Viens vivre ton aventure Bleach!
 

Partagez|

Quand on s'y attend le moins... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Quand on s'y attend le moins... [Terminé] Dim 6 Mar - 22:34

Il faisait véritablement chaud, et c’était à croire qu’on était dans une fournaise ardente. Les esprits s’égaraient malencontreusement de la réalité du monde spirituel, et tout tournait presqu’au ralenti à la soul society. Certaines langues étaient sèches, complètement pendues à l’air libre, qui lui était presque aride, digne d’une zone désertique à n’en point douter. Les quelques shinigamis qui s’hasardaient à se promener dans les ruelles des différents quartiers du seireitei, cherchaient pour la plupart, une buvette de fortune. Pour d’autres, c’était plutôt la recherche désespérée d’une ombre notable, dans l’optique de pouvoir échapper aux rayons impitoyables, d’un l’astre solaire enragé. Une canicule dévastatrice, et complètement inopportune. Temps où tous les nerfs étaient à vifs. Temps où tous les esprits n’étaient nullement en symbiose. Car en vérité, une nouvelle ère approchait grandement, et les changements n’avaient pas tardées à être rapidement opérées. L’ordre du Gotei 13 était réellement impératif, en auquel cas, équilibre des mondes pouvait correctement se faire. C’est dans cette vision des choses qu’avait été promu capitaine, l’ex chef de patrouilles du troisième escadron de la deuxième division. Et, si son humble personne avait été drôlement flattée par une telle promotion, il n’en demeurait pas moins que certains esprits n’étaient favorables à son accession à ce poste aussi controversé. Kaname Tõsen avait marqué les esprits durant un bon moment, et voir un mec sortie de l’ombre le remplacer, ça ne le faisait tellement pas, si je puis dire ainsi. Nonobstant sa trahison et sa mort, beaucoup de personnes l’adulaient encore. Au grand dam du nouveau capitaine qui ne savait plus quoi faire.

C’est d’ailleurs sur ces pensées qu’il se rendit soudainement compte, sous le bruit d’un contingent pas tellement lointain, qu’il se perdait dans l’énorme paperasse qui l’entourait malencontreusement. Pour ses débuts, on pouvait vraiment avouer que ce n’était vraiment pas de bol… Le temps n’arrêtait pas pour autant de passer, et l’heure du déjeuner arrivait à grands pas qui plus est. Tant bien que mal, Salem de son prénom, s’attelait rapidement à traiter les dossiers, et différentes archives que lui avait laissé son prédécesseur. Pour ne pas vous mentir de manière flagrante, c’était vraiment d’une chiantise absolue pour le malabar, lui qui croyait pouvoir jouir d’un repos bien mérité après cette soudaine nomination. De par ses gestes complètement rapides et précis, il remplissait les fichiers administratifs tel un automate conçu par la douzième division ; et s’il assurait dans cette tâche sensiblement analogique à une sale besogne, c’était bien parce qu’il se tapait de tels dossiers quand il n’était encore que simple officier de la seconde division. Ce fait provoquait en lui une nostalgie énorme. Nostalgie qui profitait à la sueur sur son corps. Sueur qu’il ne daigna éponger, que lorsqu’une clochette sonna dans sa circonscription. L’heure du déjeuner était enfin arrivée. Non sans entendre des pas assourdissants qui témoignaient d’une faim évidente, ses hommes bravaient ce chaud soleil pour aller rapidement se restaurer dans les différents réfectoires de la neuvième. Et, si Salem n’avait point le cœur à bouffer, lui voulait profiter de ce moment pour faire autre chose…

C’est sans vraiment attendre qu’un de ses hommes vienne amèrement l’escorter, vers un des réfectoires que Salem rangea rapidement ses papiers avec un baume au cœur. La révision n’était pas prévue avant le lendemain puisqu’il avait reçu l’invitation de sa famille qui voulait fêter ce récent évènement. Lui-même avait du mal à y croire. Mine de rien, il avait le commandement d’une illustre division du gotei depuis plus d’une semaine. Semaine qui avait pourtant ressemblée à un calvaire. Revoir sa famille ne lui ferait que du bien, et de ce fait, le rendait assez souriant. Prestement donc, il chercha sa nouvelle veste dans le foutoir qui constituait son énorme chambre, et finit par la trouver accroché à une sorte de porte-manteau. Soupirant, et sachant pertinemment son inconscience, il examina minutieusement son haori sous toutes ses coutures dans la pénombre, et finit par l’arborer rapidement sur son shihakusho un brin débraillé. Il l’avait laissé intact, mais songeait à se débarrasser des manches, histoire qu’il soit plus confortable. Quoiqu’il changeât soudainement d’avis, alors qu’il prenait la direction de l’extérieur. Au lieu de la reformer de manière grossière, il fit sortir ses mains des manches, et laissa son haori subtilement accroché à ses épaules. Un look dont il s’éprit immédiatement, bien avant la récupération d’une ombrelle folklorique, sourire léger au coin des lippes. Le temps n’y était pas forcement favorable, mais l’héritier des Fenyang ne voulait plus qu’une seule chose : S’évader, et ce par le biais d’une promenade. Même s’il fallait pour cela qu’il brave à son tour ce soleil de plomb. Et, c’est donc après multiples introspections qu’il se résolut à sortir enfin. Le moment n’était plus aux pensées futiles…

C’est lentement qu’on vit Salem parcourir les ruelles de sa division, quelques minutes plus tard. Ombrelle au dessus de sa tête, et géta aux pieds, il semblait ne pas souffrir de la chaleur, et étonnait même les quelques shinigamis sous sa tutelle, à qui il adressait des sourires francs. Politesse était de mise. Quand bien on ne l’aimait pas encore, chacun s’évertuait de correctement le saluer comme il se devait. Démarches trop rigoureuses dont il se passerait bien quelques fois. De sa cadence placide, et de son air qui regroupait à la fois sérénité, et petite joie, il saluait, encore et encore, jusqu’à déboucher directement dans une rues principale du seireitei. Ce genre de ruelles qui faisait la liaison entre les divisions. De l’endroit où il était arrêté, alors qu’il inspectait visuellement les lieux, Salem aperçut un semblant de mini parc dans le coin, et s’y rendit. Le coin était parsemé de verdures en tous genres, en plus de quelques bancs publics. Il y vit aussi en son centre une petite fontaine. Endroit que personne n’approchait pourtant. Serait-il réservé aux officiers, et aux nobles ? Une situation plausible, vu qu’il ne connaissait pas parfaitement les recoins de la neuvième division, et ses lisières. Tenté par une petite pause de sa marche solitaire, il s’y rendit tranquillement, et posa son postérieur sur un banc précis qui était placé sous l’ombre d’un grand cerisier. L’aubaine je ne vous dis pas. Soupirant donc, Alheïri sortit une friandise de sa veste, qu’il s’apprêtait à entamer, quand il sentit une pression spirituelle non anodine…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Commander In Chief :. .: In Love With Nao :.
.: Commander In Chief :.
.: In Love With Nao :.



Messages : 76
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
44/100  (44/100)
Expérience:
260/450  (260/450)
Relations:


MessageSujet: Re: Quand on s'y attend le moins... [Terminé] Lun 7 Mar - 20:36

La journée était déjà bien entamé, du moins l'heure de midi approchait à grand pas et le commandant, pour changer, n'avait pas eut le temps de faire la moitié des choses qu'il s'était « promis » de faire. Il croulait littéralement sous le boulot, remettre en ordre le Gotei 13 après tant de perte n'était vraiment pas une sinécure, mais que voulez-vous en acceptant cette nomination à ce poste prestigieux il en avait accepté la masse de boulot...il avait accepté en connaissance de cause...et puis bon c'était le temps que tout rentre en ordre, une histoire de semaine tout au plus...

Il se trouvait à l'heure actuel dans la prison du sereitei, venant faire son petit tour quotidien pour bien voir que le traitre Aizen était bien à sa place. Et comme d'habitude il l'était, et comme d'habitude l'arrogance se lisait sur son visage en même temps qu'il crachait ses paroles misérables...ses menaces d'un avenir en ruine d'ici peu. Oui...Kiwiha commencer à bien le connaître se refrain. Cependant ce matin-là, le commandant s'arrêta devant la « cellule » du traitre, prenant le soin de lui répondre pour la première fois.

