se charger aussi du gros. Rangeant son sabre dans l'étui accroché à son dos, l'exilé rangea ses mains dans ses poches, et rejoignit la jolie demoiselle. Sa démarche était un peu ridicule, autant que sa taille, mais ça, il lui aurait fallut un sens critique hors du commun pour le remarquer tout seul. Avec ses grosses baskets, son bas de survêtement trop grand, son petit débardeur blanc et sa veste rouge, son allure laissait vraiment à désirer. Lorsqu'il fut devant elle, il n'eut d'autre choix que de lever ses petits yeux, masqués par ses grosses lunettes.

    « Yo. »


Encore ?! Ça en devenait obsessionnel ! Presque flippant !

    « Ces enfoirés, on leur a fait leur fête. T'as assuré miss-tinguette. » ♪


Serait-elle charmée par son rap? Il y avait de forts doutes à émettre, lui par contre était littéralement séduit par la Quincy. Sans beaucoup se gêner, il la détaillait, des jambes au visages - avec un léger blocage sur ses jambes. S'il n'y avait pas eut un tel écart d'âge entre eux, il aurait sans doute cédé aux avances de mademoiselle - oui, il est le seul a avoir vu des avances dans cette scène, et après? Si elle était née un siècle plus tôt, pourquoi pas, et encore que... il pourrait être son ancêtre ! Leur relation aurait été plus que douteuse, c'était une idée à proscrire. Le comique de la situation résidait tout de même dans l'ironie qui suit : aux yeux de Seiji, elle était trop jeune pour lui mais elle devait sans doute le trouver trop jeune pour elle. Qui a dit que l'amour était une histoire facile?

En tout cas, il ne comptait pas en rester là. Avec un peu de chance, elle connaissais peut-être Shinji et compagnie, ou bien même Kisuke. Si c'était le cas, elle devait en savoir un petit plus que lui sur les évènements récents, juste de quoi éclairer sa lanterne. Après tout, ce n'était pas tout les jours que le Nigga Samurai se foutait sur la tronche avec un Hollow dans les rues de Karakura, et c'était encore plus rare qu'une rencontre de ce type en découle. Il aurait des tonnes de questions à lui poser à propos de son clan, mais il n'avait pas envie de la brusquer - m'est avis que c'est déjà fait. Était-elle la seule Quincy encore en vie? Avait-elle été formée par un autre Quincy? Quelles étaient ses mensurations? Non, vraiment, il en aurait résulté de trop grands bouleversements, pour elle comme pour lui.

Sans gêne, il pencha sa tête sur le côté pour regarder les sacs gisant au sol derrière la jeune femme. Elle semblait avoir fait les boutiques, un grand point commun avec le Vizard qui aimait dépenser de l'argent sorti d'on ne sais où dans des fringues relevant toutes plus du mauvais goût les unes que les autres. D'une enjambée fait de ses petites guiboles, il la dépassa, se mettant à fouiller dans les emballages en question. Le voyou ! Des chaussures, des accessoires, des vêtements, d'autres trucs typiquement féminins...

    « Yo, pas une seule paire de chaussures? T'es bizarre t'as vu. »


Elle allait peut-être finir par lui coller son poing dans la figure, mais quoi qu'il en soit, il ne s'arrêtait pas pour autant. Quand il en eut finit avec son inspection, il lâcha prise, laissant les précieux butins des petites emplettes de madame retomber par terre sans aucune retenue. Puis, comme s'il venait d'accomplir une lourde tâche, il se tapa les mains l'une contre l'autre pour les dépoussiérer. Il attrapa alors le peigne coincé dans sa touffe afro, qu'il débroussailla très très (très très très) inutilement, sur un périmètre capillaire au moins aussi infime.

    « Sinon, tu décoche souvent en pleine rue ça comme?* »


Puis il lui tendit son peigne, sur lequel un ou deux de ses propres cheveux se baladaient.

    « La baston t'as décoiffée nigga, non? »


* Oui, il fait aussi du verlan, ce n'est pas une erreur du narrateur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♥ So Cute, So Sexy ♥.: Just perfect :.
♥ So Cute, So Sexy ♥
.: Just perfect :.



Messages : 111
Date d'inscription : 25/03/2011

JDR
Niveau:
23/100  (23/100)
Expérience:
240/250  (240/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Mar 3 Mai - 12:02

Yukiko grommelait quelques mots. Elle avait réussi à dégommer le dernier mini Hollow, non s'en mal d'ailleurs parce qu'il l'avait fait courir ici ou là. Pourquoi ? Parce qu'il avait sorti sa grosse langue visqueuse et dégueulasse pour essayer de l'attraper. Et elle, elle avait décidé de ne pas se laisser faire. Non mais, elle voulait pas se retrouver avec des fringues toutes baveuses. Et puis, qui sait si c'était réellement de la bave ? Après tout, les Hollow étaient bizarres. Si ça se trouvait, sa bave pouvait être une espèce d'acide, ou un truc dans le genre, qui attaquerait ses fringues. Et hop, exit les fringues ... Bon, d'accord, elle venait d'en acheter des nouvelles, mais c'était pas une raison quoi ! Oui, bon, possible qu'elle extrapolait un peu. Après tout, rien ne laissait présager que leur bave était un corrosif bizarre qui attaquait la peau ou bien les vêtements. Mais sait-on jamais ! Comme le dit le vieux proverbe, mieux vaut prévenir, que guérir. Quoi qu'il en soit, elle n'avait pas remarqué tout de suite que le jeune en avait fini avec le plus gros Hollow. Non, trop occupée à en découdre avec le petit qui lui donnait du fil à retordre. Mais finalement, elle avait réussi à le piéger, et il avait volé en éclat ... Du moins, ça n'aurait pas été un Hollow, mais une vraie personne, sans aucun doute que des petits morceaux de chair, de cerveau, et autres organes auraient volé dans tous les sens, comme son sang ... Bin oui, une poutrelle dans la gueule, formée par l'une des petites capsules, ça pardonnait pas non plus. Quoi que ... Yukiko n'avait jamais essayé. Peut-être, un jour ... Quoi que ça aurait été marrant de l'essayer sur son ex ... Mais peut-être que ça aurait été une réaction plus que démesurée.

