Viens vivre ton aventure Bleach!
 

Partagez|

Retour vers le bon vieux temps... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Mer 30 Mar - 12:52

Le soleil bien que n’ayant pas fortement étincelé comme à son habitude dans les précédentes journées, offrait tout de même un tableau assez beau lors de son coucher. C’était un astre qui promettait le rayonnement d’un lendemain resplendissant. Du bonheur en perspectives. En tout cas, c’était bien ce que se disait un Salem las qui bailla de manière assez grossière devant un crépuscule charmant, obnubilant. Une journée de dur labeur était achevée. Lui gratta furtivement ses yeux à la suite de son bâillement, confortablement installé sur les tuiles qui formaient la toiture de ses quartiers privés. Depuis le matin qu’il travaillait, le capitaine de la neuvième division avait bien besoin de stopper. Mais les temps étaient malheureusement difficiles, et les répits sans bonnes raisons étaient à prohiber. Paresseux de son état, il s’était même fait violence pour s’extirper de sa carapace oisive, ce qui ma foi, marchait plus ou moins bien selon les jours. Il y avait des jours avec de l’ardeur. Parfois sans. Un minuscule train-train qui s’installait lentement et surement, assurant dans les prochains jours, le rebondissement du Gotei 13 après l’affront des renégats. Ces gars là… Qui l’aurait cru, franchement ? En plus des séquelles bien visibles d’une bataille dont lui et quelques autres eurent à profiter pour une soit disant consécration. C’était toujours un grand honneur que de porter un haori, avec tout ce qui allait avec. Salem pour sa part avait bien vite oublié les déboires que cela impliquait sérieusement. Se retrouver avec toute une armée à diriger en plus d’une paperasse à n’en point finir, ça avait l’art de le décourager. La promotion à ce grade relevait actuellement d’une besogne, plus qu’autre choses. Les responsabilités de remaniements étaient bien trop harassantes, et pour tout dire, l’homme qu’il était avait était au seuil de l’abandon…

Car oui, il voulait délaisser son poste qu’il considérait comme un fardeau bien trop lourd pour sa personne. Une obstruction aux plaisirs de sa pauvre vie de simple d’anciens soldats. Le sexe avec les jeunes femmes de sa division… l’alcool dans les tavernes… Un manque qui lui nouait et la gorge, et l’entrejambe. Il se rappela néanmoins qu’il était issu d’un clan de la noblesse du Seireitei. Basse noblesse mais noblesse quand même. L’affront qu’il ferait subir à sa famille serait d’une énormité sans précédents. Avec tout ce qu’ils avaient fait pour lui, la remise en questions était vite arrivée. Et puis, où partir s’il finissait par démissionner ? Sur Terre ? L’idée était plausible, mais après non plaisante pour un mec qui se complaisait tranquillement dans sa vie de Dieu de la mort. L’un des plus grands qui rentrait dans l’histoire de part ses prouesses. Un pilier parmi tant d’autres. Finalement, l’héritier des Fenyang était parvenu à se faire à l’idée que tout ces difficultés ne valaient pas la peine d’être fuies. Et puis des difficultés, il en avait connu des plus dures. C’est tout dire quand il se rappelait de son apprentissage au sein de la seconde division. Un vrai enfer qu’il réussit à surmonter petit à petit, au point de se tailler une place parmi la section et ses pairs. En y repensant, il aurait pu être le capitaine de cette division, vu qu’il était tout aussi un Vassal comme la défunte Soi Fon, mais non… Il avait bien fallu qu’une autre personne fut nommée à sa place. Sur le champ et pour se réconforter de par ses pensées mélancoliques, Salem prit une déposa la liasse de papiers à ses côtés et s’enquit du bon thé qu’un de ses officiers était chaleureusement venu lui offrir. Un vrai délice…

Cependant, le crépuscule était complètement tombé, laissant place à la nuitée extrêmement fraiche. C’est dans ces moments qu’il était bien heureux de n’avoir pas coupé les manches de son haori contrairement à certains de ses collègues. Lentement, il était maintenant entrain d’arpenter les couloirs de ses locaux en solitaires. La journée avait été bien remplie puisqu’il avait pu éplucher tous les dossiers qu’il se devait de traiter convenablement sans aucunes autres aides même intérieures. Vous saviez… Ces dossiers confidentiels classés top secret de la mort qui tue. De quoi le faire chier, quand il voyait que les sujets traités n’étaient point alléchants et moins importantes que certaines informations pourtant largement divulgués. Se retrouvant tout de suite après dans ses bureaux, il rangea sa paperasse, s’étira et pensa à une chose lorsque le signal fut donné pour tous d’aller se restaurer avant les rondes de la soirée. Une chose dont il allait largement profiter vu le lendemain libre : Se bourrer complètement la gueule. Il avait fallut pour ça qu’il s’adonne à des exercices de Shunpo, avant d’arriver au tout premier district du Rikongaï. Là, tout près de la porte Ouest, il y avait une petite taverne à laquelle il était habitué depuis ses missions d’officiers et de sous officiers. Mais à peine qu’il était rentré qu’on le dévisageait déjà. Tout juste avant qu’on le reconnaisse. Quelques shinigamis le saluèrent respectueusement, pendant que les habitants de quelques districts environnants l’ignoraient simplement. Salem s’en fichait réellement. Le plus important pour lui était la boisson… Chose qu’il allait faire comprendre aux autres personnes qui se demandaient ce qu’un capitaine fichait dans le coin, tandis que lui se terrait au fond du local, là où il faisait un peu sombre…

• Hey Jo ! Comme d’hab !

• Tout de suite mon bon capitaine !

Jo, c’était le barman du coin que tout le monde respectait. Un vieil homme qui tenait le coin avec sa belle fille depuis des lustres et qui connaissait aussi Salem depuis son temps en deuxième division. Un vieux homme trapu, moustachu, mais d’une gentillesse à n’en point douter. Ses muscles bien saillants comme ceux de Salem, attestaient de son passage au seireitei. Un ancien shinigami à la retraite qui avait construit une belle petite baraque où il vendait tranquillement le saké fait maison. Délice que même le capitaine Kyouraku ne pouvait nier. Et puis il arriva vers Salem, déposa quelques bouteilles devant lui. Ils papotèrent pendant quelques minutes, rigolaient bruyamment au grand dam des autres, jusqu’à ce que sa fille l’appelle pour l’aide à la cuisine arrière. Lorsqu’il repartit, Alh’ soupira en souriant, ouvrit une bouteille et commença dès lors à l’enfiler cul-sec. Son petit plaisir de la soirée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Mer 30 Mar - 13:44

Repos ! Du repos !

Les derniers jours avaient été pénibles. D'abord, la bataille de Karakura et l'emprisonnement de Aizen. Ensuite, un petit séjour à la Quatrième Division, histoire de se remettre de ses blessures et de la bataille. S'en suivait, ensuite, de nombreuses bonnes nouvelles, comme sa nomination en tant que Capitaine de la Deuxième Division, nomination officieuse puisque le commandant souhaitait faire une cérémonie officielle plus tard dans la semaine. Le retour de Kiwiha aussi en tant que nouveau commandant. Et puis ... Misaki, sa vieille amie, qui était de retour à la Soul Society après plus de deux cents ans d'exil. Un exil qui prenait fin d'ailleurs puisque Kiwiha souhaitait la réhabiliter et lui offrir un poste de Capitaine au sein du Gotei 13. Ca serait quoi ensuite ? Nao' ne savait pas trop. Mais ... Ces quelques jours avaient été riches en émotions. Ce n'était pas pour lui déplaire mais bon, Nao' aurait aimé un peu de calme. Quoi que ... Elle se doutait que ça ne serait probablement pas possible du fait qu'il restait encore beaucoup de choses à faire pour remettre le Gotei 13 sur pieds, et qu'elle n'était pas encore officiellement nommée en tant que Capitaine. Mais bon, ça ne l'empêchait pas non plus de se balader avec son haori. Pas tout le temps non plus. Elle n'aimait pas trop ce truc, trop lourd. Elle allait devoir s'éclater à le retailler, mais bon, elle risquait de le mettre vraiment sans dessus dessous.

Voilà pourquoi Nao' s'était rendue dans le Rukongaï. Elle y allait, de temps en temps, comme ça, pour se promener. Elle n'avait jamais pris le temps de l'explorer d'ailleurs, avant d'entrer à l'académie. Pourquoi ? Bin ... Elle n'était pas vraiment restée longtemps au Rukongaï. Kiwiha l'avait vite retrouvée et après un affrontement non désiré, il en était venu à la conclusion ... que ça serait pas mal qu'elle rentre à l'académie. Alors ... Elle ne connaissait pas grand chose du Rukongaï. Mais elle savait qu'il y avait quelques boutiques intéressantes. D'ailleurs, Nao' se rendait souvent vers l'herboriste. Ce qu'elle allait y faire ? Le type vendait de merveilleux thés. Humm, de délicieux thés.

Donc, sa venue au Rukongaï avait deux buts. D'une part, elle voulait récupérer des boîtes de thé. Elle allait en acheter une cargaison d'ailleurs. Pourquoi ? Bin, disons qu'avec ses nouvelles responsabilités, la toute jeune Capitaine risquait de ne plus avoir le temps de venir jusque là pour récupérer du thé. Donc, autant en acheter autant que faire se peut. Comme ça, elle ne serait pas à court de thé ! D'autre part, y'avait un super tailleur non loin du marchand de thé. Il était, généralement, ouvert en fin d'après-midi, début de soirée, et Nao' se disait que c'était le bon moment pour aller lui confier son haori, histoire ... qu'il le taille un peu à la taille de la Shinigami. Parce qu'il était quand même un peu grand.

Mais d'abord, le thé. Nao' avait poussé la porte du marchand. Un petit ding dong se fit entendre. Le propriétaire avait mis un carillon au dessus de la porte, histoire qu'il soit prévenu qu'il avait des clients s'il se trouvait dans l'arrière boutique. En moins de deux, il apparut derrière son comptoir, souriant comme toujours.

"Une boîte, comme d'habitude miss Akiyoshi ?"

Un sourire un peu gêné apparut sur le visage de la jeune femme.

"Et bien ... A dire vrai, je pensais dévaliser votre stock."

Il leva un sourcil interrogateur, se demandant pourquoi une telle demande. Nao' lui expliqua alors qu'elle risquait de ne plus avoir le temps de venir jusque là, d'où le fait qu'elle voulait acheter le plus de thé possible, histoire d'éviter de faire des allers et retours. Le vieil homme sourit et hocha de la tête. Elle savait qu'il ne pourrait probablement pas répondre à sa demande. Car après tout, il avait d'autres clients qu'elle. Mais bon, il lui proposait un marché. Il accepterait de venir lui livrer deux boîtes de thé toutes les semaines. Enfin, pas lui personnellement, mais un de ses employés. Comme ça, tout le monde était content ! Nao' accepta sur le champ d'ailleurs. Elle quitta la boutique, le sourire aux lèvres.

Voilà la jeune Capitaine qui entrait, par la suite, chez le tailleur, lui déposant son haori. Avant de filer, bien évidemment, elle lui expliqua ce qu'elle attendait de lui. Fallait toujours que ça ressemble à un haori. Sauf que ... Sauf que fallait que ça soit moins lourd, plus court aussi. Avant de la laisser filer, le tailleur prit quelques mesures. Après tout, hein, il ne pouvait pas tailler dans le vide, non ? Quand elle quitta la bâtisse, elle en ressortit avec son haori déjà taillé. Il n'avait pas grand chose à faire. Mais Nao' n'avait pas jugé bon de l'exhiber maintenant. Elle l'enfilerait ... Quand sa nomination aurait eu lieu officiellement.

Dehors, Nao' poussa un soupir et leva la tête au ciel. Il était tard ... La nuit venait de tomber. Et dire qu'elle n'avait pas fait grand chose de sa journée ! Elle profitait ... de ses derniers moments de liberté, en quelque sorte. Elle tourna la tête. La petite taverne ... Voilà ce qu'elle vit. Toutes les soirées qu'elle avait passé là-bas, à se demander quand Kiwiha reviendrait. Elle avait perdu son confident, mais elle en avait trouvé un autre en quelque sorte, puisque y'avait toujours Al'. Qui était Al' ? Un Shinigami. Ils s'étaient retrouvés sur quelques missions à plusieurs reprises. Et ils s'étaient aussi souvent retrouvés dans cette taverne. D'ailleurs, les pires cuites qu'elle avait prises, c'était avec lui.

Nao' ne sut pas pourquoi. Quoi qu'il en soit, elle s'était dirigée vers la taverne, haori toujours dans son sac, sous son bras, et voilà qu'elle pénétrait dans le bâtiment. Qu'elle ne fut pas sa surprise de voir Al' qui était là, en train de boire. Comme quoi, les vieilles habitudes ne changent pas forcément. Quoi que ... Ce qui la surprit le plus peut-être, c'était de voir son haori. Ainsi donc, il était devenu Capitaine. Humm ... Intéressant à savoir. Nao' se rapprocha donc de la table, et s'assit en face de Al'.

"Encore en train de boire Al' ? Ce n'est pas sérieux voyons ..."

Toutes les fois où elle l'avait charrié ! Elle n'allait pas s'en priver non plus. Et puis, elle avait toujours bien aimé le taquiner.

"Tu ne donnes pas le bon exemple." dit-elle en lui montrant son haori.

Après tout, il devait se montrer irréprochable pour ses hommes. Quoi que ... A bien y penser, le Capitaine Kyoraku buvait autant, et ce n'était pas pour autant qu'on parlait dans son dos.


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Jeu 31 Mar - 13:57

C’était si bon p’tain. Bien trop bon. Cela faisait maintenant plus d’un mois qu’il ne s’était pas autant amusé intérieurement. Son gosier auparavant noué par un manque flagrant de ce besoin pressant, mouillait et brulait par même occasion à l’écoulement de sa boisson fortement alcoolisée. Il la vidait sans histoire, sans gêne et d’une seule traite apparemment experte. Tellement éprouvée qu’elle provoqua l’ébahissement des autres shinigamis qui lui jetaient quelques coups d’œil furtifs ,juste par curiosité de savoir ce qu’un nouveau capitaine pouvait chercher dans un coin terré au fin fond du premier district, de la fameuse partie du Rukongai. Ces braves petits ! Si on leur avait dit qu’il était déjà un grand habitué de cette taverne, alors que leur parents ne prévoyaient même pas leur naissance, ils n’y auraient cru traite mot de cette affirmation pourtant véritable. Salem et l’alcool ? Une histoire d’amour qui dura plus de moitié de sa vie déjà effectué. D’ailleurs, le fautif de cette dépendance au saké était le père de Salem, qui lui aussi était un grand buveur invétéré. Ce bougre connaissait bien le vieux Jo, avec qui il avait fait les classes ensembles. Et, c’est un bon jour en l’absence de sa mère que son père l’envoya dans cette taverne en prétextant que ceci était pour son bien, et qu’il était important de tenir ne serait ce que les senteurs d’un simple alcool en haute société. Au début, faut dire que ce n’était pas le top. Entre la poitrine qui brulait méchamment comme l’enfer et le gout un peu bizarre du breuvage, il n’y accrocha pas trop. Il avait même dégelé le premier jour, sous les rires du barman et de son père. Cependant, à force de visites ici, il avait fini par y prendre gout, et pire même, à aduler cette boisson dont il ne pouvait se passer au plus grand plus pendant deux bons mois. Un grand junkie de la chose, je ne vous fais pas dire. Les soirées arrosées parsemées de belles femmes, c’était un peu devenu son truc. Fêtard qu’il était, du monde, Salem en avait rencontré. Du monde, Salem connaissait. Tout comme cette femme qui avait fait son apparition dans la taverne et qu’il n’avait pas encore aperçu du fait de son occupation langoureuse avec sa première bouteille enfin entamée… Et c’était parfait. Tout en déposant la bouteille sur la table dans un grand bruit sourd, Salem les joues rosies et les yeux clos, rota bruyamment et finit par soupirer agréablement alors que s’approchait de lui une personne. Il était tellement encré dans sa petite bulle dorée qu’il n’en fit pas attention. Ce n’est que lorsque la personne lui adressa la parole une deuxième fois que le nouveau capitaine ouvrit lentement ses yeux sur une silhouette filiforme postée devant lui. Une femme se disait-il. Ce n’était pas le moment, bordel ! Il prévoyait même de la remballer, celle là. Le sexe ces temps-ci, ce n’était pas trop son trip, surtout que voilà quoi… Il avait une troisième siège des plus canons. L’homme cligna des yeux plusieurs fois, de sortes à rétablir correctement sa vue, non compensée par un éclairage de qualité assez pourrave. Avant de voir un visage qu’il n’avait pas vu depuis belle lurette…

• Oh oooooh… Ca faisait longtemps toi ! Mais peine arrivée que tu m’parles de mon haori, alors que c’est pourtant chose que tu peux facilement avoir. Fais pas ta maligne, hein ma poulette…