« Tu peux bien me menacer et menacer de mort le seiretei en entier, ça ne change rien à ta situation. Tu as perdu lamentablement, il est temps de l'admettre. Tes lieutenants et « soldats » les plus proches t'ont tournée le dos en même temps qu'ils t'ont pratiquement eux même jetés dans notre prison. De plus, même si tu ne veux pas l'entendre, sans le Hyoukaku tu n'es plus rien...un simple shinigami que je n'aurais aucun mal à écraser... » avait-il dit d'une voix calme sans violence...

Il eut le droit pour toute réponse à un regard dédaigneux de la part du traitre. Tient Kiwiha lui avait-il cloué la bouche ? Oui surement...enfin pour la journée, demain le même rituel de menaces allait reprendre de plus belle...pauvre Aizen...si seulement il pouvait redescendre un peu sur terre pour se rendre compte qu'il en était finit de lui...

Bref, il avait encore bien trop de chose à faire pour s'attarder ici, encore moins en cette compagnie plus que désagréable et si peu intéressante. Bref, en si peu de temps qu'il n'en faut pour le dire, Kiwiha se retrouva à l'extérieure de la prison, affrontant de plein fouet la chaleur qui rêgnait sur toute la Soul Society...au moins dans la prison il faisait frais...mais c'était bien là le seul avantage de s'y trouver.

Passons, il était à présent temps d'aller faire un tour dans quelques divisions, histoire de voir comment cela se dérouler pour les capitaines fraichement promu. Pour Kiwiha il était important de savoir si ces nouveaux « chef » arrivaient à bien s'intégrer dans leur nouvelle division...pour aucun d'eux ça n'allait être facile...pour la plupart ils prenaient la place d'un capitaine fortement respecté et qui était mort pendant la bataille du Karakura...ou sinon ils prenaient la place de traitre...et ce n'était pas plus facile de reprendre la place d'un traitre...Bref ces nouveaux capitaines étaient certes « respectés » dans les hautes sphères puisqu'ils avaient été nommé par les autres capitaines, mais ils leur restaient à prouver à leur homme ce qu'ils valaient...un travaille de longue haleine...

Kiwiha replaça alors son haori ainsi qu'une mèche de cheveux avant de prendre la direction de la division 9, ça allait être son premier arrêt pour la simple raison qu'il s'agissait des quartiers les plus proches de sa position actuelle, donc autant aller à l'essentiel et s'éviter de faire des détours ou aller-retour. D'une allure gracieuse et plutôt rapide, Kiwiha avançait dans les rues du sereitei, ne répondant pas du tout au sollicitation ou « remarque » de la part des autres Shinigamis. Il ne s'agissait pas d'arrogance ou de supériorité, mais simplement que s'il commençait à s'arrêter à chaque demande, il n'était vraiment pas prêt d'arriver. Fallait croire que l'ancien commandant ne les avait pas vraiment habitué à le voir régulièrement...alors que l'actuel commandant était plutôt du genre à souvent se balader. Il n'était pas vraiment du genre à s'enfermer dans son bureau...non il n'était pas assez condescendant pour cela. Il ne se prenait pas pour une personne trop « importante » pour ne vouloir croiser personne...nan...

Il ne lui fallut qu'une dizaine de minute pour être aux abords des quartiers qu'il « cherchait ». Cependant un détour d'une rue, le reiatsu d'une personne « l'interpella », pour la simple raison qu'il s'agissait de l'homme qu'il cherchait. Le capitaine de la neuvième division, Alheïri Salem Fenyang. Un homme a l'allure imposante, plus qu'impressionnante même...heureusement que Kiwiha ne prêtait guère attention à l'apparence des gens...car pour sur qu'il serait pas rassurer devant ce géant. Mais bon il savait qu'Alheïri était un homme loyale et respectable, malgré quelques penchants pour l'alcool par exemple ou encore pour la glandouille...mais bon rien de bien grave...ça n'empêchait pas le boulot d'être fait...Shunsui Kyōraku en était le meilleur exemple. Il était l'un des plus puissant capitaine et pourtant il était aussi le feignant par excellence...

Le commandant s'approcha alors du capitaine, le rejoignant dans ce parc dont il n'avait jamais fait attention jusqu'à présent et se positionna devant lui à quelques grosses dizaines de centimètre. Il laissa alors sa voix douce et posée franchir ses lèvres pour aller s'infiltrer dans les oreilles de son interlocuteur.

« Capitaine Fenyang, je vous cherchais ! »

Il marqua une courte pause, reprenant rapidement. Ne profitant de sa courte interruption que pour s'éclaircir un peu la voix, essayant de faire malgré une gorge légèrement asséchée par ce soleil de plomb.

« Je souhaiterais savoir comment se passe votre « intégration » au sein de votre nouvelle division, si vous n'avez pas rencontré de problème particulier. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-techniques-rp.1fr1.net
avatar
.: Capitaine 7ème Division :.
.: Capitaine 7ème Division :.


Messages : 239
Date d'inscription : 05/03/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
143/350  (143/350)
Relations:


MessageSujet: Re:Quand on s'y attend le moins... {Kiwiha Shinizimi & Alowin} Mar 8 Mar - 18:19

Alowin inspira un bon coup et décida qu'il était temps... Temps pour elle d'ouvrir les volets de sa fenêtre, et de voir ce qu'il se passait à l'extérieur, extérieur qu'elle n'avait pas vu depuis les trois derniers jours où elle avait passé son temps à archivé les données papier, écrire sur papier les données électroniques, ranger, classé, et numéroté les inventions, trouvailles et autres bizarreries que lui avait laissé son prédécesseur. Enfin bon, Alowin finit par ouvrir ses volets, geste qu'elle regretta amèrement. Le soleil tapait fort, et même si la journée était belle, on ne voyait ou plutôt ressentait qu'une terrible chaleur. Cette température odieuse, n'avait que pour seul effet, que de rappeler à Alowin qu'elle n'avait pas dormis de puis près de 72 heures, et qu'il serait temps de se reposer. Chose qu'elle ne pouvait ce permettre. D'ailleurs, parmi toutes les inventions du capitaine Mayuri Kurotsuchi et de son prédécesseur, aucune ne lui permettait d'apaiser cette terrible sensation que produisait la canicule. Alowin soupira et referma ses volets, et la pièce fut une nouvelle fois plongée dans un clair obscur, assez sombre il est vrai, mais bien moins chaud. De toute façon le noir ne dérangeait pas le nouveau capitaine de la 12e division, car celle-ci était nyctalope. Au moment ou Alowin retournait à sa paperasse, quelqu'un frappa à la porte.

-Entrez, dit-elle dans un souffle.

Un jeune shinigami, poussiéreux, en eau, et visiblement épuisé entra dans son bureau. Celui-ci profita un bref instant de la fraîcheur de la pièce, le temps de s'habituer à la pénombre qui résidait, puis s'éclaircit la voix.

-Madame, les hommes demandent votre permission pour aller déjeuner.

Alowin regarda le jeune homme en face de lui, et heureusement pour elle, son masque cachait toutes ses expressions, car elle était -il faut le dire- assez surprise de cette requête. Comme la réponse ce faisait attendre, le soldat cru bon d'ajouté:

-Souvenez-vous l'ancien capitaine nous imposait des horaires pour nous rendre au réfectoire.

C'est vrai, elle l'avait encore oublié. Le capitaine Kurotsuchi imposait des conditions de travail très difficiles à ses subordonnés, dont notamment des horaires pour le déjeuner, qui arrivaient tard et qui étaient plutôt courts. Et vu la sur-charge de travail qu'elle avait eu depuis ses trois derniers jours, elle avait totalement oublié de prévenir ses hommes que ces ordres ci n'étais plus en vigueur, même si tous le midis, et tous les soirs, un de ses soldats venait la voir pour lui demander l'autorisation de sortir, et celle d'aller manger.