Quoi qu'il en soit, la bestiole était morte, et Yukiko avait la paix. Ah !!! Et dire que le Hollow avait été à deux doigts de l'entourer avec sa langue baveuse. Elle en avait encore des frissons dans le dos rien que d'y penser d'ailleurs. Elle n'avait pas remarqué que le jeune s'approchait d'elle. Du moins, elle était dos à lui, pour le moment, et ne le voyait donc pas venir. Elle savait qu'il était encore vivant, du fait qu'elle sentait encore un peu son Reiatsu. Mais ne savait pas qu'il s'approchait d'elle à pas de loup ... Enfin, façon de parler. Elle eut un léger sursaut quand il lui parla. Ou du moins, qu'il l'interpella. Ca ressemblait à une interpellation ... Ou quelque chose dans le genre. Brèfle, oui, elle avait légèrement sauté en l'air. Lentement, elle se retourna, tandis qu'il faisait quelques rimes en parlant ... Ou en rappant ... Rappait-il réellement d'ailleurs ? Misstinguette ? C'était ... Bizarre comme surnom. Mais bon ...

Histoire, de voir à qui elle avait à faire, Yukiko se tourna donc ... Qu'elle ne fut pas sa surprise de constater qu'elle avait face à elle ... Quelqu'un qui ressemblait à un enfant ! C'était ... pas croyable. Mais bon, la jeune fille savait aussi qu'il fallait se méfier des apparences. Après tout, hein, Kisuke était super vieux -enfin, elle le pensait, mais il se refusait toujours à lui dire quel âge il avait- et pourtant, il avait un corps ... d'une personne de trente ou quarante ans, pas plus. Si ça se trouvait, le jeune qui était face à elle, en ce moment, était dans le même cas de Kisuke ... Ou alors, elle avait vraiment à faire à un gosse, elle n'aurait su le dire réellement.

"Ah ... Euh ... Merci ... Mais je ne pouvais pas rester les bras croisés tandis que cette bestiole ... essayait de te bouffer."

Mais bon, peut-être qu'elle avait eu tort d'intervenir. Après tout, il avait réussi à mettre en déroute le Hollow, et même le tuer. Sans aucun doute aussi qu'il aurait pu se débrouiller tout seul. Peut-être qu'il n'aurait pas eu besoin de son aide. M'enfin, ce qui était fait était fait, en quelque sorte. D'un seul coup, il se mit à bouger et alla fouiner dans ses affaires. Enfin, Yukiko s'était tournée, histoire de voir où il allait. Au départ, elle aurait pensé qu'il se tirerait, comme ça, sans plus un mot. Mais apparemment, ce n'était pas le cas. Car le voilà fouinant dans ses sacs à la recherche de je ne sais quoi. Yukiko avait une drôle d'expression sur le visage. Elle aurait été un personnage de BD, probablement que y'aurait eu une bulle avec quelques points d'interrogation, ou bien des points de suspension. Oui, oui, là, elle ne comprenait pas ... ce qu'il était en train de faire.

"Nan ... Mais ... Euh ... Te gêne pas surtout !"

Il était culotté, y'avait pas à dire. Il constata qu'elle n'avait pas acheté de pompes ... Bin, oui, pas aujourd'hui. Mais en quoi ça l'intéressait ? Non mais ... Il se croyait tout permis ou quoi ? Ah ... J'vous jure, les gosses. Finalement, après sa fouille minutieuse, il laissa en bordel les nouvelles fringues que Yukiko avait acheté. La voilà donc agenouillée pour ranger le dawa qu'il venait de mettre. Lui, pendant ce temps, se repeignait.

"Décocher quoi ? Des flèches ?"

Yukiko avait relevé le nez durant quelques instants, avant de retourner à ses sacs et de se redresser.

"J'évite autant que faire ce peut. J'n'aime pas m'attirer des ennuis."

Et quand elle utilisait ses pouvoirs, forcément, au bout d'un moment, ça lui attirait des ennuis, à elle ou d'autres personnes. Donc, autant éviter autant que faire ce peut. Le jeune lui tendit son peigne, prétextant que ça avait dû la décoiffer quelque peu.

"Ca ira ... Merci ... Mais t'es qui toi au juste ?"

C'est vrai, il était qui ? Il se baladait avec un katana. Etait-il un de ses Shinigami qui parcourait le monde à la recherche d'affreuses bestioles à tuer ? Si c'était le cas ... il semblait jeune, vachement jeune. Mais la jeune Quincy se doutait qu'elle devait se méfier des apparences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Mer 4 Mai - 16:04

A la regarder faire, Seiji se dit que cette fille avait une certaine patience. Hors-mis lui faire remarquer son manque de manière - chose à laquelle il est habitué - elle n'avait même pas haussé la voix quand il avait fouillé ses affaires. Elle se contenta de ranger la bazar qu'il avait mit, continuant la conversation. Cela dit, il est vrai que c'était assez déconcertant de voir un type foutre le nez dans vos achats comme si vous aviez élevé les vaches ensembles, elle n'allez tout de même pas lui foutre son pied au c*l. Quoi que...

Quand elle lui demanda de quoi il parlait quand à son habitude de "décocher ainsi en pleine rue", le Nigga Samurai répondit en imitant un archer d'une manière si ridicule qu'une professionnelle de la chose - je parle des arcs et des flèches bien sûr - tel qu'elle devait s'en arracher les cheveux. Il avait ce côté comédien, cette habitude de joindre des gestes à ses paroles, des mimiques à ses explications, des imitations à ses interrogations. Le genre de truc qu'il avait appris dans le 78ème District : pour occuper les victimes de leurs larcins, faire le pitre s'avérait très utile. Mais ce n'était pas à la portée de tous de captiver quelqu'un (ou de le faire s'évanouir) avec agitant les bras dans tout les sens et en imitant un singe unijambiste, ou une langouste trilingue. Une imagination débordante qui laissait toujours ses "proies" sans voix, chose assez amusante, plus pour lui que pour eux. pour en revenir à la scène qui nous préoccupe, après s'être relevée, la demoiselle admis qu'elle ne jouait pas à Robin des Bois dès que l'occasion se présentait, histoire de ne pas s'attirer plus de problèmes qu'elle en avait déjà. A cela aussi, Seiji avait une réponse.

    « P'tain, moi si je savais faire ça, je passerais mon temps à botter les fesses des Hollows et même des vieilles grand-mères juste pour le plaisir, t'as vu? »


La vérité, c'était qu'il la comprenait. Lui-même, depuis son arrivée ici, s'était fait très discret pour tout ce qui était des choses de l'au-delà. D'abord parce que papy Yamamoto serait surement venu lui mettre une branlée s'il avait retrouvé sa trace, et aussi un petit peu parce qu'il voulait la paix. C'est vrai quoi, déjà que lui, quand il était Shinigami, ça l'amusait pas plus que ça de traverser des portails magiques pour se retrouver chez les humains et bousiller du monstre, alors qu'il était nourri, logé et payé pour ça, alors elle qui n'avait aucune obligation de ce genre et pas grand chose à y gagner, y avait pas de raison qu'elle s'embête à ça.

