Viens vivre ton aventure Bleach!
 

Partagez|

Et c'est reparti... {Nier} [Hentai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Mer 30 Mar - 18:30

Chiant ! Oui, c’était ça le mot exact pour décrire ce que Salem ressentait en ce moment là. De la paperasse, toujours de la paperasse, encore de la paperasse. Pourquoi hein ?! Pourquoi les Dieux lui faisaient ça ? Et encore s’ils existaient, ces salopards. Il avait voulut se reposer. Il avait voulu profiter de sa journée en bonne et due forme, mais non ; il eut fallut que ce petit trou du cul balafré de long en large, en plus d’un numéro douteux tatoué sur la joue, vienne lui donner encore des registres à signer, sans compter les archives à classer. Non pas qu’il n’aimait pas Hisagi, non. Un élément très important qui avait été très brillant qui plus est à la bataille de la fosse de Karakura. Mais que depuis la mort de son ancien capitaine, il n’avait fait que demander la permission à un Salem complètement permissif de sorte à s’adonner totalement à l’entrainement. Sans doute voulait-il combler un manque de force. Et dans ce cas, Salem ne pouvait qu’être indulgent à ses requêtes. Il fallait qu’il digère tous ces évènements qui l’avaient grandement bouleversé au plus profond de lui-même. Il fallait aussi qu’il s’habitue à une présence totalement différente de celle de son ancien capitaine. Il lui fallait beaucoup de choses à faire. Et c’est dans cette optique des choses que Salem avait opté pour le laisser tranquille dans son coin. Quoiqu’il en payait les conséquences, là à remplir tous ces papiers administratifs à la con, comme si on avait besoin d’écrire pour effectuer tel ou tel chose. Jamais il ne comprendrait les hautes strates hiérarchiques du Gotei 13, encore moins de la bizarrerie dont pouvait faire preuve le nouveau conseil des 46 remplie de vieux schnocks tous aussi cons les uns que les autres. C’en était même à rire ou même à pleurer, tant le choix était de mise pour les railler…

Le comble de la chose, c’était le capitaine commandant. Certes, il était très fort. Et très respectable par la même occasion, lui qui avait su déceler en Salem, l’étoffe d’un bon leadeur à même de diriger une des prestigieuses divisions du Gotei 13. Mais de devoir demander le maximum à des personnes récemment gradés, c’était un peu fort quand même. Il avait plusieurs fois déprimé à cause des trop lourdes responsabilités qu’on lui collait aux épaules, à cause de lui en gros. Dorénavant, ses sorties étaient rares, que ce soit pour aller rendre visite à ses différentes conquêtes ou tout autres trucs de ce genre comme se remplir la panse de plusieurs litres de saké et non de nourriture. Faire l’amour était quelque chose qui lui manquait. Boire de l’alcool également. Des plaisirs dont Salem se privait pour faire à bien son travail. Il portait quand le nom d’une famille de la noblesse du Seireitei, à laquelle il devait quand même faire honneur. Cela va de soit. Des pensées qui tourmentèrent son visage alors que son regard était porté sur une liasse énorme de paperasse qu’il commençait à froisser involontairement dans ses mains sans s’en rendre vraiment compte. Un esclave d’implications. Voilà ce que lui, l’héritier des nobles Fenyang, était malencontreusement devenu. Et ce n’était pas pour lui faire plaisir. Mais en regardant de plus près la situation, il voyait les multiples avantages de très très loin. Profiter de son statut pour refiler le boulot à ses subordonnées, tel était l’un de ses projets quand la balance des mondes se rééquilibrerait. Profiter du corps des belles filles de sa division aussi. En parlant de belles filles d’ailleurs, ses pensées s’en allèrent vers une certaine jeune femme, à la chevelure légèrement oscillant entre le bleu et le mauve… Une grosse p’tite chieuse ! Le mieux était qu’elle reste dans son coin celle là. Sans doute était-elle entrain de surveiller les soldats à l’entrainement…

Pour sa plus grande joie en tout cas, lui qui comptait maintenant se reposer. Lui qui en avait enfin fini avec la paperasse habituelle ! Enfin ! Alors qu’il était au fin fond de son bureau fermé à double tour, le capitaine de la neuvième bailla bruyamment et commença à ranger prestement les dossiers qu’il avait un brin bâclé, le regard un peu embrumé. Le strict minimum de ses annotations y était. Rien de bien alarmant au fait qu’il avait expédié son travail. Il y avait certains qui devaient faire pire. Rien qu’à se remémorer de son homologue Zaraki Kenpachi, Salem ne put que rire, un baume au cœur, comme quoi, il ne pouvait pas être si mauvais que cela. Lorsqu’il eut fini de tout ranger de manière lasse, il détala de ses locaux et s’empressa de rejoindre sa chambre à l’autre bout du coin. Son haori virevoltait derrière lui, tant il était pressé de se reposer. Tellement pressé qu’il ne fit même pas attention à la personne qui criait son nom derrière lui ! Il ne savait même pas qui sait. Il s’en foutait en fait ! Au diable les demandes, le repos, lui, il était vraiment prioritaire. Après de maintes salutations peureuses sous son air serré et ses pas vifs vers ses quartiers, Alh’ arriva enfin à destination et il ne savait par quel miracle. Sa chambre était spacieuse, joliment décoré quoiqu’un brin bordélique. C’est justement dans ce bordel qu’il jeta son haori de capitaine, lui qui connaissait pourtant l’importance de ce vêtement. Qu’importe. Il fallait qu’il ferme ses yeux… Qu’il dorme, juste un peu… Quelques temps seulement… Ce qu’il commençait à faire tranquillement, sourire aux lèvres, yeux clos, après s’être jeté sur son grand lit. Vive la paresse moi j’dis ! Tellement content de pouvoir dormir qu’il n’entendit même pas sa porte s’ouvrir…


Dernière édition par Alheïri S. Fenyang le Lun 18 Avr - 23:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Shinigami 3ème Division :.
.: Shinigami 3ème Division :.


Messages : 163
Date d'inscription : 28/03/2011

JDR
Niveau:
26/100  (26/100)
Expérience:
140/250  (140/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Mer 30 Mar - 20:13

Depuis que Nier avait été intégrée à la neuvième division en tant que troisième siège, tout au début quand on lui avait annoncé son poste au sein de la division. Elle avait vraiment cru à une blague de mauvais goût. Comme un élément aussi perturbateur qu'elle aurait pu échopper d'un tel grade ? Mais la vérité était bien, là ! Nier était belle et bien troisième siège de la neuvième division comme quoi, on peut aller loin dans la vie même quand on à un caractère aussi chiant et étrange que le sien ! Au départ, elle n'avait vraiment aucune idée dans quoi elle c'était fourrer ! Comme tout bon petit shinigami consciencieux et appliqué, elle avait bien apprit toute l'histoire de la Soul Soceity. Histoire dont elle ne se souvenait déjà plus qu'à moitie et encore c'est beaucoup ! Elle n'avait jamais comprit pourquoi on bourrait le crane d'apprenti shinigami avec un truc aussi chiant et inutile que sa. Enfin bref, ce n'est pas sa le plus important. Elle avait donc su que l'ancien capitaine avait été tuer pendant la guerre et que donc elle allait avoir la surprise en ce qui concerne son capitaine. D'ailleurs, celui là aussi, il avait un sacré caractère... Entre le vice-capitaine au 69 et le capitaine flemmard et pervers, elle avait gagner le gros lot. Elle pouvait comprendre , sans trop de mal, que sa avait du être une sacré épreuve tout ce qui c'était déroulée après la trahison d'Aizen Sosuke, d'Ichimaru Gin et de Kamane Tosen. Mais delà à tomber sur un telle bordel à son arrivée. Un vice-capitaine qui culpabilise, une division pas très enchanté de l'arrivé des nouveaux dans la division. Il y avait une certaine ambiance surtout avec le nouveau capitaine. Sa première réaction quand elle à vu le cas se pointer ? Soupirer en se disant qu'on s'acharnait sur elle. De tout les shnigami pouvant prétendre à ce poste, il fallait qu'elle tombe sur LE cas ! Le type qui fait bien deux mètres, qui fait au bas mot plus de 60 kilos. Le gars qui se fait remarquer sans compter sur la couleur de peau qui elle aussi passe inaperçu ...

Rien que d'y penser, elle en attrapait mal à la tête. Finalement l'intégration au sein de la division c'était mieux passer que ce qu'elle avait pu penser. Hisagi l'avait brièvement briffée sur ce qu'elle allait avoir comme rôle au sein de la division. En cas d'absence de la part du capitaine et de son lieutenant, c'est elle qui devait tenir la division durant l'absence, elle avait aussi été visiblement préposé aux entrainement des soldats. Géniale, quoi ! Tout ce qu'elle aime ! Ironie bien sur ! Quoi que l'entrainement devait certainement être ce qu'elle préférait le plus. Contrairement à se que l'ont pourrait croire, Nier est porté sur le combat bien qu'elle soit une femme. L'ancien capitaine de la deuxième division était le parfait exemple que femme ne rime pas toujours avec niaiserie. C'était d'ailleurs dommage qu'elle ne l'ai jamais rencontrer.Nier balaya toutes les pensées inutiles qui encombrait sa tête, elle avait mieux à faire que de penser à ça. Elle devait surveiller l'entrainement matinal des recrues. Dans l'ensemble, elle n'avait pas à se plaindre. Bien entendu, ils y en a quand même qui sortent du lot car ils sont légèrement plus faible que le reste du groupe, mais leurs cas n'étaient pas perdu. Avec de la pratique, ils remonteraient bien vite la barre. Et comme dans toute les divisions, il y a avait le genre de gars bien machiste qui n'aime pas avoir des ordres et vous savez quoi ? Il vient justement vers le troisième siège d'un pas conquérant ? Assurer ? Nier le regarda arriver de haut en bas, sérieux il se prend pour qui celui là ? La jeune le dévisagea lorsqu'il lui fit fasse. Les bras croisés sur sa poitrine et le visage glacial, elle ne prit pas la peine d'ouvrir la bouche et lui intima d'un hochement de la tête de retourné avec les autres. Visiblement bien décider à ne pas bouger, elle leva les yeux au ciel et haussa vaguement les épaules. De mieux en mieux, maintenant elle était la cible de tout les regards. Chose qui ne lui plaisait pas forcement, au bout de quelques secondes elle se décida enfin à réagir. D'un geste calme et assurer, elle prit la garde de son zanpakuto et commença délicatement à sortir la lame de son fourreaux.


"Y aurait-il un problème ? "

Elle parla d'un voix calme et douce quoi que froide, elle gardait son sang-froid pour le moment. Elle n'allait quand même pas ce faire mal voir par les recrues à peine après son arrivée. Avec un tempérament comme le sien, il valait mieux pour tout le monde qu'on ne l'énerve pas trop.

"Ouais, il y en a un. Toi, poulette. "

Sourire arrogant, tête haute, corps bien droit et son regard dans celui de Nier. Il essayait de s'imposer et de l'intimidé après tout elle était nouvelle et une femme qui plus ait. Mauvaise idée, très mauvaise idée. La jeune femme déteste qu'on lui marche sur les pieds. La réaction ne se fait pas tarder tout comme le ton utilisé par la jeune fille.

"Nani ?..."

Étant plus rapide que des soldat de leurs niveaux, elle sépara la distance qui la séparait de l'emmerdeur. Et en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "Merde", elle avait placé la lame de son arme sous la gorge de celui qui lui faisait fasse. Bien que plus petite que lui, elle était suffisamment près pour lui murmurer à l'oreille de douces paroles. La, à ce moment, Nier faisait peur surtout quand on croisait son regard. Un regard remplit d'amusement et un sourire mauvais voir pervers. Oui la situation l'amusait énormément ! Le pauvre type, lui, s'amusait déjà moins en ce demandant d'où sortait cette folle.

"Répète un peu ce que tu viens de me dire ? Déjà, c'est troisième siège et pas poulette. Pigé couillon ?! Refais ça encore une fois et je te promet que sa va mal finir ... pour toi bien sur ..."

Elle se recula soudainement et rangea son arme dans le calme le plus absolut, comme ci rien de tout cela c'était passé. Elle se retourna et partit vers les bâtiments de sa division, laissant les recrues étonnés et complètement abasourdit par les évènements précédant. Une fois à l'intérieur du bâtiment principale, elle constata qu'il devait déjà être dans les environs de midi. Elle était rester près de 3 heures dehors pour l'entrainement et il fallait l'avoué, il faisait bien plus chaud qu'à l'heure où elle c'était levée. Elle devait aller faire son rapport à son capitaine, mais elle avait bien le temps de retourner dans ses quartiers avant. Histoire de se changer et de se doucher, elle devait être tout de même un minimum présentable et puis disons qu'elle avait envie de jouer un petit tour à son capitaine d'amour. Elle se doucha rapidement et enfila sa tenue de shinigami du moins seulement le bas, elle passa son keikogi, mais le laissa ouvert en faisant toute fois attention de cacher quand même sa poitrine. Elle ne voulait pas qu'il tombe raide mort n'ont plus. Elle sortit en shunpo de ses quartiers et arriva devant le bureau qui était visiblement vide. Elle leva les yeux au ciel et tourna la tête pour apercevoir un truc blanc volé aux grès des pas de son propriétaire. Elle venait de le rater de peu !

"Taichou ?!"


Aucune réponse de sa part, elle décida donc de partir à sa poursuite. Elle traversa tout le bâtiment en prenant soin d'utilisé le shunpo contrairement à Salem. Elle n'aurait pas l'air maline si on la voyait dans cette tenue, une fois arrivée à destination. Elle ouvrit la porte et tomba sur un tableau pas si étonnant que ça en faite. Al' était avachit sur son lit et n'avait pas prit la peine de bouger. Il était rester comme il était tombé dans son lit, il souriait comme un bien heureux. Sauf que Nier est une vrais chieuse donc pas de repos et de silence pour le capitaine de la neuvième. Elle le toisait l'air sévère, son obi blanc pendant dans sa main gauche et son poing droit sur sa hanche.

"Debout, feignasse ! T'es en service que je sache ! Non, mais c'est quoi c'te capitaine ?!"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Jeu 31 Mar - 18:52

Il était heureux. Très heureux. Car dormir était un luxe. Un luxe que tout le monde n’avait pas. Et bon flemmard qu’il était, faut dire que c’était complètement l’eldorado. Ses yeux étaient complètement fermés, mais son esprit demeurait encore dans le monde de la réalité. Pour dire vrai, quelques sens étaient simplement éteints. Cela partait de sa vue à son ouïe. Il n’entendait plus rien, il ne voyait plus rien. Il était là, ravi de pouvoir se prélasser sur un gigantesque lit et attendant que Morphée vienne le chercher pour s’enfuir loin, très loin dans de profonds sommeils, là où il pourrait faire ce qu’il voulait, là où on ne le dérangerait point, là où on ne l’appellerait point… L’appeler ? N’entendait-il pas le mot « capitaine » résonner dans ses tympans qui s’ouvrèrent brusquement. Cette voix apparemment féminine qui le tirait pour revenir à la réalité. Cette voix qu’il voulait faire taire d’un signe fluet de la main qui signifierait surtout qu’il avait vraiment cette envie fondamentale que d’échapper aux tristes réalités de la vie d’un capitaine shinigami. Cette voix qui finit par hausser un peu le ton, mettant ainsi fin à ses effort vains pour pouvoir dormir. C’était qui déjà putain ?! Déjà, il savait pertinemment qu’il s’agissait de la voix d’une femme mure. Une femme mure ? Il n’en connaissait pas d’aussi effrontée pour rentrer dans sa chambre comme ça, sans frapper ou sans attendre qu’il ne se réveille. A moins qu’elle ait frappée. Mais là encore il ne savait pas trop, plutôt porter sur un doute de l’identité de la personne capable de faire ça. Et franchement, il n’en voyait qu’une seule. Il avait même essayé de reconnaitre la personne par la perception d’énergie spirituelle, mais quedal. Il était perdu, perturbé, troublé et vachement indécis… Car en fait, il avait sommeil le pauvre Alheïri. Et quand il avait sommeil, l’incompréhension était de mise…

C’est quand même avec des efforts très grands qu’il essaya de soulever ses paupières lourdes. Il avait l’impression qu’on avait foutu ses yeux dans du sable humide. Les ouvrir relevait d’un supplice véritable qu’il ne voulait pas supporter. Et puis finalement, il réussit à les ouvrir quand même. Au début, sa vue n’était pas du tout clair, oh que non. Il voyait flou et ça avait l’art de l’énerver un peu, puisqu’il allait devoir cligner des yeux, ce qui représentaient des supplices en trop pour lui. Il fut néanmoins obligé de perpétrer cet acte plusieurs fois, avant d’apercevoir la couleur sombre du plafond de sa chambre. Bingo ! Il voyait clair. Il ne restait plus qu’à se mouvoir pour pouvoir apercevoir son interlocutrice. Seulement là encore, il y avait problème. Ouaip. Car son corps ne répondait plus à son cerveau, où traduisons le comme suit aussi simplement que possible : Salem est le plus couillon des flemmards que la Soul Society n’est jamais connu. En fait, plus paresseux que lui, tu meurs quoi. Malgré tout cela, et vu qu’il s’agissait d’une femme, il devait faire des efforts inhumains. Chose qu’il fit encore comme un grand, avant de lever son torse et de passer une main lasse dans sa chevelure noir jais. Un petit soupir s’en suivit. Qu’est ce qu’on pouvait bien lui vouloir encore ? Aussi tourna-il enfin sa face vers son interlocutrice avec un ton ensommeillé, et les yeux un peu plissés. Mais alors qu’il pensait au sommeil, cette attitude de lassitude s’éclipsa en un seul instant. Si les gens voyaient ce qu’il voyait, sans doute qu’il aurait eut le même entrain soudain que Salem. Parce que c’était à la fois magique, beau, gros et complètement somptueux. D’ailleurs, le capitaine eut l’envie de s’en emparer, mais se contenu tranquillement dans le but de pouvoir répondre à l’arrivante…

• Qu’est ce que j’ai encore fait à Mademoiselle, pour qu’elle vienne me réprimander dans ma chambre, alors que je ne lui aie même pas donné la permission d’entrer… T’imagine si j’étais entrain de faire l’amour à une belle femme dans ton genre… ?