Salem commença à sourire grossièrement, en regardant la carrure à courbes joliment galbées que sa nouvelle interlocutrice lui présentait. Une bien belle femme, la Naoya. Un fruit qu’il eut gouté à quelques reprises. Et qui plus est très forte. Ca il le savait très bien de par les différentes missions qu’ils avaient déjà passées ensemble. D’ailleurs, le peu d’énergie spirituelle qu’il décelait en elle, lui certifiait comment elle était devenue puissante. Leur puissance était plus ou moins égale. Leur dernière rencontre remontait à plus de trois bonnes années non ? Ouais, cela devrait être un truc de ce genre. Entres les missions ici et là, les permutations et la paperasse, fallait avouer que le Shinigami n’avait tellement pas de vie sociale, si ce n’était son entourage direct avec qui il pouvait tranquillement échanger. Les dernières évènements qui chamboulèrent la Soul Society ne lui donnait plus ne serait ce qu’un seul moment de lassitude. Le mieux qu’il puisse faire était maintenant de profiter de cette si belle soirée en perspectives. Non seulement bien accompagné, elle serait alors bien arrosée. De manière théâtrale donc, le capitaine de la neuvième division se leva de tout son long en lâchant la bouteille vide toujours sur la table, alors qu’il l’empoignait encore. Leur amitié remontait quand même à loin derrière, même si tous deux ne savaient pratiquement rien du passé de l’autre. Avait-il besoin de cela pour l’avoir dans son estime ? Non, bien sur que non. N’étant pas curieux de cette nature là, Salem ne lui avait jamais posée une question dans ce sens même. L’initiative ne lui avait jamais effleuré l’esprit pour ainsi dire. Le feeling entre eux était passé tout simplement, comme dans du beurre. Content d’avoir retrouvé une vielle connaissance, l’héritier des Fenyang riait, s’approcha d’elle et la prit par les épaules en l’obligeant à s’asseoir à côté de sa précédente place autour de la table. Lorsqu’il eut finit sa tâcha, il cria à la fille de Jo de lui envoyer deux verre. Il est tellement bruyant que s’élevèrent des chuchotements vers le coin où se trouvaient les autres shinigamis de basses catégories. Lorsqu’il porta sa vue vers eux, il ne s’étonna point de les voir regarder lubriquement la jeune femme. Combien de fois il lui avait fait la cour, à celle là ? De souvenirs aussi loufoques que torrides qu’il se garda de chasser de son esprit. Tout ça appartenait dorénavant au passé. Aussi s’asseyait-il à ses côtés, pendant que la fille de Jo à la croupe saillante et à la grosse poitrine venait déposer les deux verres demandés sur la table…

• Alors alors… toi ! Qu’est ce que tu…. AAAAIIIEEEE !! CA FAIT MAL ‘TAIN !!!

Salem sous l’effet de la douleur, ferma ses yeux et empoigna sa tête sur laquelle Maria la servante, avait écrasée le gros plateau qu’elle avait en mains. Le prix fort à payer, lorsqu’on laissait trainer une main baladeuse sur ses grosses fesses qu’elle ne gardait rien qu’à elle. L’égoïste, j’vous dis pas. Elle lui fit un sourire charmant en lui signifiant qu’il n’y avait pas le droit sans demandes en mariages, salua respectueusement Naoya, et repartit dans un déhanché à vous faire couper le souffle, à un tel point que les shinigamis la sifflaient, tous sous le charme.

• Hey vous autres ! On vous a jamais appris à respecter les femmes vous ?!

Et c’est lui qui disait ça, hein ? Les sifflements s’estompèrent pourtant aussi rapidement qu’ils étaient venus. Qui oserait se frotter à un capitaine de division ? Personne à priori. Salem, un peu ronchonchon soupira après avoir défendus ces petits de la siffler, chose qu’elle semblait pourtant aimer. Partie remise, cette fille, il allait la pilonner un jour dans son lit. Il ouvrit une seconde bouteille, remplit les deux verres et en posa un tout juste devant la belle Naoya. En ayant espéré qu’il ne s’était pas trop tapé la honte devant elle…

• J’suppose que toi aussi tu as du évoluée non ? Le contraire m’étonnerait bien. J’ai pas encore toutes les infos vu l’effervescence des derniers jours, mais j’ai ouie de tes quelques exploits, t’sais. Au fait, qu’est ce qui t’emmènes ici au Rukongai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Ven 1 Avr - 13:35

Ah ... Ce cher Al ...

Il était sans gêne, y'avait pas à dire. Tous les fous rires qu'ils avaient pu prendre ensemble ... Mais aussi, toutes les fois où les regards s'étaient tournés vers eux parce que monsieur faisait trop de bruit, ou bien rotait sans aucune gêne. Dans ces moments là, si Nao' avait la tête sur les épaules et qu'elle n'était pas trop cuitée, elle se sentait terriblement gênée. Et à chaque fois, dans ce cas là, elle aurait souhaité disparaître dans un trou de souris. Mais bon, si jamais elle avait abusé un peu de l'alcool du fait que Al' l'incitait à boire, et bien ... Et bien, elle s'en foutait complètement, pour sûr. D'ailleurs, généralement, lors de ces soirées où ils étaient complètement beurrés, difficile pour eux de rentrer jusqu'à leurs quartiers. Mais là, maintenant qu'elle était Capitaine, et lui aussi d'ailleurs, vu qu'il portait un haori, Nao' ne s'en ficherait plus. Et lui non plus d'ailleurs, mais bon. Elle savait très bien qu'il aimait vivre, qu'il aimait boire, et qu'il aimait les femmes. Et très certainement qu'il ne s'arrêterait pas de mener sa vie comme il l'entendait simplement ... simplement parce qu'on lui avait donné une promotion.

Nao' venait de lui parler, histoire de lui faire lever le nez quelques instants de sa bouteille. Al' avait cligné des yeux à plusieurs reprises, comme s'il avait du mal à voir. Ah, l'alcool ... Voilà ce qui arrive quand on boit trop ! Néanmoins, un sourire s'était affiché sur son visage ... Le genre de sourire que Nao' n'avait jamais vraiment aimé voir parce que Al' avait toujours une idée derrière la tête quand il souriait de la sorte. Et hop ... La première petite "blagounette" n'avait pas tardé à fuser. Soit disant qu'elle pourrait avoir facilement son Haori, ou quelque chose dans le genre. Hum ... Hum ... Elle n'avait pas besoin de son Haori. Mais bon, il était vrai que sous l'emprise de l'alcool, et pas toujours d'ailleurs, ils n'avaient pas fait que discuter quand ils se voyaient. Faut vraiment qu'on vous fasse un dessin ou vous avez compris ?

"Trois ans Al', à peu près. J'ai été pas mal occupée dans mon ancienne division."

Oh que oui. Elle avait été envoyée sur des missions ici ou là. Son ancien supérieur, alias Kyôraku Shunsui, passait beaucoup de son temps à boire, ici ou là, soit seul, soit en compagnie de son ami de toujours, Ukitake. Et Nanao était bien trop occupée avec toute la paperasse pour être envoyée en mission. Alors, Nao', en tant que troisième siège, s'était retrouvée avec pas mal de responsabilités qu'elle ne voulait pas forcément. Et de ce fait, elle avait dû couper court à tous les petits loisirs de la vie.

"Enfin ... Tu sais ce que c'est. Toi-même tu as dû être pas mal occupé, non ?"

Sans rien dire, voilà que le nouveau Capitaine se levait, quittant son siège, pour venir attraper Nao' par les épaules et l'asseoir sur un des sièges. Ok. Bon, elle ne filerait pas tout de suite ! De toute manière, elle pouvait bien prendre un peu de temps pour discuter avec Al'. Et boire un petit coup, mais pas trop non plus. Hein, elle ne voulait pas faire de folies comme par le passé. Surtout que ... Même si l'autre jour Nao' avait osé avoir un doute sur la parole de Kiwiha, le courant passait plutôt bien entre la future Capitaine, et le Commandant. Et elle ne voulait pas tout gâcher. Nan, elle voulait retrouver cette complicité qu'elle avait toujours eu avec Kiwiha. Alors, forcément, ça signifierait qu'elle continuerait de rembarrer le pauvre Al'. Mais c'était pour son bien. Sinon ... Sa jolie petite gueule d'ange risquerait de se faire démolir par le Commandant Wink.

Brèfle, tout juste assise, Nao' garda son Haori sur les genoux, du moins, pour le moment. Elle n'allait pas non plus le laisser traîner par terre alors qu'il était tout neuf et que le tailleur avait pris soin de le relever, après de l'avoir taillé dans tous les sens ! La douce voix du Shinigami s'éleva une nouvelle fois, demandant deux verres à la serveuse. Encore une fois, comme par le passé, on les regardait. Ah la la ... Certaines choses ne changent pas. Nao' porta une main à son front, un peu gênée de tout ce tohu-bohu mais bon, elle était habituée. C'était pas la première fois qu'elle venait ici avec Al'. C'était pas la première fois non plus qu'ils se payaient la honte. Et ça serait probablement pas la dernière fois non plus. La serveuse arriva avec les deux verres et là, bam ! Un coup de plateau ! Il venait de se prendre un coup de plateau. Astucieux, pour le rembarrer, mais un peu trop violent. Quels subterfuges avaient utilisé Nao' pour le repousser ? Les mots .. Quoi que, ça ne l'atteignait pas toujours du fait que quand elle parlait trop, Al' avait la fâcheuse tendance à faire des bêtises ... Ou bien à venir lui squatter ses lèvres rien que pour la faire taire. Les petits coups de coude ? Ca avait fonctionné, de temps en temps. Mais le mieux qui marchait, c'était quand elle avait encore la tête sur les épaules et qu'elle n'avait pas trop bu.

Enfin, passons. La serveuse était repartie et voilà que Al' reprenait les bonnes vieilles habitudes, en servant un verre de saké à sa collègue. Il fut un temps où il aurait pris le verre et lui aurait quelque peu agité sous le nez, histoire de s'marrer un peu. Probablement qu'il n'était pas encore assez ivre pour ce petit amusement. Deux questions ... Deux questions lui furent posées.

"Oui, oui, tu supposes bien. Je vais pouvoir te faire enfermer si tu ne te comportes pas bien."

Façon de parler, parce que Nao' savait très bien qu'elle ne le ferait pas.

"Et je suis sûre que les charmants bracelets qui servent à éteindre les poignets des gens t'iraient pas mal d'ailleurs."

Avec son esprit un peu dérangé, Nao' se doutait que forcément, il allait penser à des choses plutôt cochonnes. Elle le connaissait bien. Toutes les fois où il l'avait draguée dans cette taverne. Toutes les fois où elle l'avait envoyé paître ... Jusqu'au jour où bin ... Finalement, elle ne l'avait pas envoyé paître. Elle s'était retrouvée dans son lit ... Sans trop savoir d'ailleurs comment elle y était arrivée. Et ça ne lui était pas arrivée qu'une seule fois d'ailleurs. Brèfle, passons.

"Trève de plaisanteries. Sache que tu n'es pas le seul à avoir un Haori."

Soit il avait compris l'allusion, soit pas du tout. Peut-être qu'il était trop bourré pour comprendre, qui sait ?

"Mes exploits ? J'ai pas fait grand chose. J'ai juste désobéi à quelques ordres, me suis retrouvée face à Aizen ... Et ai récolté quelques blessures."

Mais elle avait fait le bon choix, elle le savait. Nao' prit le verre de saké et le porta à ses lèvres. Hop, une petite gorgée.

"Le thé, voilà ce qui m'amène au Rukongaï. Et le Haori aussi. Fallait que je le fasse retailler. Et toi alors ? Tu es là pour décompresser un peu ? Et qu'as-tu fait ces derniers temps ? Tu t'es fait discret il me semble."


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Sam 2 Avr - 11:26

Son visage se froissa désagréablement au mot « enfermer » qu’elle prononça et ce même avec une pointe d’amusement. Il n’était pas claustrophobe et même loin de là, mais seulement que ce mot de surcroit débité par une femme qu’il connaissait bien, lui rappelait quelques tracas avec des bombes du Rukongaï qu’il voulait sauter incognito en bon vieux noble pervers. Si les hommes étaient des bandits assez déplaisants dans leur genre, les filles de joies, elles, étaient de véritables salopes, ferventes pratiquantes du sadomasochisme sous toutes ses formes les plus vicieuses. Son cœur fit un bond dans sa poitrine tant la peur l’envahissait. Le capitaine de la neuvième avait appris à ses dépends à se méfier des femmes. Ses sourcils se froncèrent instinctivement sous la méfiance la plus totale. Le changement de comportement pouvait s’opérer en seulement quelques temps, alors c’était peu dire quand on parlait là de trois bonnes années de perte de vue. Et si elle était devenue comme ces belles femmes du Rukongaï, hein ? D’ailleurs, elle ne lui avait toujours pas dit ce qu’elle faisait dans le coin. Et puis il y avait quoi dans son sac déjà ? Des trucs pas très nets il était prêt à parier. De très grosses gouttes de sueurs commencèrent à perler sur son faciès terrorisés à l’idée de voir ce qu’il y avait dedans. Faut dire que le pauvre devenait un paranoïaque après ce que lui avait fait subir une des si belles femmes du troisième district, avec la poitrine enrobée comme on les aimait bien. La Naoya, elle lui faisait peur en ce moment précis ! Le problème avec cette demoiselle justement, c’est qu’elle faisait affreusement flipper quand elle y mettait du sien. Ce pourquoi Salem n’avait d’ailleurs plus jamais osé l’approcher depuis leur première et dernière soirée tranquille…

Vous pouvez ne serait-ce qu’un seul instant, imaginer ce que ce pauvre capitaine avait pu ressentir en entendant le mot « menottes » ? En toute franchise, il ne lui manquait plus qu’une poignée de secondes pour qu’il tombe cruellement dans les vapes. Il cru sentir un énorme poids venir tomber lourdement dans son estomac. Mais c’est qu’elle était devenue une véritable cochonne ma parole ! Il n’aurait jamais, mais au grand jamais pensé ça d’elle quoi ! Comment avait-elle pu déviée ainsi du droit chemin ? Un homme lui avait supplié de pratiquer cette bêtise avant qu’elle n’y prenne gout ? Autant de questions qui l’assommèrent véritablement à un tel point qu’il restait ébahi, bouche bée, n’ayant plus la force de bouger n’importe quel membre ; lui qui voulait s’éloigner imperceptiblement d’elle, avant de fuir avec ses bouteilles dans ses quartiers privés. Une sadomaso hein ? Non non ! Salem ferait dorénavant comme s’il ne la connaissait pas. Il avait encore ses fesses marquées par les coups de fouets qu’une pétasse lui avait sèchement administrés après s’être gentiment fait menotter, croyant à un petit jeu érotique innocent. Après avoir prit ses fermes résolutions, il esquissa un geste de recul pas forcement perceptible et vida son verre prestement pendant qu’il y avait un petit moment de silence profitable à la fuite. La gorge satisfaite, son corps paré à effectuer des petits shunpos, il voulut ouvrir la bouche pour s’excuser sur un petit boulot omis dans sa division, lorsqu’elle le devança rapidement avec un ton on ne peut plus sérieux. Dès lors, et complètement pataud, le malabar se rassit correctement et écouta le petit speech de sa compagne d’infortune et son amie de longue date. Au début, Alh’ ne comprenait quedal. Mais plus on avançait et mieux il saisissait ses dires, jusqu’à former un sourire à l’égard de son homologue quand elle eut fini de parler…

• Alors je ne me trompais pas quand je disais que tu pouvais l’avoir facilement. Vu ton réiatsu en même temps, c’pas tellement étonnant…

Salem étira ses lèvres et reprit sa contenance nonchalante du départ. Ses yeux se faufilèrent vers les petits malins qui semblaient écoutés minutieusement les dires de la femme, apparemment choqués d’apprendre qu’elle aussi était une capitaine. Pour une femme qui avait réussit à braver le grand Aizen selon ses dires, c’était quand même respectable. Il soupira et pencha un peu sa tête pour regarder dans le sac qu’elle avait, quand il vit le haori soigneusement plié sur ses cuisses. Ces capitaines avaient quelles manies que de couper les manches de leur haori qui pouvaient les protéger du froid ? Lui n’y avait pas touché ! On lui avait même proposé de les tailler, mais l’héritier des Fenyang avait automatiquement rejeté cette option. Même s’il n’utilisait pas les manches vu qu’il n’y rentrait pas ses mains, Salem logeait son truc sur son épaule, ce qui lui donnait un air intello nonobstant sa bêtise jamais égalée. Sa position par contre ne lui permettait aucunement de voir le numéro de la division qu’elle administrait tranquillement dans son coin. Jouant placidement à la devinette dans son esprit aussi frivole soit-il, le shinigami prit la bouteille de saké au milieu de la table et servit à chacun d’eux, deux doigts d’alcool pur. Les capitaines nommés officieusement étaient au nombre de cinq vu les malheureuses pertes récentes. Alowin, une de ses anciennes subordonnées –Et qu’il draguait toujours soit dit en passant- occupait dorénavant la division 12. Ce qui laissait supposer à Salem que son interlocutrice avait sous sa juridiction soit la division 2, la 3 ou même la division 5. Au vu de ses talents qu’il connaissait fortement, Alh’ se doutait d’un truc mais ne voulait pas plus s’avancer. Il haussa ses épaules, vida une énième fois son verre, fit son sourire le plus disgracieux comme quoi il ne pouvait jamais vraiment rester sérieux, et tapota l’une de ses épaules qu’il atteignait le plus facilement…

• Hiyaaaaa… Donc donc donc ! Tu diriges quel division dis moi ?