Et alors qu'elle déclina sa proposition d'instant coiffure, elle en vint à a la question fatidique : qui était-il? Elle prononça même le mot Shinigami. Chose étrange, à ce moment, Seiji se tint le menton, comme s'il se mettait à réfléchir, en regardant le ciel. Y avait-il besoin de prendre ce temps de réflexion pour savoir dire qui on est? Et bien disons... qu'il était un cas particulier. Ben oui, même si elle semblait connaître les guerriers du Seireitei, pouvait-il lui annoncer ainsi, de but en blanc, qu'il était une âme née dans l'un des pires quartiers du Rukongai, dans la Soul Society, qu'il avait passé son enfance à voler et escroquer, pour ensuite être vendu par un noble à l'académie des Shinigamis, de laquelle il faillit être renvoyé mais dont il sorti avec un diplôme irréprochable - ou presque. Que par la suite il intégra une des 12 Divisions des armées de la cour, mais que par un malheureux concours de circonstance, il ne s'y intégra jamais vraiment malgré ses faits d'armes, que son Capitaine le renia à cause de son manque d'atomes crochus avec l'homme qui trahira le Capitaine en question, puis Seiji lui-même, puis toute la SS? Que suite à la disparition d'encore et toujours ce même Capitaine, il prendra lui-même ce poste, passant le plus clair de son temps à contredire ses collègues, avant d'être trahis par l'homme cité un peu plus haut, faisant de lui un Vizard et le condamnant à vivre en exil sur terre. Pouvait-il vraiment lui parler de tout ça? Le devait-il? Non, il n'allait quand même pas avouer à une inconnue qu'il avait failli se faire virer de l’académie !

    « J'suis de passage. »


Il laissa un ange passer, reprenant une position plus habituelle - selon ses critères.

    « J'm'apelle Seiji, mais tu peut m'appeler le Nigga Samurai... ou tu peut m'appeler Seiji. Ou tu peut m'appeler "beau gosse" ou encore "quand est-ce qu'on se marie". C'est toi qui voit, nigga. »


Il y a fort à parier que pour vous, tout cela relève de l'ironie. Mais il n'en est rien ! Sans plus d'explication, il jeta un coup d’œil à son sabre. Dieu seul sait comment il avait fait, mais sa lame s'était fissurée. Vu l'engin, ça ne valait pas le coup d'essayer de la "réparer". Il fit alors quelque pas jusqu'à une de ces grosses poubelles d'arrière boutique, vous savez ces énormes poubelles qui sont toujours dans de petites ruelles sombres et étroites, et dans lesquels les restaurant jettent les restent de plats que les clébards viennent bouffer. Eh bien il se rendit jusqu'à une de ces grosses poubelles, qui se trouvait justement dans une ruelle sombre et étroite, derrière un restaurant, avec un chien à moitié crevé sur le bas côté. Il y jeta son "arme" et revint vers sa nouvelle rencontre.

Était-il inconscient? Avait-il pensé que n'importe qui pourrait tomber sur ce "trésor" aussi dangereux soit-il? Peut-être même un enfant ! Ou un chien !! Et avait-il pensé que la Quincy, si elle le prenait vraiment pour un Shinigami, trouverait louche qu'il balance son Zanpakutô à la poubelle dans laquelle tout les péquenots déversent leurs détritus?

    «Yo, c'était d'la de-mer grave ce truc toute façon. Sinon toi nigga, t'es qui? Tu m'as demandé mais même pas tu t'es présentée en fait... »


Il passa sa main derrière son oreille ,qu'il se mit à grattouiller et... ah non pardon, autant pour moi. Il alla chercher une clope cachée derrière sa chevelure touffue, qu'il coinça entre ses lèvres, fouillant ses trente-six mille poche pour trouver ses maudites allumettes.

Quoi, la morale? Un gosse qui fume? Ben oui, un gosse de 301 ans qui fume, merde quoi !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♥ So Cute, So Sexy ♥.: Just perfect :.
♥ So Cute, So Sexy ♥
.: Just perfect :.



Messages : 111
Date d'inscription : 25/03/2011

JDR
Niveau:
23/100  (23/100)
Expérience:
240/250  (240/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Mer 4 Mai - 19:08

Yukiko avait secoué la tête à plusieurs reprises. N"empêche, il était vraiment culotté quoi. Fouiner ses affaires comme si c'étaient les siennes ... Fallait croire que certaines personnes, ici bas monde, étaient sans gêne. C'était un truc de dingue mais bon, que pourrait-elle lui dire ? Que c'était pas bien ? Devait-elle lui faire la morale ? Nan, c'était pas son truc. Tant qu'il n'avait pas piétiné ses fringues et n'en avait pas fait de charpie. C'était pas là le plus important, non ?

A sa première question, le jeune fit quelques mimiques, imitant une espèce d'archer. Une très mauvaise imitation d'ailleurs. Ou du moins, au départ, elle se demandait vraiment ce qu'il essayait de lui mimer. Elle l'avait regardé, observé, cherchant à reconnaître ce qu'il souhaitait lui montrer. Mais pfiou, c'était pas de la tarte, pour sûr. En le regardant, Yukiko s'était grattée le crâne à plusieurs reprises, essayant de démêler toute cette affaire. Mais bon, à part une mauvaise imitation d'archer, la jeune Quincy ne voyait pas autre chose d'autre. Mais bon, c'était pas le top du top. Il lui répondit, par la suite, que s'il pouvait tirer des flèches de la sorte, il s'en servirait tout le temps, ou presque, pour botter en touche les Hollows, ou bien même des grands-mères. Elle eut un petit sourire, rire, amusé. C'était peut-être pas une bonne idée que de sourire à ses petites blagues mais bon.

"Ca ne serait pas drôle. Et je doute que les petites mamies apprécient les flèches. Les Hollow, j'dis pas ..."