-Oui... Oui bien sûr excusez moi, j'avais oublié, allez déjeuner. Dit elle au shinigami, d'un ton las, Et aussi...

Oui madame?Demanda_t_il la main sur la porte.

Dîtes aux autres de rentrer chez eux et d'aller prendre du repos. Et dîtes aussi, que je vous réunirais tous demain à dix heures. D'accord?

-Oui madame.

La porte ce referma derrière lui, et Alowin fut de nouveau seule. Elle jeta un regard à son bureau couvert de papier, de plan, de schéma et autre dossiers scientifiques qu'elle n'avait pas encore classé. Vivement qu'elle ait un vice-capitaine, qu'il puisse lui venir en aide. Demain elle ira voir Tōshirô, et peut être qu'il acceptera de lui donner un coup de main, et dans le pire des cas, il lui prêtera Rangiku. Mais elle ne devait pas penser à çà, ce serait montré sa faiblesse, et donner une raison de plus au sceptiques, qu'elle n'était pas qualifiée pour ce poste. Soudain il y eu un bruit sourd, pareil à une petite explosion de l'autre côté. Elle sortit de son bureau en vitesse pour aller voir ce qui ce passait.

La salle était vide. Les scientifiques et les shinigamis chargés de leur protection étaient partis déjeuner. Alowin inspecta la salle, et trouva la raison de ce bruit. Un des ordinateurs était entré en sur-chauffe, et la température extérieur avait provoqué une explosion de ses composants. Alowin se prépara à prévenir le général pour cet incident, puis ce ravisa. Elle parti cherché sa cape bleue, qu'elle revêtit par dessus son shihakusho et son haori, et décida de se rendre dans les quartiers de la première division pour voir le commandant face à face. Elle décida de passer par la neuvième division, ce qui grâce à son shunpō devrait lui mettre moins de temps. Mais avant de partir, elle utilisa la 58e technique d'immobilisation, les moineaux traceurs. Elle avait besoin de vérifier que le commandant était bien dans son bureau.

Localiser le commandant était difficile. Il n'étais pas dans son bureau. Et son énergie spirituelle avait disparue. Elle balaya un bon moment avant de le trouver à la sortie de la Tour des Regrets. Il devait avoir rendue visite à Aizen. Il était maintenant en mouvement et ce dirigeait vers la neuvième division. Une chance, elle avait prévue de s'y rendre. Alowin mit fin à son Kidō, et sortit du bureau de développement. Elle s'arrêta un moment sur le seuil, et un sourire étira ses lèvres. Sourire qui naturellement n'étais vu par aucun passant vu qu'elle portait encore son masque. Mais elle était fière d'elle. Elle y étais enfin, elle avait réussi... Elle était le capitaine de la douzième division. Sans un regard en arrière, elle parti à toute vitesse vers les quartiers de la neuvième division. Il faut dire que son shunpō était impressionnant. En deux minutes elle arriva non loin d'un parc, où se trouvait le commandant Kiwiha Shinizimi. Mais il y avait quelqu'un avec lui, le capitaine de la neuvième division, Alheïri S. Fenyang. Alowin, avais quelques restrictions à son égard. Même si celui-ci semblait être un bon shinigami, et être totalement capable d'assurer sa fonction de capitaine, elle trouvait qu'il ressemblait trop au capitaine Shunsui Kyōraku de la huitième division, ce qui n'était pas la meilleur chose, que l'on puisse espérer. Prenant le temps d'écouter ce qu'il se disait, agaçante manie que celle-ci, elle décida de ce montrer lorsqu'elle sue que celle-ci n'était pas compromettante, ou du moins pas encore.


« Je souhaiterais savoir comment se passe votre « intégration » au sein de votre nouvelle division, si vous n'avez pas rencontré de problème particulier. »

-Bonjour commandant Kiwiha Shinizimi, bonjour capitaine Alheïri S. Fenyang. Il semblerait que je n'arrive pas au moment le plus opportun. Mais je pense que vous alliez venir me voir après commandant. Je me trompe? Sinon Fenyang, je te conseil une petite sortie alcool avec tes hommes. Ça devrait pas être si difficile pour toi non?

Alowin regarda tour à tour le commandant et le capitaine, puis s'assit sur le banc à ses côtés, et mis sa main dans l'eau fraîche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Quand on s'y attend le moins... [Terminé] Ven 11 Mar - 20:44

Et pour une grosse pression spirituelle, c’en était vraiment une. Sans que le possesseur ne se force vraiment, son réiatsu était lourd, oppressant, capable d’étouffer et d’assommer quelques soldats lambda de l’armée du Gotei 13. Il comprenait parfaitement pourquoi le conseil des 46 l’avait élu à la place de l’illustre Yamamoto. De quoi en être troublé en tout cas. Car oui, Salem en était assez impressionné même s’il subissait plutôt parfaitement son aura. D’ailleurs, il en avait sourit, ne pensant jamais à une visite surprise de ce quidam. De plus, à ce moment précis, le nouveau capitaine de la neuvième division ne voulait s’imaginer la visite de son supérieur, s’il avait été entrain de faire l’amour à une femme de son contingent dans ses quartiers privés. S’il devait venir à sa rencontre, comme ça, à chaque qu’il en avait le caprice, Salem allait faire bien attention à camoufler son entité spirituel de sorte à ne pas être surpris en plein ébat. Et encore, devait-il sans doute respecter l’intimité de ses collaborateurs… Enfin, c’est ce qu’il espérait. Car en lui-même, le commandant Kiwiha semblait jeune. Le sexe n’échappait donc pas à ses loisirs. On avait beau être sérieux et tout ce que l’on voulait, mais c’était l’une de ces trucs incontournables, même dans le monde étrange des esprits. Enfin, mentalement, il ne voulait s’attarder sur un sujet tel quel. Ce n’était pas ses oignons après tout. Ce qui le titillait plutôt, c’était bel et bien la visite du capitaine de la première division. Visite dont l’objet paraissait facilement évident. Quoiqu’il n’aurait pas du se déplacer pour ça. A l’orée d’un problème, Salem l’aurait certainement réglé tout seul comme un grand, sauf-ci bien sur, la situation virait à l’extrême. A l’extrême ? Pfeuh ! Surement pas ! Dans le pire des cas, l’héritier des Fenyang qui ne se voyait pas avec haori sur ses épaules un jour, se serait évertué à tout gérer comme un capitaine l’aurait fait correctement. Il ne se voyait pas non plus courir chercher de l’aide à un homme de sa promotion, bien que plus puissant que lui. Ca non ! Soit sa fonction passait, soit ça cassait. Dans le pire des cas, il n’aurait tout simplement qu’à remettre sa démission si le poste ne lui réussissait nullement. Comme on le disait bien sur Terre quelques fois, « il ne fallait pas forcer les choses ». Là, il fallait avouer que les terriens aussi cons qu’ils soient, avaient purement et simplement raison…