Salem sérieux jusqu’au bout ? Non non non. Ce n’était même pas possible. Et sa phrase le démontrait bien. Il avait fallut qu’il fasse bien sur allusion à son corps luxurieux, plus précisément à sa grosse poitrine. Car pour une chieuse professionnelle qu’il avait promu, c’était une très grande chieuse réellement canon et très bien foutue. La Nier pour ainsi dire était une jeunette dont il avait suivit l’évolution, mais ça, elle ne le savait pas vraiment. C’est de ce fait même qu’il avait décidé de lui offrir cette promotion plus que mérité. De plus, la voir tous les jours malgré son caractère de petite peste n’allait pas vraiment le déranger, puisqu’il vénérait sa belle poitrine enveloppée dans son keikogi qui la rendait vraiment sexy. Elle croyait quoi ? Que ça n’intensifiait pas le gigantesque volume de sa poitrine ? Eh bien elle s’était tout bonnement trompé. Ils avaient beaux être cachés, mais leur forme rebondissait devant lui, de sorte à lui procurer une vue très agréable. Il y avait de plus, son imposant derrière. Chaleureux à n’en point douter. Il aurait bien aimé loger son truc à l’intérieur, ouaip, mais il n’avait pas envie de se retrouver castré en ce moment franchement. Au pire, il y avait d’autres belles filles qui étaient bonnes à ça, et qu’il allait draguer. M’enfin, pouvoir réussir à le faire en cette soirée parce qu’il se sentait soudainement en manque, c’était d’abord s’assurer d’en finir avec elle en plus d’un bon sommeil bien lourd et bien réparateur…

• A voir ta chevelure humectée, on dirait bien que tu t’es faite toute belle pour venir me voir. J’espère bien qu’on ne t’a pas dragué à place… Tu pourrais venir près de moi s’il te plait, et m’expliquer ensuite pourquoi ce tohu-bohu ? Referme la porte derrière toi si tu n’as pas les chocottes de t’approcher de ton supérieur que tu oses gêner en plein repos…

Défi ? P’être bien. Salem pour sa part l’attaquait de manière taquine. Les filles de son genre sont tellement prévisibles avec leur caractère colérique et instable. Maintenant que son coté ensommeillé s’estompait tout doucement, il s’installa sur son flanc droit, prit appui sur son coude, et soutenait sa tête avec sa main. Son sourire s’étira tranquillement. Ils allaient pouvoir jouer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Shinigami 3ème Division :.
.: Shinigami 3ème Division :.


Messages : 163
Date d'inscription : 28/03/2011

JDR
Niveau:
26/100  (26/100)
Expérience:
140/250  (140/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Ven 1 Avr - 14:34

En faite la réaction de son capitaine l'étonnait quelque peux contrairement à ce qu'elle aurait cru. Son capitaine semblait réellement être k.o pour une raison qui lui était inconnue, au vue du peux de temps que celui-ci avait pu passer coucher sur son lit avant qu'elle arrive. Elle avait supposé qu'en lui criant dessus, il se serait réveillé immédiatement, mais visiblement il était déjà bien partit. Allongé comme l’était sur son lit, il lui faisait penser a un grand, gros bébé qui ne voulait vraiment pas qu'on le réveil. Toujours plantée dans l’entrée de la chambre de son capitaine, Nier se demandait si celui-ci allait enfin émerger. Au bout d'un certain moment qui sembla durer une éternités, pour Nier, son paresseux de capitaine commençait à se réveillé. Lentement, petit à petit. Limite aux vue des efforts qu'il faisait pour se réveillé tout simplement, elle se demandait si il n’exagérait pas un peu... Maintenant, Al' semblait avoir enfin ouvert les yeux et avoir la capacité de voir clairement les choses. Vu le nombre de fois ou il a cligné des yeux, il y avait intérêt ! D'ailleurs la situation commençait à l'agacé ! A t-on l'idée de foutre un flemmard pareil à la tête d'une division ? Encore pire que le capitaine Kyoraku celui-là ! Il ne manque plus que l'addiction à la boisson et aux sexe et c'était le pompom ! Comme Nier s'en doutait, sa présence le faisait chier forcement elle l'obligeait à faire des efforts sur-humains. Finalement, il se redressa lentement comme ci il devait supporter le poids du monde sur ses épaules. Au bout de quelques instants, il se décida enfin à concentré son attention sur le troisième siège qui attendait depuis un moment. A peine, il déposa son regard sur Nier qu'il sembla se réveillé nette. Pas besoin d'être le gars le plus intelligent pour comprendre que ce qu'il l'avait tiré de son semi-sommeil n'était autre que la poitrine de Nier. Si elle l'avait su avant, elle se serai mise devant lui dès le début, sa lui aurait fait gagner du temps. Au moins maintenant, elle savait que c'était effectivement un pervers comme le taichou de la huitième enfin c'est bon a savoir. Elle pourrai surement utilisé cet atouts plus tard. Malgré tout, elle ne pouvait pas le blâmer pour ça. Elle avait un poitrine que l'on pouvait qualifier de volumineuse, chose qui semblait littéralement subjugué les plus part des hommes qu'elle croisait. Il fallait vraiment être aveugle pour ne pas la voir.

Nier faisait son possible pour ne pas lui mettre dès le départ des étiquettes sur le dos sans le connaître, mais visiblement « Pervers » était totalement approprié. Elle soupira en l'entendent parler, pas du genre sérieux le gars. Mais qu'est-ce que c'était comme capitaine, ce mec ?! Un bon shinigami simple, poli, convenable, sa n'existe pas dans la Soul Society ? A croire que non.


« Mademoiselle ? J'ai un nom au dernière nouvelle, je suis certaine qui est trop compliqué à retenir. N'est-ce pas? Pourquoi ? Je me le demande aussi, mais qu'est-ce que je suis venue foutre ici ... Nan, j'imagine même pas vois-tu. Je tiens à ne pas faire de cauchemards la nuit... »

La situation ne semblait pas amusé la jeune femme autant que cela. Elle n'avait pas vraiment l'envie de rigoler avec des débilités pareilles, pour une première rencontre en face à face. C'était décevant. Elle leva les yeux au ciel et haussa les épaules devant tant de paresse, il ne c'était même pas redresser histoire d'avoir l'air plus présentable. Pour un peux, elle serait bien partie en le lassant seul comme un con dans sa chambre. Si au moins, il avait la délicatesse de lui parler en regardant ses yeux ou son visage. Et bien non, il ne valait mieux ne même pas y penser. Sa poitrine semblait bien plus intéressant, si il continuait ainsi elle allait lui faire bouffer ses coussins. La jeune femme le regarda un moment interdite, avait-elle bien entendu ce qu'il avait dit ? Alors comme ça, il voulait joué à ça et bien. Ils y joueraient !

« Me faire toute belle ? Je crois que tu t'accorde bien trop d'importance, comme ci je n'avait que sa à faire. Ne me met pas dans le même sac que ces poufs qui passent leur temps à faire les yeux doux à leur capitaine. Que suis-je bête, pourquoi je parle d'un capitaine. Je ne vois qu'un paresseux, ici. J'ai du me tromper de chambre... »

Elle lui avait dit sa bien calmement en le regardant droit dans les yeux, derrière son petit sourire et sa voix douce et mielleuse se cachait simplement des paroles piquantes. Nier est une peste et l'une de ses armes les plus efficaces était ses paroles. La jeune femme aimait avoir le dernier mot et montrer que contrairement à d'autre, elle, elle ne se laissait pas marcher sur les pieds peut importe le grade ou la puissance de son interlocuteur. Même si l'homme qui lui faisait fasse semblait être le bon gars bien tranquille qui accumule les défauts et qui semble plus con que dangereux. Elle s'en méfiait tout de même, les apparences sont trompeuses et contrairement à ce qu'elle avait sous entendu tout à l'heure. Si il avait eu le grade de capitaine, c'est qu'il devait avoir la puissance qui allait avec. Comme il lui avait si gentiment fait l'invitation, elle se retourna et alla fermer la porte qu'elle avait laissé grande ouverte. Les mauvaises langues allaient jassés, a quoi peut-on penser quand un capitaine et sa troisième siège se trouvent seul dans un chambre ? Je vous laisses réfléchir la dessus. Une fois cela, fait Nier se retourna vers son supérieur qui se la jouait prince indien dans la pose qu'il arborait. Il ne manquait plus que le harem de femmes en tenues légères et on s'y croirait vraiment.

« Ho alors comme ça, j'ai osé te réveillé ? C'est drôle quand même, il me semble qu'on est en pleine journée. Ce n'est pas le moment pour dormir, contrairement à Monsieur qui se la coule douce, ils y en a dans la division qui bossent. Encore heureux que le vice-capitaine est consciencieux sinon je ne sais pas dans quelle direction irais la division.... »

En faite, pour être franche, Nier n'en avait vraiment rien à faire de l'état de la division. Elle venait d'y arriver donc, elle n'y avait aucun lien. Les membres de cet division, lui sont tout aussi étranger que l'est le soi disant capitaine en face d'elle. Au bout d'un moment, elle c'était mise en mouvement. Rester sur place ? Très peu pur elle, aller s'asseoir près de Al' ? C'était envisageable, mais pas très tentant, mais elle était bien décidée à lui montrer qu'aussi balèze qu'il était. Elle n'en avait pas peur. Elle se promena un peu dans la pièce faisant semblant de s’intéresser à l'endroit, tout ce qu'elle faisait c'était le faire languir un peu. Au bout de cinq minutes, elle alla se planté en face de lui. Le regard sévère et le visage froid.

« Moi qui était venue faire mon rapport en ce qui concerne l'état des shinigamis de la division au niveaux des aptitudes physique. Je vois que je dérange, je devrait peut être partir ? Non ? »

Intérieurement, cette situation l'amusait. Elle l'avait réveillé et lui faisait croire que maintenant, qu'elle c'était rendue compte que ce qu'elle devait lui dire n'était pas important, elle allait partir bien tranquillement. Pour appuyer ses paroles, elle se retourna et esquissa un geste de départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Sam 2 Avr - 14:03

En plus d’être très belle, demoiselle Nier était une femme très intéressante dans son genre, vraiment. Plus le temps passait et plus il s’intéressait de plus en plus à elle. Il avait finalement bien pioché là. D’ailleurs, Salem se demandait vraiment pourquoi elle ne s’était jamais mise à l’interroger concernant ce grade. Sans doute pensait-elle qu’elle le méritait aussi simplement soit-il. Sans doute parce qu’ils n’étaient jamais seuls à chaque fois qu’ils se voyaient. Il y avait toujours soit des soldats, soit Hisagi, ou bien autre chose encore, mais aujourd’hui était peut être un jour spécial. Et puis, pourquoi se torturait-elle à se poser des questions aussi sottes alors que le temps pouvait s’avérer sérieux ? Il y avait tellement de choses à faire. De plus, avait-elle vraiment le temps de le faire, entre ses nouvelles responsabilités, les salopards de son genre qui la draguaient et son être lui-même ? Des questions pertinentes auxquelles Salem n’obtenait que supposition de lui-même. Des situations qui obstruaient sans doute son introspection propre. Et puis ça fait quoi… Bientôt que deux petites semaines seulement… Dire qu’il l’avait promu au lendemain de sa propre consécration. Et il n’en était pas peu fier, ça je puis vous l’affirmer. Qui est ce qui ne rêvait pas l’avoir prêt de lui malgré son caractère de petite peste qui vous faisait languir à mort. Il voulait la dompter, mais finit par s’y résigner. Cette idée d’aliénation ne plaisait pas à son petit cœur et de plus, cela ne faisait pas pour un homme comme lui, dans les limites de l’intégrité. Peut être était-ce sa nonchalance qui l’aiderait énormément dans ce sens. L’espoir en tout cas, il le gardait. Quoique ce ne fût pas si mal qu’elle garde son esprit de fougue éternel. Et puis, pour tout vous dire, cela l’amusait autant que cela l’aidait du fait que les femmes aux tempéraments de feu avaient toujours une certaine influence positive sur lui. Non pas qu’elle le dominait et même loin de là. Vu comme ça, cela pouvait sembler assez biscornu, mais c’était ainsi. La vie elle-même n’était pas faite régulièrement de bizarrerie ? C’était cet épice, ce piment bien rouge et bien brulant si je puis dire, qui donnait un sens notable à la vie pathétique d’une tierce personne et ça il le savait parfaitement. Il avait beau être le plus grand paresseux du monde, mais de par son expérience de la vie shinigamienne, Salem en avait appris des choses…

Et il avait aussi appris à ne pas sous-estimer les femmes. Surtout quand elle se mettait à suivre un quelconque objectif aussi diabolique soit-il. Celle là ne devait sans doute pas faire exception à cette règle. Et à la voir, on devinait par ses yeux perçants qu’elle était totalement givrée. Quoique belle… Tellement belle… Que ça lui faisait un peu peur. Oui ! Il avait cette peur de devoir tomber un jour amoureux d’une femme de cette trempe. Et elle représentait à elle seule, l’idéale des fantasmes de notre beau et bon capitaine. Lui ne voulait que sauter ou faire la fête avec ce genre de femmes qui généralement, étaient de très bonne compagnie autour d’un verre Dans son coin, il soupira vraiment. Ses paroles avaient beau être piquantes et comparables à de véritables piques dangereuses, mais il n’en gardait le bon dans toute cette histoire ambigüe et loufoque. D’ailleurs, Salem avait conservé son sourire aux bouts de ses lèvres rosées qui n’avaient qu’un seul désir sur le moment. Sa voix était douce, mièvre, carrément sucrée ; celle d’une femme qui bien que chiante à souhaits, s’affirmait sans se cacher, aussi bien physiquement que moralement. Celle de la femme, qui bravait son supérieur parce qu’il était tout aussi con. Cette femme là même qui n’avait point de hantise à dire ce qu’elle penser et a redresser les points sur les i. Sincèrement Salem en était bluffé à deux doigts près. Les femmes étaient généralement à fleur de peau et complètement douce, mais celle-ci alliait des amalgames subtils. La fougue, la présence et cette beauté ressortie par sa plastique qui n’avait rien à envier à d’autres femmes, et qui émanait une certaine douceur. Elle était comme qui dirait complète. C’était son genre. Personnellement, il n’aimait trop pas les mijaurées. Ce n’était pas vraiment son genre. D’ailleurs, il haïssait les caprices même quand ils pouvaient être féminins. Avec la contenance qu’elle avait, Katsumi ne devrait pas trop en faire. Sauf si elle voulait faire sa petite chieuse du trou du cul. Ces dans ces rares cas, qu’il perdrait peut être ses moyens si la situation n’est pas trop grossière en elle-même. Il avait beau faire le pitre et tout, mais il savait ses propres limites et dans le même temps, les limites qu’il ne pouvait supporter. Quoique. Et puis zut ! Rien que de sales pensées, alors qu’il ne profitait même pas de l’inspection de la jeune fille pour admirer sa belle croupe bien rebondie et bien saillante, qui donnerait l’envie de la culbuter à n’importe lequel des impuissants, tous mondes confondus. Mais ce ne fut que lorsqu’elle voulut partir, qu’il finit par réagir. C’est ce qu’elle voulait de toute façon non ? Bordel… Non non non ! Il ne voulait pas lui faire ce plaisir. Mais finalement…

• Tu nies te faire belle pour être au moins présentable aux yeux de ton capitaine… Tu le réveilles sans scrupules… Tu lui fais des sermons alors qu’il a bossé toute la nuit pendant que toi tu dormais confortablement dans ton gros lit… Tu l’insultes presque alors qu’il pourrait te tuer d’un moment à un autre… Et maintenant… Tu te casses en ayant prétextée vouloir faire l’état des lieux de la division alors que je ne vois aucun papier administratif dans tes mains, sauf ton obi… Alors que tout le monde sait que les rapports oraux et sans paperasse ne sont en aucun cas valables... Tu fais fort Nier. Mais au moins ça me permettras d’aller me baigner tiens !

D’un sourire et sans plus s’occuper d’elle, Salem avait décidé d’exécuter son envie soudaine. Se laver, quoi de mieux pour pouvoir se relaxer et bien se reposer après. Se levant donc de son lit, Salem ôta son kosode ainsi que son shitagi avant de les jeter à l’autre bout de la pièce. Il soupira, s’étira et prit la direction de sa douche dans la pièce annexe de la chambre, souriant. Ne sachant pas si Nier était sortie ou pas, le capitaine de la neuvième sans fermer la porte commença à retirer son hakama et son sous vêtement, se retrouvant à poil. Au centre de la pièce se trouvait une sorte de baignoire toujours pleine dans laquelle l’héritier noble des Fenyang pénétra lentement. L’eau fraiche lui faisait un bien fou. Il immergea complètement dans l’eau pendant une poignée de secondes et en ressortit rapidement en caressant sa chevelure, complètement fatigué par ses travaux. Tellement même qu’il s’accouda à un rebord de sa grande baignoire improvisée… Si quelqu’un pouvait être là pour le masser… Une chaleur humaine ? Ouais… Il en avait besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Shinigami 3ème Division :.
.: Shinigami 3ème Division :.


Messages : 163
Date d'inscription : 28/03/2011

JDR
Niveau:
26/100  (26/100)
Expérience:
140/250  (140/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Ven 8 Avr - 19:33

Calme et paisible, voilà comment on pouvait décrire brièvement le comportement de Salem, le supérieur hiérarchique de Nier. Elle ne pouvait pas le Nier cette capacité à être paisible peut importe ce qu'on lui dit. Commençait à énervée un peu le jeune femme, qui n'avait pas l'habitude qu'on l'ignore de la sorte. Elle avait l'impression de ce trouver dans une pièce vide, pire , il lui semblait même parler dans le vide ou bien le pour les murs. C'est un peu comme ci quoi qu'elle dise rien ne l'ébranlait, un peu comme ci ses paroles et ses piques rentrait par une oreille et sortait par l'autre. Plus d'une femme aurait été ravie d'être le centre d'attention d'un homme tel que l'était Al', mais pas Nier. Un homme qui écoute sans se plaindre ni sans interrompre une femme, c'est rare. Et c'est surtout dérangeant du point de vue de notre troisième siège. Même si elle ne le montrait pas de manière directe, elle préférait ce concentrée sur sa sois-disant inspection des lieux. D'une certaine manière, cet ignorance l'a blessait, ca lui donnait l'impression de n'être qu'une parmi tant d'autre. D'être ce qu'elle détestait tant ! Ce n'est pas parce qu'un chien grogne qu'il mort. Voilà un proverbe que l'ont pourrait utilisé en parti pour Nier. L'une des raisons pour laquelle, elle était si directe, si méchante dans ses paroles. C'est pour montrer qu'elle est là, qu'elle existe. C'est étrange, mais voilà c'est comme cela. Nier est une jeune femme qui a peur d'être oublié, d'être seule au milieu d'un désert sans fin. Quitte à marquer les esprits autant le faire bien que se soit en positif ou en négatif. La belle veut attirer les regards pour être une personne que l'on garde en mémoire.

Revenons au moment présent, voulez-vous. Nier était donc prête à faire comme-ci soudainement la situation lui semblait vraiment pas propice à une petite discution entre elle et son capitaine. Et pourtant Dieu sait qu'elle voudrait en avoir une, mais sérieuse de préférence. Il y avait une question toute simple qui lui brulait les lèvres. "Pourquoi m'avoir choisie, moi ?" Sauf que car oui il y a un sauf. Sa fierté lui interdisait de poser une telle question, alors que sa raison faisant des pieds et des mains pour qu'elle le fasse. Lui demander serait sous-entendre qu'elle ne comprend pas pourquoi le range de troisième siège, qui est ma foi déjà quelque chose d'assez important, lui avait été adresser. En toute logique, elle ne devrait pas se poser ce genre de question vu qu'elle considère avoir le niveaux pour. Toute personne à besoin tôt ou tard, d'avoir un avis autre que le sien, d'être rassurer dans un sens. Hors, l'une des caractéristiques les plus frappante chez Nier, c'est son confiance en soi. Finalement, contrairement à ce qu'elle avait pensée. son Capitaine venait de réagir d'une manière à laquelle, elle ne c'était pas préparée. Il avait comprit son manège et bien qu'elle ai fait en sorte qu'il n'ai que comme seule option de la retenir directement. Il avait réussit à la faire restée, à la retenir, mais indirectement. Soudainement, la partie prenait un intérêt nouveau à ces yeux, cette rencontre était finalement devenu une sorte de jeu ou la seule règle était de faire plier l'autre. Un jeu dans lequel Nier rentrait sans aucune hésitations. Est-ce ça que l'ont appelle la folie ? Peut être ...