Quoi que, jusqu'à présent, Yukiko n'avait pas vraiment eu l'occasion de botter les fesses de beaucoup de Hollow. Et d'ailleurs, ça ne la gênait pas plus que cela. Yukiko n'avait pas l'esprit d'une combattante ... Enfin, si, pour certaines choses, elle pourrait se dévouer corps et âme pour parvenir à son but. Dans quels domaines ? Scolaire d'une, histoire d'avoir toujours les meilleures notes, d'être toujours au top. D'ailleurs, à ce propos, faudrait qu'elle se réinscrive pour sa dernière année. Mais c'était encore les vacances, donc elle avait le temps. Un autre domaine ? Bin, j'sais pas moi. Mais c'était divers et variés. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle pouvait se permettre de buter des Hollow à tout bout de champ. C'était pas son job, et elle n'avait pas focément envie de mettre sa vie en jeu dans un combat qui n'était, pour le moment, pas le sien. Peut-être que si ... Qu'un jour, faudrait qu'elle prenne part à une bataille pour sauver des vies, mais elle avait le temps d'y penser. Et surtout, Kisuke avait le temps de l'y préparer. Libre à elle, ensuite, de voir si bataille il y avait si elle y participait, ou pas.

Mais revenons-en à nos moutons. Yukiko avait récupéré ses sacs. Elle aurait pu partir, comme ça, sans rien demander de plus. Mais non, il avait fallu qu'elle lui pose une question, histoire de savoir qui il était, ce qu'il faisait ici, et tout ça. Le jeune prit, tout d'abord, un air assez pensif. Oh, avait-il besoin d'un temps de réflexion pour préparer sa petite histoire ? Sans aucun doute, parce qu'il n'avait pas répondu tout de suite. Il devait avoir des choses à cacher. Elle ne lui en tiendrait pas rigueur. Après tout, tout le monde avait ses petits secrets ou bien souhaitait conserver une partie de sa vie "privée", ne pas l'exposer à tout va ou bien à tout le monde. Oui, Yukiko comprenait. Après tout, elle-même restait assez mystérieuse, évasive, quand elle le pouvait. Histoire, de ne pas s'attirer des ennuis, ou quelque chose dans le genre.

Finalement, après une intensive réflexion, il se présenta sous le nom de Seiji ... Mais il lui donna même plusieurs surnoms, ou façon de l'appeler. Nigga Samurai ... Beau gosse aussi ... LE "Quand est-ce qu'on se marie", c'était un peu bizarre comme surnom.

"Pardon ? T'es pas un peu jeune pour songer à te marier ?"

Yukiko marqua une petite pause, se grattant quelque peu la tête.

"Ah non, c'est vrai ... Faut pas que j'me fie à ton apparence ..."

Si ça se trouvait, mentalement, c'était un vieux. Et physiquement, il restait un jeu. Pfiou ... C'était compliqué ... Ouais, les Shinigami étaient compliqués. Et encore, si elle avait su qu'elle avait à faire à un Vizard, sans aucun doute qu'elle aurait trouvé la chose encore bien plus compliquée. Et sans aucun doute aussi qu'il lui faudrait un peu de temps pour assimiler tout cela. Brèfle, tandis qu'elle tentait de retrouver quelque peu ses esprits, Yukiko constata que Seiji s'était éloigné d'elle durant quelques instants ... Et qu'il avait balancé un truc dans une poubelle. On aurait été dans un manga, un dessin papier, probablement que y'aurait eu une bulle, à nouveau, avec plusieurs points d'interrogation. Vraiment ... Seiji était ... bizarre ... Revenant vers elle, Seiji lui confia que son arme, c'était pas le tip tap top, donc, ça valait pas le coup d'être gardé. Suite à cela, échange de bon procédé, il lui demanda qui elle était.

"Ah oui. Tu marques un point."

Seiji avait porté la main à sa tête, du moins, vers son oreille ... Et en avait sorti une clope ... Ok ... Bon, il fumait aussi. Quoi d'autre qu'elle devrait savoir ?

"Tu sais, la cigarette, c'est pas bon. Ca pourrait te ..."

Yukiko marqua une nouvelle pause.

"Oublie ce que je viens de te dire puisque tu dois être déjà mort ..."

Mouais, la cigarette pouvait pas le tuer une seconde fois, non ? Secouant la tête une nouvelle fois pour se concentrer à nouveau sur Seiji, elle se présenta finalement.

"J'en oublierai presque les bonnes manières ..."

Fallait dire que Seiji, les bonnes manières, lui, il ne semblait pas vraiment les connaître, ou en était même dépourvu. Certes, ça pouvait être amusant mais bon.

"Je m'appelle Yukiko ... Et ça ne fait pas très longtemps que je suis à Karakura."

La jeune Quincy regarda par dessus Seiji, histoire de z'yeuter la poubelle dans laquelle Seiji venait de balancer son arme. Enfin, ce qu'elle pensait être son arme. Après tout, elle ne savait pas trop ce qu'il venait de jeter. Elle pourrait bien lui poser la question ... Devait-elle le faire ? Devait-elle fourrer son nez dans des affaires qui n'étaient pas les siennes ? Oui, peut-être ... Peut-être qu'elle devait le faire. Car après tout, n'importe qui pourrait venir fouiner dans les environs ... Et trouver l'objet ... Du moins, s'ils le voyaient ... A bien y penser, est-ce que cet objet était visible par tous ? Ou bien seulement par ceux qui pouvaient voir les choses bizarres ? Comme les Shinigami, les Hollow et tout ça ? Bonne question ... Très bonne question.

"Euh ... Je ne voudrais pas me mêler de choses qui ne me regardent pas ... Mais ... Tu es sûr que c'est une bonne idée d'abandonner ton arme dans cette poubelle ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Jeu 5 Mai - 13:54

Après une fouille approfondie, Seiji trouva enfin son précieux, et sortit de sa veste un petit étui cartonné. Il en soutira une cigarette, qu'il gratta sur le côté de la boîte, pour finalement allumer sa cigarette. Il avait tout de même réussi à la faire sourire au moins une fois, son mauvais goût ne la repoussant pas. Exploit mademoiselle ! Pour autant, son petit jeu n'était pas terminé, d'autant qu'il n'avait pas encore mis sur le tapis le sujet qui lui tenait tant à cœur. Après tout, elle avait l'air sympa franche, elle lui parlait sans esquiver ses questions, alors peut-être que si elle avait une info pour lui, elle ne rechignerait pas à des confidences. il pris quelques bouffées de fumée, avec lesquelles il faisait des ronds, de formes bizarres aussi. Elle ne sembla pas trop savoir par quoi commencer, s'y reprenant à deux ou trois fois avant de se présenter de façon aussi évasive qu'il l'avait fait lui-même. Le Nigga Samurai commençait à assembler les premières pièces du puzzle : elle ne semblait en rien complexée par ses dons. Les rares humains dotés d’énergie spirituelle en faisaient généralement tout un fromage, et ça durait des plombes, mais elle n'hésita pas à clairement évoquer le fait qu'il était déjà mort, sur un ton léger qui plus est. il n'était surement pas le premier "Shinigami" qu'elle rencontrait. Kensei? Ou Kisuke peut-être, qui sait...