Comme un gamin avec sa grande sœur. Et dire pourtant qu’il la dépassait en âge ! C’en était pitoyable. Les élèves qui le voyaient tapoter bêtement l’épaule de son homologue vinrent à rire de lui, mais Salem passa soudainement de la bêtise au flegme le plus total. Il voulut leur faire subir la lourdeur de leur énergie spirituelle, mais s’en ravisa. Après tout, Le capitaine de la neuvième n’était pas si mauvais que cela. Son air menaçant et sérieux avait tout de même effrayés les petits qui prirent rapidement la poudre d’escampette sous des cris affolés. Laissant l’épaule de la femme à ses côtés, il prit une bouteille dans ses bras, et s’adossa complètement au mur derrière lui, ce qui eut pour effet de faire glisser légèrement sa cape blanche. Il étendit ses pieds devant lui, tout juste en bas de la petite table et soupira encore et toujours…

• Tu peux te servir hein ! Même si c’est avec la retenue, c’est moi qui offre. Et pour tout te dire, j’ai pas tellement voulu être discret. Mais après avoir été à la tête d’un corps spécial du Keigun, le fallait bien. Puis j’avais pas une minute à moi. Surtout qu’il s’agissait de surveiller les zones du Seireitei, et parfois même du Rukongai. Pour tout t’avouer même, j’refilais quelques besognes à mes gars pour profiter du fait d’être dans certains districts pour pouvoir m’amuser à ma manière...

Froissant son visage, Alh’ marqua une pose et but au goulot. Une fois cela fait, il porta un regard profond au plafond, et renchérit de nouveau…

• Et puis mon ex-capitaine est malheureusement morte. Donc t’imagines pas le boulot de ces derniers temps, avant que le commandant-capitaine ne me nomme à la tête de la neuvième. Paraitrait qu’il a eu des échos de mes efforts, et des dernières bonnes notes que la Fon avait inscrites sur moi… J’suis heureux… Mais aussi malheureux p’tain ! Toute cette semaine, j’ai pas pu respirer. Vivement la prochaine réunion des capitaines pour que tout revienne à la normale. D’ailleurs, faut bien qu’on la fasse pour que nous les officieux se présentions…

Pour finir, Fenyang tourna sa tête vers Akiyoshi, avec une interrogation qu’il soumit directement :

• Au fait, tu connais les autres capitaines ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Sam 2 Avr - 15:23

Avait-il perdu son sens de l'humour ? Il fallait le croire parce qu'elle avait vu le pauvre Al' se décomposer, fondre comme s'il était de la glace au soleil. Son visage en avait dit long, et ce malgré le fait qu'il n'était pas sobre. Voyons, voyons ... Il connaissait bien Nao' depuis le temps, non ? Alors, soit il était en train d'imaginer un scénario complètement stupide, soit il avait peur que la demoiselle ne se décide de l'enfermer pour de vrai. Mais ni l'un, ni l'autre n'était vrai. Heureusement qu'elle avait mis fin à cette petite plaisanterie rapidement sinon, il aurait probablement pris la poudre d'escampette, sans demander son reste.

Blague à part, Al' semblait être redescendu sur Terre, ou du moins, ne semblait plus avoir peur de la petite plaisanterie de Nao'. Non, non, elle n'utiliserait pas les menottes sur lui. Et encore moins dans un jeu sexuel d'ailleurs. Il était vrai qu'à une certaine époque où ça marchait bien entre eux, ça aurait pu se faire ... Quoi que, non, c'était pas le genre de Nao'. Et surtout, elle n'avait jamais vraiment eu les idées claires lors de leurs petites soirées. Donc, jamais elle n'aurait pensé à utiliser des menottes. Alors, autant gommer cette absurdité de sa tête. Il avait eu raison. Elle avait un Haori, elle aussi. Mais bon, histoire de vérifier qu'elle ne lui racontait pas encore des conneries, Al' avait eu le réflexe de se baisser et de regarder par dessous la table, histoire de confirmer ses dires. Ou alors, c'était pour admirer ses belles gambettes, ou autre chose. Qui sait avec lui ? Il était tellement imprévisible parfois !

"Le plus amusant, c'est que je n'ai rien demandé. Apparemment, les Capitaines ont parlé dans mon dos. Et le Commandant Shinizimi a trouvé bon de respecter l'avis des Capitaines."

Nao' ne pouvait pas nier qu'elle était extrêmement fière qu'on ait reconnu sa valeur. Seulement ... Seulement elle aurait peut-être préféré rester une simple Shinigami pendant quelques années encore ... Ou bien même, elle aurait probablement préféré qu'on ne la remarque pas autant et que Kiwiha veuille bien d'elle en tant que Lieutenante de sa division. Comme ça, elle aurait passé beaucoup de temps avec lui, sans que ça paraisse louche.

"Seul hic, c'est que je trouve le Haori horrible. Enfin ... Trop grand, trop lourd à porter, trop encombrant. Je ne m'imagine même pas combattre avec."

L'horreur ! A moins que Nao' arrive à s'y habituer, mais cela, honnêtement, elle en doutait. Voilà pourquoi elle préférait prévenir que guérir. Voilà pour que son Haori avait eu le droit à une petite retouche. Mais c'était plus confortable comme ça, sans aucun doute. Tout en l'écoutant causer, et probablement perdu dans ses pensées aussi, Al' avait récupéré la bouteille de saké pour leur servir un deuxième verre. Hmmm ... Elle ne savait pas si elle allait le suivre sur ce chemin là. Parce que généralement, ça commençait par un verre, puis deux, et puis une bouteille, deux, trois. Et à la fin de la soirée, elle ne savait plus qui elle était, où elle était, et ce qu'elle faisait là ! Et franchement, au vue de son nouveau statut, Nao' préférait de loin éviter de se payer une cuite. Surtout que c'était dans ces moments comme celui-là où quand elle avait perdu pied qu'elle s'adonnait à quelques activités qu'on jugerait d'agréables avec ce cher Al'. Et elle voulait éviter un regret cette fois-ci, parce que ça se transformerait obligatoirement en regret.

"Mais bon, notre cher tailleur a fait un miracle. T'auras l'occasion de le voir ... Un autre jour ... J'vais pas le mettre ici et maintenant."

A peine servi, le Capitaine avait déjà fini son verre. Comme un gamin, un enfant, voilà qu'il tapotait tout gentiment l'épaule de Nao', comme s'il voulait attirer son attention, ou quelque chose dans le genre. Il lui demandait quelle division elle avait en charge.

"La Seconde ... Et j'ai aussi le Poste des Forces Spéciales. De lourdes responsabilités d'ailleurs, un peu trop je trouve."

Elle marqua une légère pause tandis que Al' s'était adossé au mur, bouteille dans ses bras, comme s'il allait la chérir, comme si c'était plus important que ses propres yeux. Nao' récupéra son verre. Et hop, cul sec, comme elle avait l'habitude de le faire autrefois. Ca descendait plus vite. Mais bon, ce n'était pas pour autant que ça ne lui montait pas non plus à la tête. Al' enchaîna sur ce qu'il avait fait ces derniers temps, qu'il n'avait pas eu autant de temps libre qu'il ne l'aurait souhaité. C'était pour tout le monde pareil. Avec un ton plus triste, plus mélancolique, il parla aussi de Soi Fon, du fait qu'il était overbooké, qu'il aimerait bien faire ce qu'il avait envie de faire. Du genre ? Oh, boire, flâner ici et là, et s'adonner à l'une de ses activités préférées, non ?

"Je ne suis pas pressée pour cette réunion. Parce que ça voudra dire qu'officiellement, nous sommes Capitaines. Et fini la flânerie. Enfin, pour ma part, parce qu'on m'a conseillé de ne rien faire jusqu'à notre officialisation."

Du moins, c'était comme ça qu'elle avait interprété les propos de Kiwiha. Flâner, autant que faire se peut, être libre encore pendant quelques temps, faire ce qu'on voulait, quand on le voulait, ne pas avoir de pression sur le dos. La réunion passée, et l'officisalisation faite, Nao' aurait bien moins de temps libre. Quoi que ... Elle trouverait toujours un peu de temps pour aller voir Kiwiha, même si cela devait empiéter sur son sommeil, pour sûr ! Nao' se disait que ça aurait pu être fun si ... si Yoruichi et Kisuke avaient accepté de revenir au Gotei 13. Kisuke à la 12ème, comme autrefois ... Yoruichi à la 2ème et hop, quelques problèmes en moins, du moins, pour Nao'. Mais bon, ils n'avaient pas souhaité revenir, et elle comprenait.

"Oui. J'ai eu le loisir de croiser le nouveau Capitaine de la 5ème. Un Shinigami qui est resté plus de cinq ou six siècles coincé au Hueco Mundo. Apparemment, il avait été oublié et il a profité de notre escapade là-bas pour revenir ici."

Nao' marqua une légère pause avant d'enchaîner.

"Je sais qui sera nommée à la tête de la 3ème. Une amie que j'apprécie beaucoup."

Devait-elle lui dire qui ? Nao' ne savait pas trop. Elle ne savait pas si Al' avait entendu parler de Misaki, et ne connaissait pas non plus son point de vue sur les actes que l'exilée avait pu commettre. Elle préféra donc passer la main, du moins, pour le moment.

"Je n'ai pas encore eu d'écho quant à la 12ème. Et toi, donc, à la neuvième, comme tu viens de me le dire."

Nouvelle pause avant de se tourner totalement vers Al'.

"Tu ... Tu as eu le temps de faire connaissance avec les membres de ta Division ?"


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Lun 4 Avr - 9:24

… Parce qu’en fait, lui n’avait pas eu le temps propice pour savoir qui avait été nommé ici ou là. Il avait été absorbé par son nouveau travail. Bien trop absorbé à son gout, au point de devenir un ermite qui ne sortait pas, qui ne mangeait pas et qui ne se… Enfin… Passons ces détails affligeants pour en revenir au fait. Les échos qui allaient et venaient, il n’en profitait malheureusement pas pour ainsi dire. D’ailleurs, lui n’était pas ce commère professionnel ou curieux mal placé pour affirmer ceci ou demander cela. Dans le même temps, son grade était bien trop important pour qu’il se mette à effectuer des conneries pareilles tout ça pour attiser une faim curieuse ; Faim qui n’aurait été satisfaite à cause du certain froid dont il était encore objet dans sa division. On le trouvait trop étranger, trop étrange, trop… Lui-même quoi. Patience était de mise au sein des deux situations. Dans ce genre de cas, la finalité était la même. Tôt ou tard, tous les capitaines nommés récemment se feraient tranquillement connaitre. Son espérance était de bien s’entendre avec ces nouvelles personnes. Quand il associait le nom du capitaine de la première division, celle de la douzième, rajoutant Naoya pour la fin, le noble avait de quoi en être déjà soulagé…

Salem aurait même voulu crier, danser, sauter de joie même, mais il n’avait rien fait de tout cela. Il avait seulement gardé ce même sourire perpétuel aux lèvres en sentant ce qu’on appelait « le baume au cœur ». Au début, il déprimait de n’avoir pas été prit à la place de la petite Fon. Parce qu’il se trouvait bien placé pour ce rôle. Après avoir appris qu’on avait nommé une personne autre que lui à sa tête, Alh’ partait dans la déprime, très franchement. D’ailleurs, il était le meilleur élément après la Fon, quoique son gros lard de lieutenant lui faisait de l’ombre de par le nom de sa famille de haute noblesse. Son incompétence n’était pas chose ignorée de tout le monde et les moqueries fusaient de tous parts quand les légions -le protagoniste y compris-, se retrouvaient tranquillement autour d’un bon repas. Le sort s’abattait cependant contre un Salem un peu dépité. Personnellement, le grand brun avait été heureux d’être à la tête d’une division, certes, mais de savoir que celle qu’il convoitait était prise par une autre personne dont il ne connaissait pas le nom, c’était aberrant. Mais de savoir finalement que cette inconnue n’était autre que Naoya, ça le faisait plus plaisir qu’autres choses. Ses regrets s’estompèrent en un instant. Son envie également. Il la savait très compétente. Il la connaissait très bien qui plus est. Ses ex-compagnons étaient chanceux. Vraiment.

Et quelle ne serait d’ailleurs pas la joie de ses anciens frères d’armes de savoir qu’il avait été gardé à ce poste si convoité et si respecté. Il n’avait même pas eut le temps de les prévenir. A moins bien sur qu’ils le savaient déjà. Après n’était pas sous-officier qui voulait au sein du service des renseignements, de surveillances et d’espionnage du Keigun. Ces petits malins. Un sourire franc se forma sur son visage quand il leur adressa une pensée intime. En quelques semaines seulement, ces salopards le manquaient cruellement. Une situation assez compréhensible. La deuxième division depuis la célèbre Yoruichi avait été sa division phrase, sa famille de substitution, son tout. Il était quelques fois passé par la cinquième et la dixième, mais rien de vraiment trop durable pour qu’il ait marqué quelconques annales de ces divisions citées. En gros, Alh’ la considérait comme étant la meilleure parmi les treize. C’est elle qui avait le plus de boulots à fournir, la première division mise à part. Et le soupir expressif de Naoya finissait de confirmer comme quoi la tâche était véritablement ardue et sérieusement usante. Elle s’y habituerait de toutes les façons.

Si la nouvelle capitaine de la deuxième division émit le contraire de ses désirs par la suite, Salem ne discuta point davantage puisqu’elle connaissait d’ors et déjà sa position à n’en point douter. Si on ne l’avait pas ménagé lui, pendant tout ce petit laps de temps pour qu’il réorganise la neuvième division, c’était bien parce qu’elle avait eut un gros trou en son sein depuis la traitrise des trois autres shinigamis. Contrairement à la deuxième qui elle, avait toujours eut son capitaine jusqu’à la récente bataille de Karakura, la neuvième, la cinquième et la troisième avait besoin d’un remaniement complet et extrêmement rapide pour se remettre à jour. Il s’agissait d’alléger le dur boulot que les lieutenants avaient du difficilement se coltiner. Salem avait prit sur lui pendant ces temps. Le gros ménage printanier était maintenant achevé. Restait plus qu’à donner des comptes à la réunion prochaine, et encore, fallait-elle qu’elle se tienne pour pouvoir se libérer enfin et jouir des avantages vrais d’un leadeur.

• Oh… C’est Alowin qui a été promue capitaine à la douzième. Tu sais mon ancienne élève… Celle que j’aimais taquiner à cause de son gros derrière et qui avait l’habitude de porter un masque pour camoufler son visage… Elle m’a épatée d’ailleurs pour tout t’avouer. L’élève dépasse le maitre comme on dit !

D’un très gros sourire Salem se remit à boire à grandes pompes dans l’optique de vider proprement sa bouteille. C’est ce qu’il fit d’ailleurs sans une once de gêne. Elle le connaissait trop bien pour qu’il fasse son amoureux timide qui retenait ses pulsions alcoolique de mal en pis. Et puis c’est elle qui l’avait trouvé dans son coin, hé ho ! Quand il déposa la bouteille vide à ses côtés, Salem essuya sa bouche du revers de sa main et porta un regard sérieux à son homologue, tout juste avant d’ouvrir la bouche…

• Quand au cinquième, j’en ai vaguement entendu parler. J’imagine bien qu’il a du se forger une force incommensurable là bas. Tout le temps attaqué par des hollows, si c’est pas la joie…

Brusquement, Salem commença à faire des yeux doux à Naoya ponctué par son sourire maladroitement charmeur et par ses joues rosies par l’alcool à fort degré…

• Une amie hein… Elle est jolie, nan ? Tu m’la présentes quand Nao-chou ? Et pis elle s’appelle comment ? Que je mène mes recherches personnelles…

Vous entendez bien par ses deux derniers mots, une grosse filature professionnelle comme il en avait l’habitude. Que ce soit dans son bureau, dans sa chambre, dans un jardin et même dans les sources chaudes où il était susceptible de bien se rincer les yeux sans avoir peur. Il s’y croyait tellement qu’il se leva de son siège en faisait tomber les bouteilles vides à ses côtés, et commença à danser avec une inconnue, les yeux fermés, sourire aux lèvres sous un petit air enchanteur. Il virevolta sur lui-même tel une ballerine comme en voyait dans le monde réel, et coup du théâtre, un grand bruit retentit et fit trembler le bar. A terre, se trouvait un homme sur le dos et dont la face était toute rouge, le nez légèrement ensanglanté. En gros, le capitaine de la neuvième venait de se manger le mur comme ce n’est pas permit. Soupirant, Salem rougit encore plus quand il entendit la voix d’une Maria qui se tordait de rire derrière. Plus ridicule, il n’existait pas. Et puis, il arbora une mine boudeuse, jusqu’à ce que la femme qu’il courtisait soit partie, avant de lancer un regard en biais à son interlocutrice en reprenant son air imperturbable…

• Moi et mes soldats c’est pas le grand amour pour l’instant. Mais dans ton cas, la tâche devrait être facile. Façon j’parlerais à mes anciens collègues pour que tu n’es trop pas à perdre ton temps pour concilier vos futures relations… Et puis, tu dois être contente qu’il soit enfin revenu non ?