Il parlait peu, mais pas pour ne rien dire. A chaque fois qu'il révélait ces suppositions avec un ton de vérité, elle ne pouvait qu'acquiescé mentalement. Oui, elle c'était douchée dans le but d'avoir un air présentable. Oui, elle l'avait réveillé sans se soucier des raisons d'un tel sommeil en plaine journée. Effectivement, elle ne pouvait pas le nié, si jamais il n'avait pas réagit comme elle l'avait supposé, espéré. Il aurait très bien pu la tuer sans qu'elle ne sache se défendre. La différence de niveaux était trop élevée pour que ces techniques soit véritables efficaces face à Salem. Ce laisser démontée par ces paroles aux apparences douces et calmes ? Non, non et non ! Il en faut bien plus ! La partie ne sera finie que quand elle baissera les armes ou bien quand elle ne sera plus en mesure de tenir tête à son bon Capitaine. Toute fois, sa dernière réplique l'avait laissé sur le cul heum heum le derrière. Était-il vraiment sérieux ou bien il se foutait d'elle ?... Et bien, étrangement, il était sérieux et partait dans son délire de baignade. Et comme-ci la jeune femme venait soudainement d'exister, il se leva tranquillement de son lit. S'étira et retira son kosode et son shitagi puis les lança délicatement ... Et comme par hasard se fut Nier qui se les ramassa en pleine tête. Pas très contente d'être considérer comme un vulgaire porte-manteaux, Nier le foudroya du regard. Ce fut ce malheureux geste qui mit en tête à Nier. L'idée de rester et de l'ennuyer encore un peu. Nier le laissa tout d'abord partir en tête de cortège, elle le laissait faire bien tranquillement. Une fois qu'il fut dans l'eau de sa baignoire, la demoiselle se mit en route. Nier prit exactement le même chemin que son capitaine venait d'emprunter sauf que , elle, venait de fermer la porte qui donnait sur la chambre. Elle s'arrêta soudainement, regarda dans la direction ou se trouvait Salem et dit de sa voix la plus douce et innocente possible.


"Ho mon Dieu ! Elle est énorme ! Je n'en ai jamais vu d'aussi énorme de toute ma vie ! Qu'elle grosse ...baignoire !"

Et bien à quoi aviez-vous pensez ? Ha autre chose pas vrais ? C'est tout bonnement normale car c'est le but de la manœuvre ! Si un homme aussi pervers que Salem ne pense pas à ca directement qui y pensera alors ?! Avec un petit sourire amusé Nier se rapprocha d'avantage et se stoppa juste devant Al'. Elle resta ainsi un petit moment, à vrais dire, elle n'avait pas d'idée pour la suite. Quoi que ... Sa pouvait devenir intéressant quand même. Faire une chose étrange et sans logique avec les actions précédentes ? C'est tout Nier, ça ! C'est bien pour cela qu'il ne faux pas essayer de comprendre Nier. C'est pour cela que sans raisons, elle laissa tomber au sol l'obi blanc qu'elle tenait depuis le début. Puis se fut au tour de son haut de choie lentement le long de ses épaules. Tout en le fixant droits dans les yeux, elle lui lâcha la phrase fatidique. Qui pourrait achever n'importe qu'elle homme.

"Chevauche-moi, mon bel étalon ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Sam 9 Avr - 22:29

Et c’était tout soupirant qu’il était là, accoudé à sa grande baignoire. Les gouttes d’eau ruisselaient sur l’étendue de son torse en dehors du bain. Ses muscles se détendaient petit à petit. Ses lèvres se desserraient doucement. La détente s’avérait totale, pour ne pas dire qu’il se sentait complètement léger. On aurait dit un gros bébé pleinement épanoui dans l’eau de son bain tan il s’y sentait bien. Il avait aussi fini par décroiser ses pieds et les étendre librement dans l’eau. La position était encore plus confortable. Il se lâchait complètement. Pour couronner le tout et se laissant emporter par les délices du moment, Salem ferma ses yeux embrumés et forma un sourire sur ses lèvres. Le calme et la fraicheur de l’eau étaient favorables à son bonheur momentané. Sa tête commença à tourner pendant qu’il rêvassait, complètement déconnecté de la réalité militaire dans laquelle il était chaque fois plongé. Un peu de douceur dans ce monde de brutes ne lui faisait pas de mal. Même qu’il se sentait un peu lourd dans des gestes à effectuer, comme retourner une jambe ou bien se gratter une partie de ses testicules qui le démangeait désagréablement. En fait, il commençait tout bonnement à chuter dans les méandres du royaume de Morphée. Encore un peu il y était. Sauf que bien sur, une personne eut l’audace de pénétrer son secteur privée. Elle avait beau ne pas l’avoir émanée, mais il n’en demeurait pas moins que même les yeux fermés, il avait aisément reconnu cette énergie spirituelle assez atypique dans son genre. Cela faisait une seconde fois qu’elle le dérangeait sans se gêner. Elle lui voulait quoi cette jeune fille, hein ? S’excuser peut être ? il espérait très franchement. Quoiqu’il n’était en aucun cas fâchée contre Nier. Elle demeurait à elle seule, le joyau scintillant et reluisant de sa division qu’il devait bichonner égoïstement. Sa force le charmait. Il en allait de même pour son caractère, sans compter sa plastique affriolante. Elle avait tout pour elle. L’idéal féminin tant recherché par Salem. Idéal dont il était à deux pas de conquérir. Peut être serait-elle la maman des dix bambins qu’il voulait concevoir. Parce que sa famille était peu nombreuse et sa recomposition ne lui ferait aucun mal. Il était capitaine. Qui plus est issu de famille noble dont il allait bientôt prendre la responsabilité. Le temps était sans doute favorable à songer à concevoir…

Et Nier était bien placé pour faire cette épouse. Même si intérieurement, Salem s’emballait un peu trop vite, là. A la base, c’était son physique qui l’intéressait et non pas ces détails futiles et incongrus. A cette seule pensée quand bien même étant toute simple, il sentit son entrejambe s’affoler à une vitesse alarmante. Sa tige aux dimensions assez notables palpitait agréablement dans l’eau, pendant que ses yeux s’ouvraient lentement vers une silhouette qui se dessinait cérémonieusement devant lui. La belle coquine ! Elle venait de fermer la porte derrière elle, sans trop savoir à quoi elle s’exposait. Ou pas, mais toujours était-il qu’elle semblait ne pas vouloir être dérangé dans cette entrevue prochaine. Il garda tout de même un visage assez stoïque lorsqu’elle recommença ses idioties. Un sourire se reforma comme par enchantement quand elle sous entendait que la baignoire était assez grande. Elle n’était pas la seule chose dépassant les normes en matière de mensurations, oui d’accord, mais qu’est ce que sa troisième siège aurait pu voir d’autres dans sa position un peu lointaine, dites moi ? Sa vanne était tout de même au gout de son capitaine qui la regardait, presque amusé. Il la reflétait un peu dans une situation comique où il la présenterait à ses parents qui seraient plutôt mort de rire avec ses manières de faire. Des zigs au grand cœur ceux là. Et voilà qu’il repensait à cette idée farfelue que de faire d’elle sa compagne. Avant d’y songer, il fallait peut être qu’il marque quelques points non ? A voir son caractère de grosse emmerdeuse, eh bien c’était pas gagné. Quoiqu’il n’en démordrait pas. C’était toujours partie remise avec le bonhomme qu’il était. Ne disait-on pas dans le monde déjanté des humains que la patience était un chemin dorée ? Un adage qui lui tenait à cœur, vu sa logique implacable. Rien ne servait à courir, sauf si bien évidemment madame venait s’offrir à lui. Une situation qu’il trouvait très improbable du fait de son comportement. Pour lui, elle faisait partie de ces femmes qui aimaient faire languir. Ses femmes qu’on méritait après avoir bataillé dur. Un challenge qui le plaisait véritablement. Car elle n’avait pas tellement tort d’agir ainsi. Autant dire que si elle avait été une de ces filles trop calmes et trop timides, qu’on pouvait facilement embobiner sous le flot de belles paroles, cela n’aurait été amusant.

Vint ensuite sa grande surprise, caractérisé par l’écarquillement de ses prunelles verdâtres alors qu’il ne pouvait prononcer ne serait ce qu’un simple petit mot. Elle était sérieuse ou c’était encore un de ses plans foireux ?! Apparemment pas. Dire qu’il venait de penser à cette probabilité tout à l’heure. Comme quoi tout est possible. Cependant, il fallait bien avouer que Salem n’avait pas compris cet entrain soudain alors qu’il venait de se manger en pleine face, des réflexions acerbes mais tout à fait discutables. Ce qu’il discuta d’ailleurs avec brio. Un fait qui avait peut être touché cette jeune femme qui n'avait jamais été discutée de la sorte. Sans compter son physique qui était dans les normes de la banalité. Tant de pensées qu’il s’attela à gommer rapidement pour se concentrer sur ce qui se passait actuellement. Souriant de manière intéressée alors, l’héritier des Fenyang plongea son regard dans sa très grosse poitrine à moitié dénudée sous ses yeux. Ce qu’elle était bien foutu, bordel ! De manière instinctive donc, il se leva de son bain, alors qu’elle pouvait le contempler nu, sans compter la taille démesuré de son sexe, et se dirigea lentement vers elle. A ses cotés, il posa deux doigts sous son menton qu’il redressa un peu vers le haut, avant de coller ses lèvres aux siennes, histoire de l’embrasser fougueusement. Lentement alors, Salem s’assit sur le rebord de son bain et la coinça entre ses cuisses –Non non, il ne les avait pas enroulé autour de la taille de Nier hein !- en la collant tout contre lui. Il pouvait sentir ses gros seins venir écraser son torse musclé et nu. Quand bien même étant humectés, Alh’ plongea ses mains dans le hakama de Nier. Il commença à pétrir ses grosses fesses qui l’affriolaient pendant que sa langue était toujours insinuée dans la bouche de sa compagne d’infortune pour continuer le baiser langoureux. Puis de gestes absolument fébriles, le capitaine à l’anaconda palpitant défit le hakama de la jeune femme qui tomba automatiquement ses pieds. Ses cuisses pleines étaient à nues, son énorme croupe bien rebondie également. N’était ce pas le fun là ? Alors qu’il s’arrêtait de l’embrasser alors, il la souleva d’un tout de bras et replongea tout en douceur dans l’eau avec elle. Il fit ensuite en sorte de s’asseoir, histoire qu’à son tour, elle prenne place sur ses cuisses, sur son… Bref… Elle avait toujours son sous vêtement et son haut à moitié déboutonné, mais ce n’était point grave, ils auraient le temps de les enlever…

• C’est encore une manière de me provoquer nan… ? Eh bien… T’as presque réussit ton coup… Je suis comme ces chiens qui bavent à tes pieds et qui n’attendent qu’une seule chose… Même si moi, j’aimerais bien aller plus loin que ce derrière que tout le monde convoite…

Salem ambitieux ? Ouais ouais, vous avez raison de le penser ainsi. Dans le même temps, si tout le monde savait que Nier était la femme qu’il voulait à ses côtés, personne n’oserait l’embêter. Content du cours de la situation alors, Salem fourra sa tête dans la vallée profonde creusée entre ses deux grosses masses de chairs que formait sa poitrine, avant de gigoter comme un gros bébé qui jouait dans la gorge de sa mère. Il la fera sienne. C’était maintenant décidé. Même s’il fallait oublier toutes ces autres nymphomanes avec qui il passait du bon temps, et quitte à en crever, il la voulait, elle, et allait tout faire pour la conquérir et pour lui prouver qu’elle existait en plus d’avoir une très grande importance à ses yeux depuis le temps qu’il l’avait repéré à l’académie des Shinigamis pour sa singularité si plaisante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Shinigami 3ème Division :.
.: Shinigami 3ème Division :.


Messages : 163
Date d'inscription : 28/03/2011

JDR
Niveau:
26/100  (26/100)
Expérience:
140/250  (140/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Ven 15 Avr - 21:18

Salem est un flemmard et un paresseux né, se n'est pas nouveau certes, mais cela peut se faire souligner. Il suffisait de le voir dans son bain, un enfant ! Pire un bébé ! Un bambin qui prend plaisir à patauger dans l'eau sans faire attention au reste, il existe des hommes qui même adultes conservent cette capacité à ce déconnecter du monde. Cette sorte d'insouciance Nier l'avait perdue depuis quelques siècles déjà, c'est lorsqu'on est un enfant que les rêves se brisent d'un coup quand un homme le désirent. Alors là et seulement là, la réalité nous revient violemment en plein visage. Nier sait qu'elle n'est surement pas la seule dans le cas et surement pas la dernière n'ont plus. Son capitaine, lui aussi, n'avait pas du avoir une enfance rose et pleine de douceurs, mais leurs cas étaient diamétralement opposé. Lui, il, était issue de famille noble; cela fait une certaine différence. La seule compagne qu'elle avait eu à son arrivée à la Soul Society, c'est la solitude. Et encore maintenant, elle sent sa présence pesante au dessus d'elle, comme un épée de damocless. C'est peut être pour cela que l'intérêt que Salem exprimait à l'entende son proposition ,peut orthodoxe, lui faisait véritablement chaud au cœur. Il ne devait pas en croire ses oreilles vu la tête qu'il faisait. Mais Nier ne se faisait pas trop d'illusions comme beaucoup d'hommes, seul son physique les intéressait véritablement. Quand on à un physique comme celui de Nier en face de soi, on ne cherche pas à mieux connaitre la personne. Étrangement, elle qui c'était pourtant promit de ne pas 'offrir ainsi au premier venu. Voilà qu'elle le faisait et à son Capitaine qui plus ai. Pitoyable n'est-ce pas ? Et cela juste pour avoir l'impression d'exister même pour un court moment pour quelqu'un. Malgré tout, elle ne pu s'empêcher d'avoir un sourir amusé en le voyant sortir de son bain nu et en érection qui plus ait ! Comme quoi il lui en fallait peu pour devenir dur, elle n'allait pas lui reprocher de réagir positivement à sa présence. Sa fait plaisir, si je puis dire ! Curieuse de voir comme son capitaine allait s'y prendre pour la mettre dans son lit même si là c'est dans son bain. Bien que toujours aussi sur d'elle et se ses paroles, elle ne pouvait pas s'empêcher de frémir. Toute cette histoire lui sembla d'un coup totalement surréaliste comme d'une banale discutions pouvait-on arriver à SA ?

Contrairement à ce que la belle aurait pu penser, Salem était maitre de ses gestes et les appliquaient comme ci, il savait dès le début comment s'y prendre avec elle. Avec douceur, mais avec tout de même une certaine fermeté. Bien que pas spécialement fan de mièvreries de gestes débordant de douceur. Elle ne put que qu'apprécier le baiser fougueux dont elle subissait l'assaut. Elle ferma brièvement les yeux sous le contact électrisant qu'elle ressentait. Si il s'y prenait comme cela à chaque fois, il pouvait être certain qu'elle lui offrirait ses lèvres bien plus souvent. Sans vraiment faire attention à ses gestes, elle passa délicatement un de ses bras derrière la nuque de son capitaine. Puis il prit l'initiative de s'asseoir sur le rebords du bain, Nier fermement maintenu contre son torse. Sa poitrine écrasée contre le torse de Sal', sa bouche toujours prisonnière d'un baiser qui n'en finissait plus et pour finir ses mains qui semblaient appréciés ses fesses. Nier se cambra et gémi doucement contre la bouche de son pervers de supérieur. A croire qu'il n'y avait que ses fesses et sa poitrine qui l'intéressait ! Son hakama se retrouva bien vite abandonner au sol, visiblement il le gênait dans sa progression. Il fini par rompre le baiser, permettant ainsi à Nier de reprendre son souffle et de calmer les battements désordonné de son cœur. Heureusement qu'elle n'était pas cardiaque ! Avec une facilité déconcertante, il la fit entrer en douceur dans l'eau du bain. Au contact de l'eau, un frisson lui remonta l'échine. L'eau lui semblait bien froide par rapport à la chaleur que Salem produisait contre elle. Assise à cheval sur les cuisses de son étalon, elle ricana un peu en sentant une certaine chose sur laquelle elle était assise. Bien décidée à ne pas rester là à rien faire, elle bougea lentement son bassin d'avant en arrière. Taquinant ainsi le sexe de notre pauvre capitaine déjà bien raide sous la culotte trempée de la troisième siège.


"Je dois dire que oui, même si je n'aurait pas cru à une telle réaction et surtout si rapidement. Ainsi donc tu aimerais aller plus loin que ce que les autres convoites ? Et bien prouve moi que tu le mérite réellement et que tu es bien sur de le vouloir. "

Nier à bien plus facile à donner son corps, si le jeux en vaut la chandelle, que de donner son cœur. Il faut le mériter c'est vrais, mais une fois qu'il est acquis. Il le reste. Sans attendre plus longtemps le bébé ,que son capitaine était, plongea sa tête entre ses deux seins. Nier se permit un petit sourir tendre, il était mignon comme ça.elle passa sa main dans ses cheveux et oui, elle savait se montrer douce quand elle le voulait. Après quelques instants comme ça, elle gigota un peu plus contre Sal'. Le contact entre son sexe et et celui de son compagnon était certes agréable, mais elle voulait tout de même qu'il aille plus loin que ça.