Elle se nommait donc Yukiko. Et elle ajouta qu'elle était nouvelle dans le coin. Ça par contre, ça n'était pas forcément signe qu'elle détenait ce qu'il recherchait, au contraire même. A moins qu'elle lui mente parce qu'elle n'avait tout simplement pas confiance - et on la comprends. Ou à moins qu'elle ait quelque chose à caché concernant son rapport à la Soul Society ou la guerre qui venait de se terminer. C'était peut-être une Quincy, mais l'ancien Capitaine avait ouïe dire que des Shinigamis Exilés avaient vu leur ardoise vis-à-vis du Seireitei effacée, et avaient réintégré le Gotei 13. On pouvait vraiment s'attendre à tout de la part de papy Yama' si tenté que ce soit encore lui à la tête des armées de la cour. Et tandis qu'elle déclinait une infime partie de son identité, elle regardait - sans trop de mal - au-dessus de la tête, ou plutôt de la touffe de Seiji, en direction de la poubelle où il avait jeté son sabre. Elle hésita un moment, puis ne se gêna pas pour lui demander s'il était bien judicieux de faire ce qu'il venait de faire. Fallait-il faire ce qu'il venait de faire, mais qu'allait-il faire ?

    « Yep nigga. Ça valait pas un clou c'truc là. »


Il repris alors un moment pour savourer sa candeur, recrachant une épaisse fumée dans la soirée qui chassait le crépuscule. Peut-être était-il temps de passer aux choses sérieux. Professionnellement parlant j'entends, bien sûr. Se remettant à farfouiller dans dans son veston, il finit par en sortir un petit papier. C'était une carte de visite d'une boutique, dont la partie inférieure était vraisemblablement déchirée (involontairement, c'était fait comme un sagouin). Dieu seul pouvait prétendre savoir comment Seiji avait-il obtenu ce papelard tout pourri, aussi inutile que chiffonné. AU il frotta un peu entre ses mains comme pour le "repasser" afin qu'il soit lisible, et le tendit à sa camarade. Dessus, on distinguait tout de même le nom de "Urahara Kisuke" avec le début du mot "boutique". Boutique de quoi? Inutile de vous redire Qui seul pouvait prétendre le savoir. Le hasard faisant bien les choses, la partie manquante détenait une information on ne peut plus importante, l'adresse du fameux magasin. Avec un peu de chance - de cocu - Yukiko connaitrait ledit Kisuke, ou au moins verrait grosso modo où se trouve la boutique peu fructueuse d'un péquenot qui ne sort jamais sans son bob. Enfin, péquenot, pas tant que ça, sous ses allures farfelues... Seiji la questionna alors entre deux bouffées.

    « Ça te dit quelque chose? Urahara Kisuke? »


Et tant qu'il était lancé, autant aller jusqu'au bout.

    « Ou bien Muguruma Kensei peut-être? »


Il lui laissa le temps de réfléchir un instant, toujours sa clope au bec. Fallait-il enchaîner de suite sur la bataille de Karakura? Non, ça ne vallait pas le coup. Si la discutions venait à porter sur un des deux noms cités, elle en déballerait peut-être un peu plus de son propre chef, il était inutile de la fliquer, sinon elle risquerais, en plus de le prendre pour un gamin pervers dépendant à la clope, d'ajouter à son C.V des noms d'oiseaux dont je tairais la signification...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♥ So Cute, So Sexy ♥.: Just perfect :.
♥ So Cute, So Sexy ♥
.: Just perfect :.



Messages : 111
Date d'inscription : 25/03/2011

JDR
Niveau:
23/100  (23/100)
Expérience:
240/250  (240/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Jeu 5 Mai - 16:34

Quel petit être bizarre !

Y'avait pas à dire, Seiji était quelque peu bizarre ... M'enfin, c'était pas pire que Kisuke ... Quoi que, Bob-san, lui, était un peu loufoque sur les bords. Mais avec son bob, et son éventail space, il arrivait toujours à faire sourire Yukiko, soit grâce à des blagues débiles, soit par des remarques un peu spéciales. Oui, oui, il était marrant ce vieux fou. Mais bon, elle se devait de l'écouter, pour son bien, pour sa survie. Seiji, lui, était bizarre, aussi, mais pas dans le même sens que Kisuke. C'était peut-être à cause de son franc parler, de la manière dont il s'adressait à elle. Beau gosse ... Nan, ils venaient à peine de se rencontrer ! Elle n'allait pas l'appeler beau gosse non plus ! C'était un peu top ... Et il était trop jeune, ou du moins, avait une apparence trop jeune pour qu'elle songe à sortir avec lui. Mais bon, après tout, hein, c'était pas la faute de ce pauvre Seiji s'il était coincé dans le corps d'un gosse ... Surtout s'il avait un mental plutôt d'âge avancé.

Quoi qu'il en soit, concernant l'arme, selon Seiji, ça valait pas un clou. AH bon ? Ah bon ... S'il le disait, elle allait le croire sur parole. Après tout, Yukiko ne connaissait pas grand chose à tous ces trucs de Shinigami, et autres trucs bizarres. Donc, s'il disait que c'était bon à jeter à la poubelle, elle le croyait sur parole. A sa réponse donc, elle se contenta d'hausser quelque peu les épaules.

"Pas un clou ?"

Elle se gratta quelque peu la tête avant de reprendre.

"T'aurais dû songer à t'en débarrasser plus tôt ... Mais j'pense vraiment pas que ce soit la meilleure des idées que de la laisser ici ... Enfin ... Imagine que quelqu'un tombe dessus ... A moins que ton arme ne soit pas visible par les autres ..."

D'ailleurs, à bien y penser, on la prendrait, sans aucun doute, pour une folle, si quelqu'un venait à passer par là et qu'on venait à l'entendre causer toute seule... Bin oui, sans aucun doute que ce cher Seiji n'était pas visible par les autres. Mais était-ce pareil pour le cas de son arme ? De ses objets ? Difficile à dire. Yukiko était toute nouvelle dans ce domaine. Du moins, elle n'y connaissait pas grand chose. Et Kisuke ne lui en disait pas beaucoup non plus. L'effet de surprise, en quelque sorte. Ou il attendait le moment opportun pour lui parler de tout ça.