Ultérieurement, des pas et quand bien même légers, se firent entendre clairement sur le dallage qui constituaient les ruelles du seireitei. Salem pour sa part, était resté stoïque. Il n’avait daigné effectuer le moindre geste, déjà que sa curiosité était assouvie, et regarda sa friandise d’un air vide, comme s’il pensait à autre chose. Evidemment, son esprit eut été vide. Ou plutôt, focalisé sur l’approche tranquille de son capitaine commandant. Bientôt l’écart fut rétréci, et c’est un Salem perpétuellement souriant qu’il trouva. A la première intonation de sa voix, Salem redressa son faciès vers lui, et le regarda tranquillement. Il décala son ombrelle pour ne pas avoir la vue obstruée, et finit par avaler son morceau de caramel, en hochant discrètement la tête en guise de réponse pour la première phrase. Car en effet, s’en suivit une deuxième phrase, qui appuya les suppositions intérieures du malabar, de sorte à les confirmer. Comme un bon chef, il venait prendre des nouvelles de son subordonné. De sa part en tout cas, c’était très gentil car jamais, il ne serait douté un seul instant que Yamamoto ferait chose pareille, de son vécu. Salem sourit joliment, quand même content que cette petite visite soit effectué à l’égard d’un pauvre misérable comme lui. Il voulut même répondre à la question en ouvrant légèrement sa bouche, mais se stoppa net comme une sorte d’intuition. Encore une fois, quelqu’un d’important venait de faire son apparition dans le secteur de Salem, soit aux abords de la neuvième division. Comme pour éviter d’expédier sa réponse, l’héritier des Fenyang ferma sa bouche, et entendit une autre voix. Le doute n’était pas encore de mise cette fois. Il connaissait bien la personne arrivante pour l’avoir côtoyé, et pour l’avoir maintes fis dragué. Alowin. Son aura mystérieuse tout autant que son faciès qu’elle cachait perpétuellement derrière un masque, intriguèrent Salem plus d’une fois. Mis à part tout ceci, Alheïri avait vraiment l’art de la draguer à cause de sa très grosse poitrine qui provoquait sérieusement l’état démentiel de son entrejambe. En gros, et malgré l’animosité que lui portait cette femme simultanément promue avec lui, le protagoniste voulait l’avoir dans son lit. Histoire de culbuter son derrière. Histoire de lui montrer la supériorité nette d’un homme face à une femme, insignifiante ou pas. Elle comprendrait dès lors, qui était celui à qui on devait le plus de respect. Sans doute avait-elle peur de se faire allumer les fesses… Mouais… Probable. De toute façon, il n’oubliait pas non plus qu’elle n’était pas vraiment sociable, même si après, elle réussissait à faire bander tous les hommes sous sa tutelle. Comme que la vie était paradoxale, vraiment… A un tel point qu’il ne fit que sourire à la remarque cinglante que lui lança ladite Alowin. D’un charme et d’une sociabilité sans bornes, j’vous jure quoi… Sans pour autant tomber directement dans la provocation, Alheïri se leva, s’inclina en signe de respect devant le capitaine commandant, et se rassit, avant de croiser ses jambes. Il passa un bras derrière les épaules de celle qui était à côté de lui, et regarda son chef avec amabilité…

• Je dois vous avouer que c’est un peu difficile pour les débuts… Mais comme il n’est pas ma nature de forcer les choses concernant les visions à mon égard, je jouerais du temps, et de ma patience. On verra bien d’ici quelques temps… Et vous ? N’est ce pas trop dur que d’avoir treize capitaineries sous son commandement ?

Juste après sa question, Salem tourna sa figure vers Alowin, et appliqua une bise sur l’une de ses joues. Juste avant de renchérir…

• A peine arrivée, et que déjà tu veux me chasser. Tu oublies que tu es dans ma division, alors un peu de tenue ma chère. Qui plus est, je n’ai aucune envie de boire de l’alcool maintenant, et au risque de passer pour un pervers devant le capitaine commandant, je préfèrerais bien passer une heure ou deux avec tes formes affriolantes dans mes quartiers privés…

Salem moqueur ? Naaaan… Juste un peu provocateur, et un poil chiant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Commander In Chief :. .: In Love With Nao :.
.: Commander In Chief :.
.: In Love With Nao :.



Messages : 76
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
44/100  (44/100)
Expérience:
260/450  (260/450)
Relations:


MessageSujet: Re: Quand on s'y attend le moins... [Terminé] Lun 14 Mar - 23:51

La réponse que Kiwiha attendait tarda à arriver, la « faute » à l'arrivée impromptue d'un autre capitaine, Alowin , qui tenait à présent la tête de la division 12. Comme nombre des nouveaux capitaine, si ce n'est tous, Kiwiha ne la connaissait pas vraiment. Il avait beau être le commandant en chef, sa participation à la nomination des nouveaux capitaines avait été plus anecdotique qu'autre chose. Non pas que son avis ne comptait, non loin de là, mais tout simplement qu'il estimait qu'avoir été loin du sereitei durant un siècle ne faisait pas de lui une personne apte à juger les aptitudes des nouveaux capitaines...non il avait simplement et presque « aveuglement » suivit les recommandations des « anciens » capitaines encore vivant.

Kiwiha assista sans broncher au petit « spectacle » que leur servis les deux capitaines en présences. Il avait bien évidemment écouter les paroles de ceux-ci. Surprenant comme attitude devant le commandant, mais disons que Kiwiha n'était pas psycho rigide et qu'il n'allait pas se formaliser pour si peu...il n'était pas Yamamoto, mais bon ça restait surprenant. Après quelques secondes de silence, il décida de prendre la parole, répondant alors à ses interlocuteurs, commençant par Alowin, tournant alors son regard vers celle-ci...elle qui ne semblait jamais vouloir montrer son visage.

« En faite pour ne rien vous cacher, je n'avais pas vraiment prévu de me rendre dans votre division, du moins pas pour le moment. Je prête tout d'abord une attention particulière aux divisions qui avait un traitre comme ancien capitaine...il n'est pas facile de reprendre les rennes de ces divisions. M'enfin passons. »

Il marqua une pause, se laissant le temps de porter cette fois son regard sur l'imposant capitaine, qui venait de faire preuve d'une attitude particulière vis à vis de Alowin. Perverse ? Non pas vraiment, disons inadapté.

« La perversité n'est réel que lorsqu'elle n'est pas assumé, alors que vous, vous semblez parfaitement assumé votre penchant plus que certain pour la gente féminine. M'enfin passsons, ce qui se passe sous la couette de votre lit ne me concerne guère et ne m'intéresse encore moins...du moment que cela n'entrave pas votre boulot et l'administration de votre division, je me fous de ce à quoi vous passez votre temps libre. »

Il marqua une petite pause, allant s'assoir sur un banc en face des deux autres capitaines, adoptant une posture gracieuse...Kiwiha n'était pas vraiment du genre à se vautrer, du moins il aimait bien conservé un minimum de prestance en public.

« Pour répondre à votre question, l'administration du Gotei 13 n'est pas vraiment de tout repos, mais il faut prendre en considération la situation actuelle. Je ne doute pas que d'ici que les choses se soient calmé, je serais bien plus tranquille que maintenant...je n'aurais plus besoin de courir ici et là. En fait, en toute logique, si les capitaines font correctement leur boulot, être commandant est un poste somme toute assez reposant. Maintenant à voir si j'ai effectivement eut raison de vous mettre à ces postes là. Mais bon je me doute que j'aurais la réponse à cette question très rapidement. » termina-t-il laissant ses lèvres s'étirer brièvement en un mince sourire.

Son regard quitta le banc d'en face pour venir se poser sur les shinigamis passant à coté du parc. Il remarqua que certains semblaient « faiblir » en s'approchant de ce même parc comme la plupart des shinigami qu'il avait croisé en sortant de sa division pour se rendre ici. Il mit quelques secondes avant de réaliser que cela devait surement venir de sa pression spirituelle...après tout il devait posséder le plus imposant reiatsu de la soul society. Surtout que là sa pression spirituelle était accompagné de celles de Alheïri et Alowin, alors forcément ça n'arrangeait rien...tout deux possédaient aussi un reiatsu imposant...ils n'étaient pas capitaine par hasard.

Après cette courte observation, il reporta son attention sur les deux capitaines. Il allait profiter de cette entrevues pour leur transmettre quelques demandes. Après tout ça allait lui éviter d'aller se balader à nouveau. Et puis c'était aussi un peu le but de sa visite à la 9eme division. Quand à Alowin, ce qui lui voulait n'était pas pressé puisqu'il n'avait prévu de visite avant un petit moment mais puisqu'elle était là, c'était l'occasion de faire une pierre deux coups.