Ce sourire, il était chaleureux, doux et sincère. Pas grossier. De sa positon sur le sol, Salem faisait allusion à qui elle savait. Elle lui en avait vaguement parlée, mais c’était pas comme si il avait une cervelle de moineau pour tout oublier. Ce genre de retrouvailles devrait être assez émouvant. M’enfin, il passait les détails sordides de sa tête. Grand paresseux, le malabar ne se levait point. Rhalala. Qu’est ce qu’on dirait d’un nouveau capitaine avachit de la sorte ? Si cela entacherait son image, lui n’y portait pas trop attention. D’ailleurs, il n’y pensait même pas, vu qu’ill attendait plutôt la prochaine réponse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Mar 5 Avr - 14:20

Al' semblait être parti dans ses pensées. Il ne parlait plus depuis quelques instants, et ne buvait pas non plus. Nao' connaissait quelque peu son parcours, du fait qu'il avait été affecté durant de nombreuses décennies à la Seconde Division. Elle se doutait qu'il aurait probablement aimé être à sa place, à savoir, être le Capitaine de la Seconde Division. Si c'était que cela, il pouvait le dire ouvertement. Nao' ne s'en facherait pas. Et puis, qui sait ? Peut-être même qu'elle pourrait trouver un terrain d'entente avec Kiwiha. Du genre, un transfert de Division. Elle, à la Neuvième, et Al' à la Seconde. Après tout, hein, c'était ses amis, ses collègues. Très certainement que tous les Shinigami de la Division seraient contents d'avoir Al' comme supérieur. Non pas qu'elle ne pensait pas qu'elle n'arriverait pas à faire sa place dans la Seconde. Mais bon, pour avoir changé de Division à quelques reprises pour diverses raisons, Nao' savait que le temps d'adaptation était toujours compliquée, voire difficile. Alors, là, comme elle prenait la place de quelqu'un d'autre qui était beaucoup appréciée, c'était probablement pas des plus simples. Ou alors, elle se faisait carrément de mauvaises idées, du moins, elle s'en faisait trop. Ouais ... Ouais, ça devait être ça, en quelque sorte.

Nao' secoua la tête durant quelques instants avant de reporter son regard sur Al'. Ah, il venait de retrouver sa langue ! Il lui parla d'Alowin, une de ses anciennes élèves qui avait été promue à la Douzième. La Douzième ... Nao' aimait bien cette division ... Du moins, quand elle était encore dirigée par l'excentrique Urahara Kisuke. D'ailleurs, elle avait eu le loisir de servir quelques années sous ses ordres, à faire des recherches qu'elle trouvait stupide. Non pas qu'elle avait une aversion pour la technologie ou les recherches. Mais ce n'était pas vraiment son genre.

Enfin, revenons à Alowin. Oui, effectivement, Nao' la connaissait. Elle l'avait croisée à plusieurs reprises, à chaque fois avec Al' d'ailleurs. Elle se mit à sourire quand il lui parla vaguement d'elle, ou plutôt, fit une description d'elle plutôt étrange. Elle eut un autre sourire quand Al' répliqua que l'élève dépassait le maître, en quelque sorte.

"Je dirais plutôt que vous êtes à égalité. Enfin, quelque chose dans le genre."

Ca lui faisait penser que ... Que elle était dans la même situation avec Kiwiha. Elle avait été son élève durant de nombreuses décennies. Deux siècles entiers pratiquement même. Il l'avait entraînée jour après jour, l'avait aidée à s'améliorer et tout ça. C'était grâce à lui, en quelque sorte, si elle était là où elle était aujourd'hui. Grâce à lui si elle était devenue Capitaine. Enfin, pas que grâce à lui. Apparemment, elle avait assez attiré l'oeil des autres Capitaines pour qu'ils confortent Kiwiha dans ce choix. Elle irait bien les remercier, mais probablement que ce n'était pas la meilleure des idées. Quoi que, si elle les croisait par hasard, elle leur dirait quand même un petit merci.

"Je parie que même si elle est Capitaine, tu ne vas pas te gêner pour la taquiner, je me trompe ?"

Et hop, voilà que Al' reprenait la bouteille pour boire ce liquide qu'il aimait tant. Ah la la ... Nao' en vint à se demander combien de bouteilles, au cours de sa vie, il s'était enfilé. Sûrement un nombre incalculable qui en étonnerait plus d'un. Y'avait certaines soirées qu'ils avaient passé ensemble où ils en avaient descendu une dizaine. Le genre de soirée où après, tu ne sais plus du tout ce que tu fais, ni avec qui tu le fais. Comme si toutes les inhibitions s'envolent, en quelque sorte. Comme si plus rien d'importance, si ce n'est descendre quelques bouteilles pour passer le temps, oublier ses ennuis ou bien partir dans un autre monde, celui des petits éléphants. Mais c'était le genre de soirée, quand même, où tu te marrais bien et où tu décompressais. La pression finissait par s'envoler. Peut-être que ... peut-être que ça serait pas mal d'organiser une grande nouba de ce genre. Après tout, hein, la Soul Society se relevait d'une terrible attaque. Elle avait aussi perdu de nombreux Shinigami. Alors, pourquoi ne pas décompresser avec une super fiesta ? Ou un truc dans le genre. Une idée à soumettre à Kiwiha ... A moins qu'il escomptait déjà le faire après la nomination officielle des nouveaux Capitaines.

Ils en vinrent à parler rapidement de Tsu, le nouveau Capitaine de la Cinquième, mais le sujet bifurqua rapidement sur la future Capitaine de la Troisième. En bon mâle, comme toujours, ce cher Al' demandait plus de renseignements. Là, elle allait devoir satisfaire sa curiosité. Ou pas. De toute manière, elle savait qu'il filerait Misaki pour en savoir plus. Quoi que, la tâche ne serait probablement pas facile du fait que ... Misaki n'était pas du genre à se laisser filer facilement d'ailleurs.

"Nao-chou ? C'est quoi ce surnom ? C'est nouveau ?"

Oh, s'il voulait s'aventurer sur le terrain des surnoms étranges, Nao' arriverait probablement à en trouver quelques uns pour lui. Genre ... Alibaba ... Ca lui faisait penser à quand elle était encore humaine et les petites histoires orientales qu'elle avait pu lire. Bon, c'était pas trop méchant mais bon. Nao-chou ... Et puis quoi encore ? Si les gens l'entendaient, ils allaient finir par se faire des idées. Quoi que c'était déjà probablement le cas.

"Je ne sais pas si tu te souviens d'elle. Mais je pense qu'étant donné ton ancienne affectation, tu as dû entendre parler d'elle."

Nao' marqua une première pause.

"Sache qu'avant toute chose, son statut d'exilée a été révoqué. Comme tu dois le savoir, le Commandant a une politique différente de Yamamoto. Et on peut dire qu'il a offert une sorte de grâce aux exilés."

La jeune future Capitaine se doutait que Al' était déjà au courant. Probablement qu'il avait eu quelques mots avec Kiwiha à ce sujet. Enfin, sait-on jamais.

"Tu te souviens de Misaki ?"

Probablement que oui. Après tout, Nao' connaissait bien Al'. Et sans aucun doute que s'il avait déjà croisé Misaki par le passé, il n'aurait pas pu passer à côté de ses attributs. Même si ces deux derniers siècles l'avaient pas mal embellie quand même.

"Et bien ... Elle aura bientôt la charge de la Troisième. Je te la présenterai si tu veux. Mais ne compte pas espérer la traquer. Elle s'est cachée pendant deux cents ans de la Soul Society, et même de moi. Alors, elle saura te repérer."

Nao' pouvait se tromper. Peut-être que Misaki ne serait plus sur la défensive comme par le passé. Peut-être qu'elle allait reprendre une vie plus ou moins normale. Qui sait ? Sans plus attendre, voilà que Al' se mit à danser sous le regard de Nao'. Allons bon ... Là, il avait vraiment un coup dans le nez de trop. Elle secoua la tête durant quelques instants. Elle l'interpella à plusieurs reprises, lui disant qu'il était ridicule. Mais il ne semblait pas vraiment l'écouter. Et bam ... Voilà que Al' se mangeait le sol. Nao' se tourna dans sa direction, le regardant et penchant la tête sur le côté.

"Je savais que tu avais des goûts spéciaux mais là, embrasser le sol ..."

Elle eut un léger rire amusé. Bah, ça lui apprendrait à trop boire et à se prendre pour une ballerine. C'était pas une danseuse après tout ! Si ça se trouvait ... Il s'était pris les pieds dans un haori quelque peu trop grand. On dit que la honte ne tue pas. C'est bien vrai d'ailleurs du fait que ... Al' s'était payé la honte à plusieurs reprises, et pas seulement ce soir là. Et probablement qu'il se payerait la honte encore à plusieurs reprises. Al' lui confia alors que lui et les hommes de sa Division, c'était pas le top. Mais il ne s'en faisait pas pour Nao'. Il savait que tout irait bien pour elle et que dans le cas contraire, il irait tirer quelques oreilles. Et là ... Contre toute attente, il lui demanda si elle était plutôt contente qu'il soit revenu. Elle qui avait baissé la tête durant quelques instants ... Elle l'avait aussitôt redressé pour regarder Al'. Il était vrai que Nao' lui avait parlé, à plusieurs reprises, de Kiwiha. Mais elle ne pensait pas qu'il l'avait écoutée, ou que du moins, il avait fini par oublier.

Al était toujours au sol. Il attendait vraisemblablement la réponse de Nao'. Mais pour le moment, elle se contenta de se lever et de s'approcher de lui, histoire d'aider ce grand nigaud à se redresser. Elle ne pouvait pas non plus le laisser ainsi, non ? Surtout qu'il devait se payer une honte monumentale.

"Et bien ... Oui ... Plutôt contente."

Nao' avait souri tandis qu'elle agrippait Al' par l'un de ses bras, histoire de le tirer vers le haut.

"Très contente même. Enfin, au départ, j'ai quand même craint nos retrouvailles. Après tout ... Il était parti depuis longtemps, et sans me prévenir. J'avais peur qu'un gouffre se soit installé entre nous."

En quelque sorte, oui, y'avait effectivement un gouffre entre eux deux, du fait qu'il était Commandant de tout le Gotei 13 et elle une Capitaine.

"Mais je pense que tout est rentré dans l'ordre. Mais allez ... Tu vas pas rester au sol éternellement. Debout !"

Elle tirait toujours quelque peu sur son bras, mais pas assez pour lui faire mal. Qu'il évite tout de même de se relever trop vite. Parce qu'ils pourraient très bien trébucher ensemble cette fois-ci !


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Mer 6 Avr - 12:22

La honte, il l’avait complètement mise de côté, pour ne pas dire qu’il l’avait oublié aussi simplement. En même temps, pourquoi avoir honte d’un bar quasiment vide vu qu’ils n’étaient que deux à l’occuper ? Avoir honte de la Naoya peut être ? Surement pas. Il la considérait dorénavant comme sa sœurette de cœur, et vous savez qu’avec les membres d’une même famille, rien n’était vraiment prohibé si ce n’était le manque de respect ; mais encore qu’avec sa personne, les femmes étaient tout ce qu’il y avait de plus chérissables dans ce monde spirituel. Et puis, le capitaine de la neuvième division n’avait vraiment rien à lui cacher hein ! A qui donc d’ailleurs ? Une bonne question à laquelle il n’eut de réponses concrètes. Son esprit n’y était pas vraiment. Plutôt focalisé sur ce capitaine commandant et son importance pour sa compagne d’infortune. Il n’en savait pas beaucoup, mais en savait suffisamment pour se rendre compte qu’il était d’une importance capitale pour son amie ci présente. D’ailleurs, ce bonhomme n’avait pas fini d’épater l’héritier des Fenyang qui repensait brièvement à ce que lui raconté Nao’. Révocation du statut des exilés ? Il faisait fort quand même. Quoiqu’il y en avait des shinigamis à gracier. Yamamoto de son temps, avait été obligé de jeter tous les traites dans le même sac alors qu’il y avait une multitude d’innocents. Les exemples les plus récurrents étaient le cas du célèbre Urahara, sans compter l’une de ses anciennes capitaines à savoir la sulfureuse Yoruichi, bien foutue dans son genre, celle là. Il allait d’ailleurs de même pour la supposée Misaki, l’ancienne amie de Nao’ qu’il avait déjà aperçue sur un dossier à traiter lorsqu’il était encore en seconde division. A croire qu’elles faisaient des concours de belles formes pour savoir qui avait les plus gros seins ou les plus grosses fesses. Une shinigami à filer tous les soirs avec plaisir, quand le temps le lui permettrait. Des fantasmes de ce genre qui lui firent tourner la tête, alors qu’enfin demoiselle Akiyoshi élevait la voix pour lui parler du sujet fatidique. Elle qui s’était momentanément terré dans un mutisme flagrant. Petit laps de temps qui lui avait été profitable à ses pensées antérieures. Tant de choses qui changèrent, qui évoluèrent, que c’en était à se poser des questions pour la plus part du temps existentielles. Il soupira quand ensuite, elle voulut le remettre sur pieds, alors qu’il se sentait bien comme ça, dans sa position, voulant même y restait jusqu’au lendemain, pour ressentir cette joie que d’avoir une gueule de bois assez monumentale…

Parce que ça faisait longtemps et parce que ça lui manquait toutes ces conneries. Il voulait se ressentir homme libre, homme indépendant, et ça passait par son addiction à l’alcool de riz. Rien d’autres. Et puis personne ne pourrait lui en vouloir. Car quand bien même étant un homme de basse noblesse, il n’en demeurait pas moins qu’il n’avait jamais au grand jamais connu une telle pression que cette semaine, qui enfin, s’achevait. Il devinait bien que tout allait s’arranger à cette réunion prochaine. Qui semblait bien trop lointaine à son gout, ce qui lui laissait un gout amer en bouche. Aussi fronça t-il les sourcils, de sorte à montrer son mécontentement à une Nao’ qui se voulait insistante quand à son redressement. Elle voulait qu’il se relève pourquoi d’ailleurs ? il ne fuyait pas. Il était toujours là ! Et puis merde quoi… Il n’était plus un simple shinigami. Il était un capitaine. L’un des treize piliers notables de la Soul society. De ce fait, il lui fallait une image assez propre de lui-même. Bien que pour tout vous dire, Salem s’en fichait éperdument. Il voulait bien se faire voir, certes, mais il n’avait aucune envie de devenir un gros paranoïaque ou un perfectionniste fini pour vouloir palier à n’importe lequel de ses défauts. Il était un dieu de la mort. Et comme tous dieux de la mort, il avait ses qualités et ses défauts aussi inimaginables soient-ils. Soit on l’aimait, soit on ne l’aimait pas et c’était comme ça. Quoique la majorité ne le voyait pas de cet œil là. Ni même la politique divisionnaire de la Soul Society. Hayé ! C’était vraiment d’un lassant hein ! Fait ceci, fais pas ça. Même en étant encore capitaine, il y avait ce sens de l’éthique qui ne voulait pas lui lâcher les baskets. Parfois, il lui arrivait d'envier ces humains crasseux et bouteille dans la main, avachis comme si de rien était dans une ruelle aussi sale qu’inquiétante. Ceux là, ils en avaient de la chance. Ils pouvaient se bourrer la gueule sans retenue. Chose qui n’allait malheureusement plus être de même pour un capitaine un peu dépité par le trop de grâce que lui offrait cette vie là. Et c’était parfois d’un chiant. Un chiant qui lui faisait murmurer au capitaine de la seconde division de le laisser au sol. Sol qu’il appréciait tant, au point de légèrement rougir des joues. L’alcool lui était-il monté à la tête ? Probable. Une question qu’il se posa à lui-même avant de dégager doucement sa main et de tomber lourdement sur dos…

• CAAAAA FAIIIIIT MAAALLLLLL AIE AIE AIE !!!