Enfin, passons. Seiji avait fouiné dans la poche de sa veste, sortant un papier tout froissé. Il fit de son mieux pour le défroisser, et lui parler de Kisuke. Du moins, il voulait savoir si elle connaissait Urahara Kisuke. Sur le coup, Yukiko leva un sourcil interrogateur. Mais entre Shinigami, ils devaient forcément se connaître. Seiji lui donna un autre nom, Muguruma Kensei ... Si le premier nom lui était familier, pour le second, c'était tout autre.

"Bob-san ? Enfin, l'homme au bob ? Assez grand et un peu bizarre ? Oui, oui, je le connais. Ca faisait à peine quelques heures que j'étais à Karakura qu'il était sur le pas de ma porte."

Il était vrai qu'elle se demandait toujours comment il l'avait trouvée ... Mais le principal, c'était qu'il l'avait trouvé et qu'il prenait en main sa formation pour sa survie.

"Pourquoi ? Tu le cherches ?"

S'il lui posait la question, sans aucun doute que c'était le cas.

"J't'aurais bien emmené à sa boutique. Mais il est pas là aujourd'hui ... Enfin, il avait des trucs à faire, apparemment. J'sais pas trop quoi ..."

Et surtout, Yukiko n'avait pas demandé. Elle ne voulait pas non plus fourrer son nez dans les affaires de l'Homme au bob. Car qui sait ce qu'il lui ferait subir, en entraînement, si elle fouinait. Bah oui, hein, sait-on jamais ! Après tout, il avait toujours des idées un peu bizarres, surgrenues derrière la tête.

"Enfin ... J'peux quand même t'y emmener, même si je doute que Kisuke soit rentré."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Jeu 5 Mai - 17:28

Finalement, elle ne devait pas être si au courant que ça. La façon dont elle parlait et les termes qu'elle employait laissaient Seiji penser qu'elle était une novice fraîchement débarquée dans le monde de ce que les humains appellent le "paranormal". Les chances pour qu'elle l'aiguille sur les évènements liés à la guerre contre Aizen semblaient assez infimes au final. Le jeune afro pris le cul de la vieille entre ses doigts, tira une dernière latte et jeta son mégot dans la rigole sur le côté. Et tandis qu'elle lui causait comme à un gosse, ou a un demeuré - il y avait de quoi, cela dit - lui expirait le peu de fumée glanée lors de sa dernière latte. Elle n'en revenait toujours pas qu'il ait mis son sabre aux ordures, comme ça. En même temps, c'était assez difficile pour elle de concevoir que cette lame n'avait jamais rien tranché et ne trancherais jamais rien.

Elle passa vite à autre chose, arquant un sourcil instigateur devant le papier confié par le Nigga Samurai. La curiosité de celui-ci fut piquée au vif quand la jeune Quincy lui avoua connaître "l'homme au bob", qui était d'ailleurs sur le palier de sa porte à peine une fois débarquée en ville. S'il ne laissa paraître que sa neutralité, Seiji ricanait intérieurement : l'ancien Capitaine de la Douzième n'avait donc pas mis longtemps à mettre le grappin sur cette fine lame - ou plutôt fine flèche. Le réflexe de Yukiko fut alors de lui demander s'il le connaissait. Là encore, pouvait-il lui dire toute la vérité? Qu'il était Shinigami à l'époque où Kisuke pris la tête d'une division du Gotei 13, qu'il disparu en même temps que son supérieur et qu'il était sans doute l'une des rares personnes à avoir des réponses à ses questions, puisque le créateur du Hogyoku ayant fait de lui un hybride n'était autre que le fameux commerçant au bob. Il était suffisamment passé pour un détraqué aujourd'hui, et elle n'avait pas besoin d'en savoir plus.

Fixant le ciel, il répondit une fois de plus sans beaucoup de conviction.

    « On a des trucs à s'dire, lui et oim... »


Elle finit par lui proposer de l'emmener directement au magasin, bien que s'y reprenant à plusieurs fois pour lui faire comprendre qu'il n'était pas là. Elle hésitait sans doute, soit parce qu'elle trouvait Seiji trop louche - et on la comprends - soit parce qu'elle gardait une certaine retenue vis-à-vis de Kisuke, et qu'elle ne le connaissait pas assez pour lui ramener des inconnus à la demande. De toute façon, mieux valait pas arriver comme ça, n'importe comment : le Vizard connaissait Urahara, mais ce n'était sans doute pas réciproque - ou alors de nom, bien qu'il en doute. Il touchait au but, mais rien ne servait de se précipiter. Il replongea ses mains dans ses poches, pour en sortir un stylo - il devenait de plus en plus rapide à ce petit jeu de fouille. Son blouson, c'était le sac à Mary Poppins ou quoi !

Il tendit le stylo à Yukiko.

    « Yo, laisse bé-ton nigga. Juste, écris-moi l'adresse au dos de la carte de visite... 'fin c'qu'il en reste t'as vu. »


En espérant qu'elle la connaisse. D'ailleurs, en parlant de ça, comment le connaissait-elle le Shinigami au bob? Il lui lança un regard instigateur quelques secondes, haussa les sourcils et les baissant comme pour sous-entendre que la nature de sa relation avec Kisuke était d'ordre... intime. Pouvait-il s'empêcher de faire le pitre cinq minutes? Il cessa aussitôt, comme un gamin dont le jeu qu'il pratique ne l'amuse plus. Il passa alors la main dans son épaisse chevelure crépue.

    « Et d'où tu le connais toi, le nigga Kisuke? »


Il n'attendit pas vraiment de réponse concrète, c'était histoire de faire la conversation le temps qu'elle se rappelle et écrive l'adresse du magasin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♥ So Cute, So Sexy ♥.: Just perfect :.
♥ So Cute, So Sexy ♥
.: Just perfect :.