"Tu comptes me faire languir encore longtemps Taichou ? A moins que tu ai peur de ne pas assurer pour la suite ? ͠♥"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Mar 19 Avr - 22:24

C’est qu’elle était assez perverse la petite coquine. Dandiner comme ça sur son sexe, ça se faisait pas hein ! Mais toujours est-il qu’elle avait là, le bon esprit. Et c’est ce qu’il trouvait un peu bizarre justement. Elle s’était donnée bien trop vite à son gout, elle qui pourtant venait ici pour le clasher à mort. Il y avait un truc. Un truc qui avait provoqué ce déclic bizarre, mais qui le profitait assez puisqu’il n’allait plus la lâcher. Aurait-elle eu l’envie soudaine de combler un vide ou truc de ce genre ? Ou serait ce pour le faire fondre encore plus dans l’optique qu’il comble le moindre de ses désirs ? Tant de questions rythmèrent sa petite tête alors qu’il soupirait d’aise en sentant sa vulve coulisser sur le long de sa grosse hampe. Petite tête qui se promenait à loisir au milieu de ses seins sur lesquels il donnait de petits coups de langues et des bisous on ne peut plus sensuels de ses lèvres brusquement gourmandes. C’était fou, mais les faits étaient là. Salem par on ne sait quel moyen, avait fini par l’avoir dans sa baignoire qui s’improviserait dorénavant en lit confortable. Il était à la fois heureux et satisfait. Certes, tout n’était plus qu’une question de temps, mais la voir aussi rapidement à son emprise était jouissif comme situation si je peux dire ainsi. Noyer le reste de sa journée dans les reins d’une aussi belle femme, n’était pas donné à tout le monde. Et c’est à cœur joie qu’il allait s‘y donner. Sa première réponse le faisait énormément sourire. Un challenge ? Peut être bien. S’il devait se limiter au sexe pour l’avoir, nul doute qu’il l’aurait à son lit chaque soir. Non non, il n’était pas imbu de lui-même. Il avait une foi certaine quand à sa virilité, son savoir faire. Par contre, il n’allait pas s’y limiter. S’il fallait qu’elle devienne sa moitié, il lui fallait la charmer par des mots voluptueux, par d’autres initiatives toutes simples. Salem avait d’ailleurs envie d’en savoir un peu plus sur elle. Un peu plus sur son passé. Mais tout ceci ne viendrait que plus tard, l’instant T n’étant point conforme pour cela. Ici, dans ce bain, il n’y avait pas de notion hiérarchique donc, ni d’infériorité, ni de supériorité. Ici, il était l’homme, son homme. Et il en allait de même pour elle. Son corps n’était plus que sien. Quoiqu’après, elle pouvait faire ce qu’elle voulait… Mais tout ça n’était qu’une autre histoire…

Ses mains sur sa tête, lui procuraient des frissons qui s’emparèrent de toute sa nuque jusqu’à parcourir tout le long de son échine. Salem adorait cet élan qu’elle avait, amalgame d’érotisme pur et d’affection réelle. Gagnait-il des points ainsi ? Toujours est-il qu’il léchouillait ses seins avec envie et convoitises. Gros, beaux, lourds… Que demander de mieux je vous jure ? Son sexe quand à lui palpitait nerveusement sous les gigotements de la future dame Fenyang, prêt à exploser. Ses mains allaient tranquillement caresser la surface de son fessier imposant. Toujours un peu surpris du revers de la situation. A la manière d’une scène dramatique, qu’eux, nobles du Seireitei, avaient l’habitude de voir lors de grandes soirées entre hautes strates de la société. Société là même qui imposait la chasteté avant le mariage. Traditions qu’il avait balayées d’une main depuis belle lurette depuis le jour où une sale putain du rukongai avait profité de sa sobriété pour profiter de son innocence et lui arracher sa virginité avec violence. Débauche qui le suivait comme son ombre depuis ce jour là. Ce jour fatidique qu’il regrettait quelques fois. L’ironie du sort quand on voyait comment il profitait largement de sa jeune troisième siège. Elle le cherchait en même temps, alors bon… De plus, sa deuxième phrase et ses mouvements plus directs, plus osées, n’arrangeaient en rien les choses. Elle martyrisait ses sens, la miss. Mais elle ne payait rien pour attendre. Sans bien se redresser pour le moment, Salem usa de ses dents pour bien retirer ce haut qui commençaient à devenir gênant. Tout comme son sous vêtement d’ailleurs. D’un élan brusque et fébrile, Salem avait complètement déchiré ce bas. Boarf ! Il lui redonnerait bien de l’argent pour en racheter. Ce n’était pas ce qui allait la fâcher et il l’espérait du moins. Ayant quartier libre sur sa toison intime à nue dans l’eau, ses doigts habiles partaient la taquiner en pinçant, caressant, écartelant toute sa vulve. Sa bouche quand à elle, était partie gober une grosse partie d’un de ses seins, son téton le premier. Il le suçotait, les yeux fermés, comme un nouveau-né qui s’allaitait tranquillement. Et puis, sans vraiment crier garde, il se saisit de sa longue colonne de chair, avant de l’immiscer en elle, avec lenteur et douceur calculé. Tout en libérant son téton et d’un soupir libérateur et râleur, l’homme qu’il était, venait de s’enfouir pour la première fois au fond des entrailles de sa douce. Et s’en suivit tout de suite après…

• Nier… Deviens ma femme...

Vous l’aurez cru vous, une demande de fiançailles, là, maintenant, dans cette position intime et explicite ? Il était fou. Oui, fou d’elle. Si on pouvait le dire ainsi. Pas totalement, mais assez quand même pour lui proposer qu’elle devienne plus tard, la mère de ses enfants et tout le tralala qui s’en suivait. Ses yeux étaient plongés dans les siens et ses mains venaient l’étreindre contre lui avec une certaine fougue. Celui de l’homme viril, sur de lui et complètement sincère. Il sentait ses gros seins se comprimer contre son torse musclé et venait une énième fois à soupirer doucement en commençant des mouvements de reins délicats. Ses lèvres partirent chercher celles de Nier, avant que sa langue se noie une nouvelle fois dans sa bouche. Alh’ la coinçait contre lui. Pour lui signifier qu’il la voulait. Qu’il la possédait presque. L’une de ses mains autour de ses reins, venait à remonter dans sa cascade capillaire légèrement bleutée dans l’optique de la caresser. Après quoi, il délaissa ses lèvres pour aller s’attaquer à une parcelle de son cou, non sans renchérir qu’elle n’avait plus à l’appeler Capitaine, mais bien « Salem ou Alheïri ». Enfin, à sa guise… Il n’attendait pas vraiment de réponses de sa part. Pas vraiment. Sa focalisation était toute simple. La combler à souhait par les gestes qu’il lui procurait. Tout était silence dans la salle close. Mis à part peut être les râles de voluptés qui s’échappaient de leurs bouches, ainsi que le bruit d’éclaboussure d’eau provoqués par ses initiatives. Là, Salem ne faisait que faire l’amour avec la femme qu’il voulait depuis… Et rien ne pouvait briser un élan harmonieux aussi serein…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Shinigami 3ème Division :.
.: Shinigami 3ème Division :.


Messages : 163
Date d'inscription : 28/03/2011

JDR
Niveau:
26/100  (26/100)
Expérience:
140/250  (140/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Jeu 21 Avr - 21:14

C'est fou comme il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux. Il faut se satisfaire du nécessaire. Hum hum, je m'égare reprenons. Donc, comme je le disait. C'était fou comme il fallait peu de chose pour être heureux, généralement il suffit d'avoir l'être aimer à ses côtè pour rayonner de joie. enfin, pour le moment on ne pouvait pas vraiment parler d'amour avec un grand A pour Nier. Malgré ce qu'elle avait pu montré au début de leur rencontre, elle avait de la sympatie pour l'homme qu'était son Capitaine. Il ne rentrait pas dans les clicher que beaucoup de monde se faisait sur les catégories de personnes. Il était loin d'être le Noble comme on se l'imagine. Kuchiki Byakuya était le stéréotype même du Noble en puissance alors qu'Al' et bien ... Il fallait le savoir pour le croire. Nier faisait aussi partie de ces gens qui surprennent. Elle est têtue franche, direct, garce et tellement imprévisible que sa en devient énervant la fin. Se qu'elle avait probable apprécier chez celui-ci c'est qu'il ne se laisse pas faire et qu'il a une certaine répartie. Et puis, elle n'arrivait pas à le cerner complétement. Juste quand elle est peçoider qu'il va réagir comme cella à ses propos, il arrive encore à trouver autre chose. Bien entendut ce serait mentir de dire qu'il n'y a que l'intérieur qui compte. Le physique à lui aussi une place importante, la demoiselle n'a pas vraiment de critère bien définit du moment que le gars fait homme. Sa risque de lui convenir, elle n'aime pas les gringalets qui pourrait paraitre plus efféminer qu'elle. Et pour les dames, et bien elle ne sait pas qu'elle est son genre. Car oui, Nier n'est pas que pour les hommes, elle ai capable de tomber amoureuse d'une autre femme. Chose qui ne devrait pas trop surprendre quand on sait de qu'elle manière la jeune femme est morte.

Et bien et bien, on croirait que Nier est sous le charme de ce cher Al'. Le nie sera un gros mensonge vu dans la position quelque peu explicite et osé dans laquelle elle se trouvait. D'ailleurs en parlant de cela. Ça commençait à devenir plus chaud et osé, jusqu'à présent on ne pouvait pas dire que se soit très osé. même si on entrait dans la pièce la seule chose que l'ont pouvait voir c'est un 3 eme siège à chevale sur les hanches de son capitaine. Ce qui est peut être déjà trop pour certaines personnes. Impatient et peut être presser par le désir, celui-ci décréta que sa compagne était trop habilité pour la situation. Ce fut donc sans aucuns remords qui enleva/déchira les vêtements devenu maintenant trop gênant. La chose à laquelle on aurait pu penser. Nier aurait pu rougir sur le coup, mais elle avait déjà les joues rouges pour une tout autre raison que de la pudeur. La jeune femme avait déjà le sens a vif à cause du traitement qu'il infligeait avec une cruauté sans égale à sa pauvre poitrine. Qui devait décidément être plus qu'à son gout. La jeune femme qui jusqu'à présent se moquait un peu des réaction qu'elle provoquait chez son cher et tendre. Se retrouva bien vite de l'autre côté du miroir, maintenant c'était elle qui n'en menait pas largue. Est-ce sa vengeance ? La jeune femme gémit de plus belle sous les attention qu'elle recevait. Le souffle court et la bouche entre ouverte, elle tentait de garder un minimum de contrôle sur elle-même. Contrôle qui vola en éclat quand l'un de ses seins se retrouva dans la bouche de Al'. Les yeux légèrement entre ouverts, elle tentait de rester en contact avec la terre. Chose bien difficile, il faut l'avouer. Elle se sentait dépassée par le sensations qu'elle ressentait, c'était assez nouveau pour elle. Sa dernière expérience en la matière, c'était avérer très désagréable et douloureuse de ce faite, elle ne c'était plus jamais aventurer dans ce domaine là. Pourtant à l'instant, elle se sentait étrangement en paix comme-ci le simple fait de savoir qu'il essayait de l'avoir pour lui signifiait qu'il allait faire en sorte que sa soit aussi bien agréable pour elle que pour lui. Elle ouvrit soudainement les yeux en sentant le sexe d'Al' doucement elle, sans s'en rendre compte des larmes perlèrent au coin de ses yeux. C'était plus imposant qu'elle ne l'aurait cru, elle se sentait légèrement mal à l'aise. Elle se sentait "pleine" et trouva cette sensation pas désagréable, mais étrange.

La phrase que Al' prononça lui coupa littéralement le souffle, elle avait du mal à croire ses pauvres oreilles. Elle délirait pas pourtant. Cette phrase sonnait bizarre à ces oreilles, comment pouvait-il lui dire se genre de choses dans un moment pareille ? Sur le moment, elle ne savait vraiment pas quoi lui répondre. C'était rapide et inattendue. Voulait-il lui prouver la sincérité de ses paroles avec une demande comme cela ? En toute logique, elle aurait du se sentir extrêmement heureuse qui ne le saurais pas ? Mais elle se qu'elle se demandait c'est si elle arriverait à s'en remettre si jamais elle faisait une erreur en lui offrant son cœur. Elle doutait tout simplement. Et comme ci son compagnon voulait lui prouver sa sincérité, il l'entourait de ces bras. Sans avoir plus de temps pour formuler une réponse, il commença à se mouvoir en elle. Ses lèvres se retrouvèrent bien vite prisonnière de celle de Al', ce qui n'était pas pour la déranger. Elle se laissa aller aux marques diverse d'affections que son Capitaine lui offrait. La, à ce moment, elle se sentait bien. Elle avait l'impression d'avoir de l'importance pour quelqu'un. Quand, ses lèvres furent enfin libre. Elle déposa sa tête sur l'épaule de son homme, entre deux soupires elle essaya de lui répondre.


"Écoute ... moi bien. Je te ... jure. Que si, tu me fait ... souffrir. je m'occuperait ... personnellement de ton cas !"

Elle était sur et certaine que ses menaces ne risquaient pas défrayer Al' après tout des deux c'est lui le plus fort. Mais attention, il ne faut jamais sous estimer la détermination d'une femme surtout quand celle-ci veut se venger. Enfin, ce n'est vraiment le moment pour ça. Nier commençait à bouger son bassin pour venir d'elle même à la rencontre du bassin de son supérieur.

"Pitié ... Vazzy plus fort ! Al'!


Il semblerait que notre Miss reprenne du poil du la bête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Dim 24 Avr - 12:56

En ce moment même, Salem aurait certainement payé cher pour pouvoir entrer dans la tête de Nier, histoire de savoir ce qui s’y passait. Elle devait être chamboulée comme c’est pas possible, vu les conditions dans lesquelles il lui avait demandé sa main… Ou pas finalement, ce qui n’allait pas non plus l’étonner tant que ça. Était-ce la première fois qu’on lui faisait la cour, vu la beauté sauvage qu’elle dégageait gracieusement ? Évidemment que non et il n’en était que bien trop sur de tout cela. Elle avait sans doute du passer plusieurs fois par ce genre de choses et c’était tout pensant qu’était Salem, malgré les gestes répétitifs qu’il effectuait tranquillement dans son ventre. Peut être qu’il n’aurait pas du tenter la demande. C’était quand même un peu spécial de demander quelqu’un en fiançailles alors qu’on lui faisait clairement l’amour. Pas forcement bête, mais vraiment spécial. Mais n’était-elle pas elle-même un peu folle dans son genre ? Et puis c’était lancé hein ! Il le lui avait dit. Elle savait qu’il était plus ou moins amoureux d’elle. Le retour en arrière n’était même pas envisageable, sachant qu’il passerait pour un sale con et un triple idiot qui ne pensait qu’à enfiler toutes les belles filles de la Soul Society. Dans le même temps, c’était ce qu’ils étaient sensés faire, hein. Baiser et repartir sur de nouvelles bases, basta ! Mais il avait fallu qu’il fasse l’impensable, comme d’habitude. Au pire des cas, son vagin serait simplement un lot de consolation comme un autre. Juste pour le moment. Parce qu’il n’était pas prêt de lâcher ce gros morceau, oh que non ! Quitte à peut être mourir et à être renié par sa famille vu que le mélange de sang était foncièrement prohibé. Mais ça c’était encore une autre histoire, pas forcement importante. Les préjugés, ce n’était du tout pas sa tasse de thé.

D’ailleurs, la belle demoiselle à qui il faisait le plus grand bien –Enfin, c’est ce qu’il pensait…- vint à resserrer son étreinte ce qui le fit sortir aussi vite qu’il s’était précédemment plongé dans ses pensées. Arquant un sourcil en continuant ses mouvements qui pour l’instant respiraient la douceur, Salem s’étonna de la voir autant frissonner. Était-ce ses mots qui lui avaient causé cela ? Ou bien sa pénétration pourtant toute aussi douce que ce qu’il faisait là… ? Dans le même temps, c’était assez normal qu’il s’étonne ainsi. Les prostituées qu’il s’était tapés avaient tellement l’habitude de ne rien ressentir dans les débuts de copulation, que voir une femme s’épanouir de la sorte lui était trop étrange. Il sentit par la suite son menton se poser sur l’une de ses épaules musclées. Sérieux… Elle allait bien, elle ? C’était trop gros ? Trop brusque ? Ou s’agissait-il d’une femme extrêmement sensible ? Malgré toutes ces questions pertinentes, lui continuait de se faire plaisir, trop obnubilée par les caresses que lui procurait son ventre. Il avait même voulu lui demander s’il lui faisait mal. C’est vrai quoi. Il n’y avait pas que les pucelles qui avaient mal, surtout que sa mensuration était plus ou moins énorme. Mais le destin eut été autrement puisqu’elle éleva lascivement la voix. Ses mots entrecoupés au début l’intriguaient. Elle voulait qu’il arrête de la labourer ? Dans ses rêves ! Il était trop bien dans son ventre. Mais la suite vint à l’ébahir au point qu’il arrêta lui-même de se mouvoir en écarquillant les yeux, fixés eux sur le mur qui lui faisait face. Salem commençait à sourire lentement, tout en continuant à caresser sa chevelure. En toute sincérité, il s’était plus attendu à une ignorance ou un truc dans le genre. La voir accepter était tellement improbable. Pourtant… Et puis il eut ses mouvements de bassins à elle et sa phrase qui traduisait son désir de pousser plus loin, cet ébat. Nier était vraiment une petite coquine…

• Qui voudrait faire souffrir une aussi belle femme que toi… ? Tes désirs sont des ordres d'ailleurs...

A l’aide de ses bras assez vigoureux pour soutenir le poids de sa belle, Salem agrippa le dos de cette dernière et la poussa vers l’autre rebord de la baignoire. Tout en baisant subtilement ses lèvres charnues à la manière d’un fruit rouge bien juteux, le capitaine la pénétra une nouvelle fois en s’agenouillant dans le bain et en tenant les plis de ses cuisses plantureuses en mains puisqu’il la suspendait sur le bord. Comprimant ses pectoraux contre son exubérance mammaire, il plongea son regard gorgé de pierres précieuses dans celui de sa nouvelle fiancée, avant de commencer à faire ses vas-et-viens de manière plus ardente et plus profonde. Terriblement sensible, l’homme se mettait à grogner imperceptiblement alors qu’il sentait les contractions de madame sur son membre tendu à l’extrême dans sa rose rouge. Des soupirs s’en suivaient, sans compter la légère teinte pourpre que ses joues prenaient. Audacieusement, l’homme qu’il était, partit chercher l’un des lobes de la belle demoiselle qu’il possédait voluptueusement. Alors qu’il l’empalait presque sur sa longue colonne de chair gonflé de sang, ses incisives mordillaient doucement le lobe qu’il avait capturé. Si ses mains soulevaient ses cuisses pleines sans trop d’efforts notables, ils remontèrent doucement par la suite vers son fessier qu’il empoigna fermement avant de le caresser et de le pétrir dans ses paumes avec une vraie ferveur. Un tantinet pervers, ses mains écartelaient doucement la zone de son rectum. Peut être qu’il la prendrait là bas… C’était à voir. Et puis ses lèvres recommencèrent à être gourmandes. Elles se posèrent lentement sur une parcelle du cou de la future dame Fenyang, avant de l’embrasser sensuellement. Sa langue entrait un jeu vu qu’elle faisait des mimiques taquines à sa peau. Il continuait de culbuter son entrejambe comme le ferait une foreuse avec du béton. Il la possédait. Il la dominait comme un homme, un vrai, et ce n’était peut être pas pour la déplaire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Shinigami 3ème Division :.
.: Shinigami 3ème Division :.


Messages : 163
Date d'inscription : 28/03/2011

JDR
Niveau:
26/100  (26/100)
Expérience:
140/250  (140/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Mer 4 Mai - 18:30

Nier n'était pas une petite sainte ni-touche et cela se voyait plus ou moins. Ses tenues n'étaient pas vraiment osées, un uniforme scolaire est-il pervers ? Oui et non, cela dépend des gens tout simplement. Si la situation le nécessitait, le demoiselle savait se vêtir de manière plus ou moins spéciale. Et ce cher Al' allait en être la pauvre victime. Quoi que se ne devrait pas trop le dérangée quand même. Avoir une demoiselle comme Nier uniquement vêtue d'un tablier blanc et d'un string noire, sa donne envie ? Non ? Coquine ? Oui, elle devait l'être sinon elle ne serait pas entrain de se faire sauter par Salem ou baiser au choix. Le mot "Faire l'amour ", lui était un peu inconnu. Elle ne comprenait pas le concept, pour elle baiser et faire l'amour sont un peu la même chose. Le principe est le même. Pourquoi un telle raisonnement ? C'est simple, elle à grandie et vécue la plus part de sa vie humaine dans un couvent. Ce genre de chose était bannie de leur langage et de leur éducation. C'est a cause de cet éducation que Nier est devenue ce qu'elle est. Par ce comportement si provoquant et choquant, elle brise se qu'elle à apprit là-bas. Et puis n'est ce pas le comble qu'après avoir vécu dans cet ordre d'idée, elle se fasse violer par les éducateur d'un orphelinat ?