C’était soudainement un Salem qui courait dans tous les sens à l’intérieur de la taverne. Débitant des larmes comme une fontaine, il tenait le bas de son dos qui lui faisait atrocement mal. Le malabar s’était mal réceptionné par pur paresse ou par début d’ébriété, qui savait. Son dos lui posait quelques fois problème, le fait étant du par sa croissance extrêmement rapide lors de son adolescence. Du coup, il était certes grand, mais il avait un problème au dos qui jusqu’au jour d’aujourd’hui n’avait pas encore reçu de traitement définitif. Il lui arrivait de se faire masser par Kotetsu Isane, la lieutenante de quatrième qu’il se faisait un plaisir de tripoter joyeusement. Si vous voyez ses seins… Ses seins…

• Nao’-chan ! C’est décidé ! Tu me présenteras à ta copine ! J’ai déjà vu ses énormes seins dans un dossier !

Salem s’était brusquement et miraculeusement assit dans un coin, en regardant son interlocutrice avec une conviction tellement ardente de par le ton de son faciès, qu’on aurait pu croire qu’il était totalement sérieux. Comme si de rien était, il prit le verre de sa voisine, puisque posé à sa place et le sirota doucement comiquement comme s’il s’agissait d’un thé qu’on buvait à la manière des nobles. Au moment où il déposa le verre en voulant signifier que c’était rudement bon, retentit une très grosse explosion aux alentours qui lui coupa le monopole de la parole. Ca venait de pas trop loin. Redevenant assez stoïque vu que la situation l’exigeait ainsi, Alheïri prit quand même une bouteille dans sa main, avant de faire un signe de la tête pour qu’ils aillent voir. Peut être étaient-ils les shinigamis les plus proches de l’impact. Faisant alors port d’un shunpo assez dextre, Salem arriva instantanément dans la ruelle du bar, lorsque ses yeux progressèrent lentement sur l’immense silhouette sombre de deux gigantesques Menos Grande qui commençaient à affoler la population locale. Qu’est ce qu’ils faisaient là ces guignols ? C’était rare de voir des hollows au rukongai, surtout de cette envergure là, mais ça arrivait parfois… Souvent. N’étaient-ils pas réticents à l’idée d’attaquer le coin, après la déchéance d’Aizen… On dirait pas…

• Rhaaaaaaaaa !!! Vous auriez pas pu attendre mon départ pour venir… Il aura fallut que vous gâchiez ma p’tite soirée tranquille !!!

Tu parles de comment Salem s’en foutait. D’ailleurs, lui était arrêté en plein milieu de la ruelle en vociférant un peu. Il voulait qu’elle l’entende et qu’elle se tape le boulot à sa place. Parce que ouais… Il avait un peu la flemme de fournir quelconque effort. Surtout quand on le voyait commencer à ouvrir nonchalamment sa bouteille de saké sans plus s’occuper du fait qu’un des géants hollows avait sa gueule grande ouverte, prêt à lui balancer un bon gros cero…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Jeu 7 Avr - 12:29

Al' n'avait pas plus envie que cela de se lever. Alors, Nao' n'allait pas insister non plus. Elle ne voulait pas se faire mal en essayant de le redresser. Elle ne voulait pas non plus lui déchiqueter le bras en continuant de tirer comme une forcenée. Autant leur éviter de la douleur, à l'un, comme à l'autre d'ailleurs.

"Bon, bon, d'accord, reste par terre. Moi, j'vais aller me commander une bouteille et j'me la viderai toute seule."

C'était une feinte, elle savait qu'elle ne la boirait pas cette bouteille et qu'au final, ça serait Al' qui la terminerait probablement. Mais bon, c'était une manière comme une autre de le faire bouger. Le voilà qui se mettait à se plaindre en disant que ça lui faisait mal. Tsss ... Elle n'avait pratiquement rien fait. Chochotte ... Un grand gaillard comme lui qui avait mal ? En quelque sorte, c'était David contre Goliath. Al' étant Goliath du fait de sa grande taille et de sa carrure. Et Nao' était David puisqu'elle était plus petite que lui et bien plus fine d'ailleurs. Mais comme on le dit souvent, petit, mais costaud !

Nao' avait abandonné. Elle allait le laisser par terre. Mais d'un seul coup, voilà que Al' se mit à courir dans tous les sens, comme s'il avait le feu aux fesses, ou quelque chose dans le genre. Il s'était fait mal, ou quelque chose dans le genre. Il lui avait parlé, de temps en temps, de ses problèmes de dos. A faire l'imbécile, il avait dû encore se faire mal. Nao' poussa un léger soupir. Elle allait devoir faire quelque chose pour lui. Quoi ? Elle ne savait pas trop encore. Le masser ? Lui ferait-elle le plaisir de le masser ? De le faire passer entre ses mains toutes douces ? Hummm ... Pas à la taverne en tout cas. Y'avait trop de gens et là, franchement, on n'arrêterait pas de parler, de murmurer des choses à leur encontre.

"Tu devrais arrêter de t'agiter pendant cinq minutes. Sinon, tu vas vraiment te foutre en l'air."

Pour son massage ... Elle verrait plus tard. Après tout, la douleur pouvait très bien passer au bout d'un moment, non ? Son petit doigt vint lui dire que ... finalement, c'était probablement passé. Car voilà qu'il voulait être presenté à Misaki. Il fit d'ailleurs une petite allusions à elle en parlant de sa poitrine. Nao' hocha quelque peu de la tête.

"Tu sais ... Ton dossier est vieux. Et Misaki a changé. Elle n'est plus comme dans le dossier."

Enfin, ce que Nao' voulait dire, c'était que ... Que et bien, Misaki était bien plus belle que par le passé. En deux cents ans, les gens finissent par changer, non ?

"Mais d'accord, on ira la voir ensemble si tu veux."

Soudainement, une explosion surgit. Nao' tourna la tête vers la porte d'entrée, se demandant ce qui avait bien pu faire cela. Et voilà que Al' s'était levé avec une bouteille en main et qu'il avait quitté la taverne plus rapidement qu'il ne le faut pour dire ouf. Nao' soupira. Bon, bin, apparemment, son dos allait bien mieux. Elle qui s'était un peu inquiétée pour lui. Dehors, il criait des choses que Nao' n'avait pas tout compris d'ailleurs. Elle poussa un soupir et sortit à son tour. Qu'elle ne fut pas sa surprise en voyant des Hollow ... Des Menos Grande d'ailleurs. Quelle poisse ! Mais, fort heureusement pour elle, Nao' avait son Zanpakutoh. Y'avait quelqu'un, d'une grande sagesse d'ailleurs, qui lui avait dit de ne jamais se balader sans son arme, du fait que ... Bin, le Kidô, c'est pas trop mal, mais qu'un Shinigami est bien plus efficace avec son Zanpakutoh. Quel conseil avisé, vous ne trouvez pas ?

Nao' trouva Al' qui était sur le chemin d'un des Hollow. D'ailleurs, ce dernier avait ouvert la gueule afin de lui envoyer un bon gros Cero en pleine tête. Bien évidemment que Nao' se doutait que son collègue éviterait facilement. Mais sait-on jamais. Al' n'avait plus vraiment les idées claires après tout ce qu'il avait pu boire. Du moins, c'était l'hypothèse émise par la future Capitaine. Et elle ne pouvait pas le laisser se faire dégommer par un méchant Menos Grande ... Enfin, celui qui avait envie de shooter Al' en pleine face. Elle n'avait plus trop le choix.

"Al', bouge-toi !"

Pas de réponse de sa part si ce n'était secouer sa bouteille de saké et la porter une nouvelle fois à sa bouche. Le Menos Grande cracha finalement son Cero. Usant de son Shunpô, Nao' avait poussé Al'. Ou plutôt, ils étaient tombés tous les deux au sol avant que l'un ou l'autre ne soit touché par l'attaque du Menos Grande. Le pauvre dos d'Al avait encore du trinquer.

"Pas trop de mal ?" lui avait-elle demandé.

Probablement pas ... puisqu'il devait avoir une vue assez agréable. Mais bon, ce n'était pas vraiment le moment, même si ce n'était pas la première fois qu'ils se retrouvaient ainsi. Mais les circonstances étaient bien différentes à l'époque. Nao' sentit une légère petite douleur à son poignet gauche. Rien de grave, du moins, elle l'espérait. Sans aucun doute qu'elle avait mal dû se réceptionner, ou quelque chose dans le genre. Quoi qu'il en soit, non sans mal, elle parvint à se redresser, aidant Al' par la même occasion. Ou du moins, s'il avait besoin d'aide pour se redresser.

"J'pensais pas que des Menos viendraient jusque là ..."

Mais ce n'était pas vraiment le moment d'en parler, puisque la menace était imminente. Ils pourraient très bien cracher d'autres cero sous peu. Il était donc temps de les éliminer. Nao' avait dégaîné son Zanpakutoh. Elle attendait juste de savoir si Al' allait se secouer, ou bien s'il comptait la laisser faire. Dans les deux cas, d'une manière, ou d'une autre, les Menos se retrouveraient six pieds sous terre.


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Ven 8 Avr - 0:11

Il y avait des gestes imprécis ponctués par une certaine mollesse. Faut dire que dans ce genre de situation, il n’était alors pas facile de perpétrer quoi que ce soit. Il y avait aussi des objets qui quand bien même étant inanimés étaient complètement capricieux. Ce genre d’objets avait l’art d’irriter le capitaine de la neuvième division, qui lui, se perdait dans ses mouvements un peu grossiers et malhabiles. Dans le cas précis, il ne s’agissait ni plus ni moins que du couvercle de sa bouteille d’alcool. Au début, Salem voulait le retirer de manière lente, histoire de savourer cet instant présent comme à son habitude. Rien ne pressait vraiment et faut même dire qu’il avait complètement oublié cette lueur rouge qui brillait dans sa direction. Mais plus les secondes passaient et plus il commençait à s’irriter de la résistance qu’un bouchon pouvait exercer. Autant vous dire qu’il trouvait ça assez chiant. Il voulait certes prendre son temps, mais le besoin de sentir couler ce breuvage dans toute sa gorge le pressait à un haut point inimaginable. Il voulut commencer à le retirer de force, mais quedal. Il ne bougeait point, plutôt malencontreusement coincé à mi chemin de l’ouverture. C’est alors qu’il fit une sale grimace qui traduisait son mécontentement. Il n’avait pas envie de retourner dans la taverne pour s’emparer d’une autre bouteille. Il lui fallait une autre idée et vite. C’est alors qu’il fit tilt qu’il pouvait percer un gros trou dans le verre de sorte à le consommer simplement. Mais il se rappela bien vite que c’était des récipients que réutilisait le bon vieux Jo. Un recyclage très intelligent qui lui permettait de faire de très gros bénéfices. Soupirant alors, Salem voulut se mettre à secouer la bouteille de sorte à exercer une pression qui éjecterait le bouchon un peu plus loin… Il réussit par chance à perpétrer son acte qui engendra un baume dans son cœur. Seulement, c’était sans compter une silhouette qui planait comme un ange vers lui alors qu’il portait enfin la bouteille à ses lèvres…

L’héritier des Fenyang n’eut même pas le temps de réagir que le voilà qui subissait tout le poids d’une tierce personne qui avait bondie sur lui. Il vit pendant sa chute un rayon rougeâtre déferler dans la direction où il était. C’était une veine et il faisait bien de le penser ainsi en toute humilité. Quoiqu’il allait aisément l’éviter. Salem était certes obnubilé par la bouteille de saké qui lui prenait toute son attention, mais il n’en demeurait pas moins que la décharge de ce géant hollow était bien trop lente à son gout pour l’atteindre. Il n’était peut être plus de la seconde division mais en questions de hohou, le capitaine de son état devant l’état divisionnaire du Gotei 13 était un shinigami bien trop aguerri. D’ailleurs, il aurait pu de cet élan forcé pouvoir attaquer l’un de ces menos grande qui les foutaient dans la mouise. Car oui, Salem était bel et bien dans la merde maintenant. D’un effort surhumain et de sa chute inévitable sur le dos, il s’était retenu d’émettre un quelconque gémissement quand un os qui trainait à terre se logea profondément dans l’une de ses côtes. De quoi vous ravir, vraiment. Alors qu’il sa nuque heurtait enfin le sol, une paire de gros nichons vint le gifler sans aucune demi-mesure, ajoutant ainsi un énième supplice aux calamités qui le poursuivaient pathétiquement. Ce n’était pas pour se moquer de lui, mais Salem pour sa part était bel et bien K.O sur le moment. On put même apercevoir des spirales hypnotiques en guises d’yeux, confirmer son état sensationnel et sa bouche grande ouverte qui eut été susceptible de happer l’un des nichons de sa soit disant sauveuse qui l’avait plutôt foutu dans les pommes. Puisqu’il voyait encore des petits oiseaux jaunes tournoyer lentement autour de sa tête. Ce fait lui empêcha de profiter d’une vue paradisiaque dans les profondeurs de la belle gorge de Nao’. Autant dire qu’il aurait déprimé s’il l’avait su...

Parce ouais, les seins, c’était tout pour lui l’un noyau primordial des différents fantasmes qu’il pouvait sans doute nourrir dans sa petite cervelle de gros pervers aguerri. Les grosses poitrines, Alh’ en raffolait des masses. Mais malheureusement pour lui, Nao’ s’était relevée aussi vite qu’elle avait sautée sur lui. Le temps qu’il reprenne ses esprits et le voilà qui était soulevé par une capitaine aux aguets et prête à combattre. Salem, légèrement encore dans les vapes, lui adressa un regard vide à la manière des Gogols et se mit à sourire bêtement. Il réalisa que sa main était toujours renfermée sur quelque chose, et regarda alors qu’elle était sa prise. C’est alors qu’il écarquilla ses yeux d’effroi quand il vit qu’il ne s’agissait que de sa bouteille d’alcool de riz. La véritable vue qui le choqua et qui le ramena brutalement à la réalité, n’était autre que le vide qui subsistait dans son récipient. Alors que son homologue avait prit une position de combat, lui commença à remuer son bien comme pour s’assurer qu’il ne rêvait pas. La réalité vint pourtant le claquer quand il passa son visage vers un point humide du sol. Malencontreusement, sa chute avait entrainé l’écoulement de sa boisson fétiche. Et le comble, c’est que la faute ne revenait qu’à un de ces sales Gillian qui l’avait prit pour cible à bousiller. En pensant à eux dans le même temps, Salem eut ouïe de leur cri abominable qui terrorisait la population de ce recoin. Il n’avait peut être pas envoyé son zanpakutoh, mais il n’avait plus qu’une chose à faire : Exécuter ces sales monstres qui avait provoqué la perte d’un de ses investissements. Parce que mine de rien, le saké, ça coutait affreusement cher. C’est donc d’un air sérieux qu’il posa bouteille sur le sol. Il délogea son haori de son corps et le jeta vers Maria la serveuse qui regardait tout de la scène. Celle-ci réceptionna son vêtement et admira par la suite, les bras musclés de monsieur, puisque les manches de son shihakusho étaient tout simplement coupés.

• Comme au bon vieux temps, hein Nibantai Taisho da !

Ouaip. S’ils avaient fait plusieurs conneries ensemble, il n’en demeurait pas moins qu’ils avaient énormément bossés en collaboration sur plusieurs affaires douteuses. Le malabar s’en souvenait comme si c’était hier d’ailleurs. Qui auraient cru qu’ils continueraient à le faire alors qu’ils étaient maintenant devenus capitaines ? Pas lui en tout cas. Surement pas. C’est d’un sourire qu’il craqua ses jointures en regardant le hollow qui avait provoqué sa déchéance temporaire. Il allait le payer amèrement celui là. D’un seul coup, il concentra une partie de son énergie spirituelle sur ses bras et son torse, ce qui fit voler son haut en éclat. La pression spirituelle qu’il exerçait était assez immense dans le coin. L’on pouvait dès lors contempler ses tablettes de chocolats. Tout en faisant un autre signe de tête à Nao’, il la devança et fit port de shunpo pour arriver devant le premier monstre. Avant que celui-ci ne s’en rende compte, Salem lui se mit à faire pleuvoir de multiples poings sur son masque avant que celui-ci ne se détériore sous l’impact de ses coups véhéments. Lorsqu’il se réceptionna sur une toiture des différentes bâtisses du quartier, la brise fraiche ébouriffa d’un coup sa chevelure et sonna le glas de ce hollow. D’un autre shunpo, il se retrouvait près de Maria, assis contre le mur de la taverne et souriant tout bêtement puisqu’il avait po récupérer une bouteille dans ses mouvements brefs. A ce moment là, retentit une grosse explosion qui signifiait la disparition totale du premier. Il venait d’assouvir sa vengeance entre autres. Vengeance qu’il arrosa en vidant à grosses pompes sa bouteille. Il n’attendait plus que le retour de son homologue…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Sam 9 Avr - 10:05

Debout, face aux Menos, Nao' se frottait quelque peu le poignet. Elle espérait simplement qu'il ne soit pas cassé. Quoi que, non, il serait cassé, elle aurait bien plus mal que cela et sans aucun doute qu'elle ne pourrait pas du tout le bouger. Peut-être une petite foulure, rien de grave. Du moins, elle l'espérait. Qu'elle se soit blessée était ... plutôt problématique. Pourquoi ? Bin, forcément, elle se retrouverait avec un bandage, histoire de lui bloquer le poignet gauche durant quelques temps, histoire que la blessure ne s'aggrave pas. Et si elle croisait Kiwiha, il lui poserait des questions, sans aucun doute, et chercherait à savoir ce qui lui était arrivé, en tout bon protecteur. Et faudrait qu'elle lui dise que deux Menos avaient débarqué au Rukongaï ... Bah, de toute manière, faudrait qu'elle lui dise quand même. Après tout, fallait faire quelque chose contre ses bestioles et qui sait ? D'autres viendraient peut-être. Faudrait donc éventuellement organiser quelques patrouilles ici ou là, histoire de protéger les habitants du Rukongaï et éviter qu'ils ne se fassent attaquer.