« Tant que j'y pense, j'aurais aimé un rapport complet sur la sécurité du sereitei des quatre portes d'accès jusqu'à la « surveillance » et protection des maisons de nobles. A vous de m'indiquer dans ce rapport si vous juger notre protocoles de sécurité actuel satisfaisant ou au contraire si il est à revoir. Je vous laisse bien évidemment carte blanche pour faire tout ce que vous semblez utile pour tester la sécurité de notre « territoire » ainsi que la force de réaction de votre division. »

Pourquoi une telle demande ? Tout simplement qu'il était peut être temps de remettre en doute le protocole actuel de sécurité. Après tout beaucoup de chose ces dernières années au sein du sereitei aurait put être évités si la sécurité avait-été plus efficace... Il tourna ensuite la tête vers la « jeune » femme, laissant une nouvelle fois sa voix douce s'échapper de ses lèvres.

« Quant-à-vous, même si je n'avais pas prévu de vous le demander avant quelques jours, j'en profite de vous avoir sous la main. Alors je souhaiterais aussi un rapport complet sur la situation actuelle de la 12ème division, et plus précisément sur l'état de nos données et de nos archives, ainsi que sur l'ensemble des travaux qu'entreprenait le capitaine Kurotsuchi avant sa mort et sur ce que vous avez décidé de continuer à développer ou à abandonner. Enfin tout ce qui touche à votre division en somme. »

Ces requêtes faites, Kiwiha croisa alors les jambes ainsi que les bras attendant alors les réponses des deux concernés. Du moins s'il était possible qu'il y-est une autre réponse que « Oui commandant ». Il n'était pas vraiment du genre à être très autoritaire ou même à lever la voix, cependant en bon « chef de guerre » Kiwiha n'appréciait pas vraiment qu'on discute ses ordres...du moins pas pour ce genre de demande. Après bien sur qu'il était tout à fait apte à écouter les conseils des autres personnes...il ne se considérait pas du tout comme un homme à la science infuse et aux idées toujours parfaite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-techniques-rp.1fr1.net
avatar
.: Capitaine 7ème Division :.
.: Capitaine 7ème Division :.


Messages : 239
Date d'inscription : 05/03/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
143/350  (143/350)
Relations:


MessageSujet: Re:Quand on s'y attend le moins... {Kiwiha Shinizimi & Alowin} Mar 15 Mar - 17:57

Alowin pris la remarque de son homologue comme une claque mentale. Pourtant elle aurai due s'y attendre. C'était la même chose à chacune de leur rencontre, et ce depuis la première fois. En fait, cela remontait à l'époque où elle était entrée à la seconde division. Alheïri avait été son formateur, et aussi son soupirant le plus persévérant. Et cela ne c'était pas arrangé lorsqu'il était devenu le dixième siège de la division. Une catastrophe totale. Enfin, grâce à cela, il lui avait quand même permis de développé sa technique, vu que chacun de ses essais ce finissaient par un combat, de plus en plus long au fil des ans. Elle devait bien l'avoué, ce fut grâce à lui qu'elle eut sa place pendant près de 50 ans, dans la division du capitaine Soi Fon. C'était aussi grâce à lui, qu'elle était allé dans la douzième division -ou plutôt à cause de lui. En tout cas, elle ne se souvenait plus du nombre de fois où il lui avait fait ses avances, ni du nombre de fois où elle lui avait promis de "l'allégé" de ses parties. Elle allait répliqué, lorsque le commandant libéra une petite, toute petite, partie de sa pression spirituelle. Bien que ce changement de puissance était insignifiant face à l'énergie qu'il libérait déjà, il fut suffisant pour qu'Alowin comprenne qu'il était temps de mettre fin à cette joute verbale. Elle ravala donc sa réplique, se dégagea de l'étreinte du jeune capitaine, se déplaça de quelques centimètres, et réajusta son zanpakutoh. Geste anodin en surface, mais cela rappelait au capitaine Fenyang qu'il ne devait pas dépasser ses limites.

Le commandant avait repris la parole. Alowin ne l'écoutait que distraitement, car il ne s'agissait que de simples formules de politesses, et elle savait bien que le capitaine général n'avais pas prévu son arrivée. Elle ne put retenir un mince sourire, sourire qui demeura d'ailleurs invisible, devant le temps d'arrêt du capitaine de la première qui, comme tout les autres, cherchait probablement à voir son visage. Puis il s'adressa à Alheïri tout en s'asseyant en face d'eux. Alowin "quitta" cette discussion, et porta son regard sur les rues qui bordaient le parc. Malgré la chaleur, quelques shinigamis de service allaient et venaient, courbés pour ce protégé de la chaleur. Mais aucun n'approchait du parc. Cela devait être due à la pression spirituelle qui se dégageait d'eux. Si elle avait été dans ses quartiers, elle aurait libéré la sienne pour voir ce qu'il ce serait passé. Seulement son masque l'empêchait de l'utilisé pleinement... Non, elle ne devait pas pensé à cela. Elle reporta son attention sur son commandant, qui finissait de donner ses directives au capitaine de la neuvième. Quand il eu fini, il se tourna vers elle, et marqua un nouveau temps d'arrêt devant son visage dissimulé.

-Quant-à-vous, même si je n'avais pas prévu de vous le demander avant quelques jours, j'en profite de vous avoir sous la main. Alors je souhaiterais aussi un rapport complet sur la situation actuelle de la 12ème division, et plus précisément sur l'état de nos données et de nos archives, ainsi que sur l'ensemble des travaux qu'entreprenait le capitaine Kurotsuchi avant sa mort et sur ce que vous avez décidé de continuer à développer ou à abandonner. Enfin tout ce qui touche à votre division en somme.

Le commandant Kiwiha Shinizimi les regarda tour à tour ne s'attendant sûrement pas à une autre réponse que "oui commandant", ou encore "oui monsieur". Mais c'était pour elle le moment rêvé pour monter dans l'estime de ce dernier. Elle décida donc de lui présenter sur le champs un début de rapport. Elle rassembla ses idées, et ce jeta à l'eau:

-Hé bien justement commandant, à ce propos...

Les sourcils du capitaine Shinizimi se levèrent, marquant l'étonnement de ce dernier. La jeune Ronslay, ne savait comment interpréter ceci, comme de l'étonnement par rapport au fait qu'elle puisse fournir un rapport si vite, ou comme de l'étonnement car il pensait qu'elle discutais ses ordres. En tout cas il était trop tard pour s'inquiéter de ces choses là, et même si son supérieur n'étais pas content, elle pourrai toujours lui envoyé son rapport papier.

-Mon rapport n'est pas très exhaustif, et sera complété par la suite, mais voilà où nous en sommes après trois jours de travail sans discontinuer pour ma part, et presque continu pour mes hommes. Les archives sont un vrai bazar, on y trouve encore des traces de l'infiltration des Bounts. Heureusement le capitaine Kurotsuchi avait fait de nombreuses copies de tout les documents, et les as disséminées un peu partout. Il est vrai que les retrouvés est une tâche bien difficile, mais heureusement, peu de documents manquent au dossier des archives du bureau de développement technique, si bien que notre banque de donnée devrait bientôt être de nouveau opérationnelle.
En ce qui concerne les travaux de l'ancien capitaine...


Alowin marqua une courte pause, se demandant si elle pouvait en discuter librement, devant un capitaine qui n'étais pas dans le secret, et -le plus important- devant ses hommes qui passaient devant eux. Elle regarda donc son voisin, qui mit la main sur sa bouche, geste quelque peu enfantin, mais qui rassura l'héritière du clan Ronslay. Pour plus de sécurité, elle libéra une grande partie de sa pression spirituelle. Ceci eu tout de suite l'effet escompté. Les shinigamis s'éloignèrent suffisamment, ne pouvant soutenir l'énergie qui ce dégageait des trois capitaines. Elle se leva pour mieux exposé la situation.

-En ce qui concerne les recherches et travaux de mon prédécesseur, peu me sont malheureusement accessibles. Presque toutes ses recherches et projets sont protégés par un code d'accès, que nous ne connaissons, pour l'heure, pas encore. Il est clair que nous arriverons à les déverrouillés, mais ce n'est pas pour demain. D'un geste elle renvoya la question de son homologue et poursuivit: Heureusement, les travaux concernant les détecteurs à Arrancars -qui pourraient être utilisé comme les détecteurs à Hollow- sont dérouillés, et une équipe se penche en ce moment même sur cette étude. Un autre projet est en cours, pour permettre à la "libération illimitée" d'être activée plus rapidement et ainsi permettre à nos capitaines et vice-capitaines de ne pas risqué inutilement leur vie. Sinon, un autre petit bémol, un de nos ordinateur vient d'explosé. Ceci est due à la sur-chauffe de ses composants. J'ai renvoyé mes hommes chez eux pour le reste de la journée, et il faudra qu'une équipe de la 4e vienne s'occuper de ce petit ennui.