J'imagine déjà les réactions de certains et certaines. La compassion, l'étonnement, la colère et même la pitié. c'est pour sa qu'elle se referme sur son passé et n'en parle pas. Autant dire que si son "Amour" de Capitaine se montre trop curieux, elle risque de l'envoyer baladé. Pourtant, sa ne l'étonnerait pas qu'il réussisse à la faire parler quand même. Il aussi têtu qu'elle si pas plus. Ce qui peut s'avérer quelques fois une inconvénient ou un avantage au choix. Par contre, il est plus que certain que la demoiselle essayera d'en savoir plus sur la passé de son compagnon que ce se soit de manière directe ou bien détournée. Quand elle à quelque chose en tête, elle ne l'a pas autre part.

Pour en revenir à la situation présente, Nier n'allait pas se plaindre pour une fois. Elle avait bien du mal à réfléchir à des remarques à lui faire et puis cela ne se fait pas la première fois. Elle avait un minimum de savoir vivre quand même. Et puis de toute manière, elle n'avait rien à redire. Il semblait être dans son élément, dans son domaine et ce n'était pas plus mal en effet. Certes, elle n'était pas si calée que lui, mais elle serait une élève attentive et appliquée. Quand on veut, on peut comme le dit le proverbe. Faut dire aussi que là maintenant tout de suite, elle ne fait pas vraiment grand chose mise à part se collé à Al'. Et ouais, c'est la feignasse qui fais tout. C'est quand même plus simple d'être femme dans se genre de situation. Il faut juste se montrer "Accueillante" se qui peut parfois se montrer un peu délicat surtout quand on voit comme est monté son partenaire. C'est la que tu te dis "Heureusement que c'est pas ma première fois !" Enfin, elle n'allait pas s'en plaindre ! Surtout qu'il semblait avoir prit sa demande au pied de la lettre. Ha sa pour prendre en main, il les prenait bien et pas que sa d'ailleurs !

La jeune fille eu un sourire amer en entendent les mots de Salem, elle savait qu'elle devait prendre cela comme une chose appréciable. Son sous-entendu était plus que claire, elle était jolie. Oui et ? Est-ce une raison pour ne pas la faire souffrir ? Peut être pour lui, Salem ne pouvait pas savoir ces que ces simples mots lui faisait. Elle aurait du avoir chaud au cœur, mais non. La seule chose qui venue cismissié dans son cœur c'est de la tristesse et de la nostalgie. C'est justement a cause de ce physique si beau soit-il qu'elle en avait souffert, enfant. Lorsque l'ont veut tirer son coup, on choisit une jeune fille dont le physique plaît. Qu'y a t-il de plus bandant que de ce taper une jeune gamine qui vit dans un couvent surtout si elle est bien foutue ? Elle aurait pu continuer a s'enfoncer la dedans sauf que la situation n'y était pas approprier. Loin de là, il n'y avait qu'elle pour avoir de telle pensées. Elle ne s'en formalisait pas, elle était née étrange et elle mourrait toujours comme cela.

Complètement absorbée par ces pensées, elle n'avait pas vraiment fait attention à son environnement. Elle reprit soudainement pied avec la réalité quand son Capitaine vient butter plus profondément dans son intimité. Elle laissa sa tête tombée en arrière sa bouche entre ouverte pour prendre le plus d'air possible. Toutes les sensations qu'elle ressentait lui revirent en pleine figure comme le ferait un boomerang. La fraicheur de l'eau qui les éclaboussait a chaque coup de reins, la chaleur du corps de Salem collé contre le sien. Et que dire de ce membre qui palpitait dans ses entrailles, la remplissant entièrement. De ces coup de reins qui lui envoyait des frissons et des décharges électriques dans tout le corps ? La demoiselle commençait à se noyer dans tout ce que son corps lui faisait sentir petit à petit , son chère et tendre commençait à lui faire perdre pieds. Elle n'était pas habituée à subir ce genre d'assaut d'autant plus que Salem il allait franchement. Elle se permit un petit sourire en voyant les joues de Salem se teindre de rouge, il arrivait à sa limite vu comment il grognait. Nier ne se montrait pas très entreprenante et se laisser dominer sans rechignes. Mais cela ne se passerait pas comme çà a chaque fois, là cet fois ci c'était surtout une journée découverte si je puis dire. Et même si la demoiselle n'oserait jamais l'avouée, elle aimait se sentir dominer de la sorte.

Toutes les petites attentions de Salem finirent par avoir raison d'elle, c'est beaucoup pour la première fois qu'elle se lance dans ce genre de domaine. Alors, que Salem alla une fois de plus cogner contre le col de son utérus. La demoiselle se raidit soudainement en gémissant plus fort que précédemment, se contractant un peu plus autour de la colonne de chair de Salem.


"Haaa ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Sam 14 Mai - 23:25

C’était… Laborieux. Le mot était effectivement approprié pour qualifier ce qu’il vivait là, maintenant. C’est donc tout souriant qu’il continuait à mouvoir harmonieusement son bassin avec celui de sa toute belle, dans cette baignoire, seule pièce qui était témoin de leurs ébats. Il s’y plaisait vraiment. Il aurait même voulu que tout cela dure un peu plus longtemps, mais il avait et ce, même dans le plaisir, cerné la moue qu’avait formé sa compagne. Avait-il couillé sur un point ? N’était ce pas elle-même qui lui avait demandé d’en faire plus ? Tout ceci semblait contradictoire. Au point où sa flamme commençait à s’éteindre d’elle-même, doucement. Mais une fois encore, il eut ce revirement, bizarre, peut être opportun, puisqu’il retrouva bien vite le poil de la bête. Il donnait encore et encore, suite à ses derniers gémissements et ses contractions qui traduisaient un certain plaisir. Bah, au moins, il ne faisait pas dans le vide le sacré bougre ! Lui qui allait vite finir dans les abimes du dégout si elle avait toujours gardé cet air mélancolique. ‘Fin bon, on pouvait pas tout avoir d’un coup, non ? Il avait eu son cœur, son cul. Son plaisir viendrait peut être plus tard. Un truc qui semblait logique. Un truc qui se tenait alors qu’il faisait, encore, toujours, avec une force inconnue qui semblait intarissable, malgré sa fatigue de la journée qui ma foi, était complètement éprouvante. Il ne faisait plus vraiment dans la dentelle, non. Il était… Bestial, sauvage, enragé, comme un sale porc en rut qui n’en finissait plus de se faire plaisir. Qu’importe si elle avait mal. Au diable les inquiétudes ! Elle avait cherché, elle aura trouvé. Satyre jusqu’au bout des ongles, il rentrait et sortait, caressait et embrassait, jusqu’à ce survienne sous un de ses cris rauques qui s’avéraient libérateurs, le paroxysme voluptueux auquel il aspirait depuis maintenant belle lurette. Une énième fois dans sa vie d’homme, il venait de se lâcher dans les entrailles d’une gironde qu’il aura su conquérir avec merveille et savoir faire. Son corps était en transe. Ses muscles courts et raccourcis…

Sa respiration se faisait saccadée, tandis que tout son corps s’affaissait doucement sur celui de Nier. Si ses mains étaient crispées sur ses grosses fesses bien rondes, il avait fini par les remonter jusqu’à sa taille, tout en soufflant bruyamment comme un taureau qui venait de poursuivre un toréador lors d’une corrida à n’en plus finir. Là, il était sérieusement fatigué, épuisé. Sa tige palpitait toujours à l’intérieur, débitant encore ce liquide gluant par saccades irrégulières dans le corps de Nier. Si elle était en période ovulatoire, bonjours les mouflets ! Situation à laquelle Salem n’était pas encore fin prêt. Se caser, d’accord, ça le fait vraiment, mais avoir un gosse en prime, ça grisait vraiment pour ne pas dire que cela ne le faisait même pas. Peut être qu’il aurait du se retenir et jouir ailleurs. Mais c’était trop bon. Tellement bon qu’il se laissa oublier dans cette ferveur sexuelle qui avait absorbé toute sa hampe. Comment qu’un trou pouvait rendre un homme malade. La vie n’était-elle pas bizarre en elle-même ? Mais lui n’allait certainement pas s’en plaindre. Quoique l’idée d’avoir un gosse restait traumatisante. Surtout qu’il savait que la femme avec qui il s’était accouplé n’était nullement prête à cela. Trop volage, trop enfantine encore et pas vraiment inscrite dans les manières nobles. Son comportement lui plaisait, certes, mais il lui restait encore un bout de chemin à faire. Il allait lui apprendre, ça oui, même s’il n’était nullement pressé. Maintenant qu’il avait réussi la première étape qu’était de l’avoir dans sa vie, auprès de lui, il ne lui restait plus qu’à cerner complètement sa personnalité, chose qu’il réussissait au fur et à mesure que le temps passait, que les secondes s’égrenaient. Le reste s’en suivrait naturellement. Mais prévoir une vie ainsi calculée n’était-elle pas initiative vicieuse en soi ? Il eut une petite seconde de doutes. Une seconde dans laquelle il se remettait en questions. Tout juste avant de sourire malgré sa sueur, tout en haussant ses épaules seul. Il ne faisait que la cadrer juste. Il n’y avait rien de mal à ça normalement. Le reste serait pimenté. Forcement…

• Tu m’enivres, vraiment…

Le moment de creux entre eux où les respirations étaient seulement percevables, fut soudainement cassé par sa petite phrase toute gentille. Il l’aimait. Vraiment. Sincèrement. Mais le dire tout de suite, comme ça, c’était un peu trop cliché. D’autant qu’à part sa mère et son père qu’il aimait affectueusement, Salem n’avait jamais prononcé ce mot à quiconque. L’amour était quelque chose de nouveau en lui. Quelque chose qu’il voulait savourer lentement sans se presser, sans se heurter à un quelconque mur qui viendrait alors tout briser en lui. Maintenant qu’il avait la chance de devenir un homme correct, il allait falloir des efforts. Ouaip, beaucoup. Mais Nier en valait la peine. Cette femme qu’il commençait à admirer. Cette femme qu’il regardait intensément dans les yeux tout en faisant un sourire comme il en avait les secrets. Cette femme même qu’il embrassa doucement, comme pour sceller cette union dorénavant officielle. Elle pouvait aller le dire à n’importe quel quidam, Salem ne s’en plaindrait pas. Mais il avait fort à faire avec une si belle femme. Surveiller les chacals qui la suivraient tout autour. Les tuer si cela s’avérait nécessaire. Oui oui, c’est son bijou, alors les autres, bas les pattes. M’enfin, cela n’incluait pas son propre cas hein. S’il gardait son bijou rien qu’à lui, rien ne lui interdisait d’aller nettoyer d’autres parures, incognito. Comment qu’il était intelligent le grand brun. Son petit secret bien à lui quoi. Comme un bon homme, il lui fallait quelques maitresses. Chose qu’il allait avoir bien évidemment. Oui oui, il est ingrat. Mais qu’est ce que vous voulez… ? Maintenant qu’il avait gouté au fruit tant attendu, d’autres fruits bien rouges l’attendaient encore, dans cette vie où les femmes belles étaient nombreuses. Mais comme il s’en était rappelé, il lui fallait faire dans la discrétion, en auquel cas, sa future lieutenante finirait par le… Enfin, vous voyez le genre…

• On sort de là ? Jsuis claquéééééé…

La journée n’avait pas été facile, vraiment. Lui qui avait pourtant l’habitude de durer sexuellement. Pouah, il se dégoutait. Mais des occasions comme cela, il y en aurait bien vite encore. Tant qu’elle ne voulait pas le quitter bien évidemment. Soupirant et sans attendre de réponses, Salem retira doucement sa grosse banane en rependant sa semence un peu dans l’eau… P’tain… Il devait l’avoir bien remplie, celle là. Elle avait intérêt à ne pas être dans sa période. Et puis il sortit de l’eau, avant de se diriger dans sa chambre en premier. Là, il se vêtit d’un peignoir qui ressemblait plus à un kimono et revint avec un autre dans ses bras, destiné à sa belle fiancée…

• Tu aimerais faire quoi maintenant ? N’hésites pas à proposer tes idées, je te suis tout ouïe, disait-il en se posant sur l’un des rebords de sa pseudo-piscine, lui tendant chaleureusement le vêtement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Shinigami 3ème Division :.
.: Shinigami 3ème Division :.


Messages : 163
Date d'inscription : 28/03/2011

JDR
Niveau:
26/100  (26/100)
Expérience:
140/250  (140/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Dim 26 Juin - 22:53

La jeune femme était comme on pourrait dire ailleurs, mais alors très loin même. Elle était comme qui dirait déconnectée de la réalité. Elle avait bien du mal à aligner deux pensées cohérentes alors des mots, il ne faut même pas y penser. Fatiguée, voilà comment elle se sentait. Elle se sentait vidée. Mais elle se sentait bien, aussi, mieux qu'elle ne l'aurait cru. Surement l'euphorie du moment. Et elle contait en profité. Un léger sourire vient flotter sur ses lèvres, Alheiri semblait tout aussi esquinter qu'elle. Il était retomber doucement contre elle, la respiration difficile. La demoiselle nota tout de même avec un certain mécontentement, juste pour la forme, que son Capitaine n'avait pas trouver mieux que de jouir en elle. Il aurait quand même pu lui demander son avis. Ce n'est pas lui qui se fait remplir au sens propre du terme. Nier sentit un frisson lui longer la colonne vertébrale, sentir du sperme en soi. C'est déjà, en soi, une sensation étrange. C'est chaud, humide, visqueux même. C’est tout simplement inhabituelle et pas facile à mettre des mots dessus. La jeune se calma tout aussi rapidement en entendant sa petite phrase toute mignonne. Se n'est pas grand chose certes, mais c'est déjà bien assez pour Nier. Sa lui faisait chaud au cœur,cela faisait combien de temps qu'on ne lui avait plus dit quelque dans le genre. Tellement longtemps que la jeune femme n'arrivait plus à s'en souvenir.

La fouge des ébats avait laissé place à une certaine tendresse, la shinigamie s'en trouva un peu étonnée. Mais elle ne s'en plaignit pas. De toute façon, elle n'avait ni l'envie ni la force d'aller contre. Elle devait avouer ,que même si parfois le sourire franc de Salem avait tendance à l'énerver, elle aimait bien le voir sourire de la sorte. Il semblait sincèrement heureux et le lui montra ouvertement en l'embrassant. La jeune femme par contre ne se montrait pas si ouvertement, juste un petit sourire sur les lèvres et un regard plus doux. Les gestes tendres et affectueux viendraient peut être plus tard quand elle se sentirait plus a l'aise. Avec le temps, elle s'ouvrira un peu plus et ira même jusqu'à montrer ses sentiments. Mais pour sa il faudra du temps et de la patience du côté de son compagnon.

Chasser le naturel et il revient au gallo. Le proverbe dit vrais. Son capitaine imbécile joyeux, flemmard et je-m'en-foutiste était de retour. Même dans une situation pareille, il arrivait encore à dire quelque chose d’amusant. On bien, il avait juste la manière de le dire. Dans tout les cas, sa détendait l’atmosphère. Nier leva les yeux au ciel et haussa doucement les épaules en l'entendant soupirer. Quel cas, celui-là. Bien décider à sortir de l'eau, il se retira d'elle. Répandant un peu de sa semence dans l'eau. La jeune femme en frissonna, la sensation était toujours aussi étrange. Il sortit de l'eau en se dirigeant vers sa chambre. La jeune femme en profita pour se nettoyer correctement, elle n'avait pas vraiment envie de sentir le sperme de son chère et tendre coulé le long de ses cuisses. L'eau à présent froid, lui faisait un bien fou. Elle se sentait plus « réveillé ». Elle n'eut pas a attendre trop lomgtemps car Salem revenait déjà avec de quoi se vêtir. Lui était déjà habiller, il lui tendit le vêtement que la jeune femme prit tout en sortant de l'eau. Elle tordu fermement ses longs cheveux mauves rendu humide par l'eau puis elle s’emmitoufla dans l’espèce de peignoirs.

" Je ne sais pas trop, faire un truc moins physique et plus reposant. Pour le reste, je te laisse voir. Capitaine Pervers <3 “

Petit surnom gentil de la part de Nier. Sa manière à elle de lui montrer son “affection”. La jeune femme le devança et retourna dans la pièce principale des appartements du jeune homme. A Savoir sa chambre. La jeune femme se dirigea vers le lit et s'y assis les genoux repliés contre ses fesses. La jeune eut un petit sourir en imaginant la tête des shinigamis de la division si ils la voyaient sortir des appartement de leur Capitaine dans une telle tenue. M'enfin pour le moment, elle s'en moquait un peu.

"Tu comptes me regarder ou venir t'asseoir près de moi . C'toi qui voit, mais bon..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Dim 3 Juil - 10:03

Capitaine pervers… C’était nouveau ça. Après « feignasse » « étalon » et tout ce qui s’en suivait, voilà que la future dame Fenyang le surnommait « capitaine pervers ». Ce n’était pas déplaisant, mais plutôt étonnant, dirons-nous. Si bien qu’il ne pu s’empêcher de rire, le grand brun pendant qu’il l’admirait encore sa physionomie hors norme. Il respirait le bonheur maintenant. Non pas parce qu’il venait de se faire un coup, mais bien parce qu’il venait de trouver sa moitié. Enfin ! Et c’était pas trop tôt là. Ses parents commençaient à désespérer de ne pas avoir l’occasion de pouvoir voir ne serait-ce qu’un de leurs petits fils. Ce pourquoi il avait délibéré explosé dans les entrailles de celle qu’il avait choisi comme épouse depuis belle lurette. La succession des évènements l’avaient chamboulé pour sur. Gagner son sexe, c’était pas tellement évident, mais alors son cœur, c’était vraiment autre chose. Il avait fait d’une pierre deux coups, sans trop préparer à l’avance ce moment. Et c’était pas mal. Souriant grandement, il était planté comme un piquet à côté de la baignoire, obnubilé par sa démarche féline qui faisait rebondir gracieusement cette croupe callipyge qu’il venait de pilonner à grands coups de butoirs. Là, son sourire se fit goguenard, un peu comme s’il savourait pleinement une certaine victoire sur cette fille. Et puis il reprit contenance, lorsqu’elle disparut de son champ de vision pour pénétrer sa chambre. Suivant ses pas, il gratta son menton, les yeux fermés, le corps et l’âme complètement satisfaits de cette journée et de cette trouvaille. Les démiurges et s’ils existaient lui avaient fait un beau cadeau, là. Sa vie ne serait plus la même après cette journée. Et il en était bien heureux. Alors qu’il atteignait le seuil de la porte de la chambre, la voix de la troisième siège se fit encore entendre. Il rigola un peu, et s’adossa au mur en la contemplant amoureusement. Salem amoureux, c’était presque difficile à croire. Mais les sentiments qui l’animaient devaient être ça : L’amour. Elle ne finissait pas d’être belle, surtout assise innocemment sur son lit. Encore un peu et elle déforma son membre…

• Les deux t’arrangent hein, avoues !