Nao' secoua son poignet dans tous les sens durant quelques instants. Non, non, elle n'était pas maso, elle n'aimait pas non plus la douleur. Mais à dire vrai, c'était pour constater les dégâts, histoire de voir si ce plaquage ... avait fait plus de dégâts qu'elle n'aurait pu l'imaginer. Mais non, ça semblait être bon ... Elle irait quémander de la pommade à la Quatrième Division et hop, tout serait parfait ! La jeune femme se tourna durant quelques instants vers Al' qui regardait sa bouteille vide. Oups ... Ouais, possible que dans sa chute, la bouteille avait lourdement touché le sol et qu'elle s'était cassée. Mais bon, fallait pas que Al' s'inquiète, dès qu'ils en auraient terminé avec les deux méchants, ils retourneraient dans la taverne et il pourrait se prendre une nouvelle bouteille. Et celle-ci aurait sans aucun doute meilleur goût du fait que ... Du fait qu'ils auraient remporté une victoire.

Nao' tenait la tsuba de son Zanpakutoh d'une main. Y'avait des fois où elle utilisait ses deux mains mais elle ne voulait pas tenter le diable en se faisant plus mal au poignet. Elle jeta un rapide coup d'oeil vers Al'. Il s'était redressé, avait balancé son Haori à la serveuse et se tenait prêt au combat. Ah oui, soit dit en passant, Nao' avait laissé son Haori, et sa boîte de thé, dans la taverne. Faudrait qu'elle aille les récupérer ensuite. Du moins, si elle y pensait. Et oui, que voulez-vous ? Ca faisait pas longtemps qu'elle portait le Haori, du moins, pas officiellement, et voilà déjà qu'elle l'abandonnait ! Enfin, façon de parler. Oui, oui, faudrait qu'elle le porte, et même quand elle aurait à combattre. Mais bon, plus tard, elle aurait le temps de s'y habituer plus tard, du moins, c'était ce qu'elle se disait.

"Oui Al', comme au bon vieux temps ... Ca va nous permettre de raviver de vieux souvenirs !"

Toutes les batailles qu'ils avaient menés ensemble. Oui, parce que, ils ne se voyaient pas qu'à la taverne. Non, avant la taverne, ils se croisaient sur une mission commune, la plupart du temps. Et puis, ils bataillaient tous deux ardemment pour remporter la victoire. Si elle avait été facile, et bien, ils s'arrêtaient là. Dans le cas contraire, si ça avait été compliqué et s'ils avaient arraché la victoire à un cheveu prêt, généralement, Al' la convainquait toujours d'aller arroser ça, quand ce n'était pas elle qui le proposait de bon coeur. Et puis ... Et puis, ça se terminait toujours bien. Enfin, bien bourrés, certes, mais bon, faut parfois savoir s'amuser dans la vie, non ?

Quelque peu vénère, Al' concentra son Reiatsu et le haut de son Shihakusho vola en morceaux. Tant que c'était pas à elle de réparer les dégâts, hein, il faisait bien ce qu'il voulait avec ses fringues, non ? En tout cas, il entretenait toujours aussi bien sa musculature. Et hop, avant qu'elle n'ait eu le temps de faire une petite remarque, son coéquipier s'était lancé à l'attaque du Hollow.

"Que la partie commence ..."

Nao' savait très bien que ce combat n'allait pas durer longtemps. Genre, dans cinq minutes, ils seraient de nouveau dans la taverne à parler de choses et d'autres. Qui sait ? Ce petit exploit attirerait peut-être les faveurs de la serveuse qui l'avait tapé plus tôt ? Nao' secoua la tête durant quelques instants. De toute manière, ce n'était pas vraiment le moment de faire des hypothèses ou de penser à ce qui se passera par la suite. Après tout, ne dit-on pas qu'il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ? Bien évidemment que Nao' allait remporter son combat. Après tout, hein, elle n'était pas n'importe qui. Et ce n'était pas un petit Menos qui allait lui faire peur !

Al' était parti à l'attaque du premier. Nao' avait donc le champ libre pour exploser le second. Utiliser son Zanpakutoh ? Hmmm, nan, elle n'en avait pas très envie. Lui botter les "fesses" avec ses petites mains ? Ses si douces mains ? Non plus. Elle n'allait pas exposer ses petites mains ! Nao' risquerait de se péter un ongle ! Et faudrait qu'elle se refasse une séance de manucure. Et puis, elle pouvait très bien se refaire mal au poignet. Bah, quoi qu'il en soit, fallait exploser ce Menos. Et ce n'était pas en tergiversant sur la question que ça allait se faire.

Nao' pencha la tête sur le côté. Il était temps. Temps d'exterminer ce Menos Grande. La toute jeune Capitaine lança quelques Hadô, comme un Soren Sokatsui, deux ou trois Haien, et un Raikôhô, histoire d'éblouir le Menos Grande, et surtout le distraire durant quelques instants. Il ne savait plus trop où donner de la tête et ça serait compliqué pour lui de viser un endroit en particulier. Pourtant, l'enfoiré tenta tout de même de former un Cero. Hé hé, c'était sans compter sur l'idée de Nao'. Parce qu'avant qu'il n'ait eu le temps d'ouvrir la bouche pour balancer le Cero, la jeune femme l'avait bloquée -la bouche- à l'aide d'un Sajo Sabaku. Et bien évidemment, comme le Menos ne pouvait pas stopper son attaque ... Bin ... Le Cero explosa, dans sa bouche, lui faisant ... sauter la tête par la même occasion. Deux zéro pour les nouveaux Capitaines ! Le Menos se désintégra et Nao' rangea son Zanpakutoh. Comme quoi, y'avait pas que la lame qui servait. Bon, où était Al' ? Ah oui, probablement dans la taverne. Elle le rejoignit donc là-bas.

J'me demande ce qu'ils faisaient dans les parages."

Elle se tourna vers son collègue.

"Et ton dos ? Ca va mieux ?"


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Dim 10 Avr - 23:08

Une collègue qui l’épatait grave avec son niveau en Hado. N’était quand même pas capitaine de la seconde division qui voulait et cela se confirmait par ce qu’elle lui montrait là. Force était d’admettre qu’il avait cessé de boire sa bouteille au goulot. Le spectacle qu’elle lui offrait gratuitement était tout de même intéressant et méritait attention particulière, même si après, il ne s’agissait que d’un menu fretin qu’elle pouvait se farcir aisément, sans trop avoir à exagérer comme Salem l’avait fait. Heureusement d’ailleurs qu’il s’était débarrassé de son haori qui aurait été bousillé s’il avait fait un shunko rapide. Il se demandait vraiment quelle excuse allait-il bien fournir au capitaine commandant, sachant que ce revêtement était très symbolique, très respecté et par-dessous très chère à confectionner. De plus, il ne l’avait seulement eut qu’il y a une semaine. La honte que cela aurait été si jamais, l‘héritier d’une famille noble telle que la sienne, se serait pointé avec sa nonchalance habituelle et sans hoari. Des sermons qui allaient fuser à l’encontre de sa personne, sans qu’il ne se puisse dire mot sous les moqueries des autres capitaines. Capitaines qu’il ne connaissait même pas. Exaspération d’Alowin et moue moqueuse de Nao’ qu’il voyait de loin. Heureusement qu’il avait été prévenant. D’ailleurs, sa centralisation sur ce genre de pensées alors que ses yeux vides contemplaient un combat qu’il ne suivait même plus vraiment, s’avérait être chamboulée lorsqu’il sentit un bisou gratuit et chaleureux, venir se déposer sur sa joue droite par des lèvres assez pulpeuses. Ses joues déjà toutes roses prirent une teinte plus prononcé alors que son esprit fondait dans cette douceur qu’il venait de subit agréablement. Il n’aurait jamais cru ça d’elle vraiment, et peut être fallait-il qu’il espère l’arrivé d’autres gillians pour pouvoir bénéficier de ce geste si plaisant. De façon un peu bébête, il se retourna vers son admiratrice et lui fit un sourire un peu maladroit, voir complètement grossier, ponctué par un sourire édenté d’une blancheur impeccable. Maria venait de lui faire grâce, sous l’œil amusé de son père qui reporta ensuite son attention sur les exploits de la Nao’, alors qu’il savait pertinemment que Salem était un coureur de jupons invétéré. Sa fille dans sa beauté n’en avait peut être pas l’air, mais elle était très costaude. Salem le savait. C’était peut être pour cela que le vieux Jo ne se préoccupait pas de ce qui allait advenir si Salem réussissait à la conquérir. Ce qu’il croyait être le cas d’ailleurs…

De ce fait donc et après avoir entendu le cri d’agonie du dernier monstre géant qui restait, le capitaine de la neuvième division tout en regardant la jeune barmaid de manière complètement lubrique, vint à saisir vigoureusement son tour de taille, après qu’elle s’était retournée pour voir ce qui se passait. Misant sur la surprise ce qui avait plutôt bien marché puisqu’elle sursauta légèrement, Alh’ colla sa joue contre sa protubérance fessière et commença à jouer comme un enfant gâté pourri. Malheureusement pour lui, si Maria pouvait s’avérer assez douce et attentionnée quand elle le voulait, il n’en demeurait pas moins qu’elle supportait les tripots lubriques, surtout quand ils venaient d’un homme à qui elle pouvait facilement et décemment offrir son cœur et son corps pour toute une vie. De ce fait alors elle grogna de colère pendant que Monsieur caresser sa joue sur l’une de ses grosses fesses et forma un poing, qu’elle lui scotcha au visage après s’être agilement retournée vers lui et ce de manière assez gracile. N’ayant pas compris ce qui se passait, Salem cogna le mur de l’établissement qui trembla dangereusement. Ce qu’elle avait de la force putain. Une force qu’il endurait à chaque fois qu’il voulait la tripatouiller à ses aises. Combien de fois l’avait-elle fait saigner avant de lui faire comprendre qu’elle avait besoin de la bague au doigt pour pouvoir accepter n’importe laquelle de ses avances. Rhalala… Ce qu’elle pouvait être bornée hein ! Tout comme lui en y repensant. Car après s’être fait cassé une fois le bras par cette bonne femme qu’elle était, il revenait toujours à la charge dans l’espoir de pouvoir l’enfiler au fin fond de ses appartements, sous les moqueries d’un père qui se remémorait sans doute de sa jeunesse au Seireitei. Fallait bien se reproduire non ? Sans doute pour cela qu’il le laissait faire. Dans le même temps, il devait bien se marrer de voir Salem se manger à chaque fois, un mur indestructible, froid et complètement hostile à sa personne. Le gros pervers ! Car jamais, oh grand jamais, Salem n’avait pu réussir à soutirer plus qu’un baiser à sa fille. Mis à part un bon jour où ses pattes s’étaient attardées sur sa gigantesque poitrine. Elle y prit gout un instant vu son soupir, mais elle se ressaisit bien vite, avant de se retourner et bousiller la face du capitaine d’un bon poing, comme elle l’avait fait là, maintenant…

Il s’était écroulé comme un vulgaire pétale de cerisier au sol. Du sang s’écoulait lentement de son nez, pas à cause du coup qu’il se mangea, mais bien à cause du degré de perversité qui avait envahi tout son être lorsqu’il jaugeait la belle croupe saillante de la belle femme. L’alcool lui montait aussi par la tête au vu de tout ce qu’il avait consommé cette soirée aussi. Ce qu’elle était bien foutue putain ! Fallait peut être qu’il songe à devenir un tantinet sérieux dans l’espoir de pouvoir l’avoir enfin à lui tout seul. Ouais, mais bon, ça incluait le mariage hein. Et ça, il n’y avait qu’une seule fille dans son collimateur. Ce qui le fit sourire en fait. Il vit le visage mi-colérique, mi-timide de Maria, avant que sa vue ne soit obstrué par quelque chose de doux qui atterrit sur lui. Elle venait en fait de lui lancer son haori sur son visage pour être plus précis et retournait sur ses talons. Alors qu’il voulut effectuer le moindre geste, retentit alors la voix de l’autre capitaine. Il ne bougeait pas, ne parlait pas encore. Ce n’est qu’à sa deuxième question qu’il bougea enfin un doigt. Il entendait les autres habitants de ce secteur ressortir dans les rues après l’avoir échappé belle et il n’y avait pas intérêt qu’on le voit dans cette posture un peu idiote…

• Si je te disais que j’avais besoin d’un bon massage, tu m’en ferais un ?

Souriant, Salem ôta son haori qui trainait sur son visage et prit son temps pour se lever tant bien que mal. Soupirant alors, le capitaine s’épousseta et regarda par l’une des fenêtres par laquelle il avait apprécié le spectacle de l’héritière des Akiyoshi. La voute céleste était plus sombre que jamais. Il devait être dans les environs de minuit et plus. Content de cette soirée puisqu’il put boire à son aise, il se retourna vers le reste de la taverne vu qu’il eut un bruit de raclement et constatait que les propriétaires allaient bientôt fermer le local. Dans plus ou moins trente minutes, le temps des suppléments de dernières minutes. Quand il voyait certaines personnes recommencer à investir les lieux, Alheïri ne put que sourire. L’affaire était florissante et le coin toujours achalandé. Un lieu où il faisait bon vivre. Un lieu dont il allait malheureusement s’en passer. Comme Nao’, il ne ferait alors que commander ses bouteilles avant de repartir dans ses quartiers sous une tonne de paperasse conséquente. Il ne pouvait plus se permettre de s’éloigner de sa circonscription sauf en cas d’entrainement. De quoi le faire sérieusement gerber. Et puis il reprit place, après s’être recouvert de son haori, vu son shihakusho bousillé et la brise nocturne qui s’engouffrait fraichement dans le bar. Il ne manquerait plus qu’il attrape froid…

• Tu sais quoi Nao’… J’suis content qu’ils soient apparus dans le rukongai. T’imagines la tronche du Sotai’ quand j’allais lui dire que j’ai même pas renouvelé le plan de surveillance du seireitei ? Faut dire qu’avec la paperasse à remplir, j’ai pas eu ce temps là. Et puis j’suis content de t’avoir revu… Ca f’sait tellement longtemps et puis ne pas avoir de nouvelles de ses amis, c’pas tellement top. Il peut se passer tellement de choses avec ces missions qui tournent mal et tout… P’tain… Manquerait plus je chiale comme une gamine… finissait-il dans un hoquet qui traduisait son état oscillant entre l'ébriété et la sobriété...

Ses derniers mots qui apparemment entendus par tout le monde, firent rire l’assistance, pendant que lui s’adossa au mur en récupérant une bouteille intacte tout près de lui. Il la déboucha plus facilement que l’autre et se mit à servir les deux verres avec un sourire, avant de prendre le sien et de le lever nonchalamment vers elle…

• Allez ma belle, un dernier toast pour la soirée, avant notre prochaine rencontre à la prochaine réunion des Taisho… J’imagine qu’on sera tous deux occupés pour se revoir avant ce moment là, donc profitons d’la dernière bouteille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Mar 12 Avr - 13:56

Revenue dans la taverne, Nao' avait tenté de capter l'attention de ce pauvre Al' qui était au sol. Ou plutôt, il était assis, le haori sur la tête, comme si on lui avait balancé. Nao' commençait à connaître Al' depuis le temps. Sans aucun doute qu'il avait eu un geste déplacé et qu'il s'était à nouveau manger le sol. Oh, une fois de plus ou de moins, probablement que ça ne changerait pas grand chose. Toutes les fois où Nao' l'avait tapé, enguirlandé, gueulé dessus parce qu'il ne faisait que des bêtises ou bien qu'il la pelotait parce qu'il avait un verre de trop dans le nez ... Elle savait très bien qu'il revenait toujours à la charge, quoi qu'elle puisse faire, ou bien dire. C'était ... Nan, Al' n'abandonnait jamais. C'était un truc de dingue. A force de se prendre des rateaux, certains finissaient par baisser les bras, par arrêter ces petits jeux. Et d'autres ... D'autres continuaient, malgré les médissances ou bien la douleur. Et Al' était de ce calibre. Se foutre de la douleur, et continuer jusqu'à ce que son advsaire finisse par capituler, pour son plus grand bonheur. Quel kamikaze, y'avait pas à dire.