Alowin mit fin à son rapport, et en profita pour reprendre sa place sur le banc, tout en prenant soin d'évité la main que Alheïri avait malencontreusement laissé trainé à son intention. Elle reprit sa position souple et pleine de fierté, et attendit les remarques de son supérieur calmement, tout en vérifiant qu'elle n'avait absolument rien omis.


Dernière édition par Alowin le Mer 23 Mar - 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Quand on s'y attend le moins... [Terminé] Jeu 17 Mar - 22:15

Il n’écoutait plus vraiment le capitaine commandant. En fait, il ne le calculait même plus, si l’on peut dire ainsi. Car focalisé par l’arrivée de l’une des femmes qui avaient l’art de le faire fondre, il n’avait plus vraiment la notion de l’espace. Celle du temps même y comprit. Si celle-ci cachait pour la plupart du temps son visage, il n’en demeurait pas moins que Salem l’avaitr déjà vu maintes fois, que ce soit dans des entrainements ou dans des soirées bien à eux. Il avait beau la draguer, mais elle finissait toujours par repousser ses avances des plus cocasses. Il ne fallait pas le plaindre. En même temps, Salem n’était jamais sérieux dans ce qu’il entreprenait comme drague. Et, depuis le temps qu’ils se connaissaient, le capitaine de la neuvième division savait pertinemment que celle de la douzième division n’affectionnait pas les zigotos dans son genre. C’était dommage, vraiment, mais il ne perdait pas pour autant espoir. Après tout, n’était ce pas lui qui l’avait prit sous son aile pendant une bonne poigne d’années ? Allez savoir comment il avait tenu sans lui sauter dessus de force. Peut être parce que le viol, et l’usage de la force n’étaient pas vraiment dans ses attributs. Sans doute se languissait-il aussi du cours que prenait la situation prenait depuis bien des années. Car, si on craignait Alowin dans les quelques recoins du seireitei, il n,’en allait pas vraiment de même pour l’héritier des Fenyang, qui la voyait toujours comme cette jolie jeune fille qu’il avait connu. Ayé ! Le bon vieux temps. Dire qu’elle était docile en ce moment là. Il aurait pu bien l’aliéner grandement, de sortes à pouvoir profiter de son corps affriolant, mais il n’était pas un profiteur, grand pédophile des jeunes filles. Ca pouvait sembler assez fou, vu son penchant pour les bonnes choses qu’offraient la vie, mais Salem conservait un minimum d’éthique et de pudeur. Comme quoi, il constituait un être vraiment imprévisible, voir même improbable. La réaction de sa collègue ne l’étonna point par la suite, et c’est d’un sourire malicieux qu’il reprit sa position d’antan, en se protégeant du soleil, à l’aide d’un parasol. Alors que le capitaine s’attelait à répondre à sa prédestinée, Salem se mit à entamer une friandise pour sa part. Il n’avait rien à faire sur le moment, si ce n’est les écouter distraitement, sans pour autant faire comme eux. Sans même déployer leur réiatsu, Salem sentait l'énorme énergie que contenait les deux autres capitaines. Faut dire qu'ils n'avaient pas eus leur place respective pour rien. Cependant, la chaleur vint à le faire soupirer, et il reporta son attention aux dires de son supérieur...

La partie vira à autre chose, et il sentit la légère pique du capitaine commandant le pinailler, ce qui avait plutôt l’art de le faire tordre de rire à même le sol. Si Salem était un libertin qu’on pouvait comparer au capitaine de la huitième division, il n’en demeurait pas moins qu’il aimait rire de lui-même. Son image, il s’en foutait éperdument. Qu’elle soit tachée ou non, cela n’avait plus d’importance qui avait atteint le summum de la hiérarchie divisionnaire du seireitei. Il n’avait plus rien à faire de notable, si ce n’est bien remplacer Kaname Tosen, ni plus rien à prouver. En fait, il était un peu las, et voulait un peu plus d’originalité dans sa vie. Par contre, l’originalité, la trouver était un problème majeur. Des combats attrayants ? Le jeu du chat perché ? La dernière pensée semblait à la fois alléchante et véritablement ludique. Pour ce faire, Salem n’avait qu’à provoquer pour qu’Alowin le poursuive. Mais encore fallait-il qu’elle cède à la provocation, elle qui semblait avoir totalement murie. Il ne l’avait pas vu depuis plus d’un an ou deux. Un fait normal vu qu’elle avait changée de divisions. D’ailleurs, lui s’était toujours posé la question du pourquoi. Voulait-elle fuir les pulsions sexuelles d’un mec aussi baraqué que les plus grands capitaines tels que Kenpachi ou Sajin ? Peut être bien. Peut être des pas. Des questions existentielles qui se concluaient par un mystère dès plus poignants, et une voix qui se voulait assez instante, quand à la démonstration de ceci ou cela. Amusé par une situation des plus professionnelles, Alheïri se mit donc à écouter la petite –Oui, à ses yeux, elle demeurait toujours la petite fille qu’il a prit sous son aile- Ronslay, et de manière attentive. Il finit par soupirer une énième fois au bout d’un moment, et hocha négativement sa tête. Ce qu’elle faisait là ne devait pas avoir lieu d’être, encore moins vers des shinigamis de sa division qu’elle prit plaisir à chasser de son énergie spirituelle assez dense. Elle avait quoi cette fille ?! Un complexe de supériorité ? Parce que franchement, le malabar en avait un peu marre qu’elle génère son énergie à tout va, surtout pour des sujets qu’ils allaient tous forcement voir lors des réunions hebdomadaires entre capitaines. De plus, il avait arboré une mine un peu assombri en fronçant ses sourcils, quand il remarqua que les dires aussi prompts d’Alowin n’étaient qu’à but de s’attirer les bonnes grâces du capitaine commandant. Franchement, elle pouvait bien s’en passer hein ! Il lui avait déjà assez fait confiance comme ça, pour lui proposer le poste de troisième Présidente du Centre de Recherche et Développement Technologique. D’ailleurs, lui se mit à parler, dans l’espoir de tamponner son ardeur, quand elle eut refusée son bras tendu, et lorsqu’elle eut fini de parler…

• La sécurité est belle et bien bonne, vous savez, et je vois où vous voulez en venir So-Taicho… Dit-il d’un regard et d’un ton assez sérieux… Le problème, c’est qu’on ne pouvait pas soupçonner des capitaines nous trahir de la sorte… Encore moins que ce petit Ryoka, et ses amis viennent tout chambouler dans le secteur du Seireitei. Mais soyez sans crainte, je vous présenterais d’autres dispositifs en supplément, une fois que j’en aurais terminé avec les différentes formalités à régler au sein de mon contingent…

Tout en ayant fini d’argumenter avec tout le sérieux du monde, Salem reprit sa nonchalance habituelle, et refit un autre bisou sur l’une des joues d’Alowin, histoire de la provoquer encore un peu. Suite à cela, le capitaine de la neuvième division se leva, réajusta son ombrelle au dessus de sa tête, et s’avança un peu vers l’extérieur du parc…

• Cela dit, et si vous avez le temps nécessaire, je puis vous inviter dans mes modestes demeures pour une petite pause thé. Il est midi et des poussières, heure non favorable à l’argumentation de quelconques problèmes que nous pourrons régler plus tard. Alors, qu’en dites vous ? Me ferez-vous l’honneur de devenir mes invités du jour, ou devrais-je m’essuyer comme d’habitude, des refus catégoriques ?