Le capitaine de la neuvième division soupira puis émit un petit rire un peu plus camouflé. Par son biais, elle devait se sentir femme. Femme aimée, femme épanouie. Du moins, c’est ce qu’il pensait et c’est ce qu’il espérait. Il n’allait certainement pas la retenir si jamais elle venait à être malheureuse à ses côtés. Il n’était ni égoïste, ni méchant. Mais pour l’heure, ça risquait pas, semblait-il. Mais ne sait-on jamais. Aussi sur le moment, se promit-il de faire extrêmement attention à elle, même si son poste en dépendait. Le travail était certes important, mais sa vie, l’était avant, celle de Nier par-dessous tout. Lentement donc, il rejoint le lit qu’il grimpa tranquillement. Il s’approcha de la jeune femme par derrière et l’enlaça délicatement dans ses bras vigoureux. La scène était romantique, presque émouvante même. Mais lui ne s’en plaignait point puisqu’il la provoquait ainsi. Salem, c’était l’habituel rentre dedans qui préférait les contacts torrides au lieu de ceux qu’il manifestait actuellement. Tout ça, c’était pratiquement nouveau pour lui. Les sensations étaient bizarres. Il supposait que ça devait être ça, quand on tombait follement amoureux d’une personne qu’on idéalisait automatiquement. Nier et mine de rien, était devenue son tout, sa raison de vivre. Elle balayait les slogans bien connus à savoir sexe, alcool et cigarettes pour graver son nom dans le cœur du malabar qui en était quelques peu trouvé là. Dire que par le passé, il aurait ri de savoir ses camarades en transe, de la sorte. Aujourd’hui, les rôles s’échangeraient s’ils venaient à apprendre que le capitaine avait maintenant une petite amie. Ce qui ne saurait tarder. Le mec, il ne connaissait trop pas le mot honte, dans ce genre de situations. Et il était plus que clair qu’il s’afficherait avec Nier main dans la main, sans se défiler. Restait à voir pour son cas à elle. Parce qu’il ne la cernait pas vraiment totalement. Et sur le coup, le grand brun ne savait trop pas si elle serait d’accord avec lui d’officialiser cette nouvelle alliance qui à première vue semblait inébranlable, m’enfin, c’était à voir tout ça…

• Demandes moi tout ce que tu désires et je te l’offrirais selon mes possibilités.

La phrase qui misait sur la prudence, mais qui signifiait à peu près tout. Parce que ouais, les femmes avaient parfois des envies trop bizarres. Jamais il ne s’était autant attaché à une donzelle, aussi. A un point où il devenait un peu gaga là. Il se devait de redevenir on ne peut plus dur quand même. Certes, elle était l’élue de son cœur, mais quand même. C’était du tout pas digne du grand Salem. Exerçant de petites pressions sur sa taille, il progressa lentement ses mains vers son exubérance mammaire pour redevenir le gros pervers qu’il était habituellement. Salem aimait tellement sa poitrine qu’il en mourrait. D’ailleurs, il n’en avait pas bien profité dans la baignoire. Pas totalement comme à l’accoutumée, lors de ses différentes relations sexuelles. Aussi plaça t-il ses mains sur les épaules de Nier avant de dégager son peignoir qui coulissait sur son dos et sur sa poitrine pour s’affaisser vers reins. Ses seins furent saisis par les paumes de Salem qui se refermaient dessus comme un piège adroit. Ses lèvres se basèrent tout d’abord sur le lobe de son oreille gauche qu’il mordilla, tandis que ses doigts habiles trituraient ses tétons roses. Sa bouche parcourait ensuite tout le long de son cou qu’il léchouillait et embrassait par moment, avant de passer sur ses omoplates et sur son dos qu’il bisoutait. Il humait son odeur qui l’enivrait affreusement. Alh’ était devenu accro au corps plantureux de Nier. Elle était sienne dorénavant, sienne. Même s’il savait quand même les limites du raisonnable, surtout qu’il pouvait se manger un coup de poing n’importe quand là. Ses mains continuaient de jouer avec les masses de chairs devant, tandis qu’il soupirait sur son cou, presque prêt à la dévorer une nouvelle fois. Malgré la crève qui tuait plus ou moins son corps. Et puis d’un seul coup, il s’effondra sur le corps de Nier, relâchant ses nénés qu’il tripotait allègrement, avant de sombrer illico-presto dans le sommeil, d’un seul coup, comme ça, aussi bêtement que cela puisse paraitre. A croire que Morphée lui avait fait un sale coup…

• ZZZZZZZ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Shinigami 3ème Division :.
.: Shinigami 3ème Division :.


Messages : 163
Date d'inscription : 28/03/2011

JDR
Niveau:
26/100  (26/100)
Expérience:
140/250  (140/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Jeu 11 Aoû - 22:42

La jeune demoiselle reporta son attention sur Salem qui venait, maintenant, de lui répondre. Elle leva les yeux au ciel et soupira doucement, un léger sourire collé aux lèvres. Il avait quand même raison, pour elle qu'il reste là bas ou qu'il viennent près d'elle sa ne changeait rien pour elle. Le capitaine de la Neuvième semblait heureux ou du moins c'est l'impression qu'il lui donnait. Accoudée au mur un regard amoureux. Stop ! Amoureux ? C'est quoi cette histoire ? Nier le regarda étonnée et cligna plusieurs fois des yeux. Visiblement, elle n'avait pas d’hallucination. Donc il la regardait vraiment avec amour. Là, Nier en restait sans voix. Elle ne comprenait pas. Comment est-ce qu'il pouvait l'aimer ? Non, pas qu'elle se considéré trop chieuse et autre pour être appréciée. Mais en si peut de temps ? Sa faisait quoi, deux semaines qu'elle avait intégrée la division. Et ils ne c'étaient rarement vu sur cette période. A bien y réfléchir, sa devait la première fois qu'ils c'étaient retrouvés seule.

La jeune femme ne savait pas trop comment réagir,certes il lui avait déjà dit bien des choses qui auraient du la mettre sur la piste.
Nier… Deviens ma femme..., Tu m’enivres, vraiment… Mais tout de même. Sa lui semblait bizarre et surtout trop "beau pour être vrais". Le coup de foudre, elle y croyait sincèrement. Mais quand sa la concernait elle, elle avait tendance à ne plus y croire. Au fond d'elle, elle ne pouvait le nier sa la flattait. De savoir que, pour de vrais, elle était importante pour quelqu’un. De plus, il y a une certaine fierté, peut-être, mal-placée à savoir que l'homme qui vous regarde amoureusement est un capitaine des 13 divisions de l'armé de la cour de la Soul Society. Et qui est en plus, issue de famille noble. Oui, elle se sentait heureuse d'être un telle centre d'attention pour un homme, mais car il y en a toujours un. Elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu'il y avait quelque chose de pas logique dans l'histoire.

La troisième siège reporta son attention sur son compagnon qui se trouvait maintenant derrière elle sur le lit. Nier le laissa faire quand il passa ses bras autour de sa taille. C'était tendre et même, peut-être, mignon. Elle qui pourtant n'appréciait pas se genre de tendresse, se surprenait à aimer ce contact. Ça semble étrange, mais là, dans immédiat, elle se sentait bien comme ça. Lovée contre le torse de Salem, elle avait l'impression s'être en "sécurité". Nier ricana doucement, sa phrase l'amusait un peu. Il était franc, sa lui plaisait. Il ne promettait pas la lune alors qu'il savait la chose impossible. Il venait de gagner un point, là. La jeune femme baissa la tête ne comprenant pas pourquoi il avait déplacé ses mains jusqu’à ses épaules. Elle comprit bien vite pourquoi quand le haut de son peignoir glissa le long de ses bras et de son dos. C'était donc ? Il n'en avait jamais assez. Elle émit un petit couinement quand ses mains se refermèrent sur sa poitrine. Elle était pas d'accord, là. Elle ouvrit la bouche pour lui exprimer clairement sa manière de pensée quand elle fut coupée dans son élan. Il lui faisait quoi ? La demoiselle referma un œil et frissonna en sentant ses bouche voyagé sur sa peau. Ses doigts qui, sans aucunes gênes, titillait ses tétons. Une légère rougeur se forma sur ses joues, elle ne se savait pas si sensible. Au vu de la manière dont la chose était partie, elle aurait cru qu'il allait a nouveau couché avec elle. Et bien non, Monsieur s'endormit comme ça d'un coup. La jeune femme se retrouva, elle aussi, couchée de force avec Salem en partie couché sur elle.

Nier rouspéta un peu, n'appréciant pas d'être laissée en plan comme sa. Mais elle était quand même soulagée d'une certaine manière. Au moins, elle aurait le temps de récupérer un peu. La demoiselle gigota un peu dans l'espoir de se soustraire du corps de capitaine, mais en vain. Elle soupira et essaya alors de trouver une meilleure position. Un peux mieux placée, sur le côté gauche, elle remonta le haut de son peignoir pour cacher sa poitrine. Et fini, elle même, par s'endormir.


Dans les environs de 16H30

La jeune shinigamie fu la première à immergée, encore un peu ensommeillée. Elle resta quelques minutes sans bougée, elle eu un sourire amusé quand elle remarqua qu'elle ne c’était même pas rendue compte qu'elle c'était endormie. Et dire qu'à la base, elle avait rouspéter parce que la capitaine dormait. La jeune femme toujours en partie bloquée par le corps du jeune homme près d'elle. Décida quand même de le réveillé, elle ne savait pas l'heure qu'il devait être. Mais dehors le soleil commençait à décliner dans le ciel. Nier secoua, tout d'abord, doucement l'endormit puis elle y mit plus de force et rien à faire. Elle soupira. Peut-être l'appelée alors.

"Alh'. Allez debout. Réveillé-toi. T'as assez dormit ! Bon tu va immergé, espèce de marmotte ?!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Dim 21 Aoû - 9:29

    • Hmmm… ? J’ai sommeil moi…

    Une voix… Une voix quand bien même féminine m’avait extirpé du monde doux de Morphée. C’est pas pour dire mais j’avais loupé des heures de sommeil quoi. Trop même. J’aurais voulu grogner, mais je n’eus pas la force adéquate pour ce faire. En lieu et place de tout ceci, je me roulais sur le côté et donc sur mon dos, avant de bailler grossièrement, sans trop penser à la personne qui se trouvait à côté de moi et qui trouverait certainement le geste complètement grossier. J’étais épuisé, fatigué, éreinté, comme si on avait roué mon pauvre corps de plusieurs coups véhéments. Comme quoi, la vie de capitaine, c’est vraiment dur. La personne qui m’aura dite que c’était le pied allait crever. Car a bien y penser, j’aurais peut être mieux fait de décliner l’offre que m’aura faite le capitaine commandant il y’a de cela, quelques semaines maintenant. C’est dire comment ça me faisait chier quoi. Mais d’un autre façon de voir les choses, tout rejeter sur mon boulot serait totalement injuste, sachant que je prenais mon temps de libre pour faire autre chose. D’ailleurs, qu’est ce que j’avais pu bien faire pour sentir ce manque très lourd de sommeil ? J’me rappelais pas… J’tiquais pas trop. Et puis c’était qui qui avait osé m’reveiller ? Un de mes soldats ? Naan… Même pas en rêve. Urgence mis à part, aucun officier et pas même mon vice-capitaine n’aurait eu l’audace de faire une chose pareille. Mais qui donc… ?

    C’est alors que je me retournais sur moi-même avant de balancer mon bras, comme ça, au hasard, à côté d’moi. Ma paluche tomba sur un truc gros, rond, doux au toucher. Émettant un petit grognement dans ma gorge, je commençais à palper ce que j’avais touché. Doux et chaud. Hum… J’pensais savoir ce que c’était là. Dans un sourire lubrique malgré le sommeil qui me contraignait à avoir toujours les yeux fermés, je me mis à peloter grassement les seins que j’avais touchés. Oh putain… Énorme les nibards ! Vraiment gros. Et si je les avalais… ? J’suppose bien que la fille ne m’en voudrait pas si j’y risquais mes lèvres. Et puis, si elle était dans mon lit, c’est qu’on avait fait crac crac hein ! Mais héé ! C’était quoi cette histoire de nichons déjà ?! Depuis quand j’ai dragué moi ? A quel moment en fait ? Des questions soudaines qui me forcèrent tout d’abord à ouvrir mes yeux. La première image était totalement floue. Floue de chez floue. Aussi avais-je cligné plusieurs mes paupières pour rétablir une vue plus ou moins potable, si l’on peut dire ainsi en fait. Au bout d’un moment, j’aperçus une couleur mauve, violette… Une chevelure… Les formes galbées qui se dessinaient au fur et à mesure… Et enfin, les traits du visage près du mien. Hm… ? Hein… ?! HEIN ?! Qu’est ce qu’elle faisait dans mon lit celle-là ?! Comment elle avait fait pour s’trouver là ?!

    • Mais…

    Alors que je redressais brusquement mon torse nu, j’eus soudain un déclic. Blanc. Tout se rembobinait automatiquement. Son entrée fracassante… La baignoire… La baignoire ! Un léger mal de tête s’empara de moi, avant que je ne lui fasse un sourire maladroit, me rappelant de tout ce qui s’était passé avant que je ne sombre dans un sommeil véritablement profond et plus ou moins réparateur. Intérieurement, j’avais honte et mes joues viraient un peu au rouge cramoisi là. Faut dire que j’aurais tout gâché si je lui avais demandé ce qu’elle faisait dans mon pieu. Comme quoi, le silence était quelques fois d’or. Mes mains glissèrent lentement vers son corps avant que je ne la saisisse tranquillement, tout contre mon torse. Sans autre formes de procès, je me mis à l’embrasser parce que j’y éprouvais un réel besoin de le faire. Elle m’enivrait trop. C’était différent de mes nuitées passées avec des péripatéticiennes, pour sur. Mes mains glissèrent sur sa grosse croupe bien rebondie qu’au lieu de caresser, je me mis à pincer malicieusement. J’vous assure qu’en ce moment même, mon envie de lui faire farouchement l’amour renaissait encore une fois. J’avais envie de lui faire l’amour toute la nuit, toute une journée même. Mais mon état ne le permettrait malheureusement pas. Trop usé, trop fatigué, j’avais donné, franchement. Et puis, les moments de douceurs n’étaient pas si mal que ça. Question d’habitude. ‘Fin, c’était mieux que rien quoi…

    • Pourquoi tu m’as réveillé, toi ? Tu sais très bien que j’ai plus d’boulots…

    Très bonne question à laquelle il fallait qu’elle me réponde. Je sentais de très loin son comportement impulsif et emporté prendre le dessus. Mais j’aimais ça moi, le comportement pétulant et plus ou moins agressif de la jeune Nier. Une femme qui aurait eu le même comportement que moi aurait plus à servir de copine que de fiancée, ça c’est clair. Je finissais par abandonner mon visage dans le creux de sa poitrine opulente en soupirant. Douceur et repos, c’est tout ce que je demandais au ciel, d’autant plus que la fin de l’après-midi approchait à grands pas. Et j’voyais pas grand-chose à faire dehors, franchement. Mes hommes savaient quelles fonctions remplir à cette heure de l’après-midi, la paperasse déjà remplie, rangée ou même archivée. Normalement, il ne restait plus grand-chose à faire, à moins bien sur qu’elle ne veuille partir faire autre chose. Si c’était le cas, autant ne plus la retenir ici. De ce fait, je l’avais complètement délaissé, avant de me coucher sur un de mes flancs, me complaisant dans la chaleur de mon peignoir et de ceux que me procuraient les draps de mon grand lit. Au lieu de la regarder, je lui donnais plutôt dos en fermant mes yeux et en baillant une nouvelle fois. Le sommeil, j’n’allais plus l’avoir de sitôt, mais à proprement parler, j’avais la flemme de me retirer de mon lit. D’autant plus que je ne pétais pas vraiment la forme. Qu’on me comprenne un peu quoi… Il est hard, le métier de capitaine…

    • Si tu veux aller vaquer à tes occupations, je ne t’y empêcherais pas, tu peux partir. Moi pour ma part, j’ai besoin de douceurs, de repos… avais-je dit dans un nouveau gros bâillement. La lassitude me gagnait encore. Plus flemmard que moi, tu crèves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Shinigami 3ème Division :.
.: Shinigami 3ème Division :.


Messages : 163
Date d'inscription : 28/03/2011

JDR
Niveau:
26/100  (26/100)
Expérience:
140/250  (140/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Ven 2 Sep - 22:15

Nier soupira et leva les yeux au ciel dans une demande silencieux au Tout-Puissant, qui n'existait pas pour elle, "Mais j'ai fait quoi pour qu'il soit si flemmard ?". Hélas, aucune réponse ne lui vient sauf celle de Salem qui expliqua clairement son point de vue. Dormir. Voilà ce qu'il lui disait encore. N'avait-il rien de mieux à faire que cela ? Visiblement non. Le capitaine de la Neuvième semblait être un ours en hibernation. La jeune femme haussa les épaules, c'était un cas irrécupérable. A moins que ... Non, Nier n'avais pas envie de se remettre nue une seconde fois. Plus elle l'observait, ses manies étaient si "délicates", que ça commençait à lui taper sur les nerfs. Non, mais. Un peu de délicatesse que diable ! Si cet homme était comme ça constamment sa promettait .... Enfin, Nier n'était pas n’ont plus la femme la plus féminine qu'il soit. La jeune femme l'observa et ne pu s’empêcher de sourire en le voyant. Sa colère comme disparue, pour le moment. La voilà repartie dans un élan de maternité, le voir comme çà si "vulnérable" et accrocher à son sommeil. Lui faisait penser à un jeune enfant pour ne pas dire un bébé même. Alh' bougea doucement et balança sa main dans le vide. Celle-ci attéri sur un de ses seins. Comme par hasard... Hein ?! Si il en était rester là, sa aurait pu passer. Mais non, Monsieur c'était senti obligé de commencer à la peloter. Même endormi ce côté lubrique, comme le sourire que Salem abordait, semblait être une seconde nature chez cet homme. Là la jeune femme tiqua, visiblement énervée. Un rictus collé au visage, un tique nerveux à l’œil. Alors que Nier était proche du visage de l'endormi prête à lui dira sa manière de penser vis à vis de ses mains baladeuse. Le "réveil" brusque du jeune homme, lui coupa ses effets. La faisant sursauté et reculé rapidement son visage. L'air étonnée. Au moins, il était de nouveau sur terre. Un bon point.