Quoi qu'il en soit, Nao' lui avait posé une question concernant son dos, histoire de savoir si tout allait bien pour lui. Avec un sourire béa, il lui avait répondu que ... qu'il aimerait bien un massage, ou du moins, s'il le formulait. Bonne question ... Est-ce qu'elle lui ferait un massage ? Hmmm ... Possible, mais pas dans la taverne ... Et faudrait qu'il soit complètement assommé par l'alcool et endormi pour éviter qu'il n'en profite. Ses petites mains baladeuses avaient une sale manie, manie que Nao' préférait corriger du fait que ... Du fait que Kiwiha était revenu et que ... ça collait plutôt bien entre eux deux pour le moment. Et elle avait envie que ça fonctionne. Parce qu'elle savait qu'il comptait beaucoup à ses yeux. Comme on le dit, on se rend compte de ce qu'on a uniquement quand on l'a perdu. Et Nao' était plus que ravie de revoir Kiwiha au Gotei 13, et elle ne voulait pas le laisser s'envoler une nouvelle fois. Pas tant ... Pas tant qu'elle ne saurait pas s'ils pouvaient avoir un avenir en commun ensemble, et ce malgré leurs postes différents.

"Dans le cas où tu aurais effectivement mal au dos, oui, je pourrais te faire un massage. Mais pas ici. Et encore faudrait-il que tu gardes tes mains dans tes poches."

Mouais, hypothétiquement parlant, elle pourrait le faire. Comme dit, ce n'était pas vraiment le meilleur endroit pour en parler. Al' s'était relevé, non sans mal. Soit il avait effectivement mal au dos et ça le faisait trop souffrir, d'où le fait qu'il avait du mal à se relever. Soit ... Soit il avait trop bu, et c'était l'alcool qui lui faisait tourner la tête. Hypothèse une ou hypothèse deux ? Hmmm ... Bonne question, très bonne question. Même si elle le connaissait bien, là, Nao' ne pourrait pas vraiment dire si c'était l'un ou l'autre. Il avait repositionné son Haori et voilà qu'il se mit à parler. Une longue discussion, pour ainsi dire. Comme il le disait, oui, c'était une chance que les Menos soient apparus au Rukongaï, et encore plus une chance qu'il y ait eu deux Capitaines dans les parages. Sinon, les pauvres habitants auraient subi l'assaut des Menos sans avoir aucune chance de se défendre. Et les pertes auraient été bien plus ... comment dire ... Bien plus conséquentes. Il était aussi content de la revoir, du fait que ... Et bien, que ça l'ennuyait de ne pas voir ses amis, ses proches, autant de fois qu'il le voudrait. Des rires s'étaient élevés dans la taverne, mais cela ne fit pas vraiment rire Nao', enfin, même si y'avait de quoi rire.

"K-... Le commandant sait qu'on ne peut pas tout faire. Cela ne fait pas longtemps que tu es à ce poste. Et contrairement à moi, je trouve que tu t'en sors plutôt bien, et que tu prends ton poste plus au sérieux."

Une main compatissante était venue se poser sur l'épaule du géant qui semblait pleurnicher un peu sur son sort.

"Regarde-toi. Tu as trimé toute la semaine comme un dingue alors que tu n'as même pas encore été nommé officiellement. Regarde-moi, on m'a nommé, mais on m'a aussi conseillé de profiter de cette dernière semaine de liberté."

Et c'est ce qu'elle faisait d'ailleurs. Un peu de liberté, avant de se retrouver assaillie par la paperasse ou bien les problèmes. Autant décompresser autant que faire se peut avant le branle-bas de combat.

"Et ne crois pas que je n'étais pas contente de te revoir. C'aurait été le cas, je n'aurais pas pris soin de m'arrêter dans mes petites courses et de rentrer dans l'auberge pour venir trinquer avec toi."

Allez, allez, fallait que Al' reprenne du poil de la bête. C'était qu'un petit coup de déprime passager, du moins, c'était ce que se disait la jeune femme. Son collègue récupéra une bouteille pleine et récupéra les deux verres posés sur la table, histoire ... Histoire de boire un petit coup. Il avait levé son verre, elle en avait fait de même.

"A nos nouvelles responsabilités. Mais j'aurais toujours un moment pour venir t'embêter, ou bien boire un petit verre avec toi. Ou du moins, même si je ne l'ai pas, je le prendrai."

Les deux verres s'étaient quelque peu entrechoqués, histoire de trinquer correctement. Et puis, hop, le liquide, cul sec. Fallait qu'elle arrête pour ce soir. Parce qu'au bout d'un moment, elle ne tiendrait plus l'alcool. Oui, oui, contrairement à Al', Nao' ne buvait pas si souvent que cela. Et disons que du fait qu'elle était plus petite que lui, que ce soit en taille ou en corpulence, et bien l'alcool faisait le tour de son système sanguin bien plus vite.

"Pour en revenir à ton dos ... Faudrait éventuellement demander à la Douzième qu'ils te fassent un siège spécial, ou quelque chose dans le genre. Après tout, tu as de bon rapport avec le nouveau Capitaine de là-bas."


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Mer 13 Avr - 18:11

Toujours aussi sympatoche cette bonne femme. Il n’avait jamais connu une camarade comme elle. Et quand bien même il s’était hasardé à la draguer 1000 fois en se prenant 999 râteaux, il subsistait toujours ce respect entre eux deux. Leur relation qui au tout début était purement ambigüe, se transformait maintenant en une sorte de fraternité dorénavant inébranlable. Surtout qu’il savait pertinemment maintenant qu’elle serait encore plus forte vu qu’ils étaient capitaines. Et puis, il irait bien la provoquer quelques fois dans ses loges, lorsque la paperasse la débordera. D’ici là, il voyait sa tronche désapprobatrice et rigolote qu’elle allait tirer. Halala… Que de souvenirs du même genre. Que du bon temps, comme il l’aimait bien. Profiter de sa vie était tout ce qu’il avait à faire. Il n’était certes pas vieux, mais les dangers étaient très élevés maintenant. Être capitaine était chose énormément risqué. Car il pouvait y avoir des combattants plus forts que lui, qui voudraient lui ravir sa place en combat à mort. Il y avait cette responsabilité qui le forçait à protéger ses subordonnées si besoin se faisait sentir. Il y avait cette possibilité de licenciement et donc d’exil ce qui signifiait la traque, si jamais son boulot n’était pas correctement effectué. Tant de choses de ce genre qu’il ne se rendit même pas compte de la main qui s’était délicatement rangée sur son épaule, ni de l’entrechoc de leurs verres en guise de Tchin-tchin comme le disait les humains dans leurs différentes restaurants. Il était plutôt absorbé par ses pensées, état favorisé par les quantités faramineuses d’alcool absorbées, alors qu’il était à jeun forcé de ce genre de breuvages depuis maintenant deux grosses semaines. Deux grosses semaines qui lui avaient parus trop longues d’ailleurs. Avant ce temps, il n’eut pas bien profité de ce l’alcool puisque se préparait la bataille de Karakura. Il n’avait certes pas participé à cet assaut, mais les préparatifs avaient tellement épuisés son temps qu’il n’avait pas eut le privilège de terminer ne serait ce qu’une bouteille pleine. En gros, il s’était tapé un mois plein sans une cuite de ce genre…

Ce qu’il trouvait un peu déplorant. Tout en haussant ses épaules maintenant que ses souffrances étaient passées, Salem vida son verre d’une seule traite expérimentée en même temps que Nao’. Ce que c’était bon. En toute franchise, le capitaine de la neuvième division ne saurait quoi choisir entre le sexe et l’eau de vie, tant les deux étaient complémentaires. Et c’est de ce fait même qu’il récupéra le reste de la dernière bouteille de façon égoïste, à la manière d’une mère qui protégeait son bambin. Il allait l’enfiler. Il allait l’enfiler comme d’habitude avant de vouloir s’éclipser vu qu’il savait sa limite mince entre l’ébriété et la sobriété, seulement, la belle femme qu’était la capitaine de la deuxième division lui conseilla un siège personnalisé et confectionné par les soins de sa chère Alowin. Oui… C’était peut être faisable, mais se connaissant lui-même, l’option était assez improbable. De plus, celui-ci s’assoirait combien de temps dessus quand on savait qu’il aimait s’allonger même en travaillant ? Le siège de son bureau n’était pas non plus inconfortable et même loin de là. Non… Ce n’était pas une question de reposer son dos en comptant sur un siège qui le forcerait à se cambrer d’une manière à en faire péter de rire tous ses nouvelles subordonnées, non. Le problème était tout autre et se retrouvait ailleurs. Salem en y repensant sérieusement se disait bien qu’il s’agissait d’une certaine maladie héréditaire vu que son géniteur avait lui aussi des problèmes de ce genre à un bon moment. Un peu comme cette sale tuberculose qui attaqua soudainement le célèbre capitaine de la treizième division. La seule chose qui lui restait à faire était de profiter du message que lui offrait gratuitement la quatrième division, et ce, deux fois par semaines. Un traitement à longue durée qu’Unohana elle-même lui avait prescrit lorsqu’il était encore qu’un simple siège de division. Et dire qu’il était l’égal de toutes ces figures charismatiques. On ne l’aurait pas dit, mais lui-même ne se sentait plus lorsqu’il cogitait seul, sur la suggestion de son homologue…

• J’pense pas que ça arrangerait grand-chose tu sais… J’traine ce mal depuis belle lurette maintenant et la seule chose que m’a prescrit Unohana-sama n’est autre que deux massages par semaine effectués le plus souvent par sa vice-capitaine… Si il avait fallut autre chose, elle me l’aurait sans doute fait remarquée… M'enfin, tout ça reste à voir...

Il avait presque chuchoté sa dernière phrase et avait prit un air un peu rêveur tout d’un coup. Ses yeux fixaient une énième fois le plafond, et s’en suivit un soupir. Un soupir qui traduisait une certaine lassitude. Revenant à lui-même, il fit un simple sourire à Nao’ avant de recommencer à vider sa bouteille à grandes pompes comme à ses habitudes. Lentement mais surement, Salem avait fini par terminer sa dernière bouteille, alors que certaines personnes en groupes commençaient à sortir du bar sous de petits rires. Un peu étonné, Salem regarda l’intérieur de la pièce et se rendit compte qu’il ne restait plus grand monde. Maria se hâtait de ramasser les quelques bouteilles trainantes et son vieux père commença déjà à faire le compte. Se rappelant alors qu’il n’avait pas honoré ses commandes, Salem sortit son portefeuille de la poche de son hakama avant de sortir une liasse de monnaie pour toutes les boissons prises. Maintenant qu’il était capitaine et qu’il allait recevoir un salaire exemplaire en plus de celui que lui donnait sa famille issue de la noblesse, l’héritier des Fenyang se verrait bien faire des folies de toutes sortes dans la division qu’il avait, même si réellement, tout cela restait à voir avec ses cinq premiers officiers. Il ne voulait pas imposer de changements esthétiques radicaux. Déjà qu’on ne le supportait pas vraiment, Alh’ n’imaginait pas le truc. Quoiqu’il était capitaine susceptible de faire des caprices. A quoi bon après… ? Mais il n’allait tout de même pas continuer à vivre dans les tons de Tousen, si ? Hélant Maria par la suite, Salem lui remit la paye en plus d’un énorme pourboire, avant que celle-ci ne lui fasse un bisou sur la joue, en repartant dans un déhanché des plus affriolants. Caressant sa barbe, il regardait la poitrine de Naoya sans vraiment la regarder en fait… Et puis ses yeux remontèrent lentement vers elle… Jusqu’à ce qu’il finisse par reprendre la parole…

• Avant qu’on parte d’ici, j’aimerais te demander un truc… Toi qui aime bien les ornements et le changement… Tu trouverais bien de refaire la peinture des murs de ta division et de changer quelques trucs comme les portes, les fenêtres ou toutes autres choses ? A vrai dire, je n’aimerais pas trop qu’on vive sous les souvenirs toujours portés sur l’ex-capitaine Kaname… Tu me comprends un peu non ? Et pis tu connais pas un décorateur dans le coin par hasard ? Généralement, nous les gars, on s’intéresse pas à ce genre de choses…

Il leur restait à peu près une poignée de minutes avant qu’ils ne vident le coin, et c’était un Salem un peu perturbé qui demandait conseil à une femme qui devrait s’y connaitre en la matière. D’ailleurs, elle aussi était dans le même cas non ? Maintenant, il était de leur devoir de faire l’unanimité dans leurs divisions respectives et en y réfléchissant vraiment, son idée sur la décoration nouvelle par le biais de sa fortune, venait simplement camoufler les difficultés qu’il avait dans sa division. Peut être qu’un premier geste du genre, changerait la donne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Sam 16 Avr - 19:08

Les pieds sur terre ...

Fallait que Nao' arrive à garder les pieds sur terre avec tous les verres qu'elle avait bu. Quoi que ... Pour une fois, elle avait bien moins bu que d'habitude. Peut-être parce qu'elle savait que si elle avait des verres de trop dans le nez, d'une, elle n'arriverait pas à rejoindre sa division décemment. De deux, elle croiserait forcément quelques Shinigami et se ferait une mauvaise réputation, surtout s'ils la voyaient déjà ivre. De trois ... Al' pourrait lui mettre le grapin dessus. Et Nao' voulait l'éviter autant que faire se peut. Elle tenait bien trop à Kiwiha pour lui faire un coup de ce genre. Oui, oui, j'me répète, mais c'est important mine de !

Al' finit par répondre à sa suggestion concernant un probable fauteuil fabriqué pour lui, et par la Douzième Division. Selon lui, ça ne servirait à rien, si ce n'était leur donner du travail supplémlentaire. Pourquoi ? Il aurait eu besoin d'un tel fauteuil, sans aucun doute que la Quatrième Division, et donc Unohana, lui aurait déjà prescrit ce fauteuil. Hmmm ... Possible, à moins qu'ils n'y avaient pas pensé. Après tout, on ne peut pas penser à tout, non ? Et puis, jusqu'à présent, Al' s'était souvent retrouvé sur un champ de bataille. Enfin, par rapport à maintenant, du fait de ses nouvelles responsabilités, il allait passer, probablement, plus souvent son temps derrière un bureau. En quelque sorte, il serait, sans aucun doute, souvent assis pour régler quelques paperasses, du moins, le temps de remettre correctement sur pied sa division.

"Je sais tout ça. Néanmoins, du fait de ton nouveau statut, elle reverra peut-être ton traitement."

Car après tout, Unohana, quand elle avait décidé du traitement de Al', ne pensait probablement pas qu'il allait finir par être haut gradé. Sans aucun doute que comme pour beaucoup on ne devait pas s'attendre à ce qu'il devienne Capitaine.

"En étant Capitaine, tu vas passer plus de temps assis derrière un bureau. Possible alors qu'ils prévoient autre chose pour ton dos."

Parce que les massages, c'était bien beau. Mais il existait probablement d'autres moyens pour, au moins, faire diminuer la douleur. Comme l'aromathérapie avec quelques huiles essentielles, genre gingembre, poivre ou romain camphré. Peut-être aussi un peu de phytothérapie avec des tiges de bambou ou de l'harpagophytum. Non, non, Nao' n'était jamais passée par la case Quatrième Division. Néanmoins, elle avait toujours quelques souvenirs, flous, parfois, de sa vie passée. Et lorsqu'elle avait parcouru un peu le Japon histoire de visiter et d'approfondir ses connaissances, elle avait croisé quelques herboristes ici et là, afin d'en apparendre plus.

Quoi qu'il en soit, Nao' avait reposé son verre sur la table. Ce fut à ce moment précis qu'elle remarqua ... Qu'en fait, à part eux, le tenancier et sa fille, y'avait plus grand monde dans l'auberge. Oh ... Bin, c'était pas la première fois qu'ils faisaient la fermeture. Et encore, Nao' tenait encore sur ses jambes, pour une fois. Al ... Et bien ... Al', elle ne savait pas trop encore. Il semblait encore pouvoir tenir debout, du moins ... C'était en apparence. Si ça se trouverait, il pourrait pas aligner deux pas sans se manger le sol. Bah ... Elle si c'était que ça, elle le ramènerait. Ca serait pas la première fois, ni probablement pas la dernière. Nan, même si Nao' savait qu'elle aurait beaucoup moins de temps avec sa nouvelle affectation, elle ne s'empêcherait pas d'aller s'entraîner, de temps en temps, avec Kiwiha. Et elle prendrait aussi du temps pour venir voir Al' ... Et se vider deux ou trois bouteilles. Bah quoi ? C'est pas parce qu'ils deviennent Capitaines qu'ils vont, pour autant, s'arrêter de vivre et de s'amuser, non ? Ca serait pas drôle.