C’est d’un sourire taquin, que Salem fit volt face vers ses collègues, après sa phrase. Le vent soufflait agréablement, et son haori voletait derrière lui, en plus de quelques pétales de cerisiers qui flottaient autour de lui. Belle image n’est ce pas ? En tout cas, lui se voulait convaincant avec ce petit sourire, et ce regard franc qui observait doucereusement à la fois le capitaine commandant, et sa belle…



{Hrp}: Modif' effectuée...


Dernière édition par Alheïri S. Fenyang le Ven 18 Mar - 6:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Commander In Chief :. .: In Love With Nao :.
.: Commander In Chief :.
.: In Love With Nao :.



Messages : 76
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
44/100  (44/100)
Expérience:
260/450  (260/450)
Relations:


MessageSujet: Re: Quand on s'y attend le moins... [Terminé] Mer 23 Mar - 11:21

Alors qu'il n'attendait que l'acquiescement des deux capitaines en réponse à ses demandes, lui permettant alors de reprendre le chemin du boulot, il eut tout d'abord le droit à un exposé oral de la part de Alowin. Bon certes cette initiative donnait l'impression qu'elle tentait tout d 'abord de bien se faire voir, mais bon après tout y'avait pas de mal à cela...cependant il apprécia moins la libération de reiatsu de cette dernière. Après tout si elle ne voulait pas que le gens entendent elle n'avait qu'a faire son rapport dans un lieu privé...c'était mal convenue d'imposer aux shinigamis de cette division de s'éloigner...surtout de la sorte...mais passons, il n'allait pas en faire un flan.

Il écouta avec une certaine attention les paroles de la capitaine, laissant cependant son regard divaguer un peu à gauche ou droite. Il n'était pas vraiment du genre à plonger son regard dans celui de son interlocuteur pour comprendre toute la discussion...non il préférait observer un peu ce qui l'entourait, loisir qu'il n'avait pas vraiment le temps de pratiquer ces jours-ci, toujours sur la brèche, il ne prenait le temps de rien...alors là il en profitait un peu.

Le discourt d'Alowin, ne lui apprit pas grand chose sur l'état des archives, ça il s'en doutait qu'elle n'était pas bien rangé et accésible, mais bon au moins elle venait de lui certifier que tout serait bientôt en ordre ou du moins presque. C'était un bon point. Elle aborda rapidement le sujet des projets en court, et il tourna immédiatement son visage vers son interlocutrice et leva un sourcil interrogateur lorsqu'elle évoqua un projet sur les limites. Il attendit qu'elle eut finit avant de rapidement reprendre la parole. Regardant alors fixement la jeune femme.

« Merci pour ces renseignements, j'attends tout de même un rapport bien plus complet et plus précis sur votre département. Néanmoins, je vais dès maintenant vous demander d'abandonner le projet sur les limites. Le fonctionnement que nous avons à l'heure actuel et ce depuis des siècles est en place pour de bonnes raisons...et en aucun cas il n'a été autorisé de développer un outil permettant une libération des limites plus rapide...Le temps que prend l'autorisation de levé une limite n'est pas du un problème de matériel, mais simplement que nous devons êtres sur que nous pouvons nous permettre une levé de limite sans chambouler l'équilibre du monde des vivants....cette décision je suis le seul à pouvoir la prendre en « accord » avec une équipe spécialisé de la 1ère division dans l'étude des répercussion de nos reiatsu dans le monde vivant. »

Il marqua une pause, réajustant un peu sa posture sur le banc.

« Je vous prierais donc de définitivement clore ce projet et bien sur de l'effacer totalement des archives...car il serait fâcheux pour vous et votre division que j'en retrouve des traces. C'est bien compris ? Concernant le projet du détecteur ou même les autres projets dont vous n'avez pas fait mention, je vous laisse carte blanche...bien évidemment, je vous invite à faire usage de la plus grande transparence dans vos recherches... »

Il avait dit cela toujours d'un ton bien calme, mais cela devait parfaitement suffire à bien ce faire comprendre et obéir. Oui il n'était guère du genre à commander d'une façon désagréable, un vrai chef de guerre avait de l'autorité avant tout par le respect que ses troupes pouvaient avoir à son égard et non pas par l'autorité indu à son rang...bon là certes étant nouveau il ne pouvait pas vraiment compté sur le respect...mais ça viendrait bien en son temps.

Sans attendre guère de temps, il porta cette fois son attention vers le malabar de la division 9. Qui avait continué son petit jeux de provocations avec l'autre capitaine. Il n'était guère réceptif à ce genre de comportement surtout lors de discussion un tant soit peu sérieuse, mais il n'allait pas ce formaliser pour cela...après tout il savait à quoi s'attendre en nommant Alheïri en tant que capitaine. Il avait accepté aussi bien ses qualités que ses défauts de comportement...si on pouvait réellement appeler ça des défauts. Bref il fronça simplement un peu les sourcils, un geste plus instinctif que volontaire.

« Bien, réglez avant tout ce qui concerne votre division, mais ne perdez pas de temps. La sécurité du sereitei et de la Soul Society en générale doit être notre priorité. En aucun cas ce qui s'est produit avec les capitaines traitres ou même l'intrusion des ryokas ne doit se reproduire à présent. Il faut espéré que nous ayons apprit de nos erreurs. Je ne vous cache pas que la 9ème va avoir fort à faire dans un avenir très proche. » avait-il dit doucement.

Il se laissa quelques secondes de réflexion concernant l'invitation du capitaine Fenyang à venir partager une tasse de thé. A vrai dire il n'avait guère le temps de faire cela, ou du moins de s'attarder à discuter si ça ne concernait pas le Gotei 13. Il se leva à la suite du malabar, se passant une main sur le visage avant de reprendre la parole.

« Je ne serais pas contre une tasse de thé, mais disons que je n'ai guère le temps de m'attarder. Si cette tasse de thé est l'occasion de « travailler » je ne dis pas non, si ce n'est là qu'une occasion de se prélasser, même cinq minutes, je ne peux me le permettre au vu de la masse de travail qu'il me reste à accomplir ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-techniques-rp.1fr1.net
avatar
.: Capitaine 7ème Division :.
.: Capitaine 7ème Division :.


Messages : 239
Date d'inscription : 05/03/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
143/350  (143/350)
Relations:


MessageSujet: Re:Quand on s'y attend le moins... {Kiwiha Shinizimi & Alowin} Dim 27 Mar - 16:57

Alowin se perdit dans ces pensées. Elle n'avais pas parlé du cas des Bounts, qui semblaient avoir refait surface. Mais le commandant devait déjà être au courant. Mais elle avais peur que cela n'ai quelques répercussion sur l'afflux des âmes humaines, d'ailleurs de moins en moins nombreuses ces derniers temps. Il y avais aussi le nombre important de hollows, qui lui avait été transmit lors d'un récent rapport, comme si Gin prévoyait quelque chose. Mais pas si peu de temps après la dernière bataille quand même... Elle enverrai une équipe sur place pour faire quelques relevés avant d'alerté le Seireitei. Le commandant avais repris, lui donnant l'ordre de clore le dossier sur la libération de la reiatsu et d'en supprimé toute trace, mais elle avais bien peur que ce ne soit pas une mince affaire, car c'était le capitaine Kurotsuchi qui avait ouvert ce projet, et qui avait due le dissimulé en de nombreux endroits. Elle acquiesça quand même, espérant que le commandant aurait suffisamment à faire pour ne pas venir vérifier. Enfin elle mettra une équipe sur ce dossier dès demain 10 heures. Elle s'apprêta à prendre congé lorsque le capitaine Fenyang lui colla un de ses habituels baisés, et les invita à se joindre à lui pour une tasse de thé. Devant le refus du commandant, elle hésita une seconde, de peur de ce qui pourra ce passer si elle était seule avec Alheïri -ou du moins, ce qu'il pourrait bien faire. Finalement elle se dit qu'au pire, on le retrouverais accroché au plafond par trois pics, dont l'un dans les parties. Et puis, cela lui permettra de faire un petit break après ces trois jours de boulot sans réelle pause.


-Moi je veux bien. On dit partout que ton thé est excellent, et j'ai bien besoin d'une petite pause. Mais pas longtemps, j'ai un petit discourt à préparer pour demain. Disons une petite heure... C'est d'accord?

Puis elle se tourna vers le capitaine Shinizimi:

-Je prévois d'envoyer quelques uns de mes hommes d'ici une petite semaine, pour effectuer quelques recherches sur la pression spirituelle des Arrancars. Ai-je besoin de votre feu vert?

Puis elle se leva et s'étira un bon coup. Elle en profita pour mettre une petite tape sur la joue de Salem, replaça son capuchon, bougea son sabre de quelques centimètres sur la droite, puis se rassit, attendant la réponse du commandant. Elle regarda les rues du quartier de la 9e division, et il semblait que tout les shinigamis avaient fini par fuir cet endroit. Soudain, elle sentit la chaleur qui les entourait. Jusque là, elle ne l'avais plus senti, mais ce moment, elle se sentait oppressé, comme vidée de ces forces. Soudain, elle sombra dans le noir complet. Comme si la fatigue avait pris le dessus. Pris le dessus, sur elle alors qu'elle était capable de tenir près de dix jours sans dormir. C'était une bien pitoyable façon de rassurer le commandant sur ses capacités. Pourtant elle n'arrivait à ce réveiller. Tout était noir autour d'elle, elle n'entendait plus rien. Et c'était quelque chose d'impressionnant pour la jeune capitaine, qui pouvais normalement voir même dans le noir le plus total. Soudain une voix résonna dans sa tête:

-Repose toi! Sans ta force, je ne suis rien. Tu dois te préserver.

C'était Tamashi no shi, son zanpakutho. Décidant de lui obéir, elle se laissa aller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Quand on s'y attend le moins... [Terminé] Lun 28 Mar - 0:32

Salem regardait sincèrement ses collègues de travail. Habituellement, ses demandes étaient d’un grand ridicule qui ne manquait pas d’exaspérer ou de faire rire quelconque personne. Sur le moment présent pourtant, il avait énoncé son offre dans un ton plein de grâce, de charisme et de bonne volonté. Il voulait par ailleurs que son effort pour ne pas être passé comme étant un pitre aux yeux de ces deux capitaines, face son petit effet. Quoi de mieux qu’une bonne tasse de thé tout droit sortie des anciennes traditions dans la manière de faire, pour consolider les relations professionnelle entre capitaines ? Personnellement, il en avait foi et surtout se faire mieux connaitre aux yeux du nouveau boss qu’il voulait organiser cette petite pause thé. Il n’oubliait pas non plus Alowin, certes, mais il la connaissait déjà pour vouloir pousser plus loin leur relation, plus qu’elle ne l’était déjà. De toute façon, il aurait aussi bien des occasions pour l’embêter celle là, alors que sa croyance était portée sur le fait qu’elle déclinerait rapidement son offre. Il avait tellement dragué qu’elle devrait être sans doute lasse de ses initiatives les plus chaotiques les unes que les autres. Pas grave. Pour Salem, c’était toujours une partie remise. Il ne s’avouait jamais vaincu sur ce point. Le tout était dorénavant de prendre son mal en patience, tout en bossant ardemment sur le changement de mentalités de ses hommes, comme le voulait clairement le capitaine-commandant. Une fois cela fait, il aurait, et le plaisir de remanier ses forces, et le plaisir d’aller embêter Alowin dans ses nouveaux locaux, même si pour tout avouer, il a toujours eu une peur bleue de ces laboratoires… Car, qui disait laboratoire, rimait avec aiguilles, et qui disait aguilles, disait piqures. Rien qu’à l’idée de se faire vacciner, il en avait déjà assez mal. Surtout aux fesses. D’ailleurs, elle qui connaissait sa phobie concernant ce genre de truc, n’allait pas hésiter à les utiliser. Pour sa plus grande joie, je ne vous dis pas…

Et puis, il eut la levée du nouveau chef suprême qui mima un geste que Salem n’avait pas tellement capté, vu les circonstances dans lesquels il avait proposé son thé. Etait ce par pur découragement, ou par simple lassitude ? Le capitaine de la neuvième division ne le savait pas vraiment, même si pour ne pas vous mentir, il aurait bien voulu le savoir. Savoir ce qui rythmait ce personnage devenu emblématique. Savoir comment pouvoir le cerner, de sorte à mieux le servir et anticiper ses attentes les plus chères.. Tout ça c’était bien beau… Mais finalement sa réponse ne réjouit trop pas Salem qui s’attendait grandement à un sacrifice de temps de sa part. Si c’était pour parler travail, il devait savoir que ce temps accablant de par sa chaleur émise ne le permettait pas vraiment. De plus Salem qui avait fini d’éplucher des dossiers importants de sa division, n’avait nullement l’envie de se farcir tout un tas de stratégies à démontrer ou à observer. Il voulait jouer. Il voulait s’évader. Oublier qu’il avait un haori de capitaines et les responsabilités aussi bizarres qui allaient avec. Mais à priori, c’était bien raté. Le malabar s’attendait à ce que sa belle prenne la même initiative que son supérieur, mais quelle ne fut pas sa surprise, lorsqu’il entendit qu’elle lui accordait une heure pour décompresser. Une heure ? C’était fort suffisant. En tout cas pour un Salem qui n’en demandait pas plus. Comme à l’accoutumée, il allait essayer de l’embobiner pour qu’elle reste plus longtemps. Peut être même allait-il user de tout son temps, qui savait… L’affaire était à voir par la suite, puisqu’il se tut, histoire de la laisser renchérir. Alh’ n’écoutait plus vraiment, si ce n’est que maintenant qu’Alowin était en poche, il allait attendre qu’elle finisse de parler. Pour placer tranquillement ses mots. Mots qu’il voulut énoncer lorsqu’elle s’hasarder à faire une petite tape amicale sur sa joue, ce qui engendra son sourire bien entendu. Il était rare de sa part de se montrer aussi proche…

Alors que les deux capitaines dirigeaient leurs prunelles vers le capitaine commandant, Salem sentit l’énergie de sa belle vaciller dangereusement. Mis soudainement en alerte, il balança son ombrelle derrière lui, et se précipita vers elle, en la réceptionnant au bon moment, elle qui allait tomber au sol. Tel qu’il la connaissait, elle avait du forcer sur le travail depuis sa récente promotion. Il croyait qu’elle allait vite se reprendre, mais non, elle était belle et bien tombée dans les pommes, ce qui ma foi, troubla le grand brun qui se demanda automatiquement ce qui avait bien pu se passer pour qu’elle soit aussi mal. La soulevant complètement dans ses bras, et la serrant contre son torse, il se tourna respectueusement vers son supérieur, à qui il adressa ses quelques paroles…

• C’est bien dommage que vous ne puissiez pas mettre le travail d’un côté, ne serait ce qu’un instant. Mais je n’insisterais pas sur la forme de ma demande. Vous devez certainement être très occupés. Si vous voulez néanmoins vous reposez un peu, mes quartiers vous seront toujours grands ouverts… Ce fut en tout cas un honneur que d’avoir reçu votre personne en ces lieux modestes. Et comme précédemment dit, j’assurerais à bien les responsabilités que m’incombent mon poste de capitaine. Soyez en sur. Concernant Alowin Taisho, soyez aussi sans crainte, je m’occupe d’elle. Elle doit certainement avoir des coups de fatigue, comme fréquemment dans le passé… Sans doute dus à son surmenage… Veuillez maintenant m’excusez et passez une très belle journée.

Salem avait incliné sa tête… Et disparut d’un port élégant de shunpo suite à ses mots. La suite de la journée pour lui promettait d’être très intéressante…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand on s'y attend le moins... [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Quand on s'y attend le moins... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une amitié là où on s'en attend le moins
» Quand on arrive en ville! Cassie Johnson | Terminée
» Quand l'harmonie prend tous son sens. [Terminé]
» Quand la pluie nous ennuie ( pv Kiba ) --- Terminé ---
» Toujours étre la ou on l'attend le moins. (Libreville)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach no Kôshin :: Another World :: .: Seireitei :. :: Rues du Seireitei-