Messages : 111
Date d'inscription : 25/03/2011

JDR
Niveau:
23/100  (23/100)
Expérience:
240/250  (240/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Ven 6 Mai - 12:19

Si Kisuke était difficile à cerner, ce cher Senji l'était encore plus. Yukiko avait du mal à le comprendre, à être sur la même longueur d'onde que lui. Peut-être était-ce dû au fait qu'ils venaient à peine de se rencontrer ... Ou bien, c'était peut-être dû au fait qu'elle avait l'impression qu'il lui cachait des choses ... Ou encore, elle le trouvait un peu bizarre parce qu'il venait de jeter son arme à la poubelle, comme si c'était une cannette ou une bouteille d'eau. Oui, oui, ce n'était pas ses affaires. Néanmoins, elle trouvait ce comportement quelque peu bizarre. Mais bon, après tout, hein, ils étaient dans un pays libre. Libre à lui de faire ce qu'il voulait, et ce même si c'était bizarre que de jeter une arme aussi dangereuse. Mais bon, elle n'allait pas s'attarder sur le sujet encore longtemps, si ?

A sa question de savoir si Seiji connaissait Kisuke, il lui répondit, de manière quelque peu évasive, qu'ils avaient des choses à régler. Enfin, ils devaient parler de certaines choses. Certes ? Mais encore ? Sa curiosité maladive la poussait à demander d'en savoir plus. Néanmoins, elle ne voulait pas non plus se retrouver dans un guêpier dont elle aurait du mal à se sortir. Donc, autant tourner sa langue sept fois dans sa bouche, au lieu de s'attirer des ennuis. N'était-ce pas une bonne idée en soi, non ? Et puis, de toute manière, hein, c'était peut-être personnel. Donc, pourquoi fourrer son nez dans les affaire de Senji ?

Quoi qu'il en soit, suite à cela, elle lui parla un peu de Kisuke. Enfin, rapidement. Elle pouvait le conduire chez l'homme au bob, même si elle savait, qu'actuellement, il n'était pas chez lui. Mais au moins, Yukiko, de cette manière, lui montrait le chemin. Et libre à lui ensuite de revenir le voir dans les jours qui suivraient. C'était une idée comme une autre, non ? Mais Seiji ne semblait, vraisemblablement, pas de cet avis. Fouinant à nouveau dans l'une de ses poches -sérieusement, il avait des poches sans fin ou quoi ?-, il en sortit un stylo qu'il tendit à la jeune Quincy. Elle leva un sourcil interrogateur durana tquelques secondes, avant de prendre ledit stylo. Il lui demanda alors d'écrire l'adresse au dos de la carte de visite. Du moins, si elle en avait la place. Mouais ... Fallait dire que y'avait plus tellement de place sur la carte de visite. Mais bon, elle y arriverait bien. C'était pas comme si l'adresse du magasin de Kisuke faisait trente-six mètres de long, non ?

Du fait qu'elle avait la tête baissée, Yukiko n'avait pas vu ses sourcils qui bougeaient comme pour lui signifier quelque chose. Quand bien même elle l'aurait vu voir ses haussements de sourcils, elle n'aurait probablement pas compris l'allusion. Elle parlait pas le langage des sourcils après tout ! Style en main, donc, elle écrivait lentement l'adresse de Kisuke. Heureusement qu'elle s'était rendue à son magasin plusieurs fois, sinon, elle n'aurait vraiment rien pu faire pour ce cher Seiji. Ce dernier, véritable policier, ou presque, lui demanda d'où elle le connaissait.

"Et bien ... Il a débarqué à ma maison le jour de mon arrivée à Karakura. Et puis, il m'a dit des choses que j'avais un peu de mal à comprendre au départ."

Les barrières du langage, en quelque sorte, surtout qu'il causait vite au départ le bougre, mais bon, il avait un peu diminué le rythme depuis. Heureusement d'ailleurs, parce que sinon, la pauvre Yukiko aurait encore beaucoup de mal à communiquer avec lui.

"Et après, il m'a dit qu'il allait m'entraîner, histoire qu'je puisse me défendre le cas échéant."

Sans aucun doute que Yukiko ne savait pas tout, du moins, que Kisuke ne lui avait pas tout dit et qu'il avait d'autres idées derrière la tête, mais bon, tant qu'elle apprenait certains trucs avec lui, ça ne lui faisait rien. Et puis, il l'aidait à s'améliorer. La jeune Quincy espérait juste qu'il ne lui en demande pas trop en retour. Enfin, tout ça restait à voir. Yukiko griffonna donc l'adresse sur la carte à moitié déchirée de Seiji. Du moins, avant de le faire, elle avait dû secouer le style à plusieurs reprises, histoire que l'encre vienne.

"Tiens ..." lui dit-elle en lui tendant son stylo et la carte. "Le magasin n'est pas si difficile que ça à trouver. Et puis, la plupart du temps, du moins, les fois où j'y suis allée, y'a deux enfants sur le pas de la porte qui balaient."

Enfin, si ça se trouvait, ce n'était pas des enfants. Si ça se trouvait, eux aussi étaient des êtres bizarres et étranges ... Mais bon, elle n'avait pas demandé non plus. Et sans aucun doute qu'elle ne demanderait jamais d'ailleurs.

"T'es sûr que tu veux pas que je t'y emmène ?"

Non pas qu'elle avait une folle envie de s'y rendre maintenant mais bon, ça éviterait à ce cher Senji de tourner en rond pendant des heures et des heures dans cette bonne vieille ville de Karakura.

Topic pratiquement terminé, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Ven 6 Mai - 13:12

Alors comme ça, Kisuke ne s'était pas complètement rangé, hein? Elle devait quand même être spéciale, cette fille, pour qu'il la prenne sous son aile aussi instinctivement. Elle semblait croire que cette formation que le Shinigami au Bob lui soumettait était du bénévolat pour juste lui permettre de se défendre, mais il devait sans aucun doute avoir d'autres projets la concernant... ou pas. Peut-être avait-il simplement eut la bonté de lui donner les armes pour survivre aux prochaines rixes entre la Soul Society et le Hueco Mundo. Seiji ne se faisait pas d'illusion : Karakura resterait leur champ de bataille, et c'était loin d'être terminé. La question qu'il allait maintenant falloir se poser était "quelle camp choisir?". Bien qu'il ne déteste pas Aizen au point de s'en foutre, il ne pouvait quand même pas ignorer le fait que son exil était sa faute, et donc ne pouvait pas se ranger de son côté. Et puis, franchement... lui, aux côtés des Hollows? Non, y aurait eut comme un truc louche. Et pas sûr que les Arrancars soient suffisamment dotés de patience pour le supporter.