Quoi qu'il en soit, Al' avait récupéré son portefeuille histoire de payer les consommations. Signe qu'il était, probablement, bientôt temps de prendre la poudre d'escampette et de rejoindre leurs quartiers respectifs. Nao' en avait profité pour récupérer son Haori qui traînait sur la chaise et le poser sur la table, histoire qu'il ne tombe pas au sol dans un malencontreux geste. Elle avait momentanément croisé le regard de Al' qui avait légèrement perdu de l'altitude. Incorrigeable, comme toujours. Mais elle n'allait pas lui faire non plus des reproches. Toutes les fois où il l'avait matée, hein, et toutes les fois où il avait pu l'observer sur toutes les coutures. Elle y était habituée. Ce qui lui fit penser que ... Que ... Et bien, que Al' ne lui avait fait aucune remarque quand elle l'avait plaqué au sol et qu'il avait ses petits yeux bien placés. Hmmm ... Si ça se trouvait, il s'abstenait d'en parler ... Simplement pour lui foutre la honte plus tard ... Hmmm, nan, pas vraiment son genre. Il aurait fait une allusion à un moment ou à un autre. Peut-être que ... il était trop dans les vaps à ce moment là.

Finalement, il lui parla à nouveau. Concernant, en fait ... Sa division ... le fait qu'il avait envie de refaire la décorations, des trucs dans le genre quoi. Il lui avoua même que niveau déco, c'était pas son fort et qu'il aurait peut-être besoin d'un peu d'aide. Nao' se mit à réfléchir durant quelques instants. Ca demandait ... réflexion ... Car elle n'avait pas encore vraiment mis les pieds là-bas ...

"Je me posais la question. Au départ ... je ne voulais pas tout chambouler. Mais je pense que ... qu'il faut passer à autre chose." Elle marqua une légère pause. "Enfin, ce que je veux dire, c'est que oui, la déco, j'vais probablement la refaire. D'ailleurs, comme tu connais bien mieux les Shinigami de la Seconde Division, ton aide sera bien précieuse."

Ouaip, parce qu'elle ne voulait pas faire un truc qui ne leur plairait pas, même s'ils n'avaient pas grand chose à redire là-dessus.

"Et puis, je pense que oui, la Neuvième a besoin d'un coup de neuf. Après tout, il faut que t'arrives à leur faire oublier Kaname ... Et je ne pense pas que si tu laisses les choses en l'état actuel, tu y arriveras."

D'une manière ou d'une autre, arriver à gommer l'image des anciens capitaines, ça ne serait pas une chose facile. Nao' avait la trouille d'ailleurs, parce qu'elle avait des doutes, des doutes que Kiwiha lui avait demandé de cacher du fait qu'elle devait se montrer forte.

"Et oui, je crois qu'il y a un chouette décorateur au Rukongaï. On ira y faire un tour ensemble si tu veux."

Genre, avant la fin de la semaine, ça serait bien, et avant la réunion, parce Nao se disait qu'ils auraient beaucoup de mal à se trouver un créneau après la réunion. Ouaip, parce qu'ils deviendraient, à ce moment là, officiellement Capitaines ... Et sans doute qu'ils n'auraient plus vraiment le temps de se promener ou bien de chercher la nouvelle déco de leur Division respective.


Dernière édition par Naoya Akiyoshi le Sam 6 Aoû - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
.: Capitaine 3ème Division :.
.: Capitaine 3ème Division :.


Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2011

JDR
Niveau:
37/100  (37/100)
Expérience:
220/350  (220/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Lun 18 Avr - 15:47

Et cette première initiative donnait matière à réfléchir. A voir la mine de Madame se rétracter pour pousser au loin sa réflexion, c’est ce que Salem s’était en tout cas imaginé. Et elle n’avait pas tort de le faire. Parce que même si cette décision devait s’opérer, il allait vraiment lui falloir mettre le paquet dans tous les sens du terme. Ici, tous les moyens étaient bons et de l’argent, il était prêt à en débourser comme un vrai malade. Cependant et même si c’était bien beau, seul le bluff ne lui suffisait pas pour changer cette ambiance pesante au sein de sa division et ce du tout au tout. Il lui fallait le cran nécessaire et de l’aide extérieur. Car si elle, pouvait finalement penser que tout ceci était une mauvaise idée, Salem serait alors restreint de creuser profondément sa tête pour chercher autres choses de bon, de potable. Et tout cela n’était pas facile, sachant qu’il avait des troupes à remanier au plus vite, des plans à ordonner pour la sécurité de toute la Soul Society, sans compter les autres dossiers à éplucher et encore heureux était-il, d’avoir pu finir ceux qui nécessitait de l’empressement et de la concentration dans l’immédiat. Ouaip, vous compreniez à présent pourquoi il avait eu cette envie, que de se défaire de ce poste apparemment bien trop large pour ses épaules. Mais patience était de mise. Il voulait voir encore un peu comment se présenterait les choses. Et puis maintenant qu’il avait nommé l’autre fille troisième siège, Salem n’avait pas trop intérêt à délaisser son poste. C’était ça, que de s’assurer aussi sa progéniture prochaine. Et puis avec la pression familiale, il avait non seulement intérêt à bien faire son boulot, mais aussi se caser le plus rapidement possible pour entretenir une image de son nom de famille, on ne peut plus correcte…

Mais tout ceci était une autre histoire, aussi longue et fastidieuse que celle déjà présente à laquelle, sa collègue et lui avaient à faire : Gagner petit à petit le cœur de leurs nouveaux subordonnées. Lentement alors, ses yeux se reconnectèrent à la réalité des choses pour dévisager le faciès de son interlocutrice qui recommençait à parler. Pendant la petite pause qu’elle avait royalement imposé, il eut clairement compris que si elle était légèrement indécise, Nao’ était pour l’idée de changements. Et puis ils avaient tous deux butés sur le même problème qui n’était autre que le chamboulement. Précipiter les choses, n’était option recommandable et ça, Salem était très bien placé pour le savoir. Le temps était également un remède efficace aux pansements des blessures. Mais cette blessure béante provoquée par Kaname Tosen serait-elle aussi facilement à cicatriser avec le temps ? Des questions pertinentes qu’il se posait encore et toujours, avant que madame ne finisse par achever sa petite intervention sur la question, lui, l’écoutant toujours aussi avidement. Il avait failli éclater de rire à la fin de sa phrase, mais ne le fit pas, plutôt amusé par la situation que vivait Nao’, là. Si elle ne voulait que son aide, il n’y avait pas de problèmes. Ses ex-subordonnés n’étaient pas aussi méchants qu’on pouvait le croire, même si le Keigun imposait certaines choses. Quand on fait partie des différents corps qui constituent la deuxième division, on se doit d’éviter certaines choses lors des missions et tout ce qui allait avec. C’était assez stricte, certes, mais ainsi allait la vie. D’ailleurs, flemmard qu’il demeurait, Salem s’était toujours demandé comment il s’était adapté aussi facilement au régime de vie de cette division. Et puis tout en souriant, il gratta légèrement sa tête en écoutant ses deux dernières phrases de la femme et en y répondant de suite, d’une voix parfaitement calme…

• Je sais tout ça, mais tu conviens avec moi que c’est difficile, surtout avec l’affaire de traitrise qu’il y avait eu… Et malgré tout cela, ils continuent à lui vouer un certain culte… La vie est vraiment bizarre, franchement… Et puis pour ton avis, j’te remercie vraiment. J’avais la hantise de faire quelque chose de déplaisant, mais apparemment, ça sera pas si mal que ça. Le tout, c’est de trouver le bon moment quoi et avec tous les boulots qu’on aura…

Songeur à la suite de sa phrase, Salem sans trop s’en rendre compte, se mit à caresser le semblant de barbe qu’il avait. Un tic quand il réfléchissait grandement, ce qui ne lui arrivait que très rarement bien évidemment. Une idée non pas de génie, mais une idée germa dans son esprit. Pourquoi ne le feraient-ils pas, juste après la réunion prochaine des capitaines ? Ils auraient un petit laps de temps et pourraient ainsi anticiper sur le travail à venir. Dans sa petite tête, l’héritier des Fenyang avait trouvé l’idée pas trop mal, mais le tout était de savoir si elle, serait pour. Parce qu’après la réunion, il se pourrait bien qu’elle aurait l’envie de perdre son temps avec son ancien mentor, soit le capitaine commandant. Une situation à ne pas exclure, ouais. Des situations à ne pas exclure, pour rectifier. Car des revers, il se les imaginait plein comme ça. Il fallait s’assurer que son absence ne nuirait en rien au bon fonctionnement de sa propre division. Les papiers de hautes urgences à signer inéluctablement et toutes ces choses du même genre. Il fallait aussi s’assurer que le soit disant décorateur soit là en plus de sa détention de produits tout à fait potables et non de froufrous roses et enfantins. Tant de choses qui tracassèrent notre gros nounours qu’il finit par soupirer ouvertement, avant de former un sourire sincère, le regard posé sur une bouteille à ses côtés et l’air complément réflexif… Pour la première fois de sa vie, il n’était pas totalement tombé en plein dans l’ébriété. Sans doute à cause de Nao’ et surtout à cause de leurs réputations et le haori qui allait avec. Dorénavant, il allait devoir se comporter en responsable et père de famille, vu qu’il prendrait les rennes de sa famille dans peu de temps et tous ces efforts se devaient d’être débutés maintenant…

• Je le veux bien, mais quand est ce que tu auras le temps ? On pourrait commencer les simples achats après la prochaine réunion si tu as un peu de temps, et aviser de commencer les travaux chacun de nos côtés un peu plus tard, non… ? C’est surtout l’achat des produits qui comptent le plus, et le plutôt sera le mieux…

Il eut enfin le bâillement qui allait avec cette phrase. Ce bâillement qui traduisait la fatigue et qui coïncidait avec la fermeture du bar pour la soirée. D’ailleurs, en jetant un coup d’œil dehors, Salem put voir que tous les autres magasins avaient fermés leurs portes. La plupart des lumières étaient éteintes et seules quelques flammes par ci par là, illuminaient un peu l’avenue. Fort de cela et ayant réglé sa note, Mister Alh’ se redressa en s’étirant longuement, avant de se pencher faire un bisou « innocent » à la cheftaine de la seconde division. L’heure était maintenant au dodo et ses paupières ne lui indiquaient que cela. Dans tous les cas, ils n’auraient pu rester longtemps vu que Jo et sa fille commencèrent à ranger les bancs et tables dans des raclements sonores. Il leur fit un signe de main tout en se redressant, l’air souriant…

• Hayéééé, j’crois que je vais devoir te devancer, ma chère amie. En plus d’une flemme envahissante et de ma tête qui tourne un peu à cause de l’alcool –Et oui, il était « presque » saoul- mon corps réclame une bonne nuit de sommeil. Une soirée formidable, vraiment et ta compagnie est toujours aussi bonne. On se dit à la prochaine réunion ? fit-il en tirant la langue comme un gosse, avant de prendre lentement le chemin de sortie. « Ah ! J’oublie pas ta promesse pour le San ban tai taisho, hein ! Ni Ban tai da ! » Et suite à son regard malicieux au seuil de la taverne, Salem fit port d’un shunpo tranquille et se volatilisa tout d’un coup, ne laissant derrière lui que des voulûtes de poussières mettant un terme à la belle soirée qu’il avait passé avec elle… L’avenir promettait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♥ Sexy & Cute Lady ♥.: Devoted to Kiwiha :.
♥ Sexy & Cute Lady ♥
.: Devoted to Kiwiha :.



Messages : 626
Date d'inscription : 24/10/2008

JDR
Niveau:
40/100  (40/100)
Expérience:
16/350  (16/350)
Relations:


MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé] Lun 18 Avr - 19:43

Mouaip ... Faudrait ... Faudrait qu'ils songent, l'un comme l'autre, à refaire la déco. Nao' ne voulait pas forcément que ses hommes oublient Soi Fon. Nan, elle ne voulait pas la remplacer. Mais disons que ... Disons qu'elle voulait se sentir bien, en quelque sorte, au sein de sa division. Elle voulait se sentir accepter, qu'on la respecte, et qu'on ne discute pas ses ordres sans cesse ... Elle ne savait pas trop à quoi s'attendre. Mais bon, elle ne pouvait pas repousser indéfiniment son passage à la Deuxième Division. Pourquoi ? Et bien ... Fallait bien qu'elle s'installe, à un moment ou à un autre. Donc, retarder ce moment ne servirait à rien.

"J'ai moi-même cette hantise ... J'ai peur ... Peur que ça ne le fasse pas. Peur de faire quelque chose de travers. Mais bon ... Faut qu'on franchisse le pas."

Oui, il était temps d'aller de l'avant, de mettre les doutes qu'elle avait de côté. Kiwiha lui avait dit de balayer ses doutes. Il fallait qu'elle le fasse, maintenant ... Enfin, plutôt le jour suivant. Oui, elle devait y aller. Oui, il faudrait qu'elle franchisse les murs de la Seconde Division et qu'elle s'installe dans son bureau. Quand ça se serait fait, et bien ... Et bien, les choses iraient probablement mieux. Nao' n'aurait plus cette pression sur les épaules. Nan, sans aucun doute que oui, elle aurait moins cette boule au ventre, et tout serait bien mieux. Elle l'espérait.

Nao' resta pensive durant quelques instants. Qu'est-ce qu'elle allait faire maintenant ? Hummm ... Ranger son Haori ... sa boîte de thé ... Et aller dormir. Car après tout, elle avait un peu d'alcool dans le sang, et continuer à se promener n'était pas une bonne idée, surtout qu'il était tard ... Ou alors ... Ou alors, elle pouvait toujours aller voir Kiwiha. Qui sait ? Peut-être qu'il ne dormait pas encore, ou bien qu'il s'entraînait ? Elle pourrait lui faire un massage ... Histoire qu'il se détende un peu ... Ce qui lui faisait penser que ... la prochaine fois qu'elle ferait escale par les bains, Kiwiha lui avait demandé de le prévenir. Comme ça ... ils pourraient avoir un moment à tous les deux. Enfin, encore fallait-il qu'il n'y ait personne à ce moment là. Car après tout, et bien, ils ne devaient pas s'afficher en public. Dans le cas contraire, ils auraient, sans aucun doute, des problèmes. Mieux valait-il s'abstenir, surtout que le Gotei 13 était en pleine reconstruction.

Quoi qu'il en soit, Nao' sortit de ses pensées quand Al' lui parla à nouveau, lui demandant quand ils pourraient aller voir le vendeur, histoire de récupérer la déco et tout ça. Elle eut quelques hochements de la tête.

"Oui, juste après la réunion. Ca pourrait être bien."

Bon, il était vrai que ... Elle ne savait pas ce qui aurait pu se passer après la réunion. Genre, Kiwiha pourrait la retenir un peu plus longtemps pour lui parler de choses et d'autres ... Enfin, peut-être pas que parler mais bon ...

"Comme ça, je t'emmène chez le marchand, on regarde ce qui pourrait convenir. On fait quelques achats et comme tu le dis, après, on regarde chacun de notre côté pour les travaux."

Encore fallait-il aussi qu'ils trouvent un bon artisan pour réaliser les travaux ... A moins que les Shinigami qu'ils auraient sous leurs ordres accepteraient, de bon coeur, de faire les modifications ... Hummm ... Nao' en doutait. Quoi qu'il en soit, Al' s'était levé, avait fait la bise à Nao', histoire de la saluer convenablement. Il allait se coucher, il en avait besoin d'ailleurs. Elle lui répondit par un sourire et n'oubliait pas, elle non plus, qu'elle devrait lui présenter Misaki dès qu'elle aurait un moment. Peut-être un peu avant la réunion. Ou après, si elle voulait, elle aussi, refaire la déco de sa division. Il s'en alla, elle aussi. Nao' était bien contente de l'avoir revu. Mais bon, faudrait qu'elle aille réclamer de la pommade à la Quatrième, pour son poignet douloureux.

Merci à toi aussi ! C'était très plaisant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retour vers le bon vieux temps... [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Retour vers le bon vieux temps... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le retour vers le bercail.
» Parlons du bon vieux temps (PV)
» Comme au bon vieux temps [libre]
» Il est temps pour moi de voler vers d'autres horizons...
» (Terminé) Comme au bon vieux temps ? (Griffin & Ophelia)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach no Kôshin :: Another World :: .: Rukongaï :. :: Junrinan - Zone Ouest-