Par contre Nier ne comprenait pas pourquoi ce "Mais " et pourquoi ce sourire maladroit avec ses joues légèrement rouges. La jeune femme ne voyait pas de raison à ce genre de comportement. D’ailleurs les mains du shinigami étaient toujours sur elle, ce qui lui fait penser à ce qu'elle voulait lui dire. Nier se retrouva, sans comprendre, contre le torse du Capitaine de division. Sa lui prenait comme çà les gestes tendres ? Bizarre. La jeune troisième siège ne se trouva pas la force de l'envoyer balader. Qu'il l'embrasse peut aller, mais qu'il se met à lui pincer les fesses, non. La jeune femme afficha une mine boudeuse. Il en avait pas marre de la taquinée ainsi dès le réveil ? Bon ok, elle , elle, essayait bien de le réveiller alors qu'il semblait avoir visiblement besoin de sommeil. Vient enfin La question a laquelle Nier ne savait pas quoi répondre. Elle c'était mise en tête de le réveiller, mais sans bonne raison. Et merde ... La voilà bien coincée. Bon bon, qu'est-ce qu'elle pouvait bien lui rétorquer ? Lui il avait fini son boulot, mais elle? D'ailleurs elle avait quoi à faire ? La jeune resta silencieuse, elle lui passa doucement un main dans ses cheveux quand il vient passer son visage entre ses seins.

Et voilà, maintenant que Monsieur la délaisse ainsi comme çà. Pour retourner se coucher. Limite, elle avait l'impression de le déranger. Il lui tournait le dos. Et bien voyons. Nier était agacé par ce comportement, mais qu'elle malpoli ! Le rustre ! Ainsi ce maudit lit était plus intéressant qu'elle. Et bien soit. Il n'avait qu'a y rester dans ce lit. Et oui, la jeune femme lui piquait une crise. Il la pelote puis la laisse en plan. Il la re-pelote une nouvelle fois. Puis il ce moque d'elle. Et pour finir lui tourne le dos et l'ignore. C'est le pompon ! Et en plus, il lui intimait de se casser si elle avait quelque chose à faire. L'imbécile. Nier se redressa et descendit du lit sans lui dire le moindre le moindre mot. Elle se dirigea alors vers la salle de bain dans le but de retrouver ses affaires. Car sortir dans un kimono comme celui-qu'elle portait n'était pas une bonne idée. Elle retrouva assez vite son keikogi et son hakama. Ce qui lui plaisait moins c'était de devoir se balader son rien en dessous de hakama. Elle claqua sa langue contre son palais en signe d'agacement. Elle prit ses affaires et retourna dans la chambre où elle se trouvait précédemment. Une fois dans la pièce, elle défit la ceinture du kimono et fit glisser celui-ci le long de ses bras. Elle le lança dans un mouvement fluide sur le lit du "presque" endormit. La jeune femme passa tout d'abord son keikogi, ensuite elle entreprit de mettre son hakama sauf qu'elle perdit l'équilibre et tomba sur le sol. Sa tête claquant contre le sol dur, la demoiselle resta au sol étendue. Son hakama enfilé à juste une jambe. Nier regardai la plafond.

"Itai.... Sa fait mal.... Merde ... Ma tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Dim 2 Oct - 13:42

    Mon intention n’avait pas du tout été d’être lourd, ni envahissant. J’lui donnais simplement l’opportunité d’aller s’occuper d’autre chose si elle en avait l’envie parce que je comptais ne pas la laisser une fois la soirée arrivée. Le fait donc qu’elle sorte du lit sans dire ne serait-ce qu’un seul mot me parut un peu bizarre. Pourquoi ne répliquait-elle pas comme elle avait l’habitude de le faire ? L’avais-je contrarié ? Loin de moi cette intention, j’vous jure. J’ouvris nonchalamment mes paupières avant de distinguer les rebondissements de sa croupe qui disparaissait quelques secondes plus tard dans ma salle d’eau. Et je soupirais par la suite. De fatigue, de lassitude. Certainement qu’elle devait être contrariée. Les fluctuations de son énergie spirituelle me le démontrèrent parfaitement. Mais alors, pourquoi ne me levais-je pas ? Premièrement, parce que j’avais une trop grosse flemme et que je me plaisais comme ça, dans mon lit, sous de gros draps. J’avais un coup de barre mémorable. S’taper un boulot harassant tout une nuit, en enchainant avec les reins d’une aussi belle femme, c’était usant à mort. Deuxièmement parce qu’elle allait refaire son apparition dans le salon si elle voulait sortir. Donc rien ne pressait. J’l’aimais bien la petite, je l’aimais bien. Elle faisait naitre en moi un esprit de contradiction qui m’amusait un peu. Et elle était très belle par-dessus tout. Genre une perle rare que je n’allais pas laisser filer. Ça croyez moi…

    Mais je pense, je pense et pourtant, il va bien falloir que je me lève si jamais je veux l’arrêter et lui expliquer mes dires en d’autres termes. Ici, je n’étais pas le salopard qui avait fini de se taper une belle meuf et qui d’emblée, lui disait bye-bye. Naaan. Ce temps est révolu pour moi. J’pensais être trop vieux pour ça maintenant, même si j’avais toute la vie devant moi. J’étais plutôt ce mec un peu amoureux qui allait s’atteler à conquérir le cœur de la belle, maintenant que j’avais eu son corps. Paradoxale non ? Normalement avec les filles, c’était bel et bien le contraire… Sauf que là, la jeune Nier était d’un caractère totalement imprévisible. Spéciale pour ainsi dire. Et j’aimais ça moi. J’n’arrêtais pas de le dire, mais certainement qu’elle allait amener c’piment qui manquait à ma vie un poil monotone. Même un pervers a droit aux douceurs de l’amour, n’est- ce pas ? Faisant donc un ultime effort, je réussis à redresser mon torse non sans mal, les yeux toujours bouffés par l’envie de les refermer pour un bon moment. Grattant ces derniers, je ne pu réprimer un gros bâillement, avant de sortir mes pieds hors des draps que je poussais à mes côtés. Pour conclure le tout, je pris une position assise sur le rebord d’mon lit avant de me manger un peignoir dans la face. L’bol quoi. Je l’enlevais rapidement, quand j’eus soudainement l’ouïe d’un bruit sourd qui chassa automatiquement le sommeil de mon corps. Et quel ne fut pas ma surprise…

    • Nier… ? Qu’est ce que… ?

    Pas la peine de demander vu que le tableau sous mes yeux, parlait de lui-même. Je me mis à sourire. Non pas un sourire moqueur, juste amusé si on peut le dire ainsi. Parce oui, y’a une certaine nuance. Faudrait pas non plus qu’elle le prenne au second degré hein. M’enfin, mieux valait que je vole à son secours. En me penchant silencieusement vers elle, je retirais tout simplement le hakama dans lequel elle avait glissé une jambe. Ici, il ne lui servirait plus à rien. Puis je la soulevais tranquillement dans mes bras, avant de m’installer dans le lit avec elle. Dans mes bras contre mon torse, je m’attelais à lisser sa chevelure soyeuse, puis à émaner mon énergie spirituelle dessus, histoire de lui faire rapidement la douleur. Ça sert quand même à quelque chose, un passage bref de six mois à la quatrième division. Mais ça, c’était mon petit secret à moi que personne ne devait savoir. Même pas mon père. Oui j’avais honte et oui je n’assumais pas cette partie de ma vie. Dire qu’on m’avait envoyé là bas suite à une grosse bourde passée. Tsss… Comment que j’avais du trimer fort… Laver et repasser des habits. Récurer les recoins des dojos, faire des pansements. Des trucs de malades. Des trucs de femmes quoi. De vrais sorciers dans cette division anciennement dirigée par l’illustre Unohana. Enfin, je m’égarais, je m’égarais, l’essentiel n’étant pas là… Mais plutôt de faire passer la douleur à mademoiselle qui s’était piteusement ramassée…

    • Quand je te disais de partir tout à l’heure, c’était pas pour me débarrasser de toi, p’tite dame. J’voulais pas être lourd, c’est tout… Mais vu que tu l’as mal pris, j’vais plus te laisser alors. D’ailleurs qu’est ce qu’on ferait dehors ? A moins que…

    Deuxième blanc de cet après midi. Je laissais ma phrase en suspend et contemplait le vide, l’esprit un peu ailleurs. Mon énergie spirituelle se dissipa complètement pendant que je cogitais comme jamais. Mes yeux se glissèrent une nouvelle fois sur ma troisième siège avant que je ne forme un autre sourire. L’idée que j’avais soudainement eue n’était pas mal, vous savez. Mais j’appréhendais un peu la réponse de la jeune femme. Car d’une manière ou d’une autre, la proposition que je voulais lui faire revenait à me faire voir comme un cassos. M’enfin, qui ne tente rien n’a rien aussi avais-je raclé doucement ma gorge, avant de lui faire part de mes pensées : « Une visite dans ma demeure familial, ça te dirait ? On passerait la nuit là bas… Loin des regards des gens de notre division… » Pour donner une consistance à ma proposition, je recommençais à caresser sa chevelure puis je collais mes lèvres sur son front pour un petit smack. Pour faire un p’tit peu pression, je commençais aussi à balader mes mains sur son corps, comme si l’envie de lui faire l’amour renaissait en moi. Vu sa grosse poitrine déjà comprimée contre mon torse musclé, mes mains se prélassèrent avec beaucoup d’amour sur sa belle croupe saillante et à l’intérieur de ses cuisses. Entre subir mes coups de reins et une visite tranquille dans un gigantesque beau jardin, certainement que le choix était vite fait dans sa tête. Comment ça, j’suis un profiteur ?!

    • Verdict mademoiselle ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Shinigami 3ème Division :.
.: Shinigami 3ème Division :.


Messages : 163
Date d'inscription : 28/03/2011

JDR
Niveau:
26/100  (26/100)
Expérience:
140/250  (140/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Dim 9 Oct - 9:38

Là, la seule et unique chose qui contait pour la jeune femme ,troisième siège de la neuvième division, était la présence d'une sourde douleur au niveaux de sa tête, plus précisément à l'arrière de son crâne. La jeune femme avait fermer ses yeux couleur mauves lors de l'impact de sa tête contre le sol. La demoiselle avait poser ses mains sur la zone douloureuse dans un geste vint et réflexe d'atténué la douleur qui lui lançais. Nier ne montrait plus un visage contrarié et fâché, son visage était juste crispée. La jeune femme semblait murmurer des mots incompréhensibles seul ses lèvres bougeaient et aucuns sons n'en sortaient. Elle jurai contre ce pu**in de hakama à cause du quel elle venait de ce casser la gu**le. Même en étant à moitié assommée la jeune femme gardait un vocabulaire très délicats et fleuris. Et oui, c'est ça être une femme. Hum, oui, je sors ... Nier n'avait pas le courage de ce relevée tout de suite, elle allait attendre que la douleur s’atténue un peu pour essayer de se remettre sur pied. En espérant ne plus se ramasser de la sorte, et si elle arrivait effectivement à se relever sans problèmes elle ne voulait pas bouger. Elle avait eu sa dose d'action et d'émotion pour la journée !

La jeune fut étonnée de sentir quelqu'un l'aider à retirer son hakama qui était encore a moitié enfilé. Elle se laissa faire docilement quand elle se sentit soulever et calée contre le torse de quelqu'un. Elle connaissait parfaitement l'identité de son bienfaiteur. Alheiri. Non pas qu'elle était persuader que le jeune homme aurait sauté à son secours en la voyant a terre, mais bien parce que dans cette pièce il n'avait que lui. Et que Monsieur en plus, aurais été trop flemmard pour sortir le temps qu'elle se ramasse lamentablement sur le dur sol des appartements du Capitaine de division. Un mal de tête phénoménale venait prendre place dans la tête de Nier, elle aurais jamais cru avoir une telle migraine pour une bête chute. Et tout çà c'était de la faute du propriétaire des lieux ! Si il n'avait pas mit en rogne la jeune femme de la sorte, elle ne serait pas là.

Le seul point positif a cela que le cours de la situation avait obliger le paresseux à sortir de sa léthargie pour venir l'aider et prendre soin d'elle. Décidément, elle tomberait plus souvent si sa le faisait bouger faudrait juste qu'elle trouve un moyen de pas ce faire mal à chaque fois sinon bonjour les bleus. D'ailleurs, Nier était sur et certaine qu'elle en aurais un au niveaux du bassin. Sa peau à l'art de marquer très facilement ce qui n'est pas une chose pratique en soi. Et puis soudainement une main se posa doucement sur sa chevelure la caressant doucement. La douleur commençait à s’effacer au profit d'une douce chaleur bienfaitrice. Se sentant un peu mieux, la jeune femme ouvrit ses yeux et aperçut effectivement Alheiri. La Miss afficha un air surprit, elle ne savait pas que son Capitaine savait utiliser des techniques de guérison. Ce n'était pas sensé être quelque chose de "propre" à la quatrième division ? Nier haussa discrètement les épaules, il savait le faire et c'est tout ce qui comptait. Elle n'avait pas envie de se casser la tête sur un sujet comme celui-ci. Le jeune homme se mit à parler, éclaircissant ce qu'il avait voulu dire tout à l'heure. Dite de cette manière-ci, la jeune femme comprenait mieux les intentions du Capitaine.

La jeune femme le regarda attendant qu'il arrive a terminer sa phrase mis en suspend. Nier se demandait ce qu'il allait encore réussir à lui inventer comme truc. Elle espérait sincèrement qu'il trouve un truc calme à faire et loin de se lit de préférence. Elle ne le sentait pas cette idée de rester le reste de la soirée au pieux. Pendant qu'il réfléchissait, il stoppa ses soins sur une Nier qui n'avait pas rien du tout. Pour peu, on pourrais dire que sa chute n'est plus qu'un mauvais et lointain souvenir. En y repensant la jeune femme détourna la tête les joues rosées de gêne. Elle était douée quand même se casser la figure dès la première fois qu'ils se trouvaient dans les appartements du membre d'une famille noble. Elle avait quand même du mal à imaginer que Alheiri soit issu d'une famille de ce genre, il n'en avait vraiment pas les manières. Il était trop franc et trop directe, trop porté sur touts les vices possibles et imaginables comme l'alcool, le sexe et bien d'autre. Vraiment ce n'est pas là le comportement d'un noble. C'est en y réfléchissant que Nier se rendait compte que d'être issue du Rukangai n'était pas si mal. Personne n'attendait de toi un certain comportement et une certaine étique à avoir. Elle avait le loisir d'être librement ce qu'elle ai sans à avoir de « responsabilités » sur le dos. La demoiselle bien placée au chaud dans les bras du shinigami commençait à somnoler doucement, elle se sentait bien là.

Elle du ré-ouvrir les yeux car il venait de trouver une fin à se phrase. Nier le regarda sans vraiment comprendre ce qu'il lui disait. Sa demeure familial ? Sa demeure familiale, sa quoi ?! La jeune femme le regarda choquée, ses yeux aussi grandes que des soucoupes. La demoiselle se demandait si elle ne c'était pas cognée plus fort la tête qu'elle ne le pensait. Aller chez lui, revenait à devoir rencontrer sa famille, non ? La jeune femme était absolument contre cet idée ! Hors de question d'aller la-bas ! Pas de négociation possible, il n'avait cas penser à autre chose. Le jeune homme se remit à faire ci et là des petits gestes réconfortants, ou étais-ce pour essayer de lui faire changer d'avis concernant sa proposition ? Peut importe, Nier était décider à ne pas vouloir y aller, il n'avait qu'a il aller seul. Point barre. La jeune femme se permit un petit soupir. Mais qu'elle journée quand même. D'un seul coup, Nier se raidit brusquement entre les bras de Alheiri., elle n'aimait pas çà, mais alors pas du tout. Voilà que Monsieur se remettait à la pelotée à son aise. La jeune femme lui lança à un de ses regards meurtrier qui disait clairement: « Essaye pas de recommencer çà sinon je te tue pour de bon ». La Miss n'avait pas envie de cela. Elle voulais juste être tranquille et au calme, choses qui seraient difficile si Monsieur avait de nouveau l'envie de la prendre.

C'est qu'il n'en démordait pas le bougre, il faisait comme ci il ne voyait pas la tête de sa jeune troisième siège. Lorsqu'il osa aventurer ses mains à l'intérieur de ses cuisses, la jeune femme choisie rapidement quelle option était la meilleure. Pour elle, bien sur. Le Capitaine de division lui demanda sa réponse. La jeune femme gigota un peu pour essayer de se défaire de son étreinte et y arriva difficilement. Elle chassa ses mains un peu trop baladeuses d'un coup sec du dos de sa main gauche. Le message était claire: « Vire tes mains de la, enfoiré ». Elle le regarda septique, ça lui semblait bizarre cette histoire. Depuis quand il se montra si « calme » quand il avait envie de culbuter une fille ? Vraiment, il y avait anguille sous roche. A force d'y penser, la jeune femme comprit sa manœuvre. L'enfoiré quand même, il voulait l'obliger à dire oui en lui faisant pression.