Alors quoi? Retourner sous les ordres du vieux Yamamoto? Ou de n'importe quel autre taré aussi vieux que ce monde ayant pris sa place? Non, le Gotei 13 lui en avait trop fait bavé pour ça. Il aurait vraiment fallut que la Soul Society ait opéré des changements radicaux pour qu'il leur pardonne : une statue à son effigie au cœur du Seireitei, une Division à son nom, un poste administratif pas trop dangereux... et puis lui rembourser les mois de salaire qu'il avait passé en planque à Karakura. Il y avait tout de même peu de chance pour qu'on en arrive là. Mais alors sa position? Peut-être aux côtés des autres Vizards, et de Kisuke, et de cette fille. Le camp des habitants de la ville. Ouais, ça sonnait neutre, et le Nigga Samurai aimait bien ça, la neutralité.

Il en vint finalement à se dire qu'il aviserais le moment venu. L'improvisation, c'était pas mal non plus.

    « Yo, coachée par Urahara Bob Kisuke ? Ça rigole pas... »


Non, y avait surement pas de quoi se fendre la gueule. D'ailleurs elle en parlait pas comme si c'était la nouvelle attraction Disney, c'était surement autre chose que les 20 minutes de footing matinal à la Neuvième. En parlant de ça, il allait peut-être falloir qu'il y aille - oui ça n'a strictement aucun rapport, et alors? Le chemin pour rentrer à son appartement miteux était corsé, d'ici qu'il croise pas un autre foutu Hollow en route, et elle non plus d'ailleurs. Il récupéra son bic, le rangeant dans une poche, et le papier, lisant l'adresse. C'est bon, elle avait une écriture lisible.

    « Des mioches qui passent le balais devant le magasin? Dur... »


Le mot "mioche" n'était peut-être pas très crédible dans sa bouche, mais l'idée était là. les formalités avaient assez duré, il était temps de se rentrer. Brandissant le papier devant lui, pour bien montrer qu'il en ferait bon usage, il fit demi-tour, sans plus attendre. Dos à elle, il leva son index et son majeure, comme pour le signe "peace" ou "salut"... ou un truc dans le genre quoi.

    « Ci-mer... euh... Yukiko. J'sais pas si on se reverra... tcho ! »


Et sa petite - toute petite - silhouette s'éloigna, jusqu'à disparaître au détour d'une ruelle. Il avait dit ça pour lui foutre la paix, mais il savait que tôt ou tard, ils se reverraient. Dans ce monde, ou dans l'autre !

Hors RP : Conclus si tu veut conclure, sinon topic finit. Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♥ So Cute, So Sexy ♥.: Just perfect :.
♥ So Cute, So Sexy ♥
.: Just perfect :.



Messages : 111
Date d'inscription : 25/03/2011

JDR
Niveau:
23/100  (23/100)
Expérience:
240/250  (240/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé] Sam 7 Mai - 9:07

Yukiko avait quelque peu souri quand Seiji avait parlé de Kisuke, et de l'entraînement qu'il lui prodiguait. Non, effectivement, ça ne rigolait pas. Bob-san, comme elle le surnommait à cause de son chapeau, était très pointilleux avec elle niveau entraînement. Et il ne la ménageait pas, elle ou son genou. Oh que non, jamais même. De toute manière, elle n'était pas là pour bailler au corneille. Du moins, en acceptant cet entraînement avec Kisuke, Yukiko savait très bien que ça serait dur, compliqué. Mais c'était pour son bien. Ou du moins, c'était ce qu'elle imaginait. Tant pis, tant pis si ça lui coûtait de sa personne, si elle était fatiguée ou bien même blessée dans les entraînements. Elle avait accepté de suivre son enseignement, et Yukiko n'était pas du genre à baisser les bras facilement. La jeune Quincy pouvait parfois se montrer têtue ... Très têtue.

"Non, ça ne rigole pas. J'aurais pu refuser. Mais je crois que j'aurais foncièrement fait une erreur. Après tout, y'a plein de bestioles bizarres en ville. Et je crois pas que je pourrais toutes les battre sans aucun entraînement."

Ouaip, dure la vie. Sans Kisuke, peut-être que sa durée de vie à Karakura était limitée. Enfin, façon de parler. Disons que ça serait plus compliqué pour elle que de se défendre sans enseignement, sans conseil. Après tout, elle était seule, ou presque. Ses cousins du côté de son père n'habitaient pas avec elle. Ils étaient même à quelques heures de route de Karakura. Quant à sa famille du côté de sa mère, elle était trop petite pour se rappeler d'eux, surtout que la dernière fois qu'elle les avait vus, c'était un peu avant son départ du Japon, pour la première fois, il y avait de cela quatorze ans. Donc, Yukiko ne pouvait pas vraiment compter sur la famille, surtout pour se défendre.

Mais bon, revenons en à nos boutons. Yukiko lui expliqua un peu ce que Seiji pourrait trouver en arrivant au magasin. A savoir, les deux enfants qu'elle avait croisé à chaque fois qu'elle avait été chez l'homme au bob. Elle ne savait pas trop qui ils étaient, ni ce qu'ils faisaient réellement là-bas, mais elle préférait ne pas demander pour ne pas s'embarquer dans un truc qui la dépasserait. Seiji eut une drôle de remarque les concernant, les appelant même les mioches. Ca la fit sourire une nouvelle fois. Les mioches ... Il était marrant lui ! Surtout que niveau apparence, il ne devait pas être bien plus vieux qu'eux ! Enfin, façon de parler puisque Yukiko avait appris à ne plus se fier aux apparences depuis son arrivée dans la ville des mystères, comme elle aimait à l'appeler.

Suite à cela, Seiji la remercia, lui tourna le dos, et s'en alla, tout en lui disant qu'il ne savait pas s'ils auraient l'occasion de se recroiser, ou pas. Peut-être chez l'homme au bob.

"Pas de quoi Seiji. A la prochaine peut-être."

La jeune Quincy récupéra donc ses petits courses, rentrant chez elle dans un soleil couchant.

Ce fut un plaisir que de rp avec toi Smile Au plaisir de se retrouver de nouveau In game in de ses quatre Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Histoire d'un black, d'une jeune femme et d'une paille... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Jeune Femme Haitienne Vendue a Montreal Recherche identite
» L'arrivée d'une étrange jeune femme.
» Mais j'trouve pas d'refrain à notre histoire. Tous les mots qui m'viennent sont dérisoires. [Livre II - Terminé]
» Janvier 96 - La jeune femme qui ne ... - Londres - Rab'
» La vie trépidante d'une jeune fille en manque d'aventures...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach no Kôshin :: Playing on Earth :: .: Karakura Town :. :: Centre Ville :: Autres-