« Imbécile. Si tu voulais y aller pas besoin de faire tout se cirque pour me forcer à te répondre oui. Tu m'aurais dit que tu voulais y aller et sa aurait amplement suffit. Maintenant, tu me laisse sortir de tes bras car primo, je vais pas y aller comme çà et deuxio, je risque de te foutre un pain pour t'être foutu de moi tout à l'heure. »

Et oui, la jeune femme avait aperçut son sourire amusé sauf que elle ne trouvait pas çà drôle du tout. Il pouvait être sur que dors et déjà si il venait à se ramasser, elle ne se gênerait pas pour se foutre de sa gueule. La jeune femme réussit donc à mettre pied à terre et sans tomber. Elle reprit son hakama et l'enfila en prenant appuis sur le lit. La jeune femme lui lança un regard bizarre. Il voulait qu'ils se ramènent comme çà chez lui en laissant la division au soin du premier venu. Et puis, ils allaient y aller habiller en tenue de shinigami au moins. Elle n'avait vraiment aucunes envie de devoir porter un kimono de femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Dim 16 Oct - 0:23

    Sa réponse me fit encore sourire. Sourire ponctué d'une pincée d'ironie. A vrai dire, je ne m’attendais pas tellement à tant de véhémence de sa part, mais j’aurais du m’en douter. Avec son caractère, comment ne pas s’y attendre ? Je la laissais enfiler son hakama sans trop rien dire. Bien qu’elle ait en quelques sortes accepté de me suivre, je sentais tout de même une nouvelle tension qui régnait entre nous, et je n’aimais pas tellement ça. Moi tout ce que j’voulais, c’était juste un peu de douceur, d’attention. Mais forcement que j’me mettais le doigt dans l’œil là. On était seulement qu’au premier jour et j’avais peut être été trop entreprenant. Bien trop entreprenant. Mais quand même… Cette fille engendrait en moi une série d’incompréhensions, d’antithèses. Et c’était assez fort. Alors qu’elle réussissait enfin à porter ses vêtements, j’me demandais alors s’il n’aurait pas été mieux qu’elle soit sans. Après tout, l’domaine familial pouvait attendre et j’avais encore envie d’elle. Mon sourire s’agrandit, plus malsain encore. Ce qu’elle oubliait dans l’histoire, c’est que j’étais l’homme, le mâle, l’être dominant, bien que nos caractères puissent parfaitement démontrer le contraire. Et la petite sotte se trouvait toujours à ma merci, hein. Je n’allais pas la violer, nan… Mais lui refaire ce que j’avais perpétré dans le bain. Et ce, dans mon lit cette fois… Ou plutôt, dans notre lit… M’enfin… Quand je lui demanderais officiellement sa main, ce que j’avais seulement fait de manière officieuse, dira-t-on. Pouvait-on la considérer comme étant ma fiancée ? Oui tout plein. Les shinigamis n’étaient pas comme les humains. Pas b’soin de bagues de fiançailles pour conclure tout ceci. Et puis n’était-ce pas elle-même qui avait fini par me menacer si jamais je venais à la tromper ? Haha. C’est dire que j’étais sa propriété privée, vice versa. Et comme c’était tout à fait réciproque, j’voulais lui faire l’amour, là, tout de suite, maintenant et je n’allais certainement pas m’gêner pour…

    • Répondre à son fiancé et à son capitaine de cette manière… Tu n’manques pas d’culot toi…

    Avais-je susurré, tout juste avant de l’enlacer une énième fois dans mes bras ? Moi imbécile ? Dis plutôt salaud en même temps ! Quoiqu’elle n’ait pas eu finalement ce temps, étant donné que j’étais venu l’embrasser… Langoureusement, fougueusement. Sans gêne hein ? Eh bah ouaip… Autant j’devais m’habituer à son sale caractère, autant elle devait faire face à mon caractère de gros pervers lubrique débauché satyre… Tout ce que vous voulez quoi... Pour ne même pas lui laisser le choix de refuser ce que je voulais lui faire, je commençais à la caresser à des points stratégiques. Une seule partie de jambes en l’air m’avait amplement permit de localiser ses points faibles, sensibles. Sa bouche et son imposante poitrine. Tout simplement. Je la retournais complètement et ce d’une facilité déconcertante, histoire qu’elle me donne dos. Une fois l’objectif atteint, je passais mon bras gauche sous ses seins que je faisais balloter exprès, avant de plonger ma droite dans son hakama et plus loin encore. La timidité et la demi-mesure ne me connaissaient pas dans ce genre de cas. Je voulais la posséder et j’allais le faire, même si un de mes soldats venaient à nous surprendre. Ma main gauche partit enfin taquiner l’une de ses grosses pastèques que je mettais à presser doucement, m’amusant parfois même à étirer le mamelon qui s’érigeait au fur et à mesure. J’allais la rendre folle et je voulais la voir céder à la pression. Malheur à elle d’ailleurs, si mademoiselle s’amuserait à jouer au frigide. Elle ne ferait là que décupler mon envie de la voir crier et se tortiller de plaisir sous mes assauts lascifs. Pour ponctuer un peu la chose, je me mettais à mordiller gentiment le cartilage de son oreille, avant de passer mes lèvres sur une partie de son cou. Sans compter mes doigts qui pinçaient et taquinaient le petit bout de sa belle toison intime…

    • Dis moi que tu n’aimes pas mes attentions… Ose seulement…

    Oui je suis un imbécile et oui je l’assume complètement. En plus, j’avais fini par introduire mes doigts dans son intimité et m’attelait à faire des vas-et-viens. J’embrassais doucement sa nuque avant de faire sortir progressivement ses seins de son haut que j’avais défait tant bien que mal. Je les soupesais, les palpais, les tripotais à ma guise. Mon envie était grande, très grand même. J’me collais complètement à la callipyge pour qu’elle le sente bien. Me refouler ? C’était tout bonnement impossible. D’autant plus que j’intensifiais la cadence de mes doigts au fin fond de ses entrailles. Et puis j’eus une merveilleuse idée. La frustrer. Pourquoi forcer quand le tout peut être amusant ? Les préliminaires étaient tout ce qu’il y a de plus orgasmiques chez les femmes et vu comment j’attaquais ses points faibles sans pitié, il serait complètement illogique qu’elle vienne un jour me dire qu’elle n’avait pas aimé ce que je lui avais fait. Certes, sur la forme vue comme je l’avais brusqué, mais dans le fond, rien à dire. Impeccabilité était de mise. J’finissais par extirper mes doigts un peu humides, avant de reporter mes deux mains sur ses seins que massais à ma guise. J’étirais en même temps ses deux tétons que je prenais un malin plaisir à triturer entre mes doigts. Le plaisir viendrait-il à bout du caractère enflammé de ma jeune siège ? Mystère. C’était en tout cas un essai qui en valait la peine. Personnellement, je ne la voyais pas me résister. Voyager dans le plaisir tout en étant dominé par la force d’un puissant homme… C’est galère pour une fille de son genre, qui plus est, loin d’être frigide. Je finis par abandonner une énième fois l’un de ses seins pour tourner son visage vers moi et… L’embrasser plus fougueusement encore. Pendant un bon moment. Jusqu’à ce que je sois satisfait de moi au point de la laisser respirer contre mon torse…

    • Bon bah, j’suppose qu’on doit se dépêcher pour y aller non… ?

    Certainement que tu n’avais pas envie de faire l’amour, hein, belle Nier… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Shinigami 3ème Division :.
.: Shinigami 3ème Division :.


Messages : 163
Date d'inscription : 28/03/2011

JDR
Niveau:
26/100  (26/100)
Expérience:
140/250  (140/250)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Lun 31 Oct - 23:16

Debout devant le grand lit où se trouvait encore Salem, la jeune femme attendait que Monsieur daigne enfin se lever. Après tout, il lui avait fait des pieds et des mains pour qu'elle accepte de le suivre jusqu’à sa demeure familial. Et voilà qu'il ne se levait pas, maintenant, il se foutait de sa gueule ou quoi ? Nier se retourna pour regarder ce que son cher et tendre attendait pour se bouger le cul. La jeune femme regarda d'un mauvais œil le regard que son Capitaine lui lançait. Voilà qu'une fois habillée, il la déshabillait du regard. Il ne sais pas ce qu'il veut celui-là ! Nier reporta son attention sur autre chose, se regard qui lui était adressée ne lui disait rien qu'y vaille, ça allait chauffer pour son matricule cette histoire ! Il n'allait quand même pas encore lui sauter dessus ! N'était-il pas crever il y a peu lui ? Non ? Et merde. La jeune femme se raidit en entendant sa phrase trop douce et mielleuse pour que ce soit honnête et elle avait vite comprit les sous-entendus cachés dans ses propos. Elle tourna lentement la tête dans sa direction, un sourire mitigé entre "Désoler & Ho merde". La jeune femme semblait un peu blême même, clairement, elle savait que finalement elle aurait mieux fait de mâcher ses mots, mais c'était plus fort qu'elle. Pas le temps d'essayer de dire quelque chose pour éviter la confrontation qu'elle était déjà happé par les bras puissants de son partenaire. Quelle manie il avait de l'enlacer à chaque fois, il virais guimauve ou quoi ? Et dire que la jeune femme n'est pas une fervente fan des câlins et mièvreries en tous genres. La demoiselle essaye de se dégager un peu de ses bras sans grand succès, il faut dire que le rapport de force n'est pas à son avantage. Le pompom ? Voilà qu'il l’embrasse sans son accord maintenant ! Là, elle était pas d'accord du tout ! Stop, no, nada, niet !Qu'il aille au diable avec sa libido ! La demoiselle essayait de se défaire de ce baiser où elle avait perdue d'avance. Mais malgré tout, elle gardait son esprit de compétition. Dominer l'échange elle n'y arriverais pas, mais au moins elle ne lui laisserait pas la satisfaction de baisser les bras si facilement. Nier lui fit les gros yeux quand il la retourna pour qu'elle lui fasse dos. Pas moyen pour elle de se bouger et de voir ce qu'il lui préparait. L'enculé, le fils de sa maman ! Nier grognais contre lui un certain nombre d'insultes, mais la jeune femme ne put s’empêcher de glapir en sentant le bras de son homme sous ses seins et sa main se faufilée sous son hakama. La jeune femme qui c'était un peu calmé, redoubla d'efforts et de vaines tentatives pour se sortir de ce guêpier. Elle ferma un œil sous l’afflux de sensations qu'elle ressentait au niveaux de sa poitrine. Un de ses points faibles. Il savait où frapper, le bougre ! Nier se mit à gémir doucement, il y a pas moyen qu'elle reste insensible face au traitement outrageusement obscène dont elle était la pauvre victime pas consentie. Les joues rouges, la respiration plus rapide et courte. Elle se mordillait la lèvre inférieure pour étouffer les sons qui sortait d'entre ses lèvres légèrement entre-ouverte. Retrouvant, telle le phœnix qui renait de ses cendres, sa fougues habituelle. Elle usa de tout son sang-froid pour se former un masque de froideur et de neutralité absolue et d'une voix froide où l'on pouvait percevoir un certain ennui. Elle lui répondit tout naturellement.

« Hum ? De quoi tu parles encore ? »

Regrettables paroles que voici. La jeune femme avait cru lui faire comprendre que de son point de vue ,à elle, elle n'était pas aussi « enthousiaste » que lui en lui montrant un visage froid, neutre et même un peu ennuyé. Sauf qu'il en faut bien plus que de pauvres paroles pour réussir à refroidir les ardeurs du jeune homme pervers. Même un seau remplit d'eau froide n'y ferais rien ! La poisse quoi ! Un vrais dépravé ce Capitaine de la Neuvième division. La Miss sursauta soudainement un air complètement étonnée peint sur son visage. Nier n'aurais pas cru qu'il ne prendrait réellement pas en compte ses paroles et qu'il continuerais ,tout aussi brutalement qu'il avait commencer, sur sa lancé. La jeune femme se mit a bouger son bassin, comment était-elle sensée réagir alors que ses doigts allait et venait a leurs guise dans son intimité ? Sur se coup-ci Nier ne pensait pas qu'Alheiri serait capable d'autant de sadisme à son encontre. Pas besoin de dessin, elle avait deviner quelles étaient ses intentions. La faire demander grâce sans aucuns doutes. N'est-ce pas pervers de désirer voir sa compagne être aussi douce et mielleuse qu'une chatte en chaleur pour se faire prendre ? Il ne perdait pas son temps dans sa progression, il avait réussit a défaire son haut et à en faire sortir sa poitrine. Et toujours, comme il en avait déjà prit l'habitude, il se mit à joué avec celle-ci. En faisant ce qu'il désirait sans se soucier de la principale concernée. Garder toute sa tête devenait de plus en plus délicat comme opération d'autant plus que son Capitaine ne lui laissait pas le moindre repos. Si vous aviez vu la tête qu'elle fit quand Monsieur se colla a son fessier, la tête en valait clairement le détour ! En même temps vous réagiriez comme si vous sentiez un truc dur contre vos fesses en sachant que la « chose » en question appartient a un pu**in de chaud lapin ? Malgré son air un peu « mal à l'aise », la jeune femme n'était pas étonnée de pouvoir constater une telle réaction physionomique. Manquerais plus qu'il la chauffe et qu'il ait pas envie de se la taper après tous çà. Leçon de l'histoire: Chez un homme seules les réactions physiques ne mentent jamais ! La jeune demoiselle n'était vraiment plus en mesure de cacher son trouble: ses joues rougies, son souffle rapide qui s’extirpait de ses lèvres rosées, ses yeux entre-ouverts et légèrement humides, ses doigts crispées au drap du lit, etc. La jeune femme émit un gémissement de frustration suite au délaissement de son intimité, mais ce ne fut que de courte de durée car de suite après ce fut ses seins et ses tétons qui furent prit d’asseaux. Nier se mordit violemment la lèvre inférieure, elle devait se ressaisir bon sang ! Mais comment faire cela quand tout son corps est en feu a cause de la perversité de son compagnon ?! Difficilement la demoiselle essaya de rassembler son sang-froid sans grand succès et tenta une nouvelle fois d'essayer de le refroidir avec ces paroles.

« Je te jures que si tu continues, je vais te .... »

Pas le temps de finir sa menace qu'elle subissait un autre assaut de Alheiri. Ça serais tellement plus simple si pour une fois dans sa vie, elle se la fermait et profitait du moment. Mais ça ce n'est pas possible ! Hors de question de s'abaisser à çà ! Complètement K.O, à bout de souffle, le corps et les nerfs à vif. Elle c'était laissé choir contre le torse de son vis à vis tremblotante et essayant péniblement de se reprendre. Ses paroles déplurent à la jeune femme, quelle toupet il avait celui-là. Ce décollant de lui, elle lui lança un faible.

« Connard ... Vazy seul ... »

Pas la force ni l'envie de lui débiter d'autres grossièretés en tous genre. Il n'allait quand même pas oser ce casser et la laisser dans cette état, si ? Bouffée d'inquiétude soudaine qui vient envahir la jeune femme. Nier s'accrocha fébrilement cette fois-ci au kimono d’intérieur du jeune homme subissait une véritable lutte intérieur pour peser le pour et le contre. Elle était complètement perdue et ne savait pas comment réagir. Elle releva ses yeux vers lui, regard suppliant et charger de désir. Parce que oui, il l'avait bien allumée la salop ! Elle n'avait pas trop le choix, mais ne voulait quand même pas s'abaisser à quémander. Un simple mot murmuré devrait lui suffire non ? Après tout lui aussi était pas mal exciter par la situation.

« Alh .... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai] Dim 13 Nov - 17:27

    Sa réponse ne m’étonna guerre. « Connard, vas-y tout seul ». En une journée à peine, j’avais fini par cerner son caractère et cela m’amusait de voir à quel point elle était cruellement prévisible. J’étais resté tranquille dans mon coin et n’avait que sourire. Elle semblait être dépassée par ce que je lui avais fait subir. La pauvre femme. Alors que je commençais à caresser ma chevelure en fermant mes yeux, demoiselle Nier tira mon peignoir et murmura mon prénom de manière plaintive. J’ouvris mes yeux et commençait à l’observer. J’avais la nette impression qu’elle me priait de rester pour lui faire plaisir. Son ton suppliant n’était pas loin d’être enfantin pour ne pas dire mignon ou simplement « kawaaï ». J’étais à la fois excité et attendrit par cette mignonne bouille qui me fixait et ces yeux grands ouverts. L’une de mes mains vint tendre son menton pendant que je pouvais admirer le rouge qui lui montait aux joues. Belle femme de mon cœur. La faire attendre était digne d’un gentleman de ma trempe ? Bien sur que non ! Aussi approchais-je mon visage vers celle de ma belle avant de l’embrasser avec un élan de tendresse, de romantisme. Je tendais mes cuisses sur tout le long du lit et fit un effort pour retirer le peignoir sur moi. Alors que je coupais court au baiser, seul un filet de salive reliait encore nos lèvres. Je la couchais sur le lit avant de retirer tout ce qui était vêtement sur elle. De même pour moi… Et pour la deuxième fois de la journée, nous étions encore nus, prêts à refaire une deuxième fois ce que nous avions perpétrés dans l’eau de ma baignoire. Tranquillement, j’écartais les cuisses pleines de Nier et passait mon gland sur toute sa vulve, histoire de la titiller un peu…

    • C’est bon hein… ?

    Et sans crier garde, je la pénétrais d’un seul coup de rein. Mouillée à souhait, sa féminité m’avait engloutie une nouvelle fois comme s’il s’agissait d’un simple machin alors que ma virilité était pourtant d’une taille acceptable. Je soupirais de bonheur une fois encré dans son intimité jusqu’à la garde, avant de me coucher sur son corps. Mon torse écrasa complètement ses deux obus, pendant que j’emparais une nouvelle fois ses lèvres pour les embrasser amoureusement. Oui, j’étais amoureux d’elle, et oui je le lui faisais sentir. Il ne s’agissait pas seulement de la sauter, m’enfin… Je mis à faire des vas-et viens profonds et je passais mes bras sur son dos pour finir par agripper ses épaules. Entrelacés l’un contre l’autre, plus rien ne pouvait aller contre les sentiments que je lui démontrais en lui faisant le plus possible de bien. Je voulais qu’elle soit heureuse, comblée et qu’elle atteigne indéfiniment l’orgasme avec moi. Mes lèvres passaient progressivement de sa bouche à ses joues que je m’amusais à lécher doucement. Et puis je continuais vers le lobe de l’une de ses oreilles que je mis à mordiller gentiment. Les filles adoraient généralement ça. Aussi prenais-je mon temps dessus, sans m’arrêter de plonger mon engin dans tout son sexe. Je frottais ses parois vaginales avec frénésie et les écartant assez largement ; allant parfois même jusqu’à toucher son col de l’utérus, voir appuyer avec mon gland dessus. D’une manière ou d’une autre, je savourais ses réactions, plus particulièrement ses soupirs et gémissements qui m’encourageaient à en faire plus sans jamais m’arrêter pour lui permettre ne serait-ce qu’un petit souffle. Mes lèvres finissaient par délaisser son lobe que je lapais et mordillais avant d’aller se poser sur une partie de son cou à laquelle je donnais quelques petits coups de léchouilles…

    • Petit changement mademoiselle.

    D’un seul coup, je me retirais de la demoiselle et la retournait sur son ventre. Ne disait-on pas que changer de position stimulait le plaisir ? Héhé. Je me mis à genoux entre ses cuisses et soulevait sa belle croupe saillante avant d’enfoncer ma colonne de chair dans son vagin. Un gémissement franchit la barrière que mes lèvres constituaient, avant que je ne grogne. La levrette me faisait toujours cet effet, tant je la pénétrais profondément. Sans crier garde, je commençais à la culbuter profondément au point que s’élevait un bruit écœurant lorsque je la ramonais de long en large. Je voulais entendre ses cris, ses gémissements, ses soupirs, la voir prendre son pied comme jamais. Je m’allongeais sur son dos et lui imposait tout mon poids. Tranquillement, je passais mes mains sur ses gros seins qui ballotaient au rythmes de mes vas-et-viens fulgurants et les tripotais à ma guise. Mon visage se perdait dans sa chevelure et des gouttes de sueurs commençaient à perler sur mes muscles gonflés par l’effort que nécessitait le plaisir que nous nous procurions mutuellement. Quelques femmes rechignaient à la taille de ma virilité, mais la femme en dessous de moi semblait être conquise plutôt que rebutée. De quoi décupler mon envie de lui faire subir mes assauts et agrandir l’amour que je lui portais. Pendant que je butais son derrière sans réelle douceur, je pressais complètement ses seins ressemblant plus à des pastèques qu’à autre chose. J’adorais jouer avec. Et puis, ma bouche réussit à capter une nouvelle fois l’une de ses oreilles que je recommençais à mordiller. Prise sur trois fronts, la jeune femme ne pouvait que devenir extrêmement folle, d’autant plus que j’imposais ma virilité à la femme qu’elle était. Soudainement, elle me paraissait moins agressive, et c’était pas vraiment pour mon déplaisir, j’vous jure…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et c'est reparti... {Nier} [Hentai]

Revenir en haut Aller en bas

Et c'est reparti... {Nier} [Hentai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pourquoi nier le fait que l'on a besoin de parler ? {Fourmilier ♥}
» Invocations du moment Nier Automata - A2, 2B, Eve, 9S et 210 - du 11/08 au 25/08
» Un aumônier pour les soldats
» [RP] Entrevue avec Monseigneur Bushiro
» Et c'est reparti ! (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach no Kôshin :: Another World :: .: Seireitei :. :: Gotei 13 :: Neuvième